C H A T



 

Partagez | 
 

 Deux ombres sous l'oeil du Cavalier Blanc (Leïna~)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Talis d'Akeraï
Ange Bouquiniste
avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 08/02/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 28
Signes particuliers: Il possède une cicatrice dans le dos assez voyante. Souvenir d

MessageSujet: Deux ombres sous l'oeil du Cavalier Blanc (Leïna~)   Ven 6 Oct 2017 - 19:37

Nalyna... Il ne se passe pas un jour ou une nuit où je prends le temps de penser à toi. C'est dur, dis comme ça... Je me rends compte que je n'ai pas eu une seule seconde pour moi depuis des mois. Suite à l'accord passé avec la Mère du plaisir de Quetaïn, Inanna Al-Vyr, dans son beau palais remplis de femmes et surveillé par son fidèle garde du corps Utu, j'ai enchaîné des missions, toutefois toutes banales. Mes plus grosses missions ont contribué aux préparatifs de l'assassinat le plus important de ma ... "carrière". Celui de notre bourreau, Naly : Dieter Al-Vyr.
Je ne t'en ai jamais parlé, tu ne t'en souviens même plus, bien trop jeune pour te rappeler des horreurs qu'il a fait... Mais je ne pardonne pas. L'occasion est trop belle et si Inanna peut m'aider à faire justice, qu'il en soit ainsi je servirais la reine des putes tel un chien obéissant. Et que vengeance soit faite.

J'ai la tête ailleurs alors que je me trouve dans la cité la plus sécurisé au monde : Feïral... Le berceau des chevaliers. La cité Blanche. Une architecture des plus majestueuses jamais construites à ma connaissance... Remarque, je n'ai pas encore eu l'occasion de voir le nord d'Aranor, ni tout au sud. Aimerais-tu toucher le sable chaud de Siphéaï avec tes pieds nus, Naly ? Hé, ça nous changerait de la crasse d'Akeraï.

Tsss... Quel âne je fais. Penser à toi, alors que je pourrais te croiser là, maintenant, dans cette foutue citée où tu as décidé de venir avec ce désir fou de devenir chevalière. Quelle idée...
Je ne resterais pas longtemps. Pas suffisamment pour que le karma décide de provoquer cette rencontre... Mais assez pour que je prenne enfin le temps de penser à toi.
Putain. Tu me manques.


L'homme encapuchonné poussa un long soupire, relâchant un peu la pression. Il était resté aux aguets depuis son arrivé à Feïral, depuis quelques heures déjà. Sa destination était l'humble et la magnifique Cathédrale du Cavalier Blanc. Il reprit un masque prudent, ses sens en alerte, accélérant le pas. Il décida soigneusement de rester dans la foule, évitant les groupes de chevaliers qui passaient. Quelque part tout au fond de lui, il aurait souhaité croiser Nalyna, juste pour voir comment elle se portait. Une vague pensée balayée rapidement par la quête qui l'incombait. Il s'était rendu jusqu'ici pour rencontrer un informateur, un proche de Dieter Al-Vyr. Il détiendrait quelques petits choses et astuces concernant ses habitudes et ce qu'il allait faire ces deux prochaines semaines. Talis devait le suivre à la trace pour calculer et aboutir à un plan parfait. Il espérait juste qu'il ne serait pas coincé, ce qu'il l'obligerait à appliquer sa dernière solution, non des moins dangereuse : l'assassiner dans sa propre demeure, à Quetaïn.
Mais... patience... Il lui fallait de la patience.
Faire des allés et retours entre les citées n'était qu'un moindre mal, comparé à ce qui arriverait s'il venait à faire un faux pas dans le plan en construction. Un assassinat d'une personnalité si importante ne se faisait pas à la légère. Trouver cet homme et obtenir des informations sur Dieter, Talis devait l'accomplir sans la moindre fausses notes.

Je dois le faire... pour nous, Naly.

Si seulement elle savait tout ce qui se tramait, elle le tuerait sur le champ... Ou pas. En était-elle seulement capable ?

Oh...

L'assassin d'Akeraï s'arrêta, émerveillé devant une telle merveille. La cathédrale respectait sa réputation du bâtiment le plus beau de l'histoire de la citée. Elle semblait représenter tant de choses, ses hauts pics, ses gargouilles, ses vitraux, tout étaient lumineux. Et le cavalier blanc surplombait les hauteurs, comme s'il veillait sur Feïral. Tiens... Talis ne connaissait pas son histoire, à cet homme là. Il devrait se renseigner un jour. Connaître certaines choses sur la culture feïralienne pourrait lui être utile.
Il s'avança vers les escaliers de la cathédrale, regardant aux alentours. Il ne vit, pour le moment, personne, ce qui était gênant. Il se dirigea vers la face d'ombre de la bâtisse, là où le soleil ne pouvait plus éclairer... Cela montre l'avancé de l'heure et le retard qu'imposait l'insolant qui devait le retrouver ici... Bordel.
Patience, Talis... Patience.

_________________


Dernière édition par Talis d'Akeraï le Mer 22 Nov 2017 - 11:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïna Liuwën
Ange Bouquiniste
avatar

Messages : 365
Date d'inscription : 28/01/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari/Assassin
Âge: 76 ans (777)
Signes particuliers: Est surnommée Ange noir. Ses yeux sont tels du feu

MessageSujet: Re: Deux ombres sous l'oeil du Cavalier Blanc (Leïna~)   Ven 6 Oct 2017 - 21:02

Aujourd'hui était un étrange jour. Un peu pesant, qui la prenait à la gorge.

Cela faisait quelques temps, déjà, qu'elle avait le sentiment que plus rien ne tournait rond. Sa vie – du moins ces dernières années – avaient pourtant été simples, aussi simple puisse être la vie d'un assassin qui n'utilise pas assez sa tête.

Prendre un contrat, tuer, recevoir sa paie. Servir la Guilde. En toucher les secrets du bout des doigts. Prendre lentement conscience qu'il n'y avait pas de marche arrière sur la voie de destruction sur laquelle elle s'était engagée, de son plein gré.

Tuer, exulter.

Alors pourquoi cela devrait maintenant changer ?

Qu'est-ce qui avait pu tout bouleverser ainsi ?

Cet assassin contre lequel elle avait jeté ses sentiments les plus bruts, et dont elle n'arrivait à définir si elle le détestait pour l'avoir vu en larmes, ou si elle tendait à l'apprécier, si tant est qu'elle était encore capable de tels sentiments ?

Le joli Chevalier qu'elle avait dû sauver pour sa propre peau, et en face duquel elle s'était retrouvé pour un interrogatoire, sans fenêtre de sortie ?

Entre autres personnes.

Elle était censée se tenir loin des grandes villes, oui... Mais bon. Elle avait finalement pris la route pour la Cité Blanche, après quelques jours de solitude et d'errance. En espérant ne pas y croiser Sartin, quand même. Manquerait plus que ça.

Quoi qu'il en soit, et pour tenter de se changer les idées, elle s'était relancée sur la piste de cet homme qu'avait commandité sa mère, au sobriquet ridicule de l'Aigle de Fer. Elle gardait un goût âcre sur sa langue. Elle n'ignorait pas que sa génitrice ne la portait pas dans son cœur, mais de là à lui envoyer autant de mercenaires....

Avait-elle entendu parler de son nouveau statut d'assassin ? Après tout, elle était recherchée, et avait de ces yeux qu'on n'oublie pas.

Peu importe.

Elle avait payé un informateur pour savoir où ce trouvait ce fameux, et pathétique, Aigle de Fer. Elle jouerait un brin, coup pour coup, l'achèverait. Après...

Après, il faudra bien qu'elle se rende à l'évidence. Elle n'était pas passé par le plus rapide des chemins pour la retrouver, elle, qui avait d'elle une machine à tuer sans autre but qu'apporter la mort. Non que ce soit désagréable. Mais cela devenait... un peu lassant. Moins exaltant.

Se rendre à l'évidence ; que sa mère, elle la fuyait plus qu'autre chose. Qu'elle appréhendait le jour où elle n'aurait plus de but.

Risible.

Cela devait finir, et que vengeance se fasse.

C'était ce à quoi elle songeait, entrant dans Feïral, grande et majestueuses Feïral, cité des Chevaliers, portant sur ses murs blancs sa pseudo-pureté. Elle en aurait presque eu envie de la brûler ; ou peut-être de se hisser le plus haut possible, pour ensuite s'envoler.

Secouant la tête, elle rabattit une capuche noire sur sa tête. Son manteau s'enroula autour de son corps, masquant ses habits si typiques, ses armes, et voilant son trop reconnaissable visage. Elle devait juste traverser la ville pour ensuite partir vers la mer – selon sa source, qui avait sacrément intérêt à être fiable.

Elle devait se débarrasser d'elle, et après, après...

L'Ange interrompit le fil de ses pensées. Il y avait une silhouette, qu'elle reconnut après quelques secondes de doute. A défaut de Chevalier, l'on trouvait parfois de bien curieuses personnes ici, semblerait-il. Un sourire étira légèrement ses lèvres. Ira, ira pas ?...

Pourquoi pas ?

Cela faisait longtemps, et elle avait envie de se changer les idées. Le titiller peut-être. Parler avec une personne elle aussi mue par l'idée de vengeance. Un autre assassin. La personne la plus proche d'elle qu'elle avait pu rencontrer depuis... longtemps.

Elle se dirigea vers lui sans hésitation, tirant juste légèrement sa capuche en arrière pour révéler son identité. Entra dans l'ombre du Chevalier Blanc, auquel elle n'accorda qu'un regard, et offrant un sourire ambigu.

- Salut, Tael.

_________________

"All you have is your fire,
And the place you need to reach
Don't you ever tame your demons,
But always keep 'em on a leash"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Talis d'Akeraï
Ange Bouquiniste
avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 08/02/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 28
Signes particuliers: Il possède une cicatrice dans le dos assez voyante. Souvenir d

MessageSujet: Re: Deux ombres sous l'oeil du Cavalier Blanc (Leïna~)   Mer 22 Nov 2017 - 11:57

"- Salut, Tael."

Le temps se fige pendant quelque secondes. Tendu, en alerte, l'homme répondant à ce surnom se retourna, gardant une partie de son visage cachée par une grande écharpe, planquée sous son manteau gris à capuche. Il se permit de souffler, peut-être de soulagement, avec toutefois une pointe de doute... La présence de Leïna ici pouvait signifier beaucoup de choses : avertissement, ou d'autres ennuis, ou peut-être bien ... ? Juste un hasard. Heureux ou pas ? Disons le franchement et même s'il ne l'avouera jamais qu'il préférait l'avoir elle a ses côtés plutôt qu'une autre personne. Il connaissait cette assassine, c'était déjà un bon encrage pour se permettre d'avoir un tout petit peu confiance... Même si la confiance est offerte difficilement. Il savait ce qu'elle était... Il savait ce qu'elle ressentait : Une femme qui avait perdu son maître, qui possédait le désir de vengeance... Pour se venger de qui ? Cela, Talis l'ignorait. Les deux assassins avaient beaucoup discuté, mais en laissant chacun une part d'ombre... Comme quoi, ils se ressemblaient plus qu'ils ne le pensaient...

L'homme laissa l'elfe s'approcher à pas de loup, se décalant pour qu'elle puisse profiter de l'ombre du bâtiment avec lui. Il manquerait plus que la présence de l'assassine fasse fuir son informateur. Après tout, ce dernier était censé voir une seule personne et non deux... D'ailleurs, cet enfoiré avait beaucoup de retard. Mais pourquoi ne pas profiter de cela pour discuter un peu... avec elle.
- Salut Leïna, Finit par répondre Talis, découvrant son visage.

Il posa pendant un long moment de silence ses yeux sur elle, analysant à nouveau ce visage très pâle mais fin et beau, ces yeux orangés et sa chevelure rousse flamboyante. Pas de nouvelles cicatrices ni ici, et non plus sur le reste du corps, même si cela est difficile de juger sous ses vêtements noirs. En tout cas, elle semblait se porter à merveille. Talis se savait trop curieux. C'était dangereux de vouloir trop savoir en fouinant comme il le faisait car cela augmentait le risque de se faire prendre pendant une mission. Mais... Il avait ce naturel de vouloir tout savoir.
- Que fais-tu dans le coin ?

Simple, concis. Talis n'allait pas par quatre chemins. Faut dire, tous ses sens étaient concentrés sur la ville, les gens qui passaient, et sur son attente irrité de l'informateur. S'il continuait à cumuler du retard, Talis devra oublier le point de rendez-vous et entamait les recherches... Personne ne devrait être au courant de cette rencontre, mais il se pouvait que l'homme est rencontré des difficultés.
Talis reposa à nouveau ses yeux sur Leïna une fois son tour d'horizon effectué.
- Tu devrais faire attention, murmura-t-il. Il me semble que tu sois toujours recherché dans cette ville...

Non pas qu'il veuille la protéger ou quoi que se soit. Elle en était très bien capable toute seule, mais il ne voulait pas se faire prendre par sa faute. Ouai... Il n'avait pas de sentiments protecteurs envers cette femme... Hum... A peine.
Je ne suis qu'un idiot...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïna Liuwën
Ange Bouquiniste
avatar

Messages : 365
Date d'inscription : 28/01/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari/Assassin
Âge: 76 ans (777)
Signes particuliers: Est surnommée Ange noir. Ses yeux sont tels du feu

MessageSujet: Re: Deux ombres sous l'oeil du Cavalier Blanc (Leïna~)   Mer 22 Nov 2017 - 22:50

Son léger sourire, flottant, s'agrandit quelque peu devant la réaction de l'assassin. Elle savoura la tension qu'elle provoqua, soudainement d'humeur plus joueuse. Mais cette fois, elle tenterait de se tenir à carreaux et ne pas provoquer d'autre esclandres, ni de s'amuser à ses dépends. En tout cas, pas dans la Cité Blanche.

Elle le rejoignit à l'ombre du Cavalier, appréciant d'échapper à la lourdeur du soleil sur ses lourds habits opaques, et repoussa davantage sa capuche pour dévoiler son visage, gardant la masse flamboyante de ses cheveux cachée par le tissus, quelques mèches s'en égarant.

Cela lui faisait plaisir, finalement, de le revoir. Elle ne se s'y serait pas trop attendu, à cette douce sensation de reconnaître un visage qui n'appartient pas à un ennemi – du moins, jusqu'à preuve du contraire.

- Salut Leïna.

Malgré qu'elle trouvait cela gênant, elle le laissa la détailler, l'examina rapidement. Il semblait être dans l'attente, et quelque peu impatient. Probablement un informateur, ou un contrat, supposa-t-elle.

- Que fais-tu dans le coin ?

Elle haussa d'abord les épaules, par habitude. « J'erre » aurait été une réponse assez juste, mais pathétique. Et puis, après tout, elle l'avait, son but ; elle y courrait, bien qu'à reculons, cherchant distraction sur distraction pour ralentir sa fuite en avant.

- Je traque un mec, le chef d'un groupe de mercenaires, mais je ne fais que passer ici. Je vais vers la mer.

Elle hésita un peu, le fixant dans les yeux puis rajouta d'un ton presque insouciant :

- C'est pour, tu sais, cette vieille histoire de vengeance.

Ils devaient être risibles, tous les deux, à n'avoir que cela comme but, voire comme raison de tuer et rester debout. Elle se demanda si, lui aussi, se demandait ce qu'il ferait après. S'il fuyait à moitié. S'il se sentait las, parfois.

Mais il lui resterait quelqu'un, à lui, quand il aura accompli son objectif. Cette fille, là. Apprentie de l'Ordre. Naly, peut-être ? Elle avait oublié. De toute façon, elle avait promis de ne pas la toucher, alors qu'importe son nom. Peut-être était-ce elle, qu'il attendait, mais elle en doutait

- Tu devrais faire attention. Il me semble que tu sois toujours recherché dans cette ville...

Ce léger intérêt qu'il lui témoigna la toucha, plus que cela n'aurait dû. Qu'importe les âmes humaines qui traversaient fugacement sa vie, s'était-elle souvent répété ; en temps que demi-elfe, elle était censé pouvoir leur survivre à tous.

- Je sais, répondit-elle avec une pointe d'amusement. J'ai pris mes précautions.

Elle désigna d'un vague geste de la main le manteau noir qui la camouflait des pieds à la tête. Piètre déguisement, qui pouvait au contraire alerter, mais pour un bref passage dans la ville, elle n'avait eu envie de trouver mieux. Tant qu'elle ne se promenait pas, cheveux et yeux à l'air libre, cela devrait aller.

Sinon, eh bien... Sartin serait sans doute ravi de la revoir ; elle, moins.

- Et toi ? interrogea-t-elle doucement. Tu fais quoi, ici, à attendre ?

_________________

"All you have is your fire,
And the place you need to reach
Don't you ever tame your demons,
But always keep 'em on a leash"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Talis d'Akeraï
Ange Bouquiniste
avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 08/02/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 28
Signes particuliers: Il possède une cicatrice dans le dos assez voyante. Souvenir d

MessageSujet: Re: Deux ombres sous l'oeil du Cavalier Blanc (Leïna~)   Ven 8 Déc 2017 - 15:55

Le sourire de Leïna n'échappait pas à l'attention de Talis. L'humeur de ce dernier devint plus irritée, et il cacha une grimace. Ce n'était pas le moment de vouloir jouer, il était en mission. Le fait qu'elle n'insistait pas et qu'elle venait se planquer sous l'ombre de la cathédrale rassurait l'assassin. Elle gardait toujours un petit sourire, de la malice dans le regard, il le connaissait suffisamment bien pour savoir qu'elle avait encore une idée derrière la tête... Ou est-ce juste une satisfaction ? Est-elle simplement capable d'être contente de le revoir ? Talis ne savait pas... Il préférait se méfier. Cela fait un paquet de temps qu'ils ne s'étaient pas vue... Depuis la réunion sous la ville d'Akeraï, ils s'étaient entraperçu de temps à autres alors qu'ils apprenaient les secrets du Sinh. Puis les missions s’enchaînèrent et les mois défilèrent … Avec tout ça, les préparatifs de l'assassinat, et la vie de Talis ne se résumait plus qu'aux missions, manger, dormir un peu, espionner les nuits, récupérer des informations les journées... Pendant des semaines...
Leïna répondit tranquillement à ses questions, qui se voulaient plus polis qu'indiscrètes. Ah, sa vengeance, oui. Talis acquiesce. Il se souvenait très bien de cette histoire, même s'il ne savait toujours pas qui elle poursuivait.
Là aussi par respect et politesse il allait à nouveau éviter de lui poser la question... Et surtout par prudence, car sa mission primait sur tout le reste. Elle primait même sur sa foutue curiosité.

L'avertissement de Talis n'était pas passé dans l'oreille d'une sourde. Il en était presque surpris. Leïna était plutôt impulsive, comme personne, et il s'était attendu à ce qu'elle réagissent comme ça. Mais ce calme là était nouveau... Talis aimait bien ce côté là aussi de Leïna.
Elle lui répondit avec amusement, lui assurant qu'elle avait prise des précautions. Il s'en contenta, elle était assez grande pour savoir ce qu'elle faisait. Mais elle aurait pu choisir des vêtements plus discret pour parfaire ses précautions... Surtout que mine de rien, sous ce manteau, sa tenue était bien trop … Hmm...
Talis détourna le regard.
- Tu vas donc vers la mer, hein ? Moi ma route s'arrête ici... - Il jeta un coup d'oeil vers l'entrée de la cathédrale, et pesta – J'attends quelqu'un … Et il est long.

Beaucoup trop long pour être honnête. Talis posa à nouveau ses yeux dans ceux de Leïna. Il était comme subjugué par ce torrent orangé, comme les flammes du Sinh lorsqu'il arrivait à créer le feu dans sa main. Il s'y trouvait quelque chose de magique dans le regarde de l'elfe et il ne saurait expliquer quoi … Ou alors c'était simplement son imagination qui lui jouait des tours. C'était... gênant. Il devrait peut-être arrêter de la dévisager. Il toussota tout en détournant le visage et replaçait son échappe, rien que pour cacher son état. Il se sentait si bête.
- Je ne vais pas l'attendre indéfiniment... Je pars le retrouver , Finit par faire Talis, changeant de sujet avant même qu'il n'arrive sur le tapis. Si tu veux venir avec moi, une partenaire ne serait pas de trop. Cette ville est dangereuse pour nous deux après tout.

Il était sidéré par ses propres mots, bien qu'il faisait tout pour ne rien laisser paraître. Au bout d'un moment, il savait très bien que Leïna finirait par comprendre que quelque chose clochait. Talis avait toujours eu un faible pour les femmes, certaines femmes en particulier... Il aurait pu tomber sur n'importe qui dans ce monde, mais à l'heure actuelle, il en existe trois capables de le troubler à ce point... : Neige, Nalyna...

Et toi...

Chier. Merde.
Bon sang.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïna Liuwën
Ange Bouquiniste
avatar

Messages : 365
Date d'inscription : 28/01/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari/Assassin
Âge: 76 ans (777)
Signes particuliers: Est surnommée Ange noir. Ses yeux sont tels du feu

MessageSujet: Re: Deux ombres sous l'oeil du Cavalier Blanc (Leïna~)   Ven 8 Déc 2017 - 16:53

Leï se trouva un peu perplexe devant l'insistance du regard de Talis, ne sachant ce qu'elle devait en conclure, d'autant plus qu'il ne semblait pas l'assumer. Qu'est-ce qu'il se passait dans la tête de ce gars, parfois ? Elle aurait aimé savoir. Et probablement énormément de gens auraient apprécié de pouvoir creuser son propre crâne.

- Je ne vais pas l'attendre indéfiniment... Je pars le retrouver. Si tu veux venir avec moi, une partenaire ne serait pas de trop. Cette ville est dangereuse pour nous deux après tout.

L'Ange resta figée de surprise, la bouche légèrement entrouverte, le fixant à son tour. Il lui proposait de l'accompagner ? C'était... inattendu. Et un brin exceptionnel. Elle avait le sentiment que quelque chose lui échappait et cela la frustrait quelque peu – elle faisait assez confiance en l'assassin pour ne pas envisager sérieusement qu'il tentait de la piéger, limitant ainsi son agacement.

Elle eut une brève vision de son maître assassin lui tendant la main, après l'avoir tout juste sauvée de la situation périlleuse dans laquelle il l'avait jetée pour lui apprendre l'humilité.

Veux-tu venir avec moi ?

Et elle avait accepté. Même en se tordant l'esprit, elle ne pouvait voir, encore maintenant, quel autre choix elle aurait pu faire. Sa vie était comme une ligne droite, sans embranchement, et elle avait beau traîner des pieds, elle finirait immanquablement par en franchir les passages obligatoires.

Que la ville soit dangereuse était bien léger comme argument, songea-t-elle. Elle aurait même plutôt pensé que deux silhouettes intrigantes attiraient plus facilement l'attention qu'une seule, mais soit.

Elle s'accorda quelques instants pour réfléchir à sa proposition, les yeux se tournant distraitement vers la statue blanche qui les surplombait. Quoi qu'il en soit, rester ici, même dans l'ombre, risquait à terme d'attirer le regard de quelqu'un d'indésirable.

Il n'y avait rien qui l'empêchait de le suivre un peu, détermina-t-elle. Elle avait tout son temps pour gagner la mer, alors autant profiter de celui qu'elle avait à sa disposition.

De plus, lorsqu'on attendait quelqu'un en particulier, et que ladite personne était en retard, cela était plus souvent significateur de problèmes que de bonnes nouvelles, et elle n'avait guère envie de le laisser se précipiter seul dans un piège, où elle ne savait quelle autre broutille.

Elle retint un soupir à la pensée que l'assassin la sortait beaucoup de sa routine, et elle ignorait si elle en était heureuse ou non. Il pourrait au moins se vanter d'être l'une des très rares personnes à en être capable.

Avec un léger hochement de tête, elle finit par accepter sa proposition. L'idée de pouvoir en profiter pour le taquiner encore un peu fit naître un autre sourire sur ses lèvres. Pauvre Talis.

- Ça me va, finit-elle par répondre. J'ai tout mon temps après tout.

Une pensée lui vint ; celle que l'assassin lui faisait suffisamment confiance, et appréciait suffisamment sa présence pour lui proposer de l'accompagner. C'était une agréable idée.

Elle le fixa à nouveau, brièvement, un air de perplexité sur le visage, avant de se détourner et de rajuster sa capuche noire sur son visage.

- On commence par quoi ?

_________________

"All you have is your fire,
And the place you need to reach
Don't you ever tame your demons,
But always keep 'em on a leash"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Talis d'Akeraï
Ange Bouquiniste
avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 08/02/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 28
Signes particuliers: Il possède une cicatrice dans le dos assez voyante. Souvenir d

MessageSujet: Re: Deux ombres sous l'oeil du Cavalier Blanc (Leïna~)   Ven 8 Déc 2017 - 22:13

Talis grimaça. Pourquoi avait-il fait une pareille proposition ? Son maître lui aurait dit « Mauvais calcule », il aurait eu sans doute raison. Réduire le nombre augmentait la discrétion, mais cette ville possédait certains codes... Deux personnes qui marchaient ensemble était une chose courante à Feïral, c'était d'ailleurs la personne seule qui inquiétait le plus grand nombre. Talis ne connaissait pas encore toutes les coutumes, mais il avait eu le temps d'observer les groupes sociaux et leurs comportements... Rares étaient ceux à être seuls.
Alors être accompagné de Leïna l'aiderait peut-être à se fondre dans la masse, et ses talents d'assassines pouvaient également servir. Talis se demandait à ce propos où elle en était dans son apprentissage du Sinh... Il avait dû mal à supporter l'idée d'être à la traîne sur ce point, mais il avait beaucoup de mal à sentir la magie, à... à avoir confiance en ce bazar.

Leïna finit par accepter sa proposition. Bien. Un nouveau sourire attira le regard de l'assassin pendant plusieurs secondes, puis il se détourna, rajustant sa capuche.
- On va commencer par marcher. Allons nous fondre dans la foule de Feïral. Passer les toits est une entreprise compliquée... Je possède l'adresse de mon informateur, nous allons nous y rendre en faisant un détour... - L'homme passa sa main sur la garde de son épée, comme pour vérifier si elle était prête à l'emploi – Un piège est possible, ou alors il a tout simplement été ralenti … Surtout reste aux aguets du moindre mouvement suspect.

Si Leïna était recherché à Feïral, elle devait savoir comment fonctionnait la ville et ses habitants. Ils devaient se comporter normalement, comme les messieurs et madames tout le monde. Ici, ces gens là étaient joyeux, heureux et adoraient parcourir les rues blanches de leur cité. Les jardins de Feïral étaient réputés et reconnus comme les plus grands et les plus beaux du monde, rivalisant avec les labyrinthe de Quetaïn. D'ailleurs, l'informateur habitait près d'un des jardins en question...
Talis fit signe à l'elfe de le suivre, et il prit les devant. Il espérait qu'elle se tienne tranquille. Pas de jeu cette fois, pas maintenant... Il se dirigea vers la foule. L'avantage c'était que pour deux personnes discrètes issues d'une guilde, dont la réputation n'était pas à refaire, se fondre dans la masse était clairement un jeu d'enfant. Talis observait aux alentours, faisant attention à chaque détail. Il prenait soin de passer par les rues où les troupes de l'Ordre étaient moins nombreuses. Bientôt ils atteindraient les jardins, et ils seraient plus tranquille. Il sera bien plus simple de se camoufler au milieu des décorations, des buissons et des quelques arbres qui s'élevaient.

Les rumeurs n'avaient pas mentis … Il fallait l'avouer que ce jardin était somptueux. Et dire qu'ils s'étendaient sur plusieurs centaine de mètres partout dans la ville. Fantastique !
Il pourrait presque se plaire ici, mais l'heure n'était pas aux rêveries. Alors que des passants leur jeter quelques regards curieux, Talis essayait de placer une atmosphère disons... plus naturel.
- Comment se passe ton entraînement ? , Finit-il par dire sur le ton d'une conversation normale. Il baissa d'un ton, tout en veillant à ce que personne ne les regarde ou ne les suive – J'ai un peu de mal avec mon feu...

Pourquoi... Je lui avoue ça ? Je suis complètement con... Comme si elle pouvait y changer quelque chose ! Remarque, c'est bien la seule qui peut me comprendre sur ce sujet... Ayant reçu les mêmes enseignements, peut-être saura-t-elle m'éclairer.

Il s'exaspérait lui-même... D'une nature habituellement prudente, il se relâchait bien trop avec l'assassine elfe. Il devait reprendre un masque neutre, avant de regretter de s'être trop rapprocher d'elle. Il pouvait se passer n'importe quoi … Et la plupart du temps rien qui l'arrangerait. Même s'il y a peu de chance que Leïna trouble le bon déroulement de sa mission, il devait garder un œil vigilant. Il ne devait pas perdre de vue son objectif, il était trop proche du but...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïna Liuwën
Ange Bouquiniste
avatar

Messages : 365
Date d'inscription : 28/01/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari/Assassin
Âge: 76 ans (777)
Signes particuliers: Est surnommée Ange noir. Ses yeux sont tels du feu

MessageSujet: Re: Deux ombres sous l'oeil du Cavalier Blanc (Leïna~)   Sam 23 Déc 2017 - 6:08

Leï avait le vague sentiment de s'embarquer dans quelque chose qu'elle ne comprenait pas tout à fait. Leur principale et première rencontre avait été brève, certes, et s'était résumée en une succession d’événements brusques et confus, mais elle avait ici le sentiment que Talis se comportait d'une curieuse façon, sans réussir à mettre le doigt dessus.

Qu'importe, décida-t-elle. Inutile de se creuser la tête pour ça. Il finirait par lui dire, ou elle s'en retournerait dans l'ignorance ; qu'importe ? Elle ne savait même pas ce qui l'attendait à la fin de sa route. Ce qui se tramait dans la tête de Talis était bien le moindre de ses soucis – et ce, même si cela chatouillait sa curiosité.

- On va commencer par marcher. Allons nous fondre dans la foule de Feïral. Passer les toits est une entreprise compliquée... Je possède l'adresse de mon informateur, nous allons nous y rendre en faisant un détour... 

Dommage pour les toits, même si, de plein jour, courir sur le ciel de la ville blanche aurait été une entreprise bien stupide. Elle aura bien le temps de s'y amuser plus tard, dans l'une des villes qu'elle traversera, avant de s'engager sur son chemin sans retour.

Un informateur, donc. Rien de très surprenant. Qu'il soit en retard pouvait, en effet, être déjà plus inquiétant, selon les informations qu'il avait en sa possession.

– Un piège est possible, ou alors il a tout simplement été ralenti … Surtout reste aux aguets du moindre mouvement suspect.

Hochant sobrement la tête, l'assassin sortit une de ses fines lames du revers de son manteau, la faisant glisser le long de son poignet d'un geste d'habituée, la camouflant dans sa manche tout en la tenant prête à l'emploi.

Elle marcha tranquillement près de lui, le suivant avec attention, sans chercher à l'ennuyer. Il lui avait proposé de l'accompagner, alors autant ne pas tout faire foirer avec un manque de professionnalisme. Elle l'embêterait plus tard, si tout se passait sans problème. Et s'il en avait envie.

Du peu qu'elle savait de lui, sans doute jamais. Donc tant pis, elle le taquinerait contre son gré, il finirait bien par s'en remettre.

Sérieuse néanmoins, elle promena son regard autour d'elle, toujours cachée dans l'ombre de sa capuche. Cela faisait un petit moment qu'elle n'avait pas dû adopter la discrétion de sa guilde – trop de péripéties imprévues – et tout ceci lui offrait une possibilité de conserver ses réflexes.

Feïral était belle, nota-t-elle. Belle comme une cité austère et froide, rejetant via les reflets du soleil sur sa pierre blanche une fausse impression de chaleur. Elle était ici sur le territoire des Chevaliers, non que cela la préoccupe, mais elle ne s'autorisait pas à se laisser aller à quelque contemplation.

- Comment se passe ton entraînement ? J'ai un peu de mal avec mon feu...

Relevant la tête de son observation détachée des merveilles de Feïral avec un air d'abord surpris, elle finit par grimacer un sourire.

- Eh bien, disons que c'est un peu... impulsif. Je ne parviens pas encore à le dominer, et quand j'ai la possibilité de m'entraîner, il est plutôt incontrôlable. Très étonnant de ma part, n'est-ce pas ? se railla-t-elle.

Elle le fixa avec curiosité.

- Je pensais que tu aurais moins de mal avec le tien. Ça me rassure un peu.

Elle s'en mordit la langue. Quelle idée de se confier ainsi. Comme si elle avait besoin d'être rassurée... Ou peut-être était-ce juste agréable de partager quelque chose avec une personne la comprenant – du moins, sur ce plan-là.

Tout en gardant son attention sur ce qui les entourait, elle continua de l'observer.

- C'est pour quoi, le gars que tu cherches ? Si ça ne t'ennuie pas de me le dire, bien sûr.

L'observant du coin de l’œil, songeuse, elle se surprit à désirer lui parler, que ce soit de futilités – alors que bon sang, elle n'était pas douée à cela – que pour des choses plus profondes.

Elle s'imagina lui narrer son objectif meurtrier et vengeur pour avoir ses retours, son soutien, et cela lui parut un peu faux. Elle n'avait jamais fait ça, elle ne commencerait quand même pas aujourd'hui, même pour son joli visage d'humain.

_________________

"All you have is your fire,
And the place you need to reach
Don't you ever tame your demons,
But always keep 'em on a leash"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Talis d'Akeraï
Ange Bouquiniste
avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 08/02/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 28
Signes particuliers: Il possède une cicatrice dans le dos assez voyante. Souvenir d

MessageSujet: Re: Deux ombres sous l'oeil du Cavalier Blanc (Leïna~)   Mar 20 Fév 2018 - 13:16

Talis s'attendait toujours à ce que Leïna ne réponde jamais à ses questions, ou du moins pas de façon sérieuse. Du peu de fois qu'ils se croisaient, le temps d'une discussion brève, elle était taquine, secrète et préférait couper court pour pouvoir reprendre la mission. Même pendant les quelque entraînements à la Guilde, ils ne pouvaient à peine prendre le temps de s'échanger un simple bonjour. Alors... Pouvoir discuter avec une personne rassurait, même si on était pas encore sûr d'accorder une franche confiance. Talis avait déjà plus confiance en elle qu'en n'importe qui dans cette ville... Feïral n'était pas du même style qu'Akeraï, mais étrangement, l'assassin se trouvait plus en sécurité dans sa cité natale … Feïral ne présentait peut-être pas autant de corruption en extérieur, mais à l'intérieur les deux cités étaient sans doute sur le même bord.
Mais pour en revenir à nos deux tourtereaux, enfin, à nos deux assassins, Talis fixa de nouveau l'elfe.
- Toi au moins tu arrives à sortir quelque chose, malgré que se soit incontrôlable... , Fit-il remarquer, ne cachant pas une pointe de jalousie.

Tout sentiment mis de côté, il reprit un masque de neutralité, sans toutefois réussir à enlever une gêne... Il ne savait pas bien pouvoir il lui parlait de ça, ni d'où lui venait ce besoin. Il était resté un bon moment tout seul sur les routes et... disons que...
- Je le pensais aussi pouvoir y arriver... , Soupira-t-il.

Il indiqua à Leïna de s'arrêter, se positionnant calmement dans les ombres des arbres fruitiers qui jonchaient sur une grande partie du jardin. Ils avaient traversés une bonne partie, et ils étaient presque arrivés au niveau des maisons en bordures. Il suffisait de suivre le chemin pour en sortir et atteindre les habitations, mais ils étaient gênés par la présence de nombreuses personnes qui observaient des buissons fleuris. Talis invita Leïna à attendre, restant le plus naturel possible. A force d'observer les gens, il pouvait aisément deviner que c'était un groupe de guérisseurs ou de médecins étudiant ces fleurs particulières médicinales – d'après les quelque mots qu'il captait d'ici.
- J'ai comme... un blocage, lorsque j'essaye, Continue-t-il tout en restant attentif à ce qui les entouraient – A chaque fois que je réussis une petite étincelle, elle disparaît aussitôt. Parce qu'elle m'effraie. Pourtant j'ai suivi tous les conseils et pratiques des Sinh et rien. Je n'arrive pas à m'enlever cette crainte.

Pourquoi détailler autant ce phénomène ? Talis avait beau avoir sa fierté, il savait reconnaître que l'inconnu pouvait être dangereux. Et il essayait toujours de réduire le plus possible tout ce qui pouvait devenir trop dangereux. Ses missions étaient des succès simplement parce qu'il prenait toutes les précautions nécessaires, avec tactique et gardant une prudence dans tout ce qu'il entreprenait. Il prenait le moins de risques, calculait le moindre pas et apprenait de ses erreurs... Il savait que si une erreur venait à lui être fatale c'était le résultat d'un mauvais calcul. Et il ne pouvait pas se le permettre. Alors avouer un problème à Leïna signifiait qu'il n'avait pas encore trouver le résultat au problème posé sur cette histoire de Sinh.
Il en était désemparé.

Le groupe de médecins sortaient de son champ de vision et il finit par dire tout en se tournant vers elle.
- Si tu connais un truc, je ne suis pas contre... ! ...

A ce moment là, chose qu'il n'avait pas vraiment prévu, c'était son visage relativement proche d'elle. Il ne l'avait pas senti se rapprocher – alors qu'il lui avait pourtant dit de le faire... Mais en général il avait toujours la sensation des choses autour de lui, comme un instinct bien aiguisé par l'entraînement de Maître Gilroy. Mais là, rien, il ne l'avait pas du tout senti et avait oublié qu'elle pouvait en effet se retrouver juste derrière lui. Son regard croisa celui de l'ange noir, intensément orangé. Surpris, Talis voulut reculer et rencontra l'arbre. Dos à lui, il ne pouvait que la regarder, tentant vainement de réprimer son trouble.
Talis reprit un peu son calme lorsqu'elle lui demanda des détails sur sa mission. Le froid balaya finalement la chaleur, pourtant pas si désagréable, de son être, et il reprit son habituel sérieux.
- Il sait beaucoup de choses sur une personne que je traque...

Simple. Concis. Et si froid... d'un seul coup. Comment pouvait-on changer d'émotions aussi vite ? Talis s'en rendit compte, et il voyait en même temps ce qu'il était en train de devenir. Une machine. Un objet qui n'avait qu'une seule idée en tête : celui de tuer Dieter Al-Vyr.
Déstabilisé, le jeune homme passa une main sur son visage et prononça de plates excuses à Leïna. Il ne savait pas bien si elle saisirait le pourquoi de ces excuses, mais au vue de la puissance de ses émotions, il était certain que tout c'était parfaitement vue dans le moindre détail. Après tout, elle aussi avait subis un entraînement strict chez les assassins de la Guilde.
- Excuses-moi , Répéta-t-il – Cette mission est... très importante pour moi. J'ai voyagé seul pendant des semaines sans avoir de résultat et... là encore j'ai l'impression que je vais faire coup blanc. Je suis un peu... sur les nerfs.

"Coup blanc" hein... Me voilà en train de prendre des expressions de Siphéaï... Faut dire que je suis resté un moment là-bas aussi...

Triple buses, parfois il rêvait secrètement de pouvoir se poser et de ne plus réfléchir à rien. Ni à la mission, ni à la vengeance, ni à Nalyna, à rien. Mais c'était impossible... Il devait terminer ce qu'il avait commencé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïna Liuwën
Ange Bouquiniste
avatar

Messages : 365
Date d'inscription : 28/01/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari/Assassin
Âge: 76 ans (777)
Signes particuliers: Est surnommée Ange noir. Ses yeux sont tels du feu

MessageSujet: Re: Deux ombres sous l'oeil du Cavalier Blanc (Leïna~)   Sam 17 Mar 2018 - 12:32

- Toi au moins tu arrives à sortir quelque chose, malgré que se soit incontrôlable...

Elle le fixa un peu trop intensément, surprise. Elle le considérait pourtant comme un assassin talentueux et ne s’attendait pas à ce qu’il ne se démarque pas également dans le domaine du maniement du feu, ou tout du mons à ce qu’il ne l’égale pas à sa façon. D’autant qu’il lui paraissait être quelqu’un d’assez calme pour faire jaillir quelques flammes avec suffisamment de concentration et maintenir un minimum de contrôle dessus.

Elle en venait à se sentir mal pour lui, du fait qu’elle-même n’aurait que peu apprécié de ne pas réussir à user un peu du pouvoir des Assa’Sinh, contrairement à d’autres.

- On pourra s’entraîner ensemble si tu le souhaites, après ta mission ou bien quand je serai de retour de la mienne…


Si retour il y a.

Elle se sentit un peu ridicule, à faire une telle proposition, alors qu’elle n’était pas assurée d’être d’une aide quelconque, ni même que sa présence et sa proposition soient souhaitables. Il pourrait se sentir vexé, en position d’infériorité ou n’importe quoi d’autre. Quoique, Talis ne lui semblait pas être le genre de personne à se sentir inférieur pour une simple suggestion.

Et puis, ce n’était pas son genre, d’ordinaire, de se proposer ainsi. Surtout quand elle avait le sentiment que son futur était aussi vacillant et incertain.

L’ange le suivit dans les ombres, intriguée. Elle l’écouta détailler son blocage, sans savoir comment se positionner. Elle ne s’attendait pas à ce qu’il se confie autant, et c’était à la fois agréable et flatteur, du fait qu’il lui fasse assez confiance pour cela - d’autant qu’elle n’était pas exactement réputée pour son tact et sa diplomatie -, et à la fois troublant, que quelqu’un s’estime assez proche d’elle pour lui parler ainsi. Elle ne savait pas trop quoi en penser.

- Si tu connais un truc, je ne suis pas contre... ! ...

Alors qu’elle s’apprêtait à répondre, son expression réfléchie se fit ouvertement perplexe quand elle le vit agir de façon aussi incohérente, lui faisant oublier sa propre gêne de l’avoir aussi proche d’elle. Lui vint l’idée que si elle n’avait pas eu tant de difficultés à saisir les émotions d’autrui, il ne lui aurait pas été difficile de comprendre exactement ce qui tournait dans la tête de son collègue assassin.

Soit elle allait devoir continuer à réfléchir dans le vide, soit elle n’avait plus qu’à lui extorquer le pourquoi de tout cela. Et toute professionnelle de la traque qu’elle était, sa patience restait toujours limitée.

Le fait est que le questionner maintenant, alors qu’il cherchait son informateur porté disparu, n’était pas des plus délicats, et dans l’idéal elle se devait de reporter son interrogatoire à plus tard. Enfin, sauf s’il persistait dans son comportement ; peut-être s’accorderait-elle une dérogation.

- Hm… tenta-t-elle de réfléchir, chassant ses dernières réflexions parasites. Il y a une raison particulière pour que le feu t’effraie ? Sinon, je pense qu’à force tu devrais pouvoir t’y habituer. Il y a aussi moyen d’essayer de t’entraîner dans des lieux plus sécurisants, où tu peux être sûr de ne rien brûler de trop grave.

Elle esquissa un sourire incertain.

- Je suis moins précautionneuse, d’où probablement mon absence de crainte quant aux flammes, et donc mes facilités ici, je suppose.

Et puis, elle était fascinée par les flammes qu'elle pouvait faire naître ; probablement trop, d'ailleurs, pour ne pas devenir un danger public ambulant. Ses propres difficultés se posaient dans la maîtrise du pouvoir et ses lacunes en matière de concentration.

Ce serait dommage de raser un terrain par inadvertance, quand même, bien que cela ferait un joli spectacle.

Chassant l'image de Quetaïn rasée par les flammes de son esprit, elle retourna son attention vers l'assassin.

- Il sait beaucoup de choses sur une personne que je traque...

Elle haussa un sourcil devant son volte-face émotionnel. Pas aussi calme qu’elle ne l’aurait supposé, finalement. Cela semblait être un bazar sans nom, dans sa jolie tête. A s’y noyer peut-être.

- Excuses-moi. Cette mission est... très importante pour moi. J'ai voyagé seul pendant des semaines sans avoir de résultat et... là encore j'ai l'impression que je vais faire coup blanc. Je suis un peu... sur les nerfs.

L’ange haussa familièrement les épaules en réponse.

- Pas de problème, je peux comprendre.

Un mauvais trait d'humour lui traversa l'esprit. Elle esquissa un sourire un peu narquois, espérant tout de même qu’il ne prendrait pas trop mal sa prochaine remarque.

- Essaie de te détendre quand même, au cas où ton informateur nous mènerait dans les ennuis, autant être un minimum aux aguets. C’est moi qui te perturbe ainsi ?

_________________

"All you have is your fire,
And the place you need to reach
Don't you ever tame your demons,
But always keep 'em on a leash"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Talis d'Akeraï
Ange Bouquiniste
avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 08/02/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 28
Signes particuliers: Il possède une cicatrice dans le dos assez voyante. Souvenir d

MessageSujet: Re: Deux ombres sous l'oeil du Cavalier Blanc (Leïna~)   Jeu 12 Avr 2018 - 17:02

Talis appréciait, sur le moment, la proposition de l'ange noir. Mais son sourire fut aussi fugace que ce sentiment alors que la conversation avait dérivé sur cette histoire de vengeance, rendant son cœur plus sombre... Il finira par maîtriser le savoir des Assa'Sinh. Un jour... Avec l'aide d'une amie pourquoi pas. Une... une amie ? L'était-elle vraiment ? C'était dangereux de croire à ce genre de fantaisie, cher Talis... A ta connaissance tu ne saurais toujours pas dire avec certitude si tu pouvais lui faire confiance... Le fait qu'elle rejoigne le groupe très fermé des Assa'Sinh faisait d'elle une réelle alliée ?
Probablement plus que la plupart des gens dans la ville blanche de Feïral … Actuellement, même Nalyna pouvait être dangereuse, puisqu'elle était devenue écuyère dans l'Ordre.
- Une raison particulière ? , Répondit-il machinalement alors qu'il reprit la marche.

Il finit par s'arrêter de nouveau, observant les gens, se remémorant du chemin à prendre.
- Je crois que je ne suis pas encore serein... Comme si je manquais de … confiance. En ce pouvoir, en ces flammes. - Il jeta un coup d’œil vers elle mais évita de croiser les pupilles – J'imagine que ça doit te paraître stupide d'avoir peur... - Il souffla, agacé par ses propres propos – Oublie ça... Je pense que ton idée est très bonne et... On verra ça plus tard !

Talis avait bien noté les traits perplexes de Leïna lorsqu'il s'était rapproché d'un peu trop près de son visage. Elle allait sans aucun doute lui demander des explications. Non pas que cela le gênerait de répondre à un interrogatoire, venant d'une experte comme elle, il s'y attendait... Mais répondre à des questions concernant ses sentiments qui étaient à l'état d'un fouillis monstrueux allait certainement le déstabiliser. Dans ces cas là, il ne maîtrisait pas très bien la situation, en particulier s'il était face à une personne qui profitait bien des hommes tel que lui … C'était déjà arrivé.

Essayant de faire comme si tout allait bien, Talis écoutait Leïna attentivement tout en lui indiquant le chemin, passant devant. Ils s'approchaient inéluctablement de la maison de son informateur. Talis se raidit un peu plus lorsque Leïna lui fit sa remarque. Se détendre ? Était-il si... Oui, il l'était. Certes. Contrarié, il se retourna vers elle... Lui demander à quel moment il n'était pas attentif lors de ses missions devait se faire... Mais finalement, sa voix ne sortit point. A la place, il avait plongé son regard dans le siens et son esprit s'était concentré sur la seconde question.
- Toi... ? , Fit-il, comme s'il venait de se réveillé après quelque secondes de silence.

Et alors qu'il allait argumenter, il entendit du bruit dans la ruelle. En un réflexe fulgurant, même pour un humain, il passa le bras devant Leïna et la plaqua contre le mur. Lui-même tout contre elle, son autre main avait déjà sortie une dague. Sa respiration s'était accéléré, mais son regard sillonnait les alentours. A la sortie des jardins, la rue se coupait en trois direction. L'informateur habitait juste dans celle de gauche, là d'où était venu le bruit. La fin de journée arrivait et les ruelles commençaient déjà à être désertées. Talis se tourna vers Leïna, son visage à nouveau proche du sien... Trois fois qu'ils se retrouvaient aussi proche l'un de l'autre, et pourtant jamais il n'avait été aussi troublé par ce point...
L'homme s'excusa du regard et retira son bras protecteur :
- Restes aux aguets... Il se passe quelque chose d'étrange ici.

Il n'avait pas voulu entraîner un autre assassin dans ses affaires, mais puisqu'elle était désormais à ses côtés, autant qu'elle soit la plus prudente possible. Tous les deux encapuchonnés, leurs identités ne pouvaient pas être révélé, mais Talis savait, sans les détails, que Leïna avait déjà eu des problèmes dans cette ville. Si les choses venaient à se gâter, il devra agir ou cette affaire risquait de devenir publique. Et il perdrait le soutien d'Inanna Al'Vyr.
En s'approchant, il reconnut la description de la demeure de l'homme qu'il cherchait. Avec beaucoup de prudence, il s'avança, passant par l'arrière. Il découvrit une porte fracturée... Il fit signe à Leïna de passer par le toit, au cas où les intrus seraient encore présents. Il emprunta la porte et pénétra dans ce qui semble être un sellier, où des chaises en bois, des tables, et une planche de travail étaient encore en état. Il fureta comme une ombre et prit la seconde porte, qui s'ouvrit avec un très léger grincement. Talis serra les dents, et sortit son arbalète de poing. Il s'attendait à découvrir du monde, mais il découvrit une pièce vide de vie. Rien n'avait été désordonné, tout était en place, ce qui retirait la possibilité d'un cambriolage. Talis entendit des bruits de pas venant d'au dessus. Leïna n'allait pas tarder à le rejoindre. Gardant tout de même son arbalète à la main, il s'avança dans les ténèbres. Seule la fenêtre pouvait éclairer la pièce si elle n'était pas couverte d'un drap, servant de rideau de fortune. Après s'être assuré d'être bien seul, il poussa le drap pour faire entrer la faible lumière du jour. Et ses yeux se posèrent sur un spectacle macabre...
- Putain de merde... , murmura l'assassin, à la fois désemparé et en colère.

Son informateur était là, une corde à son cou et pendu à une poutre. Talis s'approcha, amer, et rangea son arme. D'après l'état du corps, la mort était récente. Ce qui l'intriguait, en l'examinant, c'était de trouver des blessures, comme si on l'avait battu. C'était sans doute ça la cause de sa mort, et la pendaison devait servir de prétexte... Il fallait le dire, la milice n'aurait pas spécialement vue les lésions, seul un connaisseur ou un guérisseur aurait pu s'en apercevoir. Mais ils n'auraient pas fait de liens... Alors que Talis était tout à fait capable de voir qu'une personne avait voulu se débarrasser de cet homme tout en essayant de faire passer sa mort pour un accident ou un suicide. Mais qui ?! Qui était capable d'être au courant que cet homme était en possession d'information sur Dieter ? Et surtout, qui était capable de connaître les affaires secrètes à la fois d'une Reine-Marchande mais aussi de la Guilde ?
Il sentit Leïna non loin, incapable de savoir depuis combien de temps elle observait. Talis entendit d'autres bruits à l'extérieur de la maison. Ils devaient fuir !
- Vite !

Un simple mot. Il prit la main de l'ange noir et passa par la porte du sellier. Ils s'enfuirent, préférant ne pas vérifier qui passait dans la rue. Cela pouvait être de simple passant, Talis voulait éviter tout contact avec les gens de Feïral et ne pas créer de lien entre ce suicide maquillé et les assassins. Ils passèrent plus d'une heure à traverser la ville à pas rapide, et ne s'arrêtèrent que lorsque Talis pensait être en sécurité... Caché sur le toit d'un bordel (sans aucun doute un des Temples d'Inanna), il reprenait son souffle... Abaissant sa capuche, il s’essaya posant son front contre un de ses genou. Bordel... Il était si fatigué... Toutes ces recherches réduites à néant par des gens qui l'avaient devancé... Il mettrait sa main à brûler par le Sinh juste pour connaître l'identité de ceux qui étaient capable de savoir des choses avant la Reine-Marchande. Il ferma les yeux quelque instant, mais sa voix était portée à l'attention de son binôme :
- Je suis désolé de t'avoir entraîné dans cette merde, Leï' …

Attends... Jamais il ne l'avait appelé de cette façon... ? Pourquoi maintenant ? J'espère qu'elle ne lui en tiendra pas rigueur et que la fin de sa phrase était partie dans la brise du vent... Allez...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïna Liuwën
Ange Bouquiniste
avatar

Messages : 365
Date d'inscription : 28/01/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari/Assassin
Âge: 76 ans (777)
Signes particuliers: Est surnommée Ange noir. Ses yeux sont tels du feu

MessageSujet: Re: Deux ombres sous l'oeil du Cavalier Blanc (Leïna~)   Dim 20 Mai 2018 - 4:04

J'imagine que ça doit te paraître stupide d'avoir peur..Oublie ça... Je pense que ton idée est très bonne et... On verra ça plus tard !

Elle haussa les épaules. En temps normal, avec n’importe qui d’autre, oui, elle aurait trouvé cela stupide ; elle n’était, après tout, pas exactement le genre de personne à faire dans le social et la gentillesse. Avec lui, aussi étrange à ses yeux que cela pouvait être, elle faisait une exception. Après tout, il était l'une des rares personnes qu'elle aurait pu se risquer à qualifier d'ami – voir la seule.

– Ce n’est pas stupide d’avoir peur, fit-elle maladroitement, bien que sentant sa remarque comme déplacée.

Elle sentait la situation devenir de plus en plus étrange et était confuse. Il y avait toujours ce sentiment latent que quelque chose lui échappait, plus ou moins contre son gré, et que Talis en était la source.

- Toi... ?

Avant qu’elle songe à réagir, concentrée sur ses paroles et son expression, elle se retrouva contre le mur de la ruelle. Décontenancée – c’est qu’il était quand même assez rapide, et avec de bons réflexes, celui-là –, elle réfréna son inconscient qui lui recommandait de le repousser, fit glisser une de ses lames dans la paume de sa main, ses sens aux aguets.

Après quelques instants, elle s’apprêtait à l’interroger sur ce qu’il avait perçu, vit son visage tout proche du sien, fit le lien avec la chaleur de son corps qu’elle pouvait sentir et se sentit stupidement rougir, confrontée au mélange incohérent de sensations qu’elle tentait plus ou moins vainement d’appréhender.

Avant qu’elle ne s’égare trop dans ses questionnements, Talis s’écarta d’elle, la laissant dans un océan de perplexité.

- Restes aux aguets... Il se passe quelque chose d'étrange ici.

Leï hocha la tête, rajusta sa capuche sur ses yeux en espérant masquer son expression et la rpugeur de ses joues. Ses pas légers frôlaient les dalles de pierre sur lesquelles ils marchaient, son regard furetait, son corps tendu. Dans de telles situations, elle avait l’habitude d’être parcourue par des vagues d’adrénaline, qu’elle se devait de contrôler pour ne pas finir découverte, au mieux ; l’ennui étant qu’évidemment, elle s’était rendu compte il y a bien longtemps qu’elle était devenue accro à ladite adrénaline.

Obéissant en silence aux directions de Talis, elle passa les mains sur le mur de la maison face à elle, crocheta un bord de fenêtre et s’élança vers le ciel – et le toit – avec son adresse habituelle. Elle n’était peut-être pas très raisonnée, mais en aurait battu plus d’un à ce jeu.

Une fois suspendue sur l’habitation, dans les ombres d’un arbre proche, elle parcourut brièvement l’horizon du regard afin de vérifier que nul ne l’avait vue, puis fureta à la recherche d’une trappe.

Cette dernière, fermée à clé, ne lui résista pas longtemps, et c’est toujours dans un silence précautionneux qu’elle se laissa glisser dans la masure. Suspendue par les mains à la trappe, elle regarda la pièce qui s’offrait à ses yeux, et se laissa choir sur le plancher.

Rajustant sa capuche, une lame dans la main par précaution, elle fouilla rapidement la pièce, par ailleurs peu meublée. Un fragment de papier plié, délaissé sur une table d’écriture, attira son attention, et elle le rangea dans une de ses poches sans s’y attarder pour le moment.

Ayant vite fait le tour de l’endroit, elle se donna un bref moment pour reprendre son souffle. Ce simple coup de main prenait des tournures étranges, et elle ne savait si elle désirait en voir le dénouement ou s'enfuir auparavant.

Un regard vers la trappe du plafond, mais elle écarta vite l'idée de disparaître par là. Si Talis était capable d'essayer de se confronter à sa peur du feu, elle pouvait bien gérer un simple assassin ; même si elle se sentait complètement perdue et confuse.

Secouant la tête, elle emprunta un petit escalier pour rejoindre son confrère. Glissant sans bruit sur le plancher, l'ange se posta à l’embrasure de la porte, observant la scène sous ses yeux.

Un mort, évidemment.

Sinistre présage, l’ombre du pendu oscillait sur le mur, à la faveur de la faible lumière apportée par l’ouverture du drap sur la fenêtre.

Leïna n’avait aucunement besoin de s’approcher du corps pour sentir le coup monté. Un informateur qui meurt soudainement, que ce soit par suicide ou non, peu de temps avant d’honorer un rendez-vous, ce n’est jamais bon signe.

- Vite !

Déjà en partie sur ses gardes, du fait de la situation, le bref mot agressa ses sens et acheva de la mettre sur le qui-vive. Elle ne fit que peu de cas de la main de Talis prenant la sienne, estimant qu’il y avait plus urgent que cela – à croire qu’elle commençait à faire usage d’un minimum de sagesse.

Elle fila avec lui à travers la ville, peu désireuse également d’être entraperçue ici par les temps actuels. Ses cheveux comme ses yeux faisaient d’elle une cible facilement reconnaissable, quelque chose avec lequel elle devra se débrouiller, si un jour elle désire quitter l’assassinat ; idée vague parmi d’autres.

A sa place au sommet du toit, comme sur toute hauteur, elle observa silencieusement Talis, qui semblait plus ou moins au bout de sa vie. Une piste qui s’efface, c’est rageant. Quand il s’agit du crime pour lequel vous vivez, c’est bien pire.

Est-ce qu’il avait lui aussi cette hâte entremêlée à cette répugnance, qui le freinait dans ses recherches, comme si, une fois le but atteint, le monde s’auto-détruirait dans le silence ? Ou était-il moins fou et sans chemin à prendre qu’elle ?

- Je suis désolé de t'avoir entraîné dans cette merde, Leï' …

Elle agita vaguement la main. Peu lui importait, tant que tout cela ne la détournait pas trop de son propre objectif. S’enfuir, courir dans les rues et se réfugier sur un toit ne représentait au final rien d’incroyable. Elle était, par contre, plus désolée pour lui, qui voyait son indice partir plus ou moins en fumée.

Peut-être devrait-elle montrer son soutien ? Comment, alors ? Perplexe face à elle-même, elle tapota maladroitement son épaule, retira vite sa main.

– Pas de problème. Tu comptes faire quoi, maintenant ? J’ai toujours du temps à perdre, si besoin.


Suite à son mouvement, elle sentit le fragment de papier, somnolant toujours dans sa poche. Elle décida qu'elle le lirait avant de lui remettre, au cas où il ne s'agirait de rien d'important. Inutile de lui donner de faux espoirs, n'est-ce pas ?

_________________

"All you have is your fire,
And the place you need to reach
Don't you ever tame your demons,
But always keep 'em on a leash"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Talis d'Akeraï
Ange Bouquiniste
avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 08/02/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 28
Signes particuliers: Il possède une cicatrice dans le dos assez voyante. Souvenir d

MessageSujet: Re: Deux ombres sous l'oeil du Cavalier Blanc (Leïna~)   Sam 4 Aoû 2018 - 17:42

Talis n’entendit pas tout de suite la question de Leïna. Il se remémorait tout ce qu’il avait fait, pas à pas : Son enquête sur Quetaïn, son voyage pour venir jusqu’ici, ses investigations secrètes au milieu des rues de la cité Blanche, sa prise de contact avec l’informateur et pour finir… Rien. Il avait pourtant tout fait dans la discrétion la plus totale et avait veillé à ce que l’informateur lui-même ne soit pas en danger. Un suicide ? Non, il s’était fait tué ! Mais par qui ?! Qui pouvait savoir des choses alors que l’enquête d’Inanna et de son assassin s’était fait rapidement, sans aucune bavure ? Qui était capable de savoir à l’avance où allait se trouver l’informateur, le tuer et repartir sans laisser de traces ? Qui… et comment avait-il fait ?

Il en vint même à douter de lui-même. Avait-il laissé des traces, ou des informations quelque part sans s’en rendre compte ? Cela ne lui ressemblait pas… Peut-être une personne au Temple du Soleil et de la Lune avait parlé ? Personne n’était censé être au courant de ses recherches à part la Mère et son Féal. Il doutait fortement qu’Utu se mette à divulguer des informations capitales au détriment de sa maitresse.
Dans tous les cas, le résultat restait le même… : son informateur était décédé, et une piste venait de s’éclipser, de partir en fumer, de voler sous le nez de l’assassin.

Talis frappe du poing le toit, rompant le silence qui s’était installé. Il avait momentanément oublié la présence de Leïna… Il laissa autre chose l’accompagner. La rage. Une partenaire destructrice, incontrôlable, celle qui écarta le bon sens et le calme légendaire dont il faisait preuve normalement. Mais en temps normal, il maîtrisait la situation… Et il ne supportait pas perdre le fil.

Dieter Al-Vyr doit mourir. C’était tout ce qui voulait.

Talis se rendit compte dans quel état il s’était mis, et il cligna des yeux vers Leïna, qui attendait toujours une réponse à sa question. Il se sentait con. Vraiment très con. Il n’aimait pas perdre le contrôle sur ses émotions… On lui avait enseigné l’art d’être une ombre sans état d’âme, car il devait garder le contrôle à la fois sur son corps mais aussi son esprit. Le sang-froid, le plus total, avant de trancher la gorge de sa cible. C’était ainsi la vie d’un assassin de la Guilde.

Il finit par secouer la tête, comme sorti d’un mauvais rêve, et souffla :
- Je n’en sais rien.

Drôle de façon d’avancer hein ? Lui qui savait toujours où il allait. Un seul objectif, sans penser à autre chose… Même pas à Nalyna. Parce que s’il pensait à elle, il avait mal. Une douleur qui lui déchirait les entrailles et au plus profond de lui il souhaitait que tout cela finisse. Qu’il puisse enfin assouvir leur vengeance, tuer, détruire, annihiler totalement Dieter et l’effacer de ce monde, en faisant en sorte que tout le monde l’oubli, comme la merde qu’il fût. Il voulait laver le nom des parents de Nalyna, il voulait… Quoi après ? Il n’y pensait pas.
Comment penser à l’avenir lorsque l’on restait fixé sur un objectif aussi macabre ?

Oui et après, que fera-t-il…

Il éclata de rire, un son triste et sans aucune note de joyeuseté :
- C’est vrai, normalement j’aurais dû te répondre que je vais continuer à chercher, en faisant attention à effacer mes traces… Mais comment puis-je lutter comme un ennemi invisible ?! - Il reprit son calme, celui dont on lui connaissait mieux – Je… ne suis qu’un simple assassin, en quête de vengeance…

Il ne voulait pas qu'on le plaigne. C’était sans doute pour cette raison qu’il ne voulait pas parler de Nalyna. Mais il repensa à elle, en ce début de soirée, et cela lui faisait tellement mal. Il en mit une main sur sa bouche, les yeux clos, comme s’il allait dégobiller le peu de nourriture ingurgité durant sa matinée agitée. Il maîtrisa avec perfection ses états d’âmes et il finit par dire :
- Mon comportement doit te paraître… excessif. J’en suis… désolé.

Ses émotions, ses sentiments, ses sensations, tout partaient en vrille depuis quelque temps. Et même s’il savait les contrôler, il arrivait parfois où il s’y perdait. Et la présence de Leïna ne le laissait pas du tout indifférent. Il avait appris à l’apprécier, avec le temps, et à voir en elle une personne de qualité et de talent, en ce qui concernait leur métier… Et au moment le plus troublant de son existence, alors qu’il se trouvait totalement perdu suite à son échec, elle était présente. Et elle restait. Pourquoi d’ailleurs ?
Peu importait. Il… Il voulait qu’elle reste, même encore un peu. La solitude finissait toujours par le peser, et il était resté tout seul bien trop longtemps.
- Si tu as vraiment du temps à perdre… Restes. S’il te plait.

Comment pouvait-il lui demander une chose pareille ?! Est-ce qu’il se sentait redevable de l’avoir accompagné… ? Elle l’avait fait sans y être obligé et aurait pu être en danger, comme le voulait ce foutu boulot. Lorsqu’on était un assassin la mort était omniprésente. Alors oui, il se sentait redevable.

Talis jeta un léger coup d’œil hésitant vers elle, soudainement mal à l’aise. Il se sentait paumé et incapable de répondre finalement à la véritable question : Et maintenant… ?

Et demain… Que feras-tu ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Deux ombres sous l'oeil du Cavalier Blanc (Leïna~)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Deux ombres sous l'oeil du Cavalier Blanc (Leïna~)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» CONVENTION Sous l'oeil de Mélusine 2015
» Sous l'oeil du renard la délégation revient
» Quand on se rend compte qu'on a deux ombres...[Aleksandra]
» Deux chevaus sous le soleil brûlant
» Deux Hagsmons sous le soleil (PV Corone)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Guildes d'Aranor :: Sur la Terre :: Royaume de Feïral :: La cité blanche Feïral :: Cathédrale du Cavalier Blanc-