C H A T



 

Partagez | 
 

 Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Teinakh Daergen
Mortel
avatar

Messages : 163
Date d'inscription : 13/03/2014

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Sryles/Cartographe
Âge: 27 ans
Signes particuliers: Cheveux noirs attachés en une unique tresse descendant jusqu

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Mer 1 Mar 2017 - 12:36

    Quand elle lui hurle dessus, elle reste à distance, elle ne se rue pas sur lui comme elle l'a fait la veille. Ce détail interpèle Teinakh, dont l'esprit considère Ambre comme si elle l'attaquait. Elle est violente et terriblement aggressive, à tel point que, d'instinct, le cartographe adopte une posture mentale de combat. Mais cette distance qu'elle ne franchit pas lui pose question. Quelque chose en elle justifie qu'elle reste loin de lui, c'est comme si elle était remplie d'un malaise, comme si elle sentait que trop de choses lui échappent. Comme si elle se forçait à garder des précautions malgré sa colère. Et Teinakh peut le comprendre. Si elle est vraiment habitée par toute la violence qu'il lit dans ses yeux, par toute la peur qu'il sent dans con cœur, alors il y a entre eux un gouffre, un monde, un univers qui les sépare. Toute la joie et la sérénité qui le caractérisent doivent apparaître comme source d'une incompréhension abyssale pour elle.
    Cette pensée l'attendrit. Il reste concentré, prêt à réagir si elle l'attaque, et se détend. S'il explique qu'il ne cache rien, elle ne le croira pas. Il ne fera que renforcer sa colère et son incompréhension. Il doit l'amadouer en la faisant parler. Il doit faire en sorte qu'elle parle encore, qu'elle continue de se livrer comme elle a commencé à le faire en faisant sortir toutes ces questions de sa tête. Car c'est en se livrant que l'être humain libère son cœur.
    Il est très calme et serein quand il répond :
    — N'est-ce pas vous qui cachez quelque chose ? Pourquoi cette rage quand je suis intervenu, hier ? Je vous ai permis de ne pas tuer une innocente, qu'est-ce qui, dans ce fait, m'a valu une telle violence ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fira Tal'Ukhan
Mortel
avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 01/04/2016

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 18 ans
Signes particuliers: Des yeux oranges, comme deux ambres.

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Jeu 2 Mar 2017 - 11:50

    Fira bout de colère. Elle siffle entre ses dents :
    — Assez de faux semblants...
    Elle fait un pas vers lui.
    — Tu veux savoir ?
    Elle se tourne brusquement vers Yllianna, lui jette de sa voix sèche :
    — Et toi ? Tu veux savoir pourquoi je voulais te tuer ? Pourquoi je t'ai trahie ? Pourquoi je t'ai épargnée jusqu'à maintenant alors que je me fous éperdument de ta vie ?
    Alors, Fira révèle. Elle révèle comment la Guilde des Assassins a reçu un contrat sur la tête du chef de bande le plus influent de la région, Irilak, de la part d'Arthys Sombre-Argent. Le Seigneur Marchand, supérieur hiérarchique de Saurren D'Arhin et en conséquence, employeur d'Yllianna, se plaignait que de nombreuses caravanes de sa compagnie étaient attaquées par les hommes d'Irilak et voulait le voir mort. Elle révèle que c'est elle qui a récupéré le contrat et qu'elle a traqué Irilak pendant trois mois sans parvenir à le débusquer, souffrant du fait qu'il connaît bien mieux la région qu'elle.
    Elle crache qu'elle a fini par changer de tactique, intégrant un convoi d'Arthys. Elle comptait sur le fait que le convoi se ferait attaquer par des hommes d'Irilak et elle s'apprêtait à manœuvrer pour que, lors de l'attaque, seuls deux bandits restent debout quand il ne resterait plus qu'un membre de la caravane vivant en plus d'elle-même. Alors, elle aurait négocié son intégration dans la bande en échange de la vie du dernier rescapé du convoi, offrant ainsi la réussite de leur mission aux brigands. Ceux-ci l'auraient ensuite amenée devant leur chef, ignorants qu'ils signeraient par là-même l'arrêt de mort d'Irilak. Mais Teinakh était intervenu.
    — Tu as tout foutu en l'air. Tu t'es arrangé pour que ces imbéciles n'accordent plus aucun crédit à ma parole. Mais tout n'était pas perdu. Tu pouvais m'aider. Peut-être que tu connaissais la région, auquel cas, tu pouvais m'être utile pour débusquer ma cible.
    Elle s'adresse à Yllianna, lui lâchant avec colère et dépit :
    — Voilà pourquoi tu es en vie ! Simplement parce qu'il s'est arrangé pour que je n'ai plus aucune raison de t'abattre. Parce que si je te tuais après ça, il n'aurait plus jamais accepté de m'aider ! Et parce que j'ai bien compris qu'il est le genre de type sur lequel la menace n'a aucune prise !
    La déclaration a duré longtemps, Fira n'a pas l'habitude de parler ainsi, surtout pas avec autant d'émotions. Une fois ces derniers mots prononcés, elle est haletante. Mais le silence est de courte durée, le calme n'a pas le temps de retomber.
    — Là ! Ils sont par ici !!
    La source de la voix se trouve à une bonne cinquantaine de mètres plus loin. Ils sont repérés. Le cartographe est prompt à réagir. Il lance d'une voix concentrée :
    — Venez !
    Le petit groupe s'élance, aussi rapidement que leur permet la végétation dense. Après une bonne minute de course déterminée, ils tombent nez-à-nez avec six brigands, alertés par le cri de leur camarade. Un sourire grotesque déforme le visage de Fira. Voilà qui va l'aider à calmer ses nerfs... Sans arrêter sa course, elle plonge sur un bandit, s'agrippant à son torse alors qu'il tombe à la renverse. Pendant les deux roulé-boulés qu'ils effectuent, elle dégaine un poignard et défonce la cage thoracique de l'homme, le perforant à six reprises. De leur côté, les cinq autres bandits se ruent sur Yllianna et Teinakh.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yllianna Lunéa
Mortel
avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 26/05/2016

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Weranoï/Marchand
Âge: 27 ans (826)
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Lun 13 Mar 2017 - 20:56

Le ton monte de plus en plus entre Teinakh et la morveuse. Alors que nous progressions dans la lisière des bois, la gamine s'est brutalement arrêtée et s'est mise à agresser le cartographe, certaine que son aide serait en fait une contrepartie d'un marché qu'il nous cachait pour le moment. Malgré les tentatives du cartographe pour la calmer, elle fulmine de plus en plus. Si elle a commencé par parler, elle hurle à présent. C'est mauvais ; nous ne sommes pas assez enfoncés dans les bois pour nous permettre d'être aussi bruyant. Le couvert ds arbres nous permet de ne pas être vu depuis la route mais nous ne pouvons pas voir correctement s'il y a des gens qui l'arpentent non plus. Les exclamations de la petite furie risquent d'être entendues... Je songe à lui intimer de baisser d'un ton mais je préfère rester en retrait dans cette nouvelle querelles dépourvue de sens. Manque de chance, la meurtrière s'en charge pour moi. Alors que notre guide la met dos au mur en la prenant à son jeu de questions, elle marmonne entre ses dents d'un ton furieux à  :

— Assez de faux semblants...Tu veux savoir ? puis elle se retourne vers moi et crache d'une voix haineuse : Et toi ? Tu veux savoir pourquoi je voulais te tuer ? Pourquoi je t'ai trahie ? Pourquoi je t'ai épargnée jusqu'à maintenant alors que je me fous éperdument de ta vie ?

Je recule d'un pas alors que cette nouvelle vague de violence me frappe de plein fouet. Je songe à m'en aller tout simplement mais l'idée d'enfin comprendre la raison tant attendue de toutes ces horreurs est assez alléchante pour que je reste là et lui rende son regard noir, attendant que cette gamine vide enfin son sac.

Elle se met alors à parler. Mon visage se décompose alors qu'elle révèle l'atrocité insoupçonnable de la situation. Elle avoue être un assassin de la Guilde d'Akeraï. Elle raconte comment elle a passé un contrat avec le seigneur marchand qui a organisé le convoi. Comment elle avait prévu ma mort et celles de tous les autres. Comment ma vie n'était pour elle qu'une insignifiante gêne qu'elle aurait déjà déjà abrégée si elle n'avait pas besoin de Teinakh. Alors que je vacille sous le coup de cette révélation, elle achève avec dédain :

— Voilà pourquoi tu es en vie ! Simplement parce qu'il s'est arrangé pour que je n'ai plus aucune raison de t'abattre. Parce que si je te tuais après ça, il n'aurait plus jamais accepté de m'aider ! Et parce que j'ai bien compris qu'il est le genre de type sur lequel la menace n'a aucune prise !

Tout tourne autour de moi. Je me sens livide. Alors que je n'y pensais plus vraiment, le pétrin dans lequel je suis me revient en pleine face. Je sens tout de même une pointe de rage envers cette fille. J'ai toujours méprisé les assassins pour qui la vie n'a guère plus de valeur qu'une poignée de pièces. Je ne sais quoi répondre. L'insulter ? La traiter de monstre ? À l'évidence, ce serait un compliment pour elle. La haine engendre la haine, de ce point de vue, le silence la meilleure solution. Je me contente de détourner la tête, l'empêchant ainsi de voir mes dents serrées ou mes larmes qui commencent déjà à revenir.

Le calme revient finalement sur notre groupe. Seul les halètements de l'assassin viennent perturber le silence. Même les oiseaux se sont tus. Soudain, une voix lointaine résonne :

— Là ! Ils sont par ici !!

Nous nous retournons tous d'un même mouvement. Un typr nous montre du doigt à une centaine de mètres. Il vient de la route. C'était à prévoir... ses alliés sont donc en train de nous foncer dessus. Inutile d'espérer un plan censé de la part de Fira, je me retourne donc vers notre guide. Il semble avoir déjà trouver notre échappatoire, il est tourné en direction du cœur de la forêt et nous lance :

— Venez !

Nous lui emboîtons le pas et partons au pas de courses à travers les arbres. Les buissons, fougères et racines ne nous simplifient pas la tâche mais nous arrivons tout de même à nous éloigner à bonne allure. Malheureusement,  quelques instants plus tard, nous tombons nez-à-nez avec un groupe de brigands. Six en tout. Je grimace. Nous sommes pris en tenailles. Ce groupe nous barre la route. Nous devons rapidement passer au travers sinon leurs alliés les rejoindront et nous seront vite submergé. Il faut espérer que le groupe que l'éclaireur appelait soit resté assez loin sur la route mais je doute que nous ayons plus de cinq ou dix minutes avant qu'il n'arrive.

Alors que nos adversaires se déploient en éventail, la gamine se rue sur l'un d'eux et l'entraine hors de la mêlée. Les cinq combattants restants ne leur accordent que peu d'attention, persuadé que leur camarade saura gérer cette morveuse. Je le souhaite bien sincèrement mais j'en doute... Ils se séparent alors. Trois d'entre eux foncent sur Teinakh et l'isolent tandis que les deux derniers s'approchent de moi. L'un d'eux, armé d'une hache me lance avec un rictus cruel :

-Tu te souviens de moi, ma jolie ?

Je me fige une demi-seconde. C'est le bandit à la hache d'hier. Un de ceux que j'ai combattu mais pas vaincu. Le cartographe l'avait assommé. Comprenant à mon expression que je l'ai reconnu, il rit d'un air glauque et continue :

-C'est bien ouais ! Tu m'as pas loupé ! Mais j'en ai pas fini avec toi ! T'inquiète, je vais pas te tuer... On va jouer avant. Pendant longtemps, tu verras...

Je dégaine mes lames, prête à les recevoir. Du bras gauche, j'envoie un balayage visant à maintenir le bandit à la hache à l'écart tandis que je tente de porter un coup d'estoc à son camarade, armé d'une masse et d'un lourd bouclier de fer.  Malheureusement, la pointe de ma lame s'écrase contre  l'écu. La résonance du métal se répand dans tout mon bras et réveille ma douleur à l'épaule, m'arrachant un léger gémissement. Le bandit à la masse ne comprend pas la cause de cette faiblesse soudaine mais en profite pour frapper mon épée, l'envoyant au loin. Je recule précipitamment en brandissant ma dernière lame avec une assurance illusoire peu convaincante. Le bandit à la hache éclate de rire et fond sur moi. J'arrive cependant à l'esquiver en faisant un pas sur le côté. Alors que je m'apprête à lui envoyer un coup d'épée, je sens une masse m'arriver dessus. J'ai tout juste le temps de me retourner et de lever mon arme pour parer le coup.  J'aurais normalement reçu un bon coup malgré ma parade vu le gabarit inquiétant de l'arme contondante mais fort heureusement, mon attaquant est assez jeune et manque de force.
Le bandit à la hache étant assez loin, je profite de la rapidité supérieure de mon arme pour contre-attaquer mais je me heurte une fois de plus au bouclier du bandit. Instinctivement, je fais un pas vers lui et  bondit pour balancer un coup de pied dans l'écu pour le déséquilibrer. La manœuvre marche plutôt bien et le jeune tombe en arrière. Alors que je m'apprête à en profiter pour lui trancher la gorge, le bandit à la hache revient à la charge et s'interpose. Il m'attaque furieusement, me cantonnant ainsi à la défense. Si seulement j'avais ma deuxième épée, je lui aurais tranché le bras en quelques mouvements mais une épée seule est insuffisante pour ça et l'échange se prolonge, permettant au guerrier à terre de reprendre le combat.

Je cède du terrain face à ses deux ennemis, incapable de riposter ou même de bloquer leurs assaut réuni. Il faut qu'ils fassent une erreur. Cela me permettra de reprendre l'avantage sans aucun doute. Pourtant, ils ne semblent pas être à fond. L'ennemi à la hache se permet même de se moquer :

-Alors chérie ? Tu veux pas abandonner ? Je vais prendre soin de toi avant de te finir ! T'as pas à t'en faire !

La raillerie de cette ordure, me fait reculer de plusieurs pas. Ce sale type se met à rire en me voyant trembler. Il ignore que ce n'est pas la peur qui en est la cause. Quelque chose vient d'exploser en moi. Le vide, l'incompréhension, la peine. Tout me semblait soudain assourdi sous un afflux de colère. Comment osent-ils ? Toutes ces ordures ? Salopards ! Bandits, assassins ! Comment pouvez-vous jouer ainsi avec la vie des autres ? Vos propres vies ne valent rien face à celles que vous prenez ! Vous ne valez rien ! RIEN !

Mon regard devient alors froid. Sans un mot, je bondis en piqué et reprend le combat avec une énergie décuplée. Ça a beau être insuffisant pour repousser mes adversaires, ils doivent déjà se battre plus sérieusement, conscients que leurs vies sont un peu plus menacées à présent. Le jeune lit la colère dans mon regard, il semble assez inquiet de la tournure du combat. L'autre a cessé de rire et affiche maintenant une mine plus concentrée.
Une idée me vient alors. Ma main droite se porte à mon dos vers la poche où dort mon pistolet. L'espace d'une seconde mon équilibre en est un peu réduit, ce qui m'handicape encore plus pour affronter les brigands mais quand ils voient pointer le canon de l'arme, il apparait clairement que ma stratégie n'était pas vaine.  Le bandit à la hache s'immobilise et son allié recule rapidement plus pas instinct qu'autre chose. Avec un sourire hystérique, je lui envoie un coup d'épée dans l'abdomen. L'acier s'enfonce en toute légèreté sur quelques centimètre et glisse a travers la chair, tranchant tous les muscles sur son chemin. L'homme tombe avec un râle. Sans lui accorder plus d'attention alors qu'il agonise, je me jette sur le dernier bandit. La peur se lit soudain dans son regard. Il pare autant que possible et n'ose même plus attaquer. Je concentre mes assaut à droite pour attirer son bouclier sur le côté et ainsi exposer son corps. Une fois cela fait, je retente la stratégie du coup de pied pour l'étourdir. Il ne fait que vaciller une seconde mais il n'a ainsi plus le temps de parer correctement l'estocade qui fond sur sa poitrine. Il place son bras armé devant. La lame s'y enfonce mais n'atteint pas son but initial. Le jeune est tout de même hors de combat et tombe à genoux, lâchant sa masse et son bouclier et cramponnant sa blessure. Alors que je lève ma lame pour l'achever d'un air froid, j'entends un grognement étouffé derrière moi. Le bandit à la hache.
Il gémit à terre, essayant de retenir le flot de sang qui s'échappe de son ventre. Sans dire un mot, je laisse le gosse pleurnicher et vais me mettre devant lui. Il me lance un regard sombre, plein de menace. Doucement, je murmure :  

-Cette fois, tu ne reviendras plus...

Ma lame tranche l'un de ses poignets.

-Alors, fumier ? Tu te croyais fort, hein ?

Nouveau coup. La chair de sa cuisse s'ouvre. Ma vue se brouille légèrement de colère.

-TU CROIS POUVOIR JOUER AVEC LA VIE DES AUTRES, C'EST ÇA ?

Cette fois, ma vision se teinte de sang. Je ne suis plus capable de raisonner correctement. L'acier va et vient, déchiquetant l'abdomen de ce porc à terre. Il hurle alors que je hurle sur lui. Il faut plusieurs seconde avant que l'on ne m'arrête finalement. L'hystérie retombe et alors que je reprend un peu conscience, je vois avec horreur la dépouille méconnaissable de ce qui fut un être humain.
Je prends soudainement peur. Est-ce moi qui ai fait ça ? Mon regard se porte à la lame ensanglantée qui vient de projeter en toutes directions des morceaux de chair et de sang. Je prend alors conscience de la barbarie dont je viens de faire preuve.

La haine engendre la haine....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teinakh Daergen
Mortel
avatar

Messages : 163
Date d'inscription : 13/03/2014

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Sryles/Cartographe
Âge: 27 ans
Signes particuliers: Cheveux noirs attachés en une unique tresse descendant jusqu

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Mer 15 Mar 2017 - 13:13

    La situation est critique. Ils ne peuvent pas rester ici longtemps car les camarades de leurs assaillants ne tarderont pas à les rejoindre. Yllianna va rapidement se trouver en position de faiblesse à cause de son épaule. Mais il va être difficile pour Teinakh de gérer tous ces éléments. Il est la cible de trois hommes et parmi eux se trouve l'un des deux bandits qu'il a assommé hier. Il se rappelle la chaîne et il semblerait qu'il ait parlé de son allonge à ses compagnons. Les trois hommes se jettent sur le cartographe, jugeant qu'au corps-à-corps rapproché, Elizra ne saura les cueillir. Un des bouts lestés vient percuter le front d'un assaillant dans sa course, l'homme s'effondre. Les deux autres atteignent leur cible et l'empoignent. Usant de leur élan, ils vont l'emporter et le jeter à terre. S'ils y parviennent, ils le tabasseront à mort.
    Teinakh inspire. Ses muscles se remplissent d'énergie. Alors qu'il est sauvagement bousculé, il jette son pied entre les jambes du bandit de la veille, qui s'écroule sous la puissance du choc. Dans le même temps, il lance un terrible coup de poing dans le torse de l'autre bandit, visant le plexus. L'homme est secoué par l'assaut. Il ne lâche pas le col du cartographe mais il est stoppé net dans sa course, suffoquant. Recouvrant ses appuis, Teinakh passe vivement son bras droit entre les deux mains du brigand. Usant d'un coup de hanche brutal, il effectue une violente clef de bras au niveau du coude gauche de son assaillant. L'articulation craque, l'homme lâche le col en poussant un hurlement de douleur. Il garde conscience et lance un regard noir à Teinakh, haletant. Le coup de pied retourné que le cartographe lance dans son crâne le projette à terre. Il ne se relève pas.
    La respiration de Teinakh est ample, souple, elle vient calmer les battements de son cœur. Tout est allé très vite mais c'est fini maintenant. Ambre et Yllianna ont peut-être besoin de lui, il faut les aider. D'un rapide coup d'œil, il s'enquiert de l'état de la situation. C'est alors que le hurlement éclate.
    — TU CROIS POUVOIR JOUER AVEC LA VIE DES AUTRES, C'EST ÇA ?
    Une vingtaine de mètres plus loin, un gamin gémit, cramponné à son bras ensanglanté. Et en face de lui, Yllianna a enfourché un autre bandit. Elle plonge son épée dans l'abdomen du malheureux, frappant encore, encore et encore. Il beugle sa douleur. Elle hurle sa rage. Ambre est là, debout. Elle contemple la scène en silence, troublée. Très vite, l'homme meurt dans un hoquet. Son cadavre est secoué par les coups qui ne s'arrêtent pas. Teinakh s'est avancé, il saisit doucement le poignet d'Yllianna. Elle reprend brusquement conscience de la situation. Elle comprend son acte, elle est horrifiée par la barbarie dont elle a fait preuve. Le cartographe l'aide tranquillement à se relever, il murmure :
    — Chuuut... Tout va bien. C'est fini.
    Sortant un mouchoir propre de sa poche, il nettoie le visage de la femme, essuyant le sang avec douceur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fira Tal'Ukhan
Mortel
avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 01/04/2016

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 18 ans
Signes particuliers: Des yeux oranges, comme deux ambres.

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Ven 17 Mar 2017 - 12:36

    Un fauve. Une bête enragée. Non, il y a quelque chose de proprement humain dans la brutalité d'Yllianna, dans sa douleur aussi. Elle transperce l'homme, elle le déchiquette, lui infligeant toute la détresse et toute la rage qui remplissent son ventre. Fira est secouée par la scène. Elle est livide, elle contemple en silence. Au fond d'elle remontent les souvenirs de Cette nuit, se mélangent en un cauchemar grotesque. Chaque coup d'Yllianna est un coup de hanches dans ses reins. Chaque lambeau de chair tranché est un morceau qu'elle arrache avec ses dents. L'Homme lâche un dernier hoquet, le bandit meurt. Elle frappe encore, elle continue de mordre avec fureur. Encore. Encore. Quand le comprendras-tu ? Toute la douleur que je t'inflige ne suffira pas à apaiser ma souffrance ni ma colère. Jamais.
    Le cartographe intervient, il arrête le poignet d'Yllianna. Le calme retombe. Fira tremble, sur son front perlent des gouttes d'angoisse.
    — Chuuut... Tout va bien. C'est fini.
    Les mots ne lui sont pas adressés. Ils sont néanmoins un baume pour son cœur. Elle est témoin de la tendresse que le cartographe prodigue, cette tendresse l'apaise. Yllianna reprend son souffle, elle hoche timidement la tête, indiquant qu'elle est prête à repartir. Fira est encore un peu fébrile, mais elle va mieux. Elle pose ses yeux sur Yllianna, elle ne voit plus la victime soumise qu'elle a épargnée. La femme s'est révélée sous un autre jour et le fait qu'elle soit elle-même choquée par ce qu'elle a perpétré n'a pas d'importance. Cette explosion de violence a intimidé Fira.
    — Allons.
    Fira n'est plus à la rébellion, elle emboîte le pas de leur guide, docile. Teinakh les mène au pas de course vers un cours d'eau peu profond, qu'ils remontent pendant de longues minutes. Ils marchent dans le lit, profitant du fait que l'eau efface leurs empreintes. Quand ils sortent pour reprendre leur route vers le sud, ils prennent le temps qu'il faut pour effacer leurs traces sur une vingtaine de mètres avant d'adopter à nouveau un rythme de marche soutenu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yllianna Lunéa
Mortel
avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 26/05/2016

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Weranoï/Marchand
Âge: 27 ans (826)
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Mar 28 Mar 2017 - 22:51

J'enlève mes bottes avant d'emboiter le pas à Teinakh sans rien dire tandis qu'il enfonce ses pieds dans la rivière qui s'étend devant nous. Le contact de l'eau fraiche est agréable. Elle m'arrive à mi-hauteur des mollets. Le bas de ma robe trempe légèrement dedans mais je n'y prête pas vraiment d'attention et continue d'avancer rapidement en silence. Je me sens à nouveau vide à l'intérieur. Bien que la sensation me soit familière, ce vide là est... différent. Ce n'est plus un néant froid, empli d'incompréhension et d'une triste nostalgie. C'est plutôt que toutes les émotions qui tourbillonnaient en moi et m'étouffaient venaient de s'estomper comme une bouteille qu'on aurait vidée d'un trait. Je me sens apaisée... et épuisée en même temps... Ça a quelque chose d'agréable au fond.

Derrière, l'assassin ne dit pas un mot. Elle n'a pas l'air de ruminer comme elle le faisait cependant. Depuis l'échauffourée, elle garde la mine un peu basse et semble étrangement troublée. Le bruit de l'eau est la seule chose qui résonne ici... Par chance, le groupe de bandits qui arrivaient en renforts  est arrivé après la fin du combat et ils ne nous ont pas encore rattrapés. Peut-être ont-ils abandonné pour aider leurs collègues qui avaient survécu ? La vue du cadavre réduit en charpie a du les refroidir aussi peut-être ? En y repensant, je suis secouée d'un léger frisson. Non pas que je regrette de l'avoir tué mais.. pas forcément comme ça. Pas de façon aussi brutale...

Je mets ces réflexions de côté pour me concentrer un peu. Un arbre est tombé en travers du cours d'eau et nous nous faufilons entre les branches de ce dernier. Voilà qui devrait plutôt bien nous couvrir. Quelques dizaines de mètre plus loin, nous sortons du lit de la rivière. En sortant, nous nous attardons un peu pour couvrir nos traces, après quoi nous partons tranquillement à travers le bois.

Quelques instants plus tard, un bruit lointain me vient aux oreilles. Bien qu'il ne soit à peine plus fort que le vrombissement d'un insecte, je détourne immédiatement la tête, la main sur la garde de mon épée. Je scrute l'horizon sans parvenir à distinguer quoique ce soit.  Ce sont peut-être des bandits toujours à notre recherche. Comment auraient-ils fait pour nous rattraper encore ? Ils doivent avoir un odorat de chien !
Plusieurs secondes passent durant lesquelles la tension est palpable. Au final, je distingue au loin un homme qui passe entre les arbres. Un second, plus petit le suit. Un adolescent peut-être ? Ils avancent doucement et ont les bras chargés de bois. Des bûcherons probablement...
Alors que je m'apprête à les ignorer pour me reconcentrer sur notre fuite, une idée me vient alors en tête. D'un coup d'œil, je vois que mes compagnons ont aussi repéré ces bûcherons.


-Ces deux-là doivent venir d'un village ou d'un camp. Vu comme la région est peu peuplée, ça pourrait être une bonne chose de les suivre. On ne sait pas quand on retombera sur un village. Ils doivent avoir des vivre que nous pourrions échanger contre quelques pièce.

Je prie intérieurement que ce soit un petit camp de bûcherons plutôt qu'un village. Nous y attirerions moins l'attention ainsi. Ma bourse doit contenir une quinzaine de quals. C'est peu comme réserve mais ça devrait être assez pour acheter de quoi tenir deux jours. Cependant, le cartographe étant devenu plus ou moins notre meneur, je préfère lui laisser la décision. Mon regard alterne entre lui et les deux civils. Le plus petits semble avoir du mal avec son chargement. Au moins si nous décidons de les suivre jusqu'à chez eux, ils ne seront pas difficiles à rattraper...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teinakh Daergen
Mortel
avatar

Messages : 163
Date d'inscription : 13/03/2014

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Sryles/Cartographe
Âge: 27 ans
Signes particuliers: Cheveux noirs attachés en une unique tresse descendant jusqu

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Ven 31 Mar 2017 - 12:31

    Il s'agit toujours de fuir et malgré le fait que les poursuivants soient proches, un certain calme s'est installé au sein du groupe. Ambre ne grommelle plus, elle est à présent docile, comme un animal dompté. Yllianna est pensive, elle semble apaisée et vidée de son énergie. Teinakh, concentré sur la tactique à déployer pour échapper aux bandits, est sensible à l'état de ses compagnes. Le silence qui les entoure est désormais empreint de calme, libéré de la tension qui régnait. L'explosion de rage d'Yllianna semble avoir libéré son cœur d'un fardeau et réveillé quelque chose dans celui d'Ambre. D'autre part, le cartographe est touché que l'assassin se soit révélée à eux. Elle leur a tout avoué et par cet acte, aussi agressif et violent qu'il ait pu être, elle leur a ouvert son cœur. Quelque chose naît entre eux, au sein de leur relation. Une pousse timide dont Teinakh compte bien prendre le plus grand soin.
    Peu après avoir quitté le lit de la rivière, le groupe s'immobilise, à l'affut d'un son qui les interpèle. Ils voient finalement les bûcherons et Yllianna chuchote :
    — Ces deux-là doivent venir d'un village ou d'un camp. Vu comme la région est peu peuplée, ça pourrait être une bonne chose de les suivre. On ne sait pas quand on retombera sur un village. Ils doivent avoir des vivres que nous pourrions échanger contre quelques pièces.
    Visiblement, elle attend sa décision. Ambre est toujours silencieuse mais elle est tournée vers lui elle aussi. Le cartographe explique :
    — D'après moi, nous ne devons pas nous arrêter ici. Mon plan à la base était d'atteindre le village situé à trois jours de marche au sud du lieu de l'attaque de la caravane. Le fait que nous ayons été retrouvés m'incite à m'en tenir à cela.
    Yllianna acquiesce. Ambre se retourne en direction du sud. Le groupe reprend sa marche.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fira Tal'Ukhan
Mortel
avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 01/04/2016

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 18 ans
Signes particuliers: Des yeux oranges, comme deux ambres.

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Mar 11 Avr 2017 - 13:54

    Il est tard. L'allure soutenue du groupe alliée à la ruse de la rivière semble avoir suffit à semer leurs poursuivants. Yllianna, Teinakh et Fira sont installés dans un abri configuré de la même manière que le précédent, une grotte dissimulée par la végétation. Ils mangent en silence, partageant les provisions du cartographe. L'air est doux, le silence est calme. L'esprit de Fira est agréablement apaisée, elle ne se pose plus de questions quant aux motivations de leur guide, comme si le fait qu'elle ait vidé son sac avait allégé son cœur. Et puis... Et puis il y a autre chose... Quelque chose qui naît tout au fond d'elle. Quelque chose dont elle n'oserait pas prendre conscience quand bien même elle le pourrait. Cette tendresse qu'il a prodiguée à Yllianna. Cette tendresse qu'elle a vécu par procuration... Au contact de cette tendresse, la flamme qui brûle ses entrailles a vacillé, comme sous l'effet d'un courant d'air. Peut-être cet homme pourrait-il soulager la douleur et la peur...
    Fira n'a pas conscience de tout cela. Tout ce qu'elle sait, c'est qu'elle n'a plus envie de se méfier du cartographe. Rien n'exclue la possibilité qu'il cache quelque chose mais dans le fond, et sans qu'elle puisse le justifier, elle s'en fiche.
    Quand chacun a fini de se sustenter, Teinakh récupère les vivres et les range. Fira se tourne vers Yllianna.
    — Ton épaule.
    Elle se veut calme et directe mais ses yeux et sa voix trahissent une hésitation. Elle est intimidée par la dame et ne sait pas bien comment s'adresser à elle.
    — Montre-moi ton épaule.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yllianna Lunéa
Mortel
avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 26/05/2016

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Weranoï/Marchand
Âge: 27 ans (826)
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Dim 23 Avr 2017 - 20:23

Teinakh choisit finalement de reprendre la route, laissant partir les deux bûcherons. Réflexion faites, c'est probablement mieux ainsi. Nos ennemis étant encore assez proches, nous arrêter dans ce village nous aurait fait prendre un certain nombre de risques et aurait exposer ses habitants à de lourdes représailles.
Nous reprenons donc notre marche. Je jette un ultime regard aux deux civils pour les voir disparaitre au loin derrière la végétation dense. Pendant un instant, je les envie, eux et leur vie paisible, simple et loin de toutes les horreurs sanglantes qui nous suivent.

Heureusement, nous ne faisons pas d'autres mauvaises rencontres durant cette journée. À un moment, nous avons crus voir un nouveau groupe de bandit à l'orée de la forêt mais notre guide nous a fait discrètement faire un détour en nous enfonçant plus profondément dans les bois et nous n'avons pas eu à affronter ces inconnus.
Lorsque la lumière du jour a commencé à décliner, nous avons cherché un abri pouvant nous offrir un peu de protection pour la nuit. Finalement, nous trouvons une petite cavité rocheuse dissimulée par de la végétation. À vrai dire, nous ne l'aurions certainement pas trouvée sans le petit ruisseau qui se faufilait entre les buissons. En entrant dans la sombre petite caverne, nous avons remonté ce dernier jusqu'à découvrir un petit bassin au fond de la grotte. L'eau semblait venir d'une source souterraine. Pour une fois depuis ces derniers jours, nous avions de la chance. Les sources naturelles sont plutôt réputées dans cette région du pays. C'est grâce à leur nombre important que les forêts sont si luxuriante mais elles sont surtout connue pour être très pures car filtrées par les roches. Nous avons donc pu étancher notre soif et remplir nos gourdes pour la longue journée de marche qui s'annonce.

Après cette plaisante découverte, nous nous sommes installés dans un coin pour pouvoir manger. Le cartographe a encore quelques provisions dans son sac semble t'il. Le menu est le même que celui de la veille : pain, fromage et quelques fruits secs. Le repas se déroule dans un certain calme. Alors que la faible lumière du jour qui passe à travers les branchages décline et que nous nous apprêtons à déployer nos couvertures pour dormir, la gamine s'approche de moi.

— Ton épaule.

Sous le regard froid que je lui rend, je note quand même avec une certaine curiosité l'intonation de sa voix. Elle est toujours ferme voire agressive mais elle donne une impression de malaise maintenant. Je ne sais trop si c'est la petite-demi seconde d'hésitation qu'elle a eu avant de parler ou le simple fait qu'elle parle plus lentement et presque à voix basse. Je n'aurais pas la présomption de dire qu'elle semble intimidée mais elle a l'air un peu troublée.
Pitié... Ne me dîtes pas que j'ai même choqué un assassin de la Guilde d'Akeraï avec mon accès de rage de cet après-midi... J'ai envie d'enfouir mon visage dans mes mains de honte, ou de me donner une claque... Peut-être un mélange des deux...

Vu que je ne réagis pas plus que cela, l'assassin insiste avec la même hésitation dans la voix :

— Montre-moi ton épaule.

Je lui fais absolument pas confiance et je n'éprouve absolument aucune sympathie pour la furie qui avait prévu de m'assassiner sans remord pour exécuter son contrat. J'ai fait plus ou moins abstraction de sa présence ces dernières heures mais rien qu'à l'idée d'engager une conversation avec elle, je sens une petite pointe d'agacement renaitre dans mon ventre. Pendant une seconde, je suis tentée de l'envoyer promener. J'ai déjà ma  petite idée de ce que je pourrais lui dire mais c'est le visage de Teinakh qui me coupe dans mon élan. Notre meneur nous regarde en souriant. Il semble ravi de voir Fira quitter son coin et venir vers moi de son propre chef. Évidemment, vu son tempérament, il doit se réjouir de voir se dessiner un semblant de relation de camaraderie de groupe. Après ce qu'il a fait pour moi ces derniers jours alors que j'étais au plus mal, je n'ai pas envie de le décevoir.
Soupirant, je défait donc mon gilet sous ma robe pour pouvoir découvrir mon épaule rougie et endolorie. Je vais suivre la volonté du cartographe et jouer le jeu, pour cette fois du moins...

- tu as des compétences en médecine ? demandais-je d'un ton neutre.

Et bien, tu prends soin des gens quand tu n'es pas occupée à les réduire en charpie ? Comme c'est mignon ! pensais-je en même temps... Je m'efforce cependant de ne rien laisser paraitre de l'animosité que j'éprouve pour cette furie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fira Tal'Ukhan
Mortel
avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 01/04/2016

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 18 ans
Signes particuliers: Des yeux oranges, comme deux ambres.

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Jeu 27 Avr 2017 - 14:10

    Yllianna est remplie de haine, de colère. Son regard, le ton neutre forcé de sa voix. La contraction de ses muscles quand l'assassin la touche. C'est évident. Et pour Fira, c'est logique. Dans le monde, il y a deux types de personnes : les victimes de son travail et les autres. Parmi les victimes, elle compte notamment les familles et proches des cibles de ses contrats. Les gens de cette catégorie savent rarement que Fira est la cause de leur malheur : à quelques exceptions près, ils ignorent son visage et beaucoup ne sont même pas conscients de son existence. Les rares qui savent lui vouent une haine brûlante et donneraient cher pour la voir morte ou pour la tuer de leurs mains. Il est même arrivé que certains essaient.
    Les autres, ceux que son travail ne concernent pas, ne l'aiment pas. Ils sont au mieux froids, généralement méfiants. À croire que l'odeur de la mort se fait sentir.
    Le cartographe est intrigant parce qu'il semble échapper à la règle, même si elle ne sait, encore une fois, pas vraiment dans quelle mesure. Yllianna quant à elle, appartient à la première catégorie. Et comme attendue, elle se comporte en tant que telle.
    Fira touche l'épaule du bout des doigts. Elle a vu juste.
    — Je n'ai pas déplacé ni abîmé d'os. Certains muscles sont légèrement déchirés, tu peux bouger ton épaule mais si tu veux guérir rapidement, tu ne dois plus la faire forcer.
    Sans traitement, il faudrait compter un mois avant que ça ne soit résolu. Fira ouvre son sac pour en récupérer un coffre, elle sort deux flacons. L'un est vide, elle verse attentivement un peu du contenu translucide de l'autre dedans. De son sac, elle sort aussi un petit rouleau de bandages. Elle tend un flacon et le rouleau à Yllianna.
    — C'est de l'huile de lavande. Applique-en sur les bandages et place-les pour entourer ton épaule. Change les bandages tous les deux jours. Ça soulagera la douleur et ça accélèrera la guérison. Dans deux semaines, tu seras certainement guérie, tu as là assez d'huile pour tenir tout ce temps.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yllianna Lunéa
Mortel
avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 26/05/2016

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Weranoï/Marchand
Âge: 27 ans (826)
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Mer 3 Mai 2017 - 22:39

L'assassin examine rapidement mon épaule avant de déclarer qu'il s'agit d'une déchirure musculaire, m'arrachant une grimace. Les déchirure musculaires, surtout au niveau d'articulations comme ici sont assez handicapantes et longues à se rétablir. Quatre à cinq semaines au bas mot, à condition de se ménager. On peut réduire ce temps de deux bonnes semaines avec certains onguents ou autre remède naturel.
Un soupir las s'échappe de mes lèvres. J'avais justement un onguent pour soulager ce genre de maux dans mon sac. Comme  si elle avait lu dans mes pensées, Ambre me tend un rouleau de bandage et un petit flacon à moitié rempli.

— C'est de l'huile de lavande. Applique-en sur les bandages et place-les pour entourer ton épaule. Change les bandages tous les deux jours. Ça soulagera la douleur et ça accélèrera la guérison. Dans deux semaines, tu seras certainement guérie, tu as là assez d'huile pour tenir tout ce temps.

Avec un regard circonspect, je saisis lentement ce qu'elle me tend. Dés que le flacon approche mon visage, l'odeur de la lavande m'emplit les narines. Il y en avait aussi dans le remède que je gardais en prévision dans mes affaires. L'étonnement se fait sentir dans ma voix lorsque je bredouille un vague "Merci." à la gamine. Je ne comprend pas vraiment ce qui lui prend de m'aider ainsi. Aucune chance qu'il ne s'agisse du remord. Pourtant, alors qu'elle ne compte pas sur moi et que nous allons nous séparer dans quelques jours, elle m'offre une partie de ses réserves de remèdes. Mes yeux ne savent plus exactement comment la regarder pendant un instant. Ils se détournent donc, fixant un point lointain. Deux semaines, hein ? Dans deux semaines, je serais loin d'ici, à chercher quelle orientation donner à ma vie tandis que l'assassin aura repris la chasse de sa cible,  cet Irilak. J'ai déjà entendu parler de lui et de sa bande. Un des bandits ayant réussi à passer entre les mailles du filet de plus longtemps malgré une activité intense dans la région, autant contre les convois que contre les villages. Beaucoup pensent d'ailleurs que l'endroit ne connaitra pas la paix tant qu'il ne pendra pas au bout d'une corde.
J'ai beau détester Ambre, elle est peut-être une solution à ce problème. Une solution bien détestable mais c'est plus ou moins le cas de tous les assassins. Ils font le sale boulot pour lequel un client ne souhaite pas se salir les mains directement. Me retournant vers elle, je demande donc :

-Comment tu comptes t'y prendre pour Irilak ? Des dizaines d'expéditions ont été envoyées pour le coincer. Ils n'ont jamais ne serait-ce que croisé le fer avec lui. Il a toujours réussi à leur filer entre les doigts.


Dernière édition par Yllianna Lunéa le Ven 7 Juil 2017 - 14:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teinakh Daergen
Mortel
avatar

Messages : 163
Date d'inscription : 13/03/2014

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Sryles/Cartographe
Âge: 27 ans
Signes particuliers: Cheveux noirs attachés en une unique tresse descendant jusqu

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Mer 10 Mai 2017 - 9:31

    — Ce n'est pas tout-à-fait exact. S'il n'a jamais été coincé, c'est surtout parce que les intérêts des autorités locales ne se limitent pas simplement à protéger la population.
    Pendant que Fira range ses affaires, Teinakh précise :
    — C'est souvent ainsi, ou que l'on aille, il y a fréquemment des bandits. D'abord parce que sécuriser totalement une zone est un travail complexe. Mais aussi parce que leur présence sert les intérêts des suzerains locaux. La menace de brigands justifie le déploiement et surtout le paiement de forces militaires, donnant par là même une raison de lever un impôt. En outre, une population qui craint des attaques est souvent plus docile.
    Le cartographe complète :
    — D'un autre côté, le caractère chaotique des bandits nuit aux affaires locales. La puissance de tels groupes dans une région donnée varie donc en fonction de l'évolution des intérêts des suzerains et des décideurs en présence.
    Il conclue :
    — Si Ambre est ici, si le seigneur Sombre-Argent a mandaté la guilde des Assassins d'éliminer Irilak, c'est parce que ses agissements ont fini par ne plus être compatibles avec les intérêts de Sombre-Argent. Et s'il est passé par la guilde, c'est probablement parce qu'il compte bien se passer de l'accord des autres seigneurs locaux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fira Tal'Ukhan
Mortel
avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 01/04/2016

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 18 ans
Signes particuliers: Des yeux oranges, comme deux ambres.

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Jeu 11 Mai 2017 - 10:03

    Fira acquiesce et précise :
    — Je ne suis pas un soldat. Je ne suis pas concernée par ces conflits d'intérêts. Je suis ici pour honorer un contrat et pour descendre une cible.
    Plus elle y pense, plus elle comprend qu'elle ne peut pas intégrer un autre convoi. On ferait une enquête, on poserait des questions. Non, elle va simplement reprendre la traque. Elle se redresse.
    — Demain, je partirai. Je n'ai plus rien à faire avec vous à présent.
    Elle a prononcé ces mots sur un ton neutre. Elle se tourne vers le fond de la grotte et va y dérouler ses couvertures.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yllianna Lunéa
Mortel
avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 26/05/2016

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Weranoï/Marchand
Âge: 27 ans (826)
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Dim 28 Mai 2017 - 22:03

L'annonce du départ de l'assassin ne me fait ni chaud ni froid. Une part de moi a même envie de dire  "bon débarras ! ". Bien que je sois consciente qu'il y a toujours eu un certain lien ténu entre les bandits et les seigneurs marchands, je ne soupçonnais que cette relation soit si bien ficelée. À vivre parmi le peuple, il faut croire que je n'ai jamais pensé à une chose qui pourtant est plutôt flagrante. Reprendre cette vérité ainsi en pleine face est dur. Je sens une rage sourde bouillir en moi. Si j'avais un seigneur marchand devant moi, je l'étranglerai sans aucun doute...

Secouant la tête, je m'efforce de ne pas me laisser submerger à nouveau par la colère. Le souvenir des actes que j'ai fait sous l'emprise de ces sentiments est encore trop frais pour que le simple fait d'y repenser me glace le sang. Un voile de culpabilité de forme en moi et vient étouffer le feu colérique grandissant. J'ai honte de m'être emportée comme ça pourtant, au fond, je ne peux m'empêcher de me dire que la faute vient des seigneurs marchands, des bandits et de leur corruptions. Cela me conforte un peu plus dans une idée : je ne pourrais reprendre ma vie une fois que tout ceci s'arrêtera. Je ne pourrais plus prendre de contrat et regarder ces types qui jouent avec la vie du peuple et de leurs employés pour leurs profits dans les yeux. Bien que je n'ai aucune sympathie pour Ambre, j'espère qu'elle réussira à avoir sa cible. Ainsi, elle désorganisera le groupe de bandits et les citoyens de la région auront la paix, pour un temps au moins...

Cela dit, je me demande ce que je ferai par la suite... Mon regard revient furtivement vers le cartographe. Son habituel sourire s'est évaporé. Son expression sérieuse n'a rien d'étonnant au vu de la tournure qu'a pris la conversation. Demain, nous cheminerons à nouveau vers le sud. Je me demande quelle sera la suite de son plan pour nous tirer d'affaire ? Je doute que les bandits aillent nous chercher aussi loin mais notre rencontre encore fraiche prouve qu'il ne sera probablement pas de tout repos d'y parvenir.

Je ne peux m'empêcher de soupirer. Difficile de penser à l'avenir quand on sait à peine si l'on va survivre aux deux prochains jours.... La présence de Teinakh est la seule chose qui me rassure. Jusqu'ici, il a su nous guider en nous évitant le gros des brigands à notre recherche. Curieusement, son calme et son assurance font paraitre le danger et l'urgence de notre situation moins critiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teinakh Daergen
Mortel
avatar

Messages : 163
Date d'inscription : 13/03/2014

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Sryles/Cartographe
Âge: 27 ans
Signes particuliers: Cheveux noirs attachés en une unique tresse descendant jusqu

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Jeu 1 Juin 2017 - 15:19

    — Demain, je partirai. Je n'ai plus rien à faire avec vous à présent.
    Dans l'esprit de Teinakh, c'est très simple. Il n'est tout bonnement pas question de la laisser partir. Du moins, pas encore. Ambre a attisé sa curiosité, il veut de comprendre qui elle est. Et puis, il a définitivement envie de l'aider. Il a conscience qu'il y a quelque chose de capricieux dans sa démarche, que l'aide n'est pas quelque chose qu'il peut imposer. Qu'importe. Qu'importe si c'est un caprice, pour le moment, il a envie d'aller au bout. Et si elle s'en va maintenant, il sent qu'il ne la verra sans doute plus jamais.
    Il n'a pas envie de laisser passer sa chance, d'autant que depuis qu'elle s'est ouverte à eux, il a le sentiment qu'il y a un espoir pour qu'elle accepte son aide un jour, vis-à-vis de son malaise profond. Alors, toute la nuit, il pense à ce qu'il va dire. Il réfléchit à ce qu'il doit inventer pour l'inciter à rester avec eux. Quand finalement, le sommeil le rattrape, il veille à ne dormir que d'un œil. Et il se réjouit d'avoir pris cette précaution car dès les premières lueurs du jour, Ambre emballe ses couvertures en silence et fait mine de quitter l'abri. Quand elle passe à coté de lui, Teinakh se redresse nonchalamment.
    — Vous avez traqué Irilak pendant trois mois sans succès. Qu'espérez-vous accomplir de plus cette fois ? Vous croyez vraiment que vous réussirez à infiltrer un autre convoi sans attirer l'attention ?
    La jeune femme est piquée au vif. Son regard brûlant foudroie le cartographe. Sans autre réponse, elle sort de la grotte d'un pas vif. Teinakh se lève rapidement, sautant sur ses pieds. Il la hèle :
    — Restez avec nous !
    Elle se retourne vivement, crachant avec colère :
    — Pourquoi ? Qu'est-ce que j'ai à y gagner ?
    — Que ferez-vous, toute seule ? Restez avec nous, je vous aiderai à trouver votre cible.
    Le cartographe fait un pas vers elle. Il reste à distance et ouvre ses mains vides dans un soucis de détendre l'atmosphère et de montrer sa sincérité.
    — Pour le moment, je veux seconder Dame Yllianna dans sa fuite et son rétablissement. Dans deux semaines, je partirai avec vous.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fira Tal'Ukhan
Mortel
avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 01/04/2016

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 18 ans
Signes particuliers: Des yeux oranges, comme deux ambres.

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Mar 6 Juin 2017 - 10:01

    Fira reste interdite. Le comportement de l'homme la désarçonne. Encore. Elle sent cet espèce d'embryon d'envie de lui faire confiance, ce besoin diffus qu'il lui en donne plus. Tout cela est supplanté par un instinct brutal. Elle ne comprend pas ce type, elle doit s'en éloigner comme on s'éloigne du danger. C'est tout. C'est tout simple. C'est ainsi qu'elle a toujours fait. Pourquoi est-ce qu'elle hésite ?
    Parce qu'il a raison. Elle n'a pas le choix. Il est le seul moyen dont elle dispose pour atteindre sa cible.
    — Merde !
    Le juron lui échappe. Elle se sent piégée. Elle ne sait pas...
    Non mais et puis quoi ? Depuis quand est-ce qu'elle s'encombre de doutes ? L'assassin s'avance vers l'homme d'un pas vif. Arrivée à sa hauteur, elle siffle :
    — Écoute-moi bien, je sais pas pourquoi tu veux m'aider et je m'en fous pas mal. Le fait est que j'ai besoin de toi alors si tu est assez stupide pour m'offrir ton aide gratuitement, je compte bien t'utiliser. Alors c'est d'accord, je vais patienter. Mais je te préviens, à la moindre trace d'embrouille, je te bute.
    Le cartographe part d'un grand rire franc qui rempli la grotte. Il répond avec sincérité, le visage clair :
    — Nous tombons donc enfin d'accord ! Parfait, cela me convient ! Dans deux semaines, je t'aiderai du mieux que je peux.
    Il ajoute sur un ton joueur :
    — Simplement, pour profiter au mieux de mes capacités, il va bien falloir que tu acceptes d'apprendre à me faire confiance...
    La jeune femme répond par un grognement, elle se retourne et sort s'assoir à l'entrée de la grotte.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yllianna Lunéa
Mortel
avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 26/05/2016

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Weranoï/Marchand
Âge: 27 ans (826)
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Jeu 15 Juin 2017 - 21:56

Je préfère ne rien dire mais je soupire intérieurement quand Teinakh parvient à convaincre Ambre de rester parmi nous. Je ne sais pas ce qu'il a vu en elle mais je serais bien curieuse de le savoir. Depuis le départ, elle n'est qu'agressivité, colère et froid... Je peux compter le nombre de phrase qu'elle nous a dit sans nous cracher sa haine au visage.
Je lui souhaitais seulement de réussir dans son entreprise avec Irilak pour pacifier cette région mais l'idée de ne plus jamais la revoir était un grand soulagement pour moi... Enfin, quand c'était d'actualité...
Je ne dormais pas quand elle s'est réveillée et qu'elle a rassembler ces affaires, je ne dormais pas non plus lorsqu'il l'a retenue en lui soulignant l'importance de son aide pour la traque du bandit. Me mordant la lèvre, je priais pour que la colère et l'entêtement dans laquelle la petite s'emmurait à nouveau la pousse à l'envoyer promener et qu'elle reste sur sa position mais elle changea d'avis presque sans résistance...
N'ayant plus d'intérêts à faire semblant de dormir, j'ouvre donc les yeux et me lève. Sans un mot, je m'extirpe de la couverture que m'a prêtée notre guide. Je ne laisse pas paraitre ma déception dans mon regard mais n'étant pas une grande menteuse et m'étant levée immédiatement après leur conversation, je doute que l'un d'eux ne crois que je n'ai pas entendu et tout deux peuvent aisément deviner mon point de vue sur la question...

Je me limite à un "bonjour" et viens m'asseoir à l'entrée de la grotte, à distance respectueuse de notre "alliée" temporaire. Avec son habituel sourire, Teinakh nous explique rapidement la suite du trajet. Encore de la forêt et si nous avançons à un bon rythme, nous devrions voir au loin les rives de l'Embourbé en fin de journée.

Sans tergiverser, nous repartons donc. Le plan nous a évité pas mal d'ennuis potentiels jusque là, autant s'en tenir à lui donc. Cela dit, au fond, une idée commence à naître au fond de moi. Folle, irrationnelle et pourtant. Si mes calculs sont bons, d'ici deux jours de marche, nous nous trouverons un peu à l'est de la ville où se trouve le manoir de Sombre-Argent. Si c'est par lui que le problème des bandits d'Irilak a perduré, c'est par lui qu'il pourra finir... Reprendre ma vie est impossible. Je suis considérée comme morte et revenir ne me garantit pas de retrouver ma vie au sein des marchands. Les guides survivant à des telles attaques sont rapidement soupçonnés d'avoir pactisé avec les hors-la-loi sciemment livré en pâture leur convoi à ces derniers contre de l'or. À l'évidence, il ne me reste pas grand-chose à perdre donc autant tenter...


Dernière édition par Yllianna Lunéa le Ven 7 Juil 2017 - 14:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teinakh Daergen
Mortel
avatar

Messages : 163
Date d'inscription : 13/03/2014

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Sryles/Cartographe
Âge: 27 ans
Signes particuliers: Cheveux noirs attachés en une unique tresse descendant jusqu

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Mar 27 Juin 2017 - 10:56

    Profitant du fait que depuis le matin, Ambre marche une bonne vingtaine de mètres en retrait, Teinakh s'adresse à Yllianna à voix basse :
    — Elle est une véritable boule d'agressivité, n'est-ce pas ?
    Il ajoute :
    — Je comprends que sa présence vous soit désagréable, je vous présente mes excuses de vous l'imposer de la sorte.
    Son visage se pare d'un sourire doux.
    — Quand j'ai vu votre caravane détruite, quand j'ai vu votre détresse, j'ai voulu vous aider, de toutes mes forces. Il m'a été donné d'être présent pour vous, alors je veux vous assister. Il en est de même pour elle. Ambre est comme un animal meurtri, acculé, qui attaque pour ne pas être blessé. J'ignore quel événement a pu ainsi la mutiler, mais je sais qu'elle a besoin d'aide, de support. Il m'est donné d'être présent pour elle, je veux l'aider.
    Il soupire.
    — Mais si elle n'est pas acceptée, l'aide ne peut être reçue et ne saurait être utile. Pour qu'elle accepte mon aide, je dois gagner sa confiance. Plus je l'apprivoiserai, plus elle sera à même de lâcher prise. Et pour l'apprivoiser, je dois rester avec elle. En l'état, si elle part, je ne la reverrai jamais.
    Sa détermination sonne dans sa voix :
    — J'ignore dans quelle mesure elle finira par m'accepter, mais je veux tenter le coup.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yllianna Lunéa
Mortel
avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 26/05/2016

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Weranoï/Marchand
Âge: 27 ans (826)
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Jeu 6 Juil 2017 - 19:04

J'avance silencieusement, ruminant à propos de mon projet de visite à la demeure Sombre-Argent. Mes pensées tourbillonnent. Bien que je sache où il se trouve, le manoir sera surement bien gardé. Comment entrer ? Saurais-je franchir la milice ? Sombre-Argent y sera-t'il ? Arriverai-je à le coincer avant qu'il ne s'échappe ? Il doit surement avoir une issue en cas d'attaque... Et même si je lui mets la main dessus, je ne sais même pas ce que je ferais. Après réflexion, je crains que lui trancher la gorge risque de rendre ses miliciens incontrôlables et que la région ne tombe dans un chaos encore plus grand. Lui faire un sermon ne servirait à rien. Que faire alors ? Prendre sa place ? Ridicule... Je n'ai jamais gérer autre chose que mes économies alors une compagnie marchande...

Alors que je porte ma main à mon front pour tenter de calmer cette tempête intérieure, Teinakh qui marchait à côté de moi se penche et me murmure :

— Elle est une véritable boule d'agressivité, n'est-ce pas ?

Brusquement tirée hors de mes pensées, je le fixe une seconde avec un air d'incompréhension avant de comprendre qu'il parle d'Ambre. Mon visage se voile d'une expression lasse et c'est à grande peine que je retiens un soupir. L'assassin marchait en retrait depuis le début de la matinée à tel point que j'en avais oublié sa présence. Peut-être y avait-il aussi une volonté ou un souhait qu'elle disparaisse ?

 — Je comprends que sa présence vous soit désagréable, je vous présente mes excuses de vous l'imposer de la sorte. Quand j'ai vu votre caravane détruite, quand j'ai vu votre détresse, j'ai voulu vous aider, de toutes mes forces. Il m'a été donné d'être présent pour vous, alors je veux vous assister. Il en est de même pour elle. Ambre est comme un animal meurtri, acculé, qui attaque pour ne pas être blessé. J'ignore quel événement a pu ainsi la mutiler, mais je sais qu'elle a besoin d'aide, de support. Il m'est donné d'être présent pour elle, je veux l'aider.

Sans son sourire d'une douceur et d'une sincérité désarmantes, j'aurais ri au nez du cartographe. Cette furie n'est pas seulement un animal blessé. Elle n'a aucune autre émotion que la colère dans le regard. Enfin, excepté hier dans la grotte lorsque son regard était teinté d'hésitation, voire même d'une sorte de pointe de crainte. Elle me proposait de jeter un œil à mon épaule. En y réfléchissant, j'ai peut-être vu un peu d'humanité en elle à ce moment. Enfin, avant qu'elle ne se referme plus ou  moins par ma faute... Rââh ! Je m'en fiche !  Au diable cette morveuse. Libre à ce cartographe de lui tendre la main si l'envie lui en prend mais je ne veux rien avoir à faire avec elle !

Avec un soupir, ce dernier ajoute :
— Mais si elle n'est pas acceptée, l'aide ne peut être reçue et ne saurait être utile. Pour qu'elle accepte mon aide, je dois gagner sa confiance. Plus je l'apprivoiserai, plus elle sera à même de lâcher prise. Et pour l'apprivoiser, je dois rester avec elle. En l'état, si elle part, je ne la reverrai jamais. J'ignore dans quelle mesure elle finira par m'accepter, mais je veux tenter le coup.

Au moins, il est encore un peu conscient de la situation. Un demi-pied encore sur terre... C'est mieux que rien. Il s'accroche tout de même et bien qu'il ne coure après une chimère, je n'ai pas spécialement le cœur à le lui dire. D'une certaine façon, ses espoirs et sa détermination me font penser à un gamin racontant ses rêves. Ce qui me chagrine, c'est que plus longtemps dure le rêve, plus dur est le retour à la réalité. Je réfléchis un instant. J'aimerais tout de même le mettre en garde pour lui éviter cette déception mais je ne sais trop comment m'y prendre. Au final, je pose simplement ma main sur son épaule avant de murmurer tout aussi doucement que lui :

-Vous possédez une véritable lumière en vous. C'est très noble de vouloir l'utiliser pour chasser les démons des autres. Mais faites attention, si la joie est contagieuse, il peut en aller de même pour d'autres sentiments.

Je jette un bref regard en arrière vers Ambre. Cette gamine a de la chance... Même si elle ne la mérite pas.

Peu désireuse de revenir dans mes plans de rencontre avec le seigneur marchand tout de suite, je demande :

-Vu son état, il faudrait des mois si vous voulez obtenir sa confiance, à supposer que ce soit possible. Comment comptez-vous vous y prendre pour la retenir aussi longtemps ? Je sais bien qu'elle a déjà couru après Irilak pendant un moment mais avec vous, elle attendra que vous le débusquiez vite... Vous ne craignez pas qu'elle ne disparaisse si les recherches lui paraissent trop longues ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teinakh Daergen
Mortel
avatar

Messages : 163
Date d'inscription : 13/03/2014

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Sryles/Cartographe
Âge: 27 ans
Signes particuliers: Cheveux noirs attachés en une unique tresse descendant jusqu

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Jeu 13 Juil 2017 - 10:09

     — Des mois, vous dites...
    Teinakh glisse un regard espiègle en direction de l'assassin.
    — Je pense que je saurai poser les bases d'une relation entre nous plus rapidement que ça.
    Il offre un sourire tendre à Yllianna.
    — Merci pour votre mise en garde. Soyez certaine que je serai attentif à prendre soin de moi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fira Tal'Ukhan
Mortel
avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 01/04/2016

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 18 ans
Signes particuliers: Des yeux oranges, comme deux ambres.

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Jeu 20 Juil 2017 - 10:25

Le groupe évolue d'un pas sur et attentif, soucieux de laisser le moins de traces possible. Le plan que le cartographe leur a exposé se déroule comme prévu et à la fin de ce jour, ils arriveront normalement au village visé depuis le départ. Fira se remémore les mots que Teinakh avait prononcés juste après l'attaque du convoi :
    Il y a un village au sud d'ici, à trois jours de marche. Nous camperons non loin de ce village pendant une petite semaine et nous guetterons dans quelle mesure les bandits nous recherchent. Si leurs actions sont rares et superficielles, cela signifiera que nous sommes sortis de leur territoire et nous serons hors de danger. Dans le cas contraire, nous partirons plus au sud et nous répèterons l'opération.
    Elle suppose qu'au lieu d'une semaine, ils camperont près du village pendant tout le temps de rétablissement d'Yllianna.
    La matinée se déroule sans encombre et cède rapidement sa place à l'après-midi. Le groupe n'a pas croisé de traces de bandits mais la tension monte tout de même quand ils doivent quitter le couvert de la forêt pour poursuivre leur route dans les plaines. Heureusement, la région est vallonnée et il est difficile d'avoir un point de vue dégagé sur de longues distances. Teinakh les guide à flancs de colline, assurant plus de mobilité qu'en évoluant aux creux des vallons.
    Au milieu de l'après-midi, ils voient clairement les minces filets de fumée s'élever dans le ciel et c'est finalement en toute fin de journée qu'ils atteignent le village visé. Teinakh propose de ne pas y entrer maintenant. Y passer sans s'arrêter pour dormir alors que la nuit tombe attirerait beaucoup l'attention. Son idée est que l'un d'eux s'y rende le lendemain en cours de journée pour récupérer des vivres et en profiter pour lancer une fausse piste sur leur route. Le groupe se met donc en quête d'un abri où bivouaquer pendant les deux prochaines semaines. Un abri pas trop éloigné du village, mais dissimulé de sorte que même les locaux ne les découvrent pas. Leur dévolue tombe rapidement sur le lit d'un ruisseau asséché recouvert par la végétation, au creux d'un vallon. L'endroit est assez vaste pour que les trois occupants ne se marchent pas dessus et ils ont accès à d'autres ruisseaux alentours en guise de sources d'eau.
    Suivant l'exemple du cartographe, Fira choisi un coin de l'abri et y dépose ses affaires.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yllianna Lunéa
Mortel
avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 26/05/2016

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Weranoï/Marchand
Âge: 27 ans (826)
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Sam 29 Juil 2017 - 21:40

Les heures s'enchainent... Nous marchons, encore et encore... Par souci de ne pas être suivis par les brigands à nos trousses, nous nous efforçons de couvrir nos traces le plus possible. Si nous avions croisé d'autres voyageurs, nous aurions plus eu l'air louche qu'autre chose ! Pourtant nous ne croisons personne. Nous avons pourtant quitté les bois et nous sommes exposés en suivant une route qui traverse les collines. Ce risque nous permet au moins de progresser rapidement vers le village dont parlait Teinakh. Nous ne sommes en revanche pas tranquille. Le relief de l'endroit nous empêche de voir bien loin. Si cela nous offre une légère protection contre les groupes de poursuivants à la traine, nous ne pourrons anticiper aucune éventuelle embuscade...
Malgré ces difficultés, les filets de fumée à l'horizon nous donnent de l'espoir. Notre but est maintenant proche !  Nous allons enfin pouvoir souffler un peu. Avec de la chance, personne ne viendra nous chercher si loin et nous pourrons nous séparer. Je serais débarrasser de la vue de cette assassin de malheur une bonne fois pour toute. J'aurais bien souhaité passer un peu plus de temps avec le cartographe mais de toute évidence, il ne se séparera pas d'Ambre si facilement. Autant passer mon chemin donc... Surtout que j'ai des choses à faire qu'il ne cautionnera pas. Des choses dangereuses. Pour lesquelles je ne tiens pas à entrainer qui que ce soit.
En début de soirée, nous voyons très nettement les maisons devant nous. Il reste tout juste une demi-heure de marche pour y entrer. Cependant, le cartographe préfère que nous passions la soirée à l'extérieur et que l'un de nous s'y rende demain afin de ne pas attirer l'attention et de nous ravitailler tout en lançant une fausse piste à nos poursuivants. S'il sont arrivés ici bien sur...
Nous nous mettons donc en quête d'un endroit où passer la nuit autour du village où nous serions biens dissimulés afin d'éviter les attaques nocturnes. Après une bonne heure de recherches et alors que la nuit tombe, nous avons le plaisir de découvrir enfin un lieux digne de nos attentes : le lit asséché d'une rivière. Le creux sablonneux  recouvert de plantes creusé par l'eau nous permet de nous cacher aux yeux de ceux qui se trouvent aux alentours et d'autres petits ruisseaux coulent un peu partout autour de nous. Ces terres doivent être des terres agricoles plutôt riches... Avant de nous coucher, nous discutons brièvement pour déterminer qui ira au village demain. Le cartographe ne souhaitant pas laisser Ambre seule, le choix se porte sur moi. Cette idée ne me déplait pas. Je pourrais y glâner quelques informations ainsi et ça me donnera un petit moment tranquille loin de la présence dérangeant de la furie. De plus, je suis sur que Teinakh saura utiliser ce moment pour se rapprocher un peu plus de la gamine. C'est marrant... J'ai l'impression d'être une adolescente jouant les entremetteuses...

Laissant mes coéquipiers s'endormir dans leurs coins respectifs, je me lève et me dirige vers le ruisseau le plus proche. Je m'assieds au bord de l'eau quelques instants. Le bruit du ruissèlement me fait du bien. C'est calme, apaisant même. Ce moment seule me permet de faire un peu le point sur ce qui est arrivé. Depuis l'attaque initiale, tant de choses sont arrivées, la cavale, les bandits... Je n'ai pas même eu le temps de réaliser ce qui arrivait que cette histoire m'a embarquée. Je ne suis pourtant pas une guerrière ou une  fugitive, je n'ai rien de ces deux rôles-là. J'aimerais seulement que tout s'arrête, pour de bon... Perdues dans ces pensées sombres, je n'en avais pas senti que des larmes roulaient sur mes joues. Peut-être qu'elles non plus n'avaient pas eu leur moment pour aller... Enfouissant la tête dans mes bras, je restai là un long moment. Je finis par m'endormir là.

Était-ce du à la position peu confortable pour dormir, à la fraicheur et à l'humidité de l'air proche du ruisseau ou du bruit qu'il faisait, mais en tout cas, je suis la première à me réveiller à l'aube. Discrètement, je retourne au camp. Quelques instants plus tard, les deux autres se lèvent. Nous échangeons quelques mots avant que je ne me mette en route. Non sans regret, je laisse derrière moi mes lames, mon gilet de voyage et ma longue robe bariolée. Mon pistolet est désormais sous ma jupe, accroché à la doublure d'une poche. Ça le maintient plutôt bien mais il ne va pas falloir que je coure... Question apparence, je porte simplement une longue jupe blanche bien taches de terre et de végétation. J'ai du frotter quelques traces de sang avec de la terre afin de les dissimuler. Sans ma robe, il reste simplement ma chemise blanche également que le voyage a curieusement bien épargnée.  Mes cheveux sont toujours enroulés dans l'écharpe mais ils sont assez crasseux et cela se voit. Ainsi, j'ai l'air d'une paysanne. Plutôt aisée pour porter des bottes mais une paysanne tout de même. Voilà qui attirera d'autant moins l'attention. Cependant, malgré une toilette sommaire dans le ruisseau qui l'a rendu présentable, mon visage reste bien marqué par les derniers évènements : griffures, cernes....  Bah, si j'évite les contacts visuels trop prolongés, ça devrait aller.

Sur le chemin de terre menant au village, je croise une groupe de gardes. En me croisant, ils me jettent  un regard désolé mais ne s'arrêtent pas pour autant, ils se contentent de murmurer entre eux. Je crois entendre un vague :

-Elle s'en est tirée au moins...

Sur le coup, je m'arrête et leur lance un regard surpris, un peu choqué même. Ils baissent la tête et passent leur route. Étrange, d'ordinaire, les miliciens sont les premiers quand il s'agit d'ennuyer les jeunes paysannes lorsqu'elles marchent seules. Je ne sais pas ce qu'il se passe mais ce n'est à l'évidence rien de bon, et j'ai le pressentiment que nous ne sommes pas étrangers à cette affaire.

Arrivée au village, je suis immédiatement repérée et des dizaines de badauds se massent à bonne distance de moi et me fixe avec le même air compatissant que me portaient les miliciens. Ne sachant vraiment pas comment réagir, je garde la mine basse et l'air le plus neutre possible. Outre les foules de badauds qui m'ont accueillie à l'entré de la bourgade, un détails me surprends : il y a plus de miliciens qu'à l'accoutumée et ils sont assez lourdement armés. Je commence à avoir une idée de la situation. Qui est vite confirmée lorsqu'un milicien m'aborde. À son allure, il semble être capitaine de la garde. Il porte une armure complète et à les cheveux grisonnants. Il pose sa main sur mon épaule pour me retenir et se place en face de moi :

-D'où venez vous, mon enfant ?

Prise de cours, je bredouille avec une surprise non feinte :

-Euh, d'un... d'un village de bucheron un peu plus au nord. À environ deux jours de marche.

J'ai rapidement improvisé cette réponse mais je ne m'attendais pas à ce que ce type vienne me poser ce genre de question. Heureusement qu'on a croisé ces deux personnes là dernière fois ! Je commence cependant à regretter un peu mon mensonge en voyant l'expression grave du garde :

-Du nord, hein ? Vous êtes dans un état épouvantable, mon enfant... Ne vous en faites plus, vous êtes en sureté ici...

-Mais... mais que se passe t'il ? dis-je, vraiment perdue et inquiète.

-Nous ne le savons pas vraiment. La région n'est plus sure du tout en ce moment. Les bandits s'en sont pris à presque toutes les fermes et hameaux du coin. Milla a envoyé des hommes au quatre coins de la campagne pour sauver ce qui peut l'être.

Un frisson me parcours en entendant le nom de Milla, la ville où se trouve le manoir de Sombre Argent. Il aurait donc envoyé ses miliciens. Qu'avons-nous fait ? Les bandits dont cet homme parle sont probablement ceux d'Irilak. Comment se fait-il qu'il soit prêt à retourner la région tout entière pour nous retrouver ? C'est vraiment mauvais. On dirait que les hors-la-loi ne sont pas venus jusqu'ici et vu le nombres de gardes déployés, ils y réfléchiront à deux fois avant de s'aventurer si loin. Techniquement, nous avons atteint notre but. Mais je crois que notre histoire avec Irilak n'est pas encore terminée, loin de là...
L'homme lâche mon épaule mais demande avant de s'écarter de mon chemin :
-Le nord est trop dangereux pour que vous y retourniez tout de suite. Avez-vous un endroit où aller ? Plusieurs fermiers ont été recueillis dans le village. On a pu en loger la plupart dans des granges. Ce n'est pas grand-chose mais un toit reste un toit...

Le geste me touche mais il me permet aussi de remplir un de mes objectifs. Souriant intérieurement, je murmure d'une voix un peu absente :

-Merci, j'ai connu des parents au sud d'ici. J'ai fait un détour par ce village pour acheter quelques vivres pour la route. dis-je en sortant les quelques pièces que j'ai prises pour l'excursion.

-Vous êtes brave, mon enfant. Soyez prudente ! Nous vivons des temps durs...

Saluant d'un vague signe de tête, je reprends ma route la mine basse. Quelques minutes plus tard, j'arrive au marché. Je me dépêche de prendre un peu de nourriture. Il faut dire que nous n'avions pas prévu de faire des folies vu les sous que j'ai pris pour nos provisions. Bon, c'est plus logique aussi venant d'une paysanne...
Une fois cela finit, je me rends vers le sud du village. Sur le chemin, je passe devant une grange où s'entassent deux bonnes familles. Au total, une quinzaine de personnes. Ils ont l'air abattus... Je trace ma route. Plus simple que de rester et regarder les dégâts que nous avons indirectement causés. Irilak s'en est pris à ces fermes dans le but de nous débusquer. Les visages des gens se sont cependant gravés dans mon esprit. Vieillards, hommes, femmes, enfants... Tous obligés de fuir leurs maisons pour survivre.

Je ne traine pas ici. Une fois que les dernières maisons sont derrière moi, j'accélère un peu le pas. Ce que je viens de voir m'a retournée. Il faut vite que je rejoigne les deux autres. Allant toujours de plus en plus vite, je finis par entendre quelque chose tomber derrière moi. En me retournant, je vois au sol mon revolver... Les motifs pirates ciselés sur le canon m'auraient mise dans l'embarras si l'arme était tombée dans le village. C'est drôle, j'ai toujours respecté les pirates et bandits en tant que menace mais maintenant que j'y suis vraiment confrontée, je prends enfin conscience de l'ampleur du danger qu'ils représentent... Sinistre monde.

Après avoir ramassé et replacé le revolver, je repars d'un bon pas. Une fois à bonne distance du village, je vérifie que personne ne se soit lancé après moi sur la route. Personne en vue... Je quitte donc le chemin pour retrouver mes camarades . Contourner ainsi le village risque de me prendre une bonne heure vu la distance que je mets entre les première maisons et moi. Par chance, je retrouve rapidement le cours de la rivière asséchée.... Le retour sera assez simple finalement....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teinakh Daergen
Mortel
avatar

Messages : 163
Date d'inscription : 13/03/2014

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Sryles/Cartographe
Âge: 27 ans
Signes particuliers: Cheveux noirs attachés en une unique tresse descendant jusqu

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Mer 16 Aoû 2017 - 14:48

Dans cette région proche de la séparation de l'Embourbé et de la Pourpre, l'air est souvent léger, plus doux qu'aux alentours de Quetaïn. Teinakh, Yllianna et Ambre se sont levés de bonne heure et, comme déterminé la veille, Yllianna est parti en direction du village. Après être allé faire sa toilette dans un ruisseau environnant, le cartographe est revenu au camp. Il s'est assis, a tranquillement sorti son écritoire et le reste de son matériel de dessin. Il s'est alors attelé à un travail en cours, un plan détaillé d'un vaste quartier d'Akeraï. Mais son esprit n'est pas à son ouvrage.
    Son attention toute entière est tendue vers Ambre. Il glisse des regards discrets, soucieux qu'elle ne se sente pas observée. La jeune femme est revenue de sa toilette, elle aussi. Sans prononcer un mot, elle s'est mise à nettoyer ses armes. Et Teinakh a vu son hésitation. Il a senti l'intensité de sa réflexion, il a perçu les tourments de son esprit. De fait, depuis qu'elle leur a tout révélé et qu'elle a été témoin de  l'explosion de colère d'Yllianna, l'assassin est apaisée. Pour autant, cela n'a pas résolu ces problèmes. Ses problématiques n'ont pas changé et Teinakh sent qu'elle est dans une impasse.
    Il a bien compris...
    Il sent la mélancolie monter en lui. L'humain est si complexe.
    Il finit par lui demander d'une voix douce :
    — Vous allez partir, n'est-ce pas ?
    Elle lève brusquement les yeux vers lui, surprise. Teinakh porte un sourire tranquille, il pose sur elle un regard rempli de bienveillance. Il sait que cela ne sonne pas la fin, il est convaincu qu'elle va revenir. Et puis de toute façon, ça ne le regarde plus. Ce dont il est certain, c'est que si elle revient vers lui, il l'accueillera avec toute la douceur dont son cœur est capable.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fira Tal'Ukhan
Mortel
avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 01/04/2016

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 18 ans
Signes particuliers: Des yeux oranges, comme deux ambres.

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Jeu 24 Aoû 2017 - 9:56

    Elle s'assied, sort de son sac les flacons d'huile et de graisse nécessaires pour nettoyer ses armes. Elle s'attelle à l'ouvrage, son esprit est distrait. Elle se rappelle les mots du cartographe :
    "Pour profiter au mieux de mes capacités, il va bien falloir que tu acceptes d'apprendre à me faire confiance..."
    Il a raison. Mais Fira ne fait pas confiance. À personne. C'est la raison pour laquelle elle ne travaille jamais avec quelqu'un sur lequel elle n'est pas capable d'assurer une emprise.
    Et puis, même au-delà de ça... Ça ne va pas. Ses émotions sont trop instables. Son sentiment vis-à-vis du cartographe est trop flou, trop incertain et cela ne lui convient pas. En outre, pour énième fois, elle ne maîtrise pas la situation. Et ça, c'est décidément la pire chose qui puisse arriver. Fira a attendu de voir comment les choses pouvaient évoluer, elle a tenté l'approche. Finalement, même si elle ne se méfie plus à proprement parler de Teinakh, même si elle sait qu'il n'est pas une menace pour elle, elle est en danger parce qu'elle n'a aucune prise sur la situation. Le temps qu'elle s'est accordé n'a rien changé à cet état de fait. Maintenant, le temps n'est plus à l'essai.
    Comme en réponse à ses réflexions, le cartographe brise le silence :
    — Vous allez partir, n'est-ce pas ?
    Fira lève brusquement la tête. Qu'est-ce qui la surprend le plus ? Le fait qu'il ait lu son trouble ou bien la bienveillance dont il fait preuve ? Depuis le départ, Teinakh use de son énergie pour maintenir une cohésion dans leur petit groupe. Quand elle a annoncé son départ au matin de la veille, il a montré une résistance, il a déployé des efforts pour la convaincre de rester avec eux. Pourquoi ne cherche-t-il pas à la retenir, cette fois-ci ? Pire, la bienveillance qu'il dégage semble montrer qu'il est en paix avec l'idée qu'elle parte. Pourquoi... ?
    Bah, de toute façon, chercher à comprendre cet homme est une absurdité. Elle baisse son regard vers ses armes, reprend nonchalamment son nettoyage. Elle lâche simplement :
    — Oui, je vais partir.
    Il demande calmement :
    — Votre mission, ça va aller ?
    Son instinct de survie grogne à cette question, lui intimant la méfiance. Pourtant, quand elle prend le temps de vraiment écouter ce qu'elle ressent, elle ne semble pas percevoir de danger. Est-ce vraiment possible, que le cartographe fasse simplement preuve de prévenance ?
    Non, ça ne va pas aller. Elle va abandonner la mission. Elle est encore nouvelle dans le métier, elle ne prend de contrat que depuis l'année dernière et abandonner une mission ne lui était jamais arrivé. Mais elle doit se rendre à l'évidence : elle n'est simplement pas de taille. Pas avec les moyens dont elle dispose. Elle va abandonner la mission et la Guilde se chargera de mettre plus de moyens pour abattre la cible. Elle répond brièvement :
    — Ça va aller.
    Le silence retombe, rapidement rempli par le grattement de la plume sur le papier et par le frottement du chiffon sur le métal, se mêlant aux sons de la nature.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yllianna Lunéa
Mortel
avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 26/05/2016

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Weranoï/Marchand
Âge: 27 ans (826)
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Dim 3 Sep 2017 - 20:20

Bon sang  ! Le lit de la rivière est envahi de ronces ! Ma jupe passe son temps à s'accrocher dedans et mes jambes sont dans un sale état... Si j'avais su, j'aurais au moins pris une lame ou un bâton pour me frayer un passage.
Je jure en voyant à quel point je suis ralentie alors que je dois me dépêcher de donner les informations que j'ai eu au village à Ambre et Teinakh. Nous sommes responsables de tout ça et nous savons suffisamment nous battre pour nous mesurer à ces bandits. Nous devons faire quelque chose !

Prise dans mes pensées, je ne vois pas une racine sortant du sol et me prends les pieds dedans. Je m'étale de tout mon long dans la terre et le panier de provisions se renverse devant moi. Jurant à nouveau à voix basse, j'entreprends de réunir toutes mes affaire. Une fois le panier rempli à nouveau, je prends une pause, juste une minute. Mes jambes commencent à me faire mal à force de forcer dans les ronces comme ça... Cet instant est mis à contribution pour enlever les épines et branches mortes accrochées dans ma jupe. Les multiples griffures sur ma peau étant superficielles, la douleur s'estompe rapidement. Alors que je m'apprête à repartir, j'entends des bruits de pas assez lointain. Ma respiration se fait courte et mon cœur se met à battre furieusement dans ma poitrine. Ai-je été suivie ? Impossible ! Je n'ai vu personne derrière moi. D'ailleurs le bruit semble venir de devant ma position. Qui viendrait ici alors ? Encore des bandits ? Probable, bien plus probable que des villageois.
Sortant mon pistolet, je me redresse doucement. Je commence à regarder autour de moi en m'assurant de ne pas lever la tête au-dessus du niveau des branchages. Les ronces épaisses qui recouvrent la zone m'apparaissent soudain plus agréables et protectrices. Leur couleurs étant même assez semblable à mes cheveux, il y a peu de chance qu'on me repère même s'il s'agit d'une personne expérimentée. Et justement, ça m'a l'air d'une expérimentée.

Mon cœur fait un bond ultimement plus furieux que les autres lorsque je reconnais la frêle silhouette de l'assassin au loin, rageant et taillant les ronces pour passer à travers. Mon premier réflexe est de chercher le cartographe au alentours. Comment ont-ils osé se remettre en route sans m'attendre ?! J'espérais qu'ils se rapprochent quand je suis partie mais je ne me doutais pas qu'ils me laisseraient sur le côté !
Malgré que je me sois redressée, quittant mon couvert et obtenant une bien meilleure vision de l'endroit, aucun signe du cartographe. Bizarre... Qu'est-ce qui se passe ? La gosse partant seule avec ses affaires ? Cela voudrait-il dire... Que nous allions être débarrasser d'elle ?! Elle allait s'occuper de tuer son bandit dans son coin ?!
L'espace d'un instant, j'oublie la détresse de la situation et souffle de soulagement. Quelle aubaine ! Nous étions enfin débarrasser de cette peste ! Je suppose qu'elle trouvera rapidement Irilak s'il s'expose ainsi en mettant la région à feu et à sang. Une fois qu'elle s'en sera chargée, ces pauvres gens pourront reprendre leur vies.
Retournant au creux de la rivière, je saisis mon panier et reprends mon combat avec les branchages acérés. J'ai assez perdu de temps comme ça...

Après vingt bonnes minutes de difficultés, j'arrive finalement au campement où je découvre sans surprise l'homme seul, avec un air lointain et un peu attristé. Il se retourne vers moi et me lance un sourire certes radieux mais comparé aux sourires qu'il esquissait hier, celui semble terne. Aucun doute, même s'il agit le plus naturellement possible, il est déçu. J'aimerais pouvoir dire que je partage sa peine mais cet évènement a soulevé des émotions exactement opposées aux siennes... Je lui rends juste un vague sourire désolé. Désolée qu'il n'ait pas parvenu à ses objectifs avec la furie mais surtout désolée d'annoncer quelque chose qui va plus l'abattre. Lentement, la voix grave, je murmure :

-Je... Il y a un problème.

Il tourne immédiatemment le visage vers moi avec une inquiétude non feinte. Voir sa réaction si sincère me serre la gorge alors que je continue.

-Nous pensions faire profil bas mais la situation là-bas est pire que nous le pensions. Les bandits.... Ils sont complètement fous. Ils s'en prennent à toutes les fermes et habitations isolées de la région pour nous retrouver. Ils y a bien des dizaines de familles dans ce village qui ont fui et qui dorment dans des granges. Et d'après ce que j'ai entendu, toutes n'ont pas pu fuir. Sombre Argent a même du envoyer sa milice pour essayer de maintenir la situation sous contrôle. Je ne sais pas ce qu'il y a eu avec cette attaque mais cet Irilak en a bien plus après nous que ce qu'on pensait.

Je marque une pause pour laisser à mon camarade le temps de digérer les informations. Il semble sous le choc. Comment ne pas l'être en même temps ?
Le silence commence progressivement à s'installer. Ne le voyant pas répondre, j'insiste :

-J'ai vu Ambre partir. Je ne doute pas qu'elle arrive à trouver ce taré et qu'elle s'en débarrasse mais nous aussi on a notre part de responsabilité dans tout ça. On doit faire quelque chose pour ces gens en attendant que ça se calme. Qu'est-ce que vous décidez ? Il faut qu'on s'allie à cette milice, ou qu'on essaie de prévenir un maximum de gens pour qu'ils évacuent. Tous les paysans du coin n'ont pas pu être attaqués en trois jours...


Mon visage pâlit lorsque que je parle des paysans. Je viens de repenser aux bucherons que nous avons croisé en venant. Leur camp doit être perdu en pleine forêt. Il n'y a quasiment aucune chance qu'ils aient été prévenus de ce qu'il se passe. Il faut les prévenir aussi !
Mince... Il y a tant à faire mais nous manquons de temps !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Poser un Contrat
» Nouveau contrat social
» Labadie: Contrat entre l'etat haitien et la Royal Carribean
» Après Jaroslav Spacek et Hal Gill, Bob Gainey fait signer un contrat d'un an à Paul Mara.
» Signature de contrat - Marc Staal

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Guildes d'Aranor :: Sur la Terre :: Royaume de Quetaïn-