C H A T



 

Partagez | 
 

 Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Yllianna Lunéa
Mortel
avatar

Messages : 64
Date d'inscription : 26/05/2016

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Weranoï/Marchand
Âge: 27 ans (826)
Signes particuliers:

MessageSujet: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Mer 9 Nov 2016 - 23:08

Les ouvriers et marchands s'affairent dans tous les sens pour préparer les différentes caravanes qui composent notre convoi. La cour de l'entrepôt est un véritable champ de bataille. Caisses et tonneaux s'entassent au fond des chariots. Je soupire intérieurement. La nourriture est toujours ennuyeuse à transporter. Le problème, c'est qu'elles se perdent vite en général. Nous serons donc obligés d'emprunter les grandes routes pour gagner du temps, ce qui nous exposera à des attaques potentielles.

J'ai beau chercher du regard, je ne vois toujours pas l'autre guide censé m'épauler pour conduire l'expédition. J'aurais bien aimé que nous puissions nous concerter à propos de l'itinéraire avant de partir. Je n'aime pas quand on part sans un semblant d'organisation...

Le type avec qui j'ai signé le contrat pour guider la caravane sort de l'entrepôt et viens me voir. Il semble assez pressé. Pas étonnant en même temps, nous devions partir à l'aube et le soleil s'est levé depuis une bonne heure déjà .

-Les dernières marchandises seront chargées d'ici dix minutes au maximum. Vous pensez pouvoir être dans les temps ?

Je hausse les épaules.

-Nous avons trois jours de marche facilement pour rejoindre la capitale. Vu les fûts d'hydromel et autres boissons que nous transportons, je préfère éviter les bivouacs sauvages. Dans l'absolu, ce sera simple de trouver des auberges si on suit la route principale. On risque de perdre une journée en faisant ça mais mieux vaut ne pas prendre de risques.

-Comme vous dites oui ! aquiesce t'il. J'ai transmis au chef de la caravane les laisser-passer pour le palais. Une fois à l'intérieur, vous serez directement guidés à la zone de déchargement. Une fois de retour ici, vous recevrez votre paiement.

-Comme convenu oui.

Voyant que tout semble en ordre de mon côté, il s'éloigne. En même temps, nous avions déjà regardé l'itinéraire ensemble une demi-douzaine de fois ensemble. Ce type, Saurren D'Arhin, a beau n'être que le second de sa compagnie commerciale, il gère toutes les affaires plus ou moins sensibles de son seigneur. J'ai déjà signé quelques contrats avec lui. Il est sérieux mais quelque chose chez lui ne m'inspire pas confiance... Il semble trop droit pour être vraiment honnête.
Je scrute une nouvelle fois le paysage devant moi en espérant voir l'autre guide. Sans succès. En revanche, je vois notre équipe se sécurité arriver. Six mercenaires, c'est peu  pour deux chariots. Et attends voir, il y a une gamine dans le lot ? Je rêve... Frêle comme elle est, mercenaire est surement la dernière orientation qui lui irait...
Je me demande si cette expédition n'est pas une blague. Rien n'est prêt au moment de partir, mon collègue est manquant à l'appel et il y a des enfants enrôlés dans notre escorte. Bah, c'est souvent ce genre d'expédition qui laisse les meilleurs souvenirs...

J'entends un bruit de sabots sur les pavés et enfin, mon camarade guide fait irruption dans la cour. C'est un homme d'une quarantaine d'année à l'air un peu sauvage. Après un bref salut adressé aux ouvriers et aux gardes, il me rejoint. Voyant que le chargement est terminé, je lui fais signe de faire demi-tour, grimpe en selle et le rejoint. Nous discuterons de l'itinéraire en chemin...

Nous nous dirigeons tout les deux à l'avant de la caravane. Tous les membres sont réunis et semblent prêts. Une dizaine de marchands, six gardes et deux guides.  On est enfin au complet ! Je ne peux m'empêcher de penser à la gamine... Vu comme les chariots sont chargés, je doute qu'elle puisse monter dessus. Je doute surtout qu'elle supporte une journée complète de marche. Je lui proposerait de monter en selle si elle fatigue.

Le chef des mercenaire, le chef de la caravane, le guide et moi-même échangeons un regard entendu. Nous nous tournons alors vers la sortie et nous nous mettons en route au pas.

HRP:
 


Dernière édition par Yllianna Lunéa le Jeu 1 Déc 2016 - 16:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fira Tal'Ukhan
Mortel
avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 01/04/2016

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 18 ans
Signes particuliers: Des yeux oranges, comme deux ambres.

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Jeu 10 Nov 2016 - 15:19

  Le soleil est apparu à l'horizon il y a deux bonnes heures. Les chariots ont quitté l'entrepôt et la caravane fait route sur un large chemin depuis une heure. Fira a été assignée à la protection du chariot de tête, elle marche un peu à l'avant de la caravane, devançant d'une dizaine de pas les chevaux du chef de la caravane et des deux guides. Les deux guides sont en train de discuter de l'itinéraire avec le chef du convoi, Fira ne prête aucune attention à leurs paroles. Elle observe les alentours en silence, le visage fermé et le pas sûr comme on l'attend de quelqu'un chargé d'assurer la sécurité. Le vent est doux, l'air se réchauffe. Comme d'habitude à cette période de l'année, la région est clémente en terme de météo : quand, plus au nord, les premières neiges commencent à tomber, la chaleur s'attarde au cœur du Royaume de Quetaïn.

  Fira n'est pas sensible à cette douceur dans l'air. Postée à la place qu'on lui a assignée, elle attend. Elle attend son heure.

- Alors, on rêvasse ?

  Sa bulle d'isolement vole en éclats. La voix est celle d'un jeune homme. Plutôt grand, bien bâtit, il fait partie de l'équipe de sécurité et étant donné qu'il a lui aussi été assigné au chariot de tête, il marche à sa hauteur. Fira a vaguement la sensation qu'il se nomme Gaël ou Gaäl. Quand elle s'est présentée ce matin, il a fait partie de ceux qui n'ont pas caché leur surprise devant son corps fin et sa carrure pour le moins légère. Il avait déjà tenté de l'approcher à ce moment-là avec une remarque à la finesse toute relative, mais il s'était heurté à l'ignorance glaciale de la jeune femme. Maintenant qu'il est à nouveau prêt d'elle, il tente encore une fois de l'aborder, intrigué par cette figure inhabituelle

- Détends-toi, avec moi dans les parages, y t'arrivera rien !

  Il n'est pas méchant, il est simplement maladroit et ne sais pas bien comment aborder une femme. Fira vit son intervention comme une intrusion. Qu'est-ce qu'il veut, celui-là ? Elle ne lui a pas adressé la parole et ne compte pas entamer une discussion. Elle lui jette un regard en biais sans répondre. Devant son silence, le jeune homme hésite, puis continue :

- Ton nom, c'est Ambre, 'spas ? Moi c'est Gaälack. Mais tu peux m'appeler Gaäl !

  Maintenant, Fira est franchement gênée par le jeune homme. Elle voudrait se débarrasser de lui mais ne doit pas pour autant le tuer. Dans ce genre de situation, elle a prit l'habitude d'utiliser une technique d'Élise : pour toute réponse, elle se tourne vers lui et le dévisage avec tout le dédain du monde. Puis elle continue à marcher en reprenant son observation des alentours comme si rien ne s'était passé. Déstabilisé, Gaälack la fixe quelques instants avec un regard oscillant entre l'incompréhension et la haine. Finalement, il comprend qu'il a été brutalement humilié et la colère monte en lui. Il fait un pas vers elle en grognant.

- Sale petite garce...

  Voilà une réaction qu'elle n'avait pas prévu. La technique d'Élise semble ne pas être sans faille... Fira se sent piégée. Elle ne doit pas le tuer, mais s'il fait un pas de plus... S'il la touche...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yllianna Lunéa
Mortel
avatar

Messages : 64
Date d'inscription : 26/05/2016

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Weranoï/Marchand
Âge: 27 ans (826)
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Lun 14 Nov 2016 - 21:35

Nous somme partis depuis un petit moment déjà. Le ciel est dégagé et tout le monde a un bon rythme. À ce train on va peut-être rattraper l'heure de retard qu'on avait prise au début. Si on continue comme ça, on atteindra l'objectif que je nous avais fixé pour ce soir : une petite ville forestière plus ou moins sur la route. La région étant peu peuplée, le confort d'une auberge de village sera plus agréable qu'une taverne perdue au milieu de nulle part...

L'autre guide lui préférerait que l'on continue tout droit vers la capitale... J'ai beau lui expliquer de toutes les façons possibles, il refuse d'entendre raison. Nous allons donc devoir laisser décider le chef de la caravane. Pourvu qu'il soit raisonnable... Nous ralentissons nos montures pour nous laisser rattraper par les chariots.

C'est la que j'entend un vague :

- Sale petite garce...

Je tourne la tête vers l'avant de notre groupe. Ce sont deux mercenaires qui semblent se disputer. Un grand gars et la gamine de tout à l'heure. Le gars a l'air bien remonté et avance d'un pas agressif vers la petite. Et voilà, on vient à peine de partir et les embrouilles commencent. C'est tout le chic des mercenaires ça ! Ils sont obligés de se battre et de ruiner le cadre calme et reposant de ces belles matinées...

En temps normal, je les aurais laissé se disputer entre eux mais la jeune fille n'a pas vraiment de chance contre un tel gaillard avec sa carrure frêle. Je me retourne vers l'autre guide :

- Je vais aller calmer le jeu. Tu peux ramener le chef de cette bandes de mômes ?

Il opine du chef. Je talonne alors mon cheval pour rattraper les deux mercenaires devant. Le gars n'est qu'à deux pas de la fillette quand j'arrive à leur hauteur :

-Calme-toi, gros bras ! Je ne crois pas que tu sois payé pour tabasser tes collègues !

Dans sa colère, il se retourne vers moi et me fixe d'un air mauvais.

- De quoi je me mêle ?

-Allons, tu pourrais essayer d'être un peu plus délicat avec les femmes ! Nous apprécions toujours le tact d'un gentilhomme. Rappelle t'en la prochaine fois que tu approches une fille.

Il ne devait pas s'attendre à ce genre de réponse. Il ouvre la bouche mais n'arrive pas à articuler quoique ce soit. Il fait finalement demi-tour vers la caravane. Je le regarde s'éloigner et lui lance :

-Vu la route qu'on va suivre, tu peux être sur que ta lame servira. Tu ferais mieux d'économiser tes forces pour ce moment...

Je suis assez satisfaite de l'avoir rembarré proprement comme ça. Je vois le chef des mercenaire lui faire signe d'aller à l'arrière du convoi. Un problème de réglé, enfin pour le moment... Je me retourne vers la mercenaire qui continue son chemin, imperturbable. Elle a du cran, c'est évident. Après tout, si elle a pu être embauchée pour défendre le convoi, c'est qu'elle doit savoir se défendre.

-Tu as le chic avec les hommes semble t'il. Si jamais celui-là revient t'ennuyer ou si tu as besoin d'aide, n'hésite pas à venir me voir.

Même si elle à l'air d'être du genre à tout faire tout seule, je préfère toujours proposer. Je lui adresse un clin d’œil et retourne rejoindre mon collègue auprès du marchand dans le chariot de tête. Ils me regardent d'un air un peu désapprobateur. Ce n'est pas comme si j'avais braqué mon pistolet entre les deux yeux du gamin non plus...

Histoire de briser cette ambiance un peu lourde, je commence à expliquer la situation. Si je m'en sors bien, nous dormirons en ville ce soir...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fira Tal'Ukhan
Mortel
avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 01/04/2016

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 18 ans
Signes particuliers: Des yeux oranges, comme deux ambres.

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Ven 18 Nov 2016 - 13:49

Le cœur de Fira bat la chamade. Piégée par l'impossibilité de le tuer, elle l'a laissé approcher sans savoir quoi faire. Trop près. Elle s'est sentie transpercée par l'agressivité haineuse de son regard, sa main était presque sur elle. Soudain, le rictus de colère de l'homme s'est transformé en un sourire grotesque. Le rire est venu se glisser dans l'esprit de Fira, le rire gras mêlé de grognements de satisfaction qu'Il n'a cessé d'émettre pendant les longues minutes d'enfer de cette nuit-là. C'était il y a six ans, du passé paraît-il. Six ans de cauchemar quotidien pour elle. Et quand elle entend le rire, la douleur explose.

Au cœur de ses reins, la flamme s'embrase, meurtrissant son bas-ventre. Et chaque gloussement du rire dans son esprit, chaque grognement de contentement fait grossir le feu, aggravant la brûlure au fil des secondes. Les souvenirs remontent, deviennent des sensations bien vivaces. Elle se sent écrasée par le poids de l'homme, elle sent son haleine grasse. Chacun de ces assauts est un supplice. La douleur est insupportable, si forte qu'elle se serait écroulée en gémissant il y a encore quelques années. Mais plus maintenant. L'enseignement qu'elle a reçu pendant quatre ans lui a appris à serrer les dents. La douleur est là, atroce. Les angoisses sourdes meurtrissent son esprit, impitoyables et cauchemardesques. Pourtant, aucun reflet de panique ne hante son regard. Aucun filet de sueur ne glisse sur sa peau.

-Tu as le chic avec les hommes semble-t-il. Si jamais celui-là revient t'ennuyer ou si tu as besoin d'aide, n'hésite pas à venir me voir.

La guide ponctue sa phrase d'un clin d'œil. C'est elle qui a sauvé la vie de l'homme. Et qui lui a permit de conserver sa couverture intacte. Quelque part en elle, Fira ressent de la gratitude pour cette femme souriante qui lui a apporté son aide. Même si ce n'était certainement pas pour les bonnes raisons, ses intentions étaient les meilleures du monde, ça se lit dans ses yeux. Mais le cœur de la jeune femme est trop hanté par ses démons pour qu'elle puisse vraiment prendre conscience de cette gratitude. La douleur abominable et les cauchemars terrifiants envahissent son esprit sans partage, ne laissant aucune place pour d'autres sentiments. Pour toute réponse, elle grogne sans vraiment regarder la guide et se remet à marcher.

La journée se déroule sans autres incidents. Les heures s'écoulent, la caravane évolue vers sa destination. À midi, le convoi s'arrête pour laisser le temps à chacun de se sustenter. Pendant cette courte pause, il est décidé qu'ils feront un détour pour passer la nuit dans une petite ville forestière. Après la pause, Fira se voit changer d'assignation : elle est placée entre les deux chariots. Il y a là plus de monde mais face à son mutisme, personne ne se risque à la déranger. Ainsi positionnée, elle voit le dos de la femme, la guide qui est intervenue pendant l'incident de la matinée. Elle chevauche toujours à l'avant du convoi, discutant avec l'autre guide. Son charisme puissant, son sourire radieux et sa bonne humeur éclatante troublent Fira. Elle ne peut pas croire qu'une personne en apparence si joyeuse puisse vraiment être habitée par tant de bonheur. À ses yeux, quelqu'un qui dégage une aura si lumineuse a forcément quelque chose à cacher.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yllianna Lunéa
Mortel
avatar

Messages : 64
Date d'inscription : 26/05/2016

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Weranoï/Marchand
Âge: 27 ans (826)
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Sam 26 Nov 2016 - 19:54

Et bien, cette expédition commence bien en fin de compte... J'ai eu gain de cause pour le choix de l'endroit où nous dormiront ce soir, nous avançons plus vite que je ne le pensais ce qui nous fera arriver dans la soirée à notre destination, l'ambiance est plus douce que ce matin et pour couronner le tout, on a un temps magnifique : soleil, pas trop chaud, juste ce qu'il faut de nuage !

J'étouffe un léger rire. On dirait une sryle...

Mon camarade guide ne semble pas partager ma bonne humeur. Il a mal pris le fait que les marchands aient préféré dormir en ville plutôt qu'à la belle étoile. Ou juste contrarié de ne pas avoir eu le dernier mot... Je ne saurai pas dire.

-Tu y tenais tant que ça à dormir en pleine nature ?

-Humpf, de toute façon j'aurais du me douter que les marchands choisiraient un lit en ville... On va faire un détour, tant pis...

-Allons, il n'y a pas de quoi se lamenter à ce point non plus ! Ce n'est pas comme si nous étions en retard non plus. J'admet en revanche que vu ce qu'on transporte, il vaut mieux que le trajet ne s'éternise pas. Il y a souvent de la perte en chemin avec l'alcool !

Léger rire, il semble se détendre un peu.

-Si les marchands t'entendaient...

- Haha, ils sont bien les premiers à se servir, tu peux me croire !

La conversation continue ainsi tranquillement pendant toute l'après-midi. L'homme est un peu râleur mais c'est un passionné de voyage lui aussi... Comme la plupart des gens dans le métier après tout ! Avec un point commun comme celui-là, il est assez facile de tenir une conversation avec presque n'importe qui.

Nous arrivons dans notre ville-étape un peu avant le coucher du soleil. Notre groupe se dirige vers l'auberge où nous louons quelques chambres. Après avoir emmené les chevaux à l'écurie, nous montons tous poser nos affaires. Je partage ma chambre avec la petite mercenaire de ce matin. Juste nous deux dans une chambres prévue pour quatre. Il y a des avantages à ce qu'il n'y ait pas beaucoup de femmes dans le convoi !

Quand j'entre dans la pièce, la jeune femme est en train de défaire son sac. On peut dire qu'elle n'a pas traîné pour monter !  Elle doit être épuisée après avoir marché toute la journée comme ça. C'est vrai que je pensais lui proposer de passer un moment sur mon cheval pour qu'elle puisse se reposer un peu mais je ne l'ai pas vue de l'après-midi...

C'est amusant... Il y a quelque chose d'intrigant chez cette mercenaire. À première vue, elle semble toute jeune, toute frêle. Pourtant elle dégage une aura de mystère assez envoûtante.  Même si je n'ai qu'à peine croisé son regard une ou deux fois, j'ai senti quelque chose dedans.  Je me demande ce qui a pu pousser une fillette comme elle a embrassé la vie dure d'un mercenaire... Un peu poussée par ma curiosité, je vais m'asseoir sur mon lit, face à elle et commence d'une voix légère :

-Belle journée, n'est-ce pas ? Ça n'a pas été trop dur pour toi ?

Elle ne répond pas. Ou du moins je n'entends pas de réponse. Elle me regarde du coin de l’œil. J'ai l'impression qu'elle m'analyse, comme si elle cherchait à voir plus loin que ce qu'elle voit. Voyant la conversation s'enliser dans un silence assez lourd, je reprend :

-Si tu veux, on pourra  charger ton sac sur ma selle demain. Tu auras moins de poids sur les épaules comme ça ! Ou si tu fatigues, n'hésite pas à me demander, je pourrais te laisser ma place à cheval.

Toujours pas de réponse. Juste un regard sombre en travers. Je crois que je l'ai vexée. Je m'empresse d'ajouter :

-Oh, ne le prends pas mal ! J'avais plus ou moins ton âge quand je me suis mise sur les routes et j'étais loin d'être capable de tenir une journée de marche en étant aussi chargée.

Je me sens assez mal à l'aise, l'ambiance ne s'allège pas vraiment. Je farfouille au fond de mon sac pour en tirer un paquet de cartes et me dirige vers la sortie. Avant de passer la porte, je propose en agitant les cartes :

-Si le coeur t'en dit, rejoins-nous. Je ne sais pas si je vais pouvoir mettre à mal leur orgueil de mecs toute seule !

Je doute qu'elle accepte l'invitation. Elle a plutôt l'air de vouloir se poser toute seule un moment. Je descends donc au rez-de-chaussée où quelques membres de la caravane bavardent. Mes cartes sont plutôt bien accueillies et au final, nous y passons presque toute la soirée. Contrairement à ce que j'ai dit à la gamine, c'est bien moi qui mène la partie sur toute la ligne. Mes adversaires ne sont pas mauvais mais depuis que j'ai quitté Weranoï, je me suis découverte une vraie passion pour les cartes et je les sors dès que je le peux donc sans vouloir me vanter, je suis devenue plutôt douée.

En revanche, je n'ai pas vu la mercenaire de la soirée. Peut-être s'est-elle couchée ? Dans le doute, je monte avec du pain et quelques fruits que j'arrive à négocier au tavernier. Ça ne vaut pas un repas complet mais si elle se réveille avec les crocs pendant la nuit, ce sera toujours mieux que rien...

Lorsque j'arrive dans la chambre cependant, elle n'est pas là. Bizarre, je ne l'ai pas vue sortir pourtant... Bah, elle est peut-être aller voir le gars de ce matin. Il est remonté assez tôt lui aussi. Bah, je dépose tout sur la table et vais me coucher. Demain, on va passer dans un coin assez mal fréquenté. Autant être en forme !

Lorsque je me réveille le lendemain, je suis toujours seule dans la chambre. Les affaires de ma camarade ne sont plus là cependant, signe qu'elle est passé par ici. Drôle de femme... Sans plus traîner, je m'habille et rassemble mes affaires. Je préfère être en avance.

Notre convoi part à l'heure même si nous n'allons pas aussi vite qu'hier à cause de quelques gueules de bois... Je grimace en voyant ça. Les chefs des mercenaires et des marchands ont pourtant bien dit qu'il faudrait être frais aujourd'hui ! Bon, espérons que ça passe vite...

L'autre guide est remonté à cause de ça et j'arrive à peine à lui arracher trois mots de toute la matinée. Je reste donc à rêvasser dans mon coin, un peu dépitée par cette ambiance de mort...

Au bout de trois heures de marches environ, le chef des mercenaire vient nous voir et murmure discrètement :

- Ce serait possible d'aller plus vite ou de prendre un chemin où on ne sera pas à découvert ? On est suivit depuis tout à l'heure...

En entendant ça, nous jetons un regard en arrière, en essayant de repérer des éventuels poursuivants, sans succès. Vu l'état d'un bon quart des membres de l'expédition, mieux vaut repousser l'affrontement et il sera difficile de faire accélérer ce petit monde. Nous dirigeons donc le convoi en direction de la lisière de la forêt. Il vaut mieux ne pas y rentrer mais rester en bordure du bois nous donnera un minimum de couverture...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fira Tal'Ukhan
Mortel
avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 01/04/2016

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 18 ans
Signes particuliers: Des yeux oranges, comme deux ambres.

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Mer 30 Nov 2016 - 18:58

  La nuit a été courte. Comme toutes les nuits. Fira a passé la soirée à s'entraîner, à répéter des mouvements martiaux afin de les faire entrer dans sa chair comme on apprend les mots d'un dictionnaire. Elle a finalement cédé à la fatigue, n'a pas touché aux provisions remontées par la guide qui partageait sa chambre. Comme toutes les nuits, elle s'est levée tôt, trop torturée par ses cauchemars pour se reposer vraiment. Elle a effectué une toilette rapide, a mangé un repas léger servi par le tavernier et est repartie s'entraîner. Elle est revenu vers l'auberge pour arriver exactement à l'heure convenue pour le départ. Elle a remarqué qu'un bon quart des membres du convoi n'avait eu cure des directives des chefs de la caravane et était amoché par les effets de l'alcool. En cas d'attaque de brigands, les choses seraient ainsi plus faciles à régler.

  La caravane s'est pourtant mise en route à l'heure convenue. Deux bonnes heures après le départ, Fira, qui a été assignée à la garde du chariot de queue, les entend enfin. Ils sont deux, cachés dans la végétation alentours. Ils se sont approchés de la caravane pour déterminer les forces en présence. Ce sont de bons éclaireurs, leur mouvements sont sûrs et efficaces. D'ailleurs, même le chef des mercenaires, que Fira estime pourtant comme étant un réel homme de terrain, ne les remarque pas avant une bonne demi-heure plus tard. Pour la jeune femme, une telle efficacité indique qu'il y a de fortes chances pour que ce soient des hommes agissant sous les ordres de Irilak. Elle ne veut pas tirer de conclusion hâtive, mais d'après ce qu'elle a compris de la région, Irilak est le seul bandit qui soit si exigent sur l'efficacité de ses recrues. Elle ne dit rien, elle reste à son poste. Le chef des mercenaires s'avance rapidement vers les guides et murmure quelque chose. La caravane se dirige alors vers la lisière de la forêt. Fira inspire profondément, se préparant à ce qui va suivre.

  Au moment où ils approchent des premiers arbres, l'un des chevaux de trait se met à hennir furieusement. Il est évident qu'il réagit à un danger et tout le monde est rapidement sur le qui-vive. Deux hommes se sont approchés du cheval, tentent de le calmer. Chacun a tiré qui une épée qui une hache. Certains brandissent leur lance et d'autres serrent le manche de leur dague. Fira a dégainé un poignard. Le chef des mercenaires ordonne que ses employés se déploient. À cet instant, une flèche jaillit des arbres et vient se ficher dans sa poitrine. La guide hurle :

- À couvert !!

  Une pluie de flèche s'abat sur la caravane. Tout le monde s'active pour trouver un couvert mais un bon tiers des voyageurs s'écroule avant d'en avoir atteint. Avec un beuglement bestial, dix bandits sortent des fourrés. Les cinq mercenaires restant sortent de leur couvert et s'interposent. Le combat qui s'engage est violent, brutal. Les armes déchirent la chair, brisent les os. À un contre deux, les mercenaires peinent à lutter, d'autant que les brigands font montre d'une certaine expertise dans le maniement de leurs armes. Rapidement, deux mercenaires s'effondrent alors que seulement deux bandits ont trouvé la mort. Quatre assaillants s'attaquent donc aux marchands, qui se battent pour défendre leurs vies. Au cœur du combat, Fira calcule. Les bandits arborent un insigne sur leur épaule. C'est le symbole que portent les membres de la bande d'Irilak. C'est une bonne chose, ça implique que la première caravane aura été la bonne, qu'elle n'aura pas à s'infiltrer dans une autre. Maintenant, il s'agit de la jouer serrer. Son objectif est simple : faire en sorte que quand il ne reste qu'un seul membre du convoi debout, en plus d'elle-même, seulement deux bandits soient encore vivants. Elle affronte donc son adversaire en jouant avec lui, esquivant ses coups en rendant de temps en temps, plus pour le gêner que pour le blesser vraiment. Elle est concentrée, elle compte les morts dans chaque camps.

  Les bandits sont bien entraînés, leurs coups sont souvent meurtriers. Pourtant, la guide leur fait peur. D'après les conversations qu'elle a entendu, Fira a compris qu'elle s'appelle Yllianna. Elle se bat avec deux épées et ses mouvements font penser à une danse, gracieuse et efficace. À l'expression de son visage, on peut voir qu'elle a conscience que la situation tourne mal pour les marchands. Un des mercenaires restant est rapidement abattu par son adversaire qui se joint à un allié pour tuer un autre mercenaire. Fira, dernière membre de l'équipe de sécurité, se retrouve donc à combattre trois bandits. Du côté des marchands, la situation est critique. Le guide a été éventré, le chef de la caravane a vu sa tête se faire fracasser par un fléau d'arme. Au moment où Yllianna tranche le bras d'un bandit, le dernier marchand se fait décapiter. Le lieu du combat est une véritable boucherie. Le sang et les tripes ont éclaboussé les toiles des chariots et les vêtements des combattants.

  Mais Fira réalise à peine l'étalage de cette violence. La situation qu'elle attendait s'est enfin présentée. Parmi les membres du convoi, seules la guide et elle-même sont encore debout. Un second poignard apparaît dans sa main libre. La main du premier de ses adversaires s'envole, son propriétaire se vide de son sang en hurlant. Le second bandit meurt sur le coup, la pointe d'un poignard ayant traversé sa tempe pour atteindre son cerveau. Le troisième ne réalise pas tout de suite que sa gorge ouverte laisse échapper un flot de sang. Le nombre de survivants est ainsi ramené à deux dans chaque camp. Les deux bandits encore vivants se sont approchés de la guide, hésitants. Fira fonce dans leur direction. Elle passe dans le dos d'Yllianna, la saisit brutalement en lui appliquant une clef de bras implacable qui lui arrache un cris de surprise.

  Le silence tombe sur les restes de la caravane. La surprise de la guide et des deux bandits est telle que personne ne sait quoi dire. Ainsi saisie, Yllianna ne peut pas esquisser le moindre geste. Fira prend la parole :

- Le combat a assez duré. Je tiens trop à la vie pour la risquer davantage ici. Aussi, je vous propose un marché : je me rends et je vous débarrasse de la dernière survivante du convoi. En échange de la victoire que je vous offre, vous acceptez de m'intégrer parmi votre bande.

  Outrée, la guide laisse échapper une exclamation. Les bandits échangent un regard hésitant. C'est bien la première fois qu'une telle chose se produit... Cette situation est étrange et rien que pour ça, ils ont tendance à se méfier. Mais d'un autre côté, les deux survivantes ont prouvé qu'elles étaient de redoutables combattantes. S'ils refusent l'offre, ils vont devoir les affronter. Il n'est en effet pas question de s'enfuir, Irilak a été clair quant à l'importance capitale de la réussite de cette attaque. Le choix qui se présente à eux est en fait simple : refuser et risquer de mourir au combat ou accepter, survivre et réussir la mission. L'un d'eux précise quand même un détail :

- C'est pas à nous de décider si tu peux être des nôtres. Tout ce qu'on peut faire, c'est t'amener devant notre patron. Y décidera lui-même.

  Fira acquiesce.

- Cela me convient.

- Alors vas-y ! Bute-la ! Prouve-nous que c'est pas du flanc, ces histoires.

  Fira ramène sa lame sous la gorge de la guide. Au moment de trancher, elle hésite. Elle a déjà tué des dizaines de personnes mais quelque part en elle, sans vraiment en avoir conscience, elle est touchée par le charisme et la bienveillance d'Yllianna. Elle ne connaît pas vraiment cette personne, mais le peu qu'elle en a vu a suffit à la bouleverser. Et même si cela a lieu trop profondément en elle pour qu'elle le réalise, son geste est hésitant pendant quelques secondes. Elle se reprend. La première étape de son plan se sera déroulé comme...

- IL SUFFIT !!

  L'injonction a explosé, arrêtant net le geste de Fira. Le cri était d'une puissance déroutante, tout le monde se tourne vers sa provenance. Sur le chemin se tient un homme. Il est grand, ses longs cheveux noirs sont tressés dans son dos et de généreuses mèches tombent sur son visage. Il porte un manteau de voyage ouvert qui laisse apparaître sa silhouette fine et puissante. Son corps est vêtu d'une combinaison de cuir souple renforcée d'acier et ses doigts sont fermés autour d'une longue chaîne lestée. Ses yeux verts passent tranquillement d'un protagoniste à l'autre. Il s'approche de la scène avec une démarche tranquille, assurée.

- Arrête, Ina, lâche l'otage. Le boss a changé d'avis, on les éradique tous.

  Les bandits s'agitent, brandissent leurs armes.

- De quoi ? C'est quoi cette histoire ??

  Fira grogne. Qui que soit ce trouble-fête, on peut dire qu'il a réussi son coup. À présent, les bandits n'auront plus aucune raison d'accepter son marché, même si elle tue la guide et l'inconnu.


Hors Rp:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teinakh Daergen
Mortel
avatar

Messages : 162
Date d'inscription : 13/03/2014

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Sryles/Cartographe
Âge: 27 ans
Signes particuliers: Cheveux noirs attachés en une unique tresse descendant jusqu

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Ven 2 Déc 2016 - 22:50

  Le cartographe est de passage dans la région de Quetaïn. Il voyage pour se rendre dans le laboratoire d'un alchimiste en lequel il a une totale confiance pour lui acheter certains remèdes dont il manque depuis quelques mois. Son voyage se déroulait sans accroc dans cette région qu'il connait bien, jusqu'à ce qu'un jour, il entende les éclats caractéristiques d'une bataille. Dès qu'il a compris de quoi il s'agissait, il s'est mis à courir, courir à en perdre haleine en espérant de tout cœur ne pas arriver trop tard. Mais c'était peine perdue. Quand Teinakh arrive sur le lieu des combats, ce qu'il voit sous ses yeux est une véritable et ignoble boucherie. Sur le chemin de terre battue, à la lisière de la forêt, s'est sauvagement entretuée une vingtaine de personnes. Le jeune homme est triste, infiniment triste. Quel gâchis. Autant de vies perdues... Il voudrait se recueillir, confier les âmes de ces personnes au Vent mais il y a bien plus urgent : parmi les belligérants, il y a encore des survivants.

  Ils sont quatre. Teinakh les étudie rapidement. Un élément les distingue : deux portent un insigne que le cartographe repère aussi sur certains cadavres. À leur attitude plus agressive, le jeune homme comprend qu'ils sont les assaillants, certainement des bandits de grand chemin. L'attitude des deux autres survivants lui pose question : ce sont deux femmes, elles ne portent pas l'insigne et pourtant, l'une prend l'autre en otage. Sans prendre le temps de se perdre en élucubrations, Teinakh détache Elizra qui glisse entre ses doigts et tend l'oreille, usant des souffles pour porter les sons jusqu'à lui. Il comprend qu'il est question d'un marché. Un marché qui consiste notamment à tuer la femme aux vêtements colorés. Le cartographe refuse que cette attaque se solde par un mort de plus, il veut intervenir pour qu'aucun des quatre survivants ne perde la vie. Il n'a aucune idée de ce qui va suivre mais il n'en a cure : il improvisera. Une inspiration ample remplie ses poumons des vents. Il imprègne ces souffles de son énergie et lance une injonction. Le son est puissant, net.

- IL SUFFIT !!

  La situation était déjà tendue avant qu'il n'intervienne. Son cri n'arrange rien. Tout le monde se tourne vers lui, les bandits sont à fleur de peau, l'otage ne cache pas sa surprise. Et puis il y a la jeune femme aux cheveux noirs. Elle pose sur lui un regard plus sombre que le pire des cauchemars. Elle voudrait qu'il n'ait jamais été là et si elle le pouvait, elle annulerait tout bonnement son existence pour ne pas qu'il la gêne. Mais tout cela est relégué à un plan bien secondaire pour Teinakh. Car son esprit est totalement absorbé par les yeux de la fille. Ses yeux à la parfaite couleur de l'ambre, profonds, envoûtants. Des yeux au creux desquels brûle une flamme dévorante de colère et de haine. Et cette flamme se nourrit d'une intime et insurmontable peur, logée aux entrailles de son cœur. Le cartographe est secoué par la violence que dégage la jeune femme. Il sent qu'elle n'hésitera plus à assassiner son otage, une femme qui parvient à resplendir de charisme même dans sa situation pour le moins inconfortable. Pour sauver la dame aux vêtements chatoyants, il doit faire en sorte que les bandits refusent la requête de la fille aux cheveux noirs. Il tente un bluff, espérant que la tension de la situation jouera en sa faveur. Il lance d'un ton assuré, en s'approchant :

- Arrête, Ina, lâche l'otage. Le boss a changé d'avis, on les éradique tous.

  La réaction des bandits ne se fait pas attendre. Eux qui avaient baissé leurs armes les brandissent à nouveau, agités.

- De quoi ? C'est quoi cette histoire ??

  Le cartographe sourit intérieurement. Bingo. Il voit mal comment les brigands pourraient accepter à nouveau le marché proposé par la jeune femme. À présent, il doit faire en sorte qu'ils ne l'attaquent pas elle, mais lui : s'il veillera à ne pas les tuer, il sait qu'elle ne les épargnera pas. Il continue, adoptant un ton moqueur, provocateur :

- Il n'y a pas de marché, il n'y en a jamais eu. Cette histoire n'était qu'une ruse de notre employeur destinée à vous tromper. Mais les choses ont changé, la mission d'Ina n'a plus de raison d'être.

  Il s'adresse à la jeune fille aux cheveux noirs d'un ton entendu :

- Aller Ina, lâche ton otage. J'abats ces deux-là et on rentre.

  Il n'en faut pas plus pour les bandits. Fous de rage d'avoir été bernés, ils se jettent sur le cartographe. Teinakh inspire. En un instant, les souffles imprègnent son corps, remplissant chaque fibre de ses muscles d'une énergie vigoureuse et permettant à son esprit d'atteindre un stade de concentration affuté. Ses sens s'aiguisent, il perçoit avec précision les postures et les gestes de ses adversaires. Celui de droite court plus vite que l'autre. D'un vif pas chassé, le cartographe se décale à droite, de façon à ce que le bandit de gauche se trouve gêné par son camarade, puis effectue quelques pas rapides en arrière, incitant son ennemi à accélérer. Alors, il avance brusquement. Le brigand est surpris, Teinakh jette son poing dans le creux de son plexus. Le choc est rude, la puissance du coup est accentuée par l'élan du brigand, qui s'effondre en perdant connaissance. Un geste précis lance une des extrémités lestées d'Elizra vers les côtes du second bandit, resté un peu en retrait car gêné par son camarade. La cible parvient à esquiver le coup, mais la chaîne tournoie et revient s'enrouler autour de l'épée du belligérant. D'un coup de hanche brutal, Teinakh désarme son opposant puis lance l'autre extrémité de sa chaîne droit vers le front de son adversaire. Le dernier bandit titube quelques instants. Finalement, il s'écroule.

  La jeune femme aux cheveux noirs lâche un grognement. Quel qu'était son plan, il est complètement tombé à l'eau. Dépitée, elle relâche sa prise et fait un pas en arrière. Alors, Teinakh s'accorde de se détendre. Il expire, l'air autour de lui s'apaise. Il enroule Elizra et la garde dans sa main, il s'approche des femmes. Son cœur est rempli d'un mélange subtil de soulagement et de tristesse. Les quatre survivants sont encore en vie et tous les autres belligérants sont tombés. La réussite de sa manœuvre est à la fois dérisoire et inestimable. Son ton mélancolique dépeint avec finesse et fidélité son sentiment partagé.

- Je suis désolé de ne pas être arrivé plus tôt.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yllianna Lunéa
Mortel
avatar

Messages : 64
Date d'inscription : 26/05/2016

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Weranoï/Marchand
Âge: 27 ans (826)
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Jeu 8 Déc 2016 - 23:30

Comment on a pu en arriver là ? En quelques instants, notre voyage paisible a viré au bain de sang. La moitié du convoi a été tuée par les archers bandits et maintenant, les survivants se retrouvent à devoir se battre à deux contre un.

Ça me rappelle le jour où la troupe d'acrobates dont je faisais partie a été décimée. Cependant, je doute de pouvoir fuir aujourd'hui. Je prendrai une flèche dans le dos avant d'avoir pu faire cent mètres. Je n'ai donc pas d'autres choix que de me battre pour survivre.

Le bandit avec qui je croise le fer me donne du fil à retordre. Il frappe fort et me laisse à peine l'occasion de contre-attaquer. Cependant, il commence à fatiguer à force de battre l'air avec sa hache. Il faut que je tienne encore un peu. Il ne tardera pas à me laisser une ouverture.

Les échanges se poursuivent un peu quand ma chance se présente. Je m'apprête à frapper quand soudain, deux ennemis arrivent dans mon dos. J'ai juste le temps de plonger sur le côté pour éviter un coup de fléau en traître. Les trois hommes se rapprochent de moi avec un rictus sadiques sur leurs visages. Je n'en reviens pas. Ils n'ont que ça à faire ? Pourquoi se mettre à trois sur une femme ?

Un coup d’œil en arrière me fait alors prendre conscience de l'ampleur de la catastrophe. Il ne reste plus que trois autres membres du convoi en vie. C'est pas vrai... Comment on va s'en sortir ?

Un coup de fléau ramène mon attention au combat. J'esquive de justesse en tournant sur le côté et en profite pour placer une feinte sur le bandit à la hache. Il s'apprête à parer quand il réalise qu'il est tombé dans le panneau. Mon talon écrase son estomac. Il recule. Je profite que mes adversaires soient temporairement moins nombreux pour passer à l'attaque. Mes lames fendent l'air mais mes ennemis se défendent bien. Je vois en plus l'homme à la hache commencer à reprendre son souffle. Je grimace. Est-ce que je vais pouvoir prendre l'avantage contre autant d'ennemis ? S'ils n'étaient pas si près, j'aurais bien dégainé mon pistolet pour en éliminer un rapidement mais ils ne me laisseront jamais le temps.
Une attaque impétueuse du bandit au fléau me redonne cependant espoir. Il doit penser que je vais tenter de la parer. Son visage se décompose lorsqu'il me voit esquiver sa lourde arme avec une souplesse peu commune et qu'il voit ma lame décrire un arc de cercle vers lui, arrachant son bras. Il cramponne son membre tranché en hurlant. Je souffle un peu, en voilà un hors de combat.

Ses compagnons hésitent un moment mais finissent par avancer tout de même. Je fonce sur eux et change ma trajectoire à la dernière seconde pour me placer sur le côté de mon premier adversaire. Ainsi, son camarade est gêné et ils perdent leur avantage. Malheureusement, je n'arrive pas à percer sa garde. J'arrive tout de même à achever l'ennemi au fléau au passage. Je leur fais face, bien décidée. La prochaine sera la bonne.

Je suis soudainement arrêtée dans mon élan. Il y a quelqu'un derrière moi ! Avant que je ne puisse réagir, mes lames sont arrachées de mes mains et je me retrouve bloquée avec les bras dans le dos. La surprise m'arrache un cri. Les bandits s'échangent un regard, ils ne semblent pas trop comprendre ce qui se passe eux non plus. Celui qui m'a attrapée n'est pas avec eux. J'essaie de tourner la tête mais je ne le vois pas.

- Le combat a assez duré. Je tiens trop à la vie pour la risquer davantage ici. Aussi, je vous propose un marché : je me rends et je vous débarrasse de la dernière survivante du convoi. En échange de la victoire que je vous offre, vous acceptez de m'intégrer parmi votre bande.

Attends, je rêve ? C'est bien la voix de la gamine que je viens d'entendre ? Elle me force à mettre un genoux à terre.

-Qu'est-ce que tu crois faire là ?!

Elle affermit son emprise. Je serre les dents pour ne pas laisser filer le gémissement de douleur qui me vient. Les deux hommes sont complètement désemparés. L'un d'entre eux finit cependant par se reprendre et dit :

- C'est pas à nous de décider si tu peux être des nôtres. Tout ce qu'on peut faire, c'est t'amener devant notre patron. Y décidera lui-même.

- Cela me convient.

- Alors vas-y ! Bute-la ! Prouve-nous que c'est pas du flanc, ces histoires.

Je sens la lame de la traîtresse se poser sur ma gorge. La peur en moi s'estompe. J'ai l'impression que tout s'arrête autour de moi. Je sens comme une sorte de résignation amère monter en moi... Alors c'est comme ça que je vais mourir ? Comme le reste de ma troupe en fait. J'ai tenu quelques années de plus mais au final je vais connaître la même fin qu'eux... La vie est une blague franchement !  J'aurais tout de même préféré que ce ne soit pas le poignard d'une gamine qui mette fin à mes jours ceci dit... Si seulement j'avais mon pistolet... Je pousse un léger soupir. Le dernier peut-être avant que ma gorge ne se remplisse de sang ? Je ferme les yeux.

- IL SUFFIT !!

Ce cri résonne, m'arrachant à cette espèce de torpeur dans laquelle je plongeais. Je sens le poignard se figer aussi. Je tourne rapidement la tête dans la direction d'où vient le bruit. Un homme se tient debout un peu plus loin sur le chemin. Il porte des habits de voyage sous lesquels on voit une tenue de cuir. Une imposante chaîne est enroulée autour de son bras. Sans trop se préoccuper de l'effet que son intervention a eu, il avance d'un pas tranquille et reprend :

- Arrête, Ina, lâche l'otage. Le boss a changé d'avis, on les éradique tous.

Les bandits lèvent leurs armes dans sa direction. Derrière, j'entends la gamin étouffer un grognement.

- De quoi ? C'est quoi cette histoire ??

L'homme les regarde avant de leur avouer d'un ton moqueur :

- Il n'y a pas de marché, il n'y en a jamais eu. Cette histoire n'était qu'une ruse de notre employeur destinée à vous tromper. Mais les choses ont changé, la mission d'Ina n'a plus de raison d'être. Il tourne ensuite la tête vers la mercenaire, Ina et ajoute : Aller Ina, lâche ton otage. J'abats ces deux-là et on rentre.

Les bandits sont furieux d'avoir été berné par ces deux-là. Ils se jettent sur l'homme dans un hurlement de rage. Loin de se laisser impressionné, il se décale et assomme les deux hommes en quelques mouvements avec une facilité assez déconcertante. L'affrontement n'a duré que quelques secondes. Sa complice soupire et me lâche. Je bondis alors pour mettre un peu de distance entre nous. Je fais face aux deux individus. Ma main se porte à la crosse de mon pistolet, caché dans mon dos. Je ne dégaine pas. Je suis en mauvaise position, je n'ai plus mes lames et face à cet homme je n'ai aucune chance. Si la fillette a réussi à se débarrasser des brigands qui l'ont attaquée, je suppose qu'elle sait se battre elle aussi.... Mes épaules me font mal après avoir été tordues comme ça. Même si je pouvais reprendre mes lames, je serais bien handicapée. Il vaut mieux tenter la diplomatie. Si je ne suis pas leur cible, j'ai une chance de m'en sortir.

L'inconnu s'approche. Son regard balaie la scène avec une tristesse manifeste. Il déclare avec un regret qui semble curieusement sincère:

- Je suis désolé de ne pas être arrivé plus tôt.

Mon regard alterne entre lui et sa complice. Comment peuvent-ils être complices ? Ils semblent complètement opposés à première vue. Alors qu'elle semble furieuse, lui dégage une aura sincère qui serait apaisante dans d'autres circonstances.

Il n'est plus qu'à quelques pas. S'il approche encore, je risque de perdre l'avantage de la portée de tir. Je tente de prendre la parole :

-Merci d'être intervenu ! Puis-je savoir à qui je dois la vie ?

Je décoche un regard noir à la gamine au passage. Avec un peu de chance, il va s'arrêter d'avancer pour la conversation. Au delà des petites question futiles, celle que je souhaiterai surtout poser arrive :

-Pourquoi tout ça ? Que voulez-vous ?

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fira Tal'Ukhan
Mortel
avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 01/04/2016

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 18 ans
Signes particuliers: Des yeux oranges, comme deux ambres.

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Lun 12 Déc 2016 - 14:15

-Pourquoi tout ça ? Que voulez-vous ?

  Fira bout de colère. Elle est frustrée d'avoir été interrompue en pleine réussite de son plan. Ce type s'est pointé, sortant de nul part et a fait totalement échouer ce qui se passait pourtant à merveille. L'homme s'approche de la guide pour lui répondre. Serrant toujours son poignard, Fira se rue sur lui. Elle l'interrompt, vomissant sa rage à sa face.

- Qui es-tu ? Qu'est-ce que tu es venu foutre ici ?

  Sa voix est une explosion de rage, ses poings tremblent de colère.

- Qu'est-ce que tu veux ? Qu'est-ce que tu veux, bordel ??

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teinakh Daergen
Mortel
avatar

Messages : 162
Date d'inscription : 13/03/2014

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Sryles/Cartographe
Âge: 27 ans
Signes particuliers: Cheveux noirs attachés en une unique tresse descendant jusqu

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Mer 14 Déc 2016 - 10:09

  Alors qu'il s'approche de la femme, il sent qu'elle ne veut pas qu'il avance trop. Comment ne pas la comprendre ? La situation est dramatique et la survivante a de quoi être totalement déboussolée. Il s'arrête donc, restant à distance respectable. Son ton se veut apaisant :

- Je me nomme Teinakh Daergen. Je suis cartographe, de passage dans la région pour acheter des remèdes auprès d'un alchimiste de ma connaissance. J'ai entendu les clameurs d'un combat sanglant et je...

  Il la sent envahir son espace. Elle s'est ruée sur lui, s'arrêtant à quelques centimètres de son visage. Elle tremble de colère.

- Qui es-tu ? Qu'est-ce que tu es venu foutre ici ? Qu'est-ce que tu veux ? Qu'est-ce que tu veux, bordel ??

  Teinakh est secoué par toute cette agressivité. La jeune femme est une boule de colère, déversant sa rage sans aucune considération pour son interlocuteur. Le cartographe en vient à être surpris qu'elle ne l'ait pas attaqué. Recevoir si brutalement toute cette haine le met dans une posture inconfortable et déroutante. Aussi, il se détend et se laisse guider par ses intuitions. Tranquille, il répond :

- Je suis Teinakh Daergen. Humain de sang, Sryle d'éducation, cartographe de profession et de cœur.

  Imperceptiblement, il déploie sa respiration, affûtant sa concentration et sa capacité de réaction. Il se tient prêt à agir en fonction de la réaction de la jeune femme.

- Je suis venu pour mettre fin au massacre qui s'est ici perpétré. Je considère la vie comme un bien précieux et quand il m'est donné d'agir, je veux faire en sorte de la protéger.

  Il complète :

- J'ignore quels étaient vos objectifs. Si vous souhaitez partager leur teneur avec moi, sachez que je suis tout-à-fait disposé à considérer dans quelle mesure je peux vous aider.

  La situation est tendu, l'atmosphère crépite presque autour des deux protagonistes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yllianna Lunéa
Mortel
avatar

Messages : 64
Date d'inscription : 26/05/2016

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Weranoï/Marchand
Âge: 27 ans (826)
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Dim 18 Déc 2016 - 22:28

- Je me nomme Teinakh Daergen. Je suis cartographe, de passage dans la région pour acheter des remèdes auprès d'un alchimiste de ma connaissance. J'ai entendu les clameurs d'un combat sanglant et je...

Un cartographe ? Vraiment ? Sa présence ici serait donc due au hasard ? Dur à croire....

Pourtant je ne sais pas pourquoi mais j'ai envie de croire en cet homme. Serait-ce dû au ton apaisant de sa voix, à sa démarche tranquille ou à son sourire à l'air si innocent ? Aucune idée, mais ma poigne sur la crosse de mon arme devient un peu plus hésitante. L'homme s'est arrêté à distance respectable et sa posture semble totalement pacifique.

Le calme est soudainement interrompu quand la gamine lui saute dessus, la lame au clair. Par réflexe devant se mouvement brusque je commence à dégainer. La folle furieuse s'arrête à quelques centimètre du visage de Teinakh en sifflant :

- Qui es-tu ? Qu'est-ce que tu es venu foutre ici ? Avant de se mettre à hurler véritablement, d'une voix que la fureur fait trembler : Qu'est-ce que tu veux ? Qu'est-ce que tu veux, bordel ??

Quelle rapidité ! Même avec la distance qui nous séparait, je ne sais pas si j'aurais eu le temps de dégainer et de lui tirer dessus si elle avait voulu s'en prendre à moi. Je ne sais pas trop quoi faire. Après tout, je ne connais pas cet homme et même si je voulais l'aider, ma précision est loin d'être impressionnante et mon pistolet n'est pas particulièrement fait pour les tirs chirurgicaux. Si je tire, j'ai une chance sur deux de faire éclater la balle et ils ramasseront tout les deux le nuage de plomb. L'idée est assez tentante mais je me ravise vite. Ce type m'a sauvé la vie. Je ne vais pas le remercier de cette façon. Ils ne m'accordent pas vraiment d'attention, j'en profite pour ramener l'arme dans mon dos, gardant peut-être ainsi l'avantage de la surprise et attendant une meilleure occasion. Voyons voir comment la situation va évoluer maintenant. Le cartographe reste étonnamment calme devant cette haine. Il répond d'une voix toujours si douce et apaisante :

- Je suis Teinakh Daergen. Humain de sang, Sryle d'éducation, cartographe de profession et de cœur.

Un léger sourire né au coin de mes lèvres devant cette présentation pour le moins... original. Un sryle, hein ? Voilà qui explique son comportement. J'ai déjà croisé des sryles étant petite. Cet homme semble moins craintif et franchement plus violent qu'eux mais il dégage la même impression de joie et de légèreté.

- Je suis venu pour mettre fin au massacre qui s'est ici perpétré. Je considère la vie comme un bien précieux et quand il m'est donné d'agir, je veux faire en sorte de la protéger.

Mon sourire prend une légère teinte moqueuse. Ah ça ! Il n'y a qu'un chevalier ou un sryle pour parler comme ça...

- J'ignore quels étaient vos objectifs. Si vous souhaitez partager leur teneur avec moi, sachez que je suis tout-à-fait disposé à considérer dans quelle mesure je peux vous aider.

Nous y voilà. La petite timbrée va peut-être enfin nous expliquer ce qu'elle est venue faire ici et à quoi rimait tout ça. Je jette un coup d’œil autour de moi. Les marchands sont morts, les caravanes sont en piteux état. Même avec l'aide de cet homme, ce convoi ne partira pas. Mon cheval a eu la chance de survivre mais il a filé au galop pendant le chaos. Je me sens soudainement vide. Au fond, je ne suis pas morte dans ce combat mais c'est un peu comme. Je n'ai plus vraiment de destination. Je n'ai plus de monture et même plus de sac. Je n'ai aucune intention d'aider cette morveuse. En temps normal, je serais déjà en train de partir mais bon, vu ma situation, je peux bien rester un moment pour écouter sa réponse. Après tout, cette réponse sera peut-être celle à ma propre question.

Pourquoi tout ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fira Tal'Ukhan
Mortel
avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 01/04/2016

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 18 ans
Signes particuliers: Des yeux oranges, comme deux ambres.

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Jeu 22 Déc 2016 - 13:47

  L'esprit de Fira est bouillant de colère. Pour autant, elle ne se laisse pas aveugler. Elle voit bien sa posture, elle sent que même s'il ne recule pas, il s'apprête à réagir si elle l'attaque. Elle voudrait le mettre à l'épreuve, vérifier s'il serait vraiment capable de réagir plus vite qu'elle si elle décide de planter son poignard dans ses entrailles. Elle se ravise : l'homme s'est présenté comme un cartographe. Voilà qui est intéressant. Sa proie lui échappe depuis un bon mois, un cartographe pourrait grandement faciliter la traque s'il connaît la région. En l'état, Fira estime qu'elle a deux options pour atteindre sa cible.

  La première consiste à réitérer le plan qui a ici finalement échoué. Elle intègrerait une autre caravane du même employeur et attendrait patiemment une attaque de cette même bande de brigands. Elle sait qu'une telle attaque serait très probable mais le problème, c'est que les gérants des convois pourraient à terme la reconnaître et se poser des questions. Pour appliquer cette option, Fira doit tuer la guide maintenant, pour ne pas qu'elle témoigne auprès de ces employeurs.

  La seconde option, se serait de reprendre la traque en utilisant le cartographe comme atout. Il a beau dire qu'il est disposé à l'écouter, Fira ne pense vraiment pas qu'il serait prêt à l'aider à commettre un meurtre. De plus, l'homme semble être de ceux que la menace laisse de marbre. Il lui reste donc la possibilité de le manipuler. Si elle veut le manipuler pour l'utiliser, elle a besoin de le connaître, de comprendre quels sont les points qu'elle peut utiliser pour faire pression sur lui. Pour ça, elle doit rester avec lui.

  Il y a un élément qui fait pencher la balance d'un côté plutôt que de l'autre : si elle applique la première option maintenant, elle se prive de la possibilité d'appliquer la seconde option. En effet, si elle tue la guide, le cartographe n'acceptera jamais de l'aider, quelle que soit la condition. Elle décide donc de suivre la deuxième possibilité, quitte à tuer la guide plus tard en se rabattant sur la première option si les choses n'aboutissent pas. Elle se détend, recule. Son ton est toujours froid mais elle accepte d'être plus coopérative :

- Tu veux savoir mon objectif ? Pour le moment il est clair.

  Elle désigne du menton les deux bandits à terre.

- Ces types nous ont attaqués. Leur bande va revenir et constater que le nombre de cadavres ne correspond pas au nombre de membres du convoi. Ils vont nous traquer pour finir le travail. Tu dis que tu es cartographe et que tu es prêt à m'aider. Aide-nous à leur échapper.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teinakh Daergen
Mortel
avatar

Messages : 162
Date d'inscription : 13/03/2014

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Sryles/Cartographe
Âge: 27 ans
Signes particuliers: Cheveux noirs attachés en une unique tresse descendant jusqu

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Mar 3 Jan 2017 - 14:13

  La jeune femme recule, elle semble contenir sa colère. Sur un ton froid presque calculateur, elle demande à Teinakh de les aider à fuir pour ne pas que les bandits les retrouve. Le cartographe acquiesce.

- Fort bien. Je vous aiderai.

  Son interlocutrice cache quelque chose, c'est une certitude. Mais il n'a pas l'habitude d'en vouloir à ceux qui gardent leurs secrets pour eux. Il ne cherche donc pas à en savoir plus. Il va simplement rester vigilant à se garder du mieux qu'il le peut de tout péril que pourrait lui causer ce que la jeune fille ne dit pas.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yllianna Lunéa
Mortel
avatar

Messages : 64
Date d'inscription : 26/05/2016

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Weranoï/Marchand
Âge: 27 ans (826)
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Dim 8 Jan 2017 - 1:33

- Fort bien. Je vous aiderai.

Bon... pour le moment il semble que le plan est de filer loin d'ici avant qu'une deuxième vague de bandits arrivent. Ça me convient. Si le cartographe peut nous conduite hors de bourbier alors je le suis. Une fois loin d'ici, je pourrais alors voir ce que je pourrais faire pour la suite... je ne sais pas ce qu'il ont l'intention de faire mais ça ne m'importe plus vraiment. Il va falloir que je trouve de quoi tenir quelques jours. Je dois avoir quelques quals sur moi. Clairement pas autant que la dernière fois où je me suis retrouvée dans cette situation mais j'ai de quoi tenir quelques jours. Il faudra bien que je me trouve un travail.

Je secoue la tête. Ce n'est pas le moment de penser à ça. D'autres bandits vont arriver et il vaut mieux vite décamper d'ici. Je ramasse mes épées encore au sol et les rengaine sans trop de conviction. Ce seul mouvement suffit à réveiller un peu ma douleur dans l'épaule. Pffff, j'espère qu'elle n'est pas déboîtée parce qu'avec les pauvre pièces qu'il me reste, je ne vais pas avoir de quoi payer un médecin...

Je me rapproche un peu du cartographe. Je le fixe de mon regard terne, attendant la suite. Je me fiche d'où il nous emmène. Tout ce que je veux pour le moment ce qui m'importe, c'est partir loin de tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fira Tal'Ukhan
Mortel
avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 01/04/2016

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 18 ans
Signes particuliers: Des yeux oranges, comme deux ambres.

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Mar 10 Jan 2017 - 16:16

    Fira se s'avance vers l'un des bandits inanimés à terre. Elle le saisit à l'épaule, le retournant sur le dos. C'est quand elle porte machinalement sa lame à la gorge de l'homme que le cartographe l'arrête.
- Pas de ça ! Ces hommes sont neutralisés, je refuse qu'on les tue !

    Elle doit se montrer coopérative pour appliquer son plan. Elle arrête donc son geste. Une remarque lui échappe :
- C'est ridicule. Ils ont vu nos visages. Ils pourront témoigner et donner de précieuses informations à nos poursuivants.

    Le cartographe n'en n'a cure. Il s'approche d'un pas vif.
- Nous leur échapperons. Lâchez-le immédiatement.

    Fira obtempère. Qui est ce type ? Qu'est-ce qu'il cherche à prouver ? Elle veut lui faire croire qu'il n'a jamais tué, peut-être ? Elle a vu ses aptitudes au combat, c'est un expert. Il se meut comme un combattant, même sa respiration trahi une pratique régulière des arts martiaux. Et puis même sans parler de ça, il se dit cartographe et son équipement est bien celui d'un voyageur. Le simple fait de voyager seul implique qu'il doit être régulièrement amené à se défendre. Alors qu'est-ce qu'il veut montrer en tenant à épargner deux pourritures inanimées ? Il doit certainement se croire très valeureux et très honorable, de ceux qui ne frappent pas un ennemi dans le dos ni n'effectuent aucun acte qui pourrait ternir leur honneur. Le genre de crétin dont on se débarrasse en usant des ruses les plus élémentaires.
    Elle ne dit évidement rien de tout ça. Fira garde le silence, se contente d'essuyer ses lames sur un pan de vêtement à terre que le sang a épargné. Du coin de l'œil, elle vérifie l'état de la guide. La femme affiche un air las, son regard est vide. Fira ne décèle aucune trace d'animosité à son endroit, elle semble presque avoir oublié sa trahison. Tant mieux. Elle doit la garder à l'œil car si elle ne peut la tuer au risque de s'interdire l'aide du cartographe, le fait est que cette Yllianna est une menace potentielle pour l'exécution correcte de son plan. En effet, si la guide décide de la considérer comme une ennemie, le cartographe aura davantage tendance à se méfier. Pour éviter cela, Fira doit expliquer le motif de sa trahison, justifier son acte auprès de la guide. Mais il est trop tôt, c'est encore trop frais. Elle le fera en temps voulu.
    Il y a un autre élément qui attire l'attention de la jeune femme : la guide tient machinalement son épaule, elle semble avoir mal. Fira sait qu'elle n'a pas brisé ni même déplacé d'os, elle l'aurait senti. Par contre, elle a peut-être abîmé un muscle. Auquel cas, la seule chose à faire sera de bouger l'épaule le moins possible. Yllianna aura mal à chaque fois qu'elle voudra faire un effort avec son bras et il y a des chances pour que ça dure un petit mois.
    Fira se redresse. Elle range ses poignards et annonce simplement :
- Il faut partir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teinakh Daergen
Mortel
avatar

Messages : 162
Date d'inscription : 13/03/2014

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Sryles/Cartographe
Âge: 27 ans
Signes particuliers: Cheveux noirs attachés en une unique tresse descendant jusqu

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Lun 16 Jan 2017 - 14:00

    L'argument de la jeune femme est un bon argument. De fait, dans un soucis d'efficacité, il serait justifiable d'exécuter les deux bandits. Non, ce qui interpèle Teinakh, c'est la simplicité avec laquelle elle s'apprêtait à leur ouvrir la gorge. Son geste était assuré, tranquille. Un geste neutre, qu'elle a vraisemblablement l'habitude d'effectuer. Décidément, sa personne dégage une violence inouïe. Son être entier jusqu'à son âme semble être rempli d'une colère bouillonnante. Pourtant, quand il voit ses yeux, le cartographe sent dans son cœur naître un sentiment doux. C'est comme s'il était face à un animal blessé, un animal acculé prêt à tuer pour se défendre. Et cela lui inspire de la tendresse. Bien sûr, il ne compte pas exprimer cette tendresse d'abord parce qu'elle pourrait se sentir insultée, mais aussi parce qu'il n'a jamais rencontré quoi que ce soit de plus dangereux qu'un animal acculé. Cela dit, il a envie de l'aider. Et il se connaît assez pour savoir qu'à terme, il préfèrera se mettre en danger plutôt que de l'abandonner dans cet état.
    La dame aux vêtements chatoyants, elle, semble être au plus mal. Elle a le visage de quelqu'un qui a tout perdu en quelques minutes, comme si rien d'autre ne comptait que la sécurité du convoi. Une autre explication consiste à penser qu'elle a subi un événement qui la renvoi à un traumatisme ancien... Le meilleur moyen dont Teinakh dispose pour la soulager de sa peine, c'est de la mettre en action.
- Il faut partir.

    Le cartographe hoche la tête, exprimant son approbation aux mots de la jeune femme. Il faut d'abord quitter la route. Mais ensuite ? Ils sont à une bonne journée et demi de Quetaïn et ils ne trouveront pas de village plus proche dans les environs. La capitale ne sera pas un refuge : le crime organisé y est présent, comme dans toutes les grandes villes, et il est évident que le chef des bandits a des relations qui lui permettra de les retrouver. Aux yeux du cartographe, la meilleure chose à faire, c'est de camper non loin d'un village plus petit et plus éloigné des lieux de l'attaque et d'y guetter les actions de brigands qui viendraient les rechercher. Il explique d'une voix calme et douce :
- Il y a un village au sud d'ici, à trois jours de marche. Nous camperons non loin de ce village pendant une petite semaine et nous guetterons dans quelle mesure les bandits nous recherchent. Si leurs actions sont rares et superficielles, cela signifiera que nous sommes sortis de leur territoire et nous serons hors de danger. Dans le cas contraire, nous partirons plus au sud et nous répèterons l'opération.

    Il interroge ses interlocutrices du regard, mais aucune ne fait de remarque.
- Allons.

    Le cartographe ouvre la marche, guidant les deux femmes vers le sud. Sur un ton bienveillant, il leur demande :
- Comment puis-je vous nommer ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yllianna Lunéa
Mortel
avatar

Messages : 64
Date d'inscription : 26/05/2016

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Weranoï/Marchand
Âge: 27 ans (826)
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Lun 23 Jan 2017 - 21:09

Vers le sud, hein ? Ça me convient. Il faut admettre que c'est un choix logique. Continuer vers la capitale serait dangereux, surtout que nous sommes à pied et la ville ne nous offrirait que peu de protection si ces brigands y ont des contacts. Le sud est une région assez tranquille. Il n'y a que quelques villages ici et là. Il est peu probable qu'on nous trouve là-bas. Ce ne serait pas un mauvais endroit pour repartir de zéro...

Je soupire en pensant à tout ce que j'aurai à faire une fois que j'aurai quitté ces gens. Trouver un endroit où dormir, trouver du boulot... Ça me rappelle le vieux poche que j'ai rencontré il y a quelques temps au Port de Quetaïn. Bah, s'il arrivait à survivre, je devrais y arriver aussi...

Notre nouveau guide se retourne vers nous et lance amicalement :

- Comment puis-je vous nommer ?

Je n'ai pas vraiment envie de me lancer dans une longue conversation mais après tout, il s'est présenté tout à l'heure et sans lui je ne serais déjà plus. Je peux au moins faire l'effort de lui répondre. Je marmonne :

-Yllianna...

Je vois des traces de fer au sol. Je n'ai pas vu dans quelle direction mon cheval a filé. Vu la fraicheur des traces, il est possible que ce soit les siennes. J'espère le retrouver. Après les années qu'on a passé ensemble, je ne voudrais pas que ça se finisse ainsi... Après tout, il était le seul qui me restait lorsque je me suis retrouvée dans cette situation plusieurs années auparavant...

Le cartographe nous mène à travers les bois avec une aisance assez déconcertante. J'ai beau connaître les routes du pays comme ma poche, je n'aurais jamais la même assurance dans les bois à moins de les sillonner régulièrement. Ce type est impressionnant. C'est drôle. En tant que guide, je pourrais être un genre de sous-cartographe. Pourtant c'est la première fois que j'en côtoie vraiment un.

Peu à peu, les arbres se referment derrière nous tel un rideau se refermant sur la triste scène sanglante. Je continue de regarder en arrière. Il n'y a pas réellement de raison. Ce n'est pas comme si je voulais revoir tout ça mais je ne pouvais m'en empêcher. Comme une page se tournant, le décor se change en une paisible lisière de forêt. Mes derniers coups d'œils en arrière ne voient que de la végétation. Avec un soupir déçu, j'abandonne et concentre mon regard devant moi.

Cet environnement apaisant me fait du bien. Ce calme s'accorde bien avec le vide qui m'habite. Peu à peu, mes pensées se calment. Les chants des oiseaux me font légèrement frissonner. J'ai légèrement froid, à l'intérieur. Comme si quelque chose ne cessait de retomber...

Au bout d'un moment, je perd la trace des fers. Nous la suivions assez bien mais elle s'efface dans l'humus. Je jette des regards dans toutes les directions, sans succès. Voyant que l'attention se porte sur moi, je hausse les épaules et baisse la tête en reprenant ma grise mine.

Où as-tu filé, idiot ?

Nous ne semblons pas suivis au moins pour l'instant. Je n'ai rien vu et mes compagnons n'ont pas réagi s'ils ont senti quelque chose. Bah, il va bien falloir une demi-journée pour que ces ordures se lancent à nos trousses. Enfin, à ce moment, nous serons loin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fira Tal'Ukhan
Mortel
avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 01/04/2016

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 18 ans
Signes particuliers: Des yeux oranges, comme deux ambres.

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Mer 25 Jan 2017 - 17:10

    Le cartographe semble savoir ce qu'il fait. C'est une bonne chose, ça implique qu'il connait la région et donc que le parie de Fira fait sens : il sera capable de l'aider dans sa traque. Elle est satisfaite et lui emboîte le pas quand il se met en marche. Il prend rapidement la parole pour leur demander leur nom et la dame répond. Elle marmonne son nom sans vraiment lever la tête. Fira répond à son tour, de sa voix nette et tranchante :
    - Appelle-moi Ambre.
    Aucune de ces réponses n'invitent à la discussion, aussi le guide répond simplement :
    - Merci de me donner de vous connaître davantage.
    Mais... Mais qu'est-ce que c'est que cette réponse ? Fira manque de s'étrangler de surprise en entendant ces mots. Le ton du cartographe est rempli de bienveillance et de douceur. Fira n'a jamais entendu qui que ce soit lui parler avec un tel ton ni répondre de tels mots quand elle donne son nom. Mais qui est ce mec ? Qu'est-ce qu'il veut ? Et puis d'abord, pourquoi a-t-il accepté de les aider ? La principale question qui résonne dans l'esprit de Fira est : quel est son intérêt dans cette histoire ? Qu'a-t-il à gagner en agissant ainsi ?
    Un malaise naît en elle. Son plan est de le manipuler ou de trouver comment faire pression sur lui pour qu'il l'aide. Mais elle a le sentiment qu'il dispose d'une avance considérable sur elle. D'abord, il ne réagit pas du tout comme quelqu'un qui serait dans une situation précaire imprévue ; au contraire, la bienveillance dont il fait preuve est une marque de son aise. De plus, elle ignore son intérêt, elle ne sait pas ce qu'il espère gagner en les aidant. Et le fait qu'il ait accepté de les aider sans aborder ce sujet rend la situation encore plus difficile à appréhender pour Fira. Elle est méfiante parce qu'elle ne comprend pas cet homme, elle a le sentiment d'être face à une créature totalement imprévisible sans disposer des éléments de base qui lui permettraient de le comprendre. Sa méfiance devient malaise dans la mesure où son plan consiste pourtant à parvenir à lire en lui comme on le ferait d'un livre ouvert.
    Elle déteste cette situation, elle n'est absolument pas en position de force ni de contrôle. Assurer le bon déroulement des opérations va être une entreprise périlleuse et ses chances de réussite sont probablement maigres. Et même si elle ne risque pas grand-chose, même si l'échec n'implique à priori pas de péril notable, Fira se trouve dans une position inconfortable et cela lui coûte. La colère monte en elle. Tout ça, c'est à cause d'Irilak, ce fils de truie... Quand elle va enfin lui mettre la main dessus, elle compte bien lui faire comprendre le sens du mot agonie.
    Alors qu'elle rumine sa colère, Fira remarque que l'homme les guide avec une aisance non dissimulée. Cela fait deux bonnes heures qu'ils marchent et son pas est assuré, il n'a pas hésité une seule fois malgré le fait qu'ils sont hors des chemins depuis le début. C'est maintenant une certitude. Le cartographe connaît la région.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teinakh Daergen
Mortel
avatar

Messages : 162
Date d'inscription : 13/03/2014

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Sryles/Cartographe
Âge: 27 ans
Signes particuliers: Cheveux noirs attachés en une unique tresse descendant jusqu

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Mar 31 Jan 2017 - 12:54

    Teinakh a le cœur lourd. La dénommée Yllianna est remplie de désarroi et de doutes quand la jeune Ambre est bouillante de colère et de peur. Il est désolé pour elles, il est triste qu'elles soient dans cet état. Il veut les aider. Et Teinakh sait que la meilleur façon qu'il a d'aider ceux qui sont remplis de noirceur, c'est de partager avec eux sa joie de vivre. Il existe certainement d'autres façon de faire, mais le cartographe a bien conscience qu'être heureux, positif et enthousiaste est sa principale force. Et plus les années passent, plus il sent que partager cette joie de vivre est sa raison d'être. Or, il se sait incapable de donner du positif quand son cœur est triste. Aussi, pendant qu'ils marchent, le cartographe prend le temps de respirer. À chaque pas, sa respiration se déploie, devient plus ample. Et à mesure que sa respiration s'intensifie, son âme s'ouvre.
    Très vite, il les sent. Ils les entourent, ils les caressent... Ils jouent.
    Les Souffles.
    Teinakh inspire. Il invite le Vent jusqu'au fond de son âme, de son esprit et de son corps.
    Souffles... Souffles doux et joueurs. Souffles légers et espiègles. Libérez mon cœur du poids qui l'entrave. Donnez-moi d'être apaisé, tranquille. Que je sois rempli de joie, que je rayonne de votre bienveillance pour goûter la vie toujours plus intensément. Pour aider Yllianna et Ambre. Pour soulager leur peine et leur ressentiment.
    Je m'abandonne à votre légèreté.

    Le jeune homme expire. Bien que silencieuse, l'expiration est longue. Il lâche prise, évacue le poids dans son cœur. Quand ses poumons sont vides, il se sent mieux. Il se sent libre. Il est prêt.
    Au milieu de l'après-midi, le cartographe s'arrête pour une courte halte. Quand il propose des fruits secs à ses compagnes, Yllianna refuse poliment, assurant que son ventre est encore noué par l'attaque. Ambre répond à peine et puise dans ses propres réserves. Quelques minutes plus tard, ils repartent avec cette fois un rythme plus soutenu. Après trois heures de marche, la luminosité décroît. Teinakh dévie alors de sa trajectoire pour les mener vers un renfoncement dans une colline. Le lieu est un peu humide mais il est caché par la végétation alentour, disposée de sorte que depuis l'extérieur, il est difficile de se douter de la présence de cet abri.
    - Fort bien. Nous nous installons ici pour la nuit. Nous ne pourrons pas allumer de feu au risque de trahir notre localisation, aussi je vous invite à vous couvrir.
    Il ajoute avec un sourire :
    - Si vous manquez de vêtements chauds, je dispose d'une couverture que je me ferai un plaisir de vous prêter !
    Ceci étant dit, Teinakh dépose son sac de voyage au fond de l'abri. Il en sort des chiffons contenant du pain, du fromage et des fruits qu'il met à disposition de ses compagnes.
    - Je vous en prie, prenez vos aises autant que possible. Il y a là assez de nourriture pour nous trois et j'ai sur moi de quoi tenir pendant nos trois jours de marche. Mangez, nous aurons besoin de forces.
    Comme pour illustrer son propos, il coupe deux larges tranches de pain et les tend aux femmes. Yllianna s'assied en face de lui et accepte le pain. Ambre saisit sa tranche et s'assied elle aussi, mais son visage est fermé. Teinakh se sert de pain et de fromage et tend son couteau à Yllianna. Le visage de l'homme est paré d'un sourire bienveillant, dans ses yeux se lit la douceur de son cœur. Sa voix est un courant tranquille de prévenance quand il s'adresse à la femme :
    - Je suis désolé pour l'attaque de tout-à-l'heure. Vous semblez affectée par les événements et sachez que si vous sentez que parler vous ferait du bien, je suis prêt à vous écouter.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yllianna Lunéa
Mortel
avatar

Messages : 64
Date d'inscription : 26/05/2016

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Weranoï/Marchand
Âge: 27 ans (826)
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Dim 5 Fév 2017 - 23:15

- Je suis désolé pour l'attaque de tout-à-l'heure. Vous semblez affectée par les événements et sachez que si vous sentez que parler vous ferait du bien, je suis prêt à vous écouter.

La bonté de cet homme me fait chaud au cœur. Un léger sourire en coin se dessine sur mes lèvres, brisant ainsi un peu de l'air mélancolique fixé sur mon visage. Je secoue la tête.

-Je vous remercie... mais je n'ai pas vraiment envie d'en parler. C'est juste que... Enfin, les tueries sanglantes ne font pas vraiment.. partie de mon quotidien. Ça va aller, je vous assure. dis-je d'un ton qui se veut rassurant.

Un mensonge, évidemment. Je ne vais pas commencer à lui raconter tout ce à quoi ce massacre me ramène. Je n'ai pas vraiment envie de lui remplir la tête de ce genre de choses. Enfin, je n'ai pas spécialement envie d'en parler en général. Je n'ai jamais trop parlé de mes problèmes. En les enfouissant, ils finissent par se faire oublier. C'est plus simple d'ignorer certaines chose que d'en faire le deuil je suppose... Enfin, le souci, c'est surtout lorsqu'un nouveau problème en fait ressurgir d'anciens.
N'ayant jamais été une menteuse extraordinaire, je préfère écourter ce petit moment de silence incrédule pour prendre le couteau et couper un morceau de fromage. Une tranche fine suffira. Je n'ai pas vraiment envie de manger de toute manière.
Je sens le regard de l'homme toujours sur moi. Je suppose qu'il a vu au travers de mon mensonge. Ça me met un peu mal à l'aise. Je tente cependant de ne rien en laisser paraitre et mords distraitement dans la tranche de pain. Le fromage est excellent en tout cas. Alors que la bouchée me tombe dans l'estomac, je me rends compte d'à quel point j'ai faim. J'avale rapidement le reste de la tranche de pain et en reprend une. Heureusement, les tranches de pains du cartographe sont assez larges pour que deux suffisent à me caler. Je remercie sincèrement l'homme.
L'absence du feu se fait vite sentir à mesure que la nuit tombe. Un léger frisson me parcourt l'échine. Je suis contente que mes vêtements sont assez chauds. Je me replie légèrement sur moi-même.
Le calme et l'obscurité ont quelque chose de rassurant. Les prochains jours risquent d'être plutôt... intenses. Mieux vaut profiter de cette nuit. C'est la dernière où je dormirai sur mes deux oreilles.

Alors que je commence à sombrer, je sens quelque chose se déposer sur moi. Dans un sursaut, je rouvre les yeux pour voir Teinakh déposer une couverture sur mes épaules. Alors que je le fixe, les yeux exprimant mon incompréhension devant son initiative. Il explique avoir déduit de ma position recroquevillée que j'avais froid. Et bien que je ne l'admettais pas, il avait raison. Je lui lance avec un léger sourire attendri :

-Ça vous arrive souvent de prendre sous votre aile des voyageurs en détresse ainsi ? avant de marmonner plus bas d'une voix plus lointaine : Si seulement j'avais croisé quelqu'un comme vous la dernière fois...

Et voilà que je me remets à broyer du noir... Je m'envoie une petite claque mentale et me force à reprendre mon sourire, même si le cœur n'y est plus tellement à présent. Ce pauvre homme essaie tant bien que mal de détendre l'ambiance, si je continue ainsi, c'est peine perdue.

Desolée. Ce sont justes de vieilles histoires qui... ont malheureusement tendance à se répéter...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teinakh Daergen
Mortel
avatar

Messages : 162
Date d'inscription : 13/03/2014

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Sryles/Cartographe
Âge: 27 ans
Signes particuliers: Cheveux noirs attachés en une unique tresse descendant jusqu

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Mar 14 Fév 2017 - 17:30

    Teinakh sourit. Il répond en chuchotant d'une voix tendre :
    — Quand je rencontre des voyageurs en détresse, comme vous dites, je n'ai pas envie de les abandonner à leur situation. Je veux les aider, je le veux plus que tout. Je suis ainsi fait, c'est ma force et c'est aussi ma faiblesse.
    Il complète :
    — Je suis navré que de vieux démons reviennent vous hanter. Ne vous tourmentez pas : vous n'êtes pas seule. Je vais vous aider et nous allons vous tirer de ce pétrin.
    Le cartographe s'assied à côté de la femme. Pour l'aider à cesser de broyer du noir, il lui demande, toujours à voix basse :
    — Que ferez-vous une fois que nous nous serons assurés que nous ne sommes plus poursuivis ? Vous avez des ressources, des amis qui pourront vous aider ? Avez-vous déjà des plans en tête ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yllianna Lunéa
Mortel
avatar

Messages : 64
Date d'inscription : 26/05/2016

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Weranoï/Marchand
Âge: 27 ans (826)
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Lun 20 Fév 2017 - 19:44

Quelle gentillesse... J'ai l'impression d'être une gamine qu'on prendrait par la main pour l'encourager à avancer. L'optimisme et l'altruisme de cet homme semblent presque... miraculeux compte tenu de la situation  dans laquelle je me trouve actuellement.
Alors qu'il s'assoit à côté de moi, Teinakh murmure :

  — Que ferez-vous une fois que nous nous serons assurés que nous ne sommes plus poursuivis ? Vous avez des ressources, des amis qui pourront vous aider ? Avez-vous déjà des plans en tête ?

Un soupir m'échappe. La dure réalité me revient en plein visage. Si pour le moment j'ai un but, une fois seule, je serais livrée à moi-même. Dans le monde intolérant et plein de rumeur des marchand, être l'unique rescapée d'une attaque de bandit est loin d'être une bonne chance. Au mieux, on dira que je porte malchance, au pire on me soupçonnera d'être une complice des bandits. Dans tous les cas, je peux déjà songer à me reconvertir...

Dans quel domaine faire ma reconversion ? Aucune idée. Les choix sont vastes. J'ai l'avantage de ne pas avoir de famille à nourrir au moins. En fait, personne ne m'attend. Qui m'aidera une fois cette histoire finie ? me dis-je avec amertume. Qu'est-ce qui me reste ? Une famille qui doit m'avoir oubliée après avoir mille fois maudit mon nom. Un clochard errant de ville en ville dont le souvenir qu'il avait de moi a probablement été noyé dans de la mauvaise bière. Un demi-elfe dont notre relation ressemble plus à l'aventure d'un soir qu'une réelle romance. Piètre entourage... Digne de la vie que j'ai menée jusqu'ici après tout. J'ai toujours souhaité courir après mes rêves et assouvir ma soif de voyage, telle une feuille dans le vent.

Aujourd'hui est peut-être le jour où la feuille a touché le sol ?

Sentant une larme se former au coin de mon œil, je détourne le visage, faisant croire que je regarde le ciel, voilé par la végétation qui dissimule notre abri.

Malgré ma gorge nouée par la mélancolie, je murmure à mon tour :

- Rien de tel... À l'heure actuelle, je dois être considérée officiellement morte ou prise en otage, ce qui revient plus ou moins au même. Je doute pouvoir reprendre le cours de cette vie. Avec un léger rire, j'ajoute : Voilà ce que c'est qu'être libre : Aucun but, ni aucune attache. Seulement soi et le monde, comme une feuille dans le vent. C'est un sryle qui m'a dit ça un jour. Qui eut cru que la liberté dont il se réjouissait me paraitrait si vide ?

Ma tribu se situant près de la lisière d'Enetari en Weranoi, il m'est arrivé étant petite de m'approcher de sa lisière à de nombreuses reprises. Quand j'ai eu dix ans, je m'y suis aventurée. C'est là que je suis tombée nez-à-nez avec un groupe d'enfants sryles.  Nous avons joué à cache-cache toute la journée. Finalement, c'est un  ancien de leur clan qui a vu la scène qui m'a raccompagnée à la sortie des bois. Il avait côtoyé les humains par le passé.
Avant de rejoindre les miens, je lui ai demandé pourquoi les sryles avaient l'air si heureux. C'est ce qu'il m'a répondu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teinakh Daergen
Mortel
avatar

Messages : 162
Date d'inscription : 13/03/2014

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Sryles/Cartographe
Âge: 27 ans
Signes particuliers: Cheveux noirs attachés en une unique tresse descendant jusqu

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Ven 24 Fév 2017 - 9:24

    Les mots de la femme sont remplis d'une infinie tristesse. Elle est au plus mal, c'est une certitude. Le cœur du cartographe se serre tandis qu'il est envahit par la peine d'Yllianna. Il respire tranquillement, invite les souffles qui viennent dénouer le nœud dans sa poitrine. Sa voix est un soupire de bienveillance :
    — Ayez confiance, tout ira bien.
    Teinakh se lève. Son regard rayonne d'une douceur rassurante quand il répète :
    — Vous n'êtes pas seule.
    Alors, il s'éloigne, glissant une dernière recommandation par-dessus son épaule :
    — Dormez à présent. Votre esprit, votre âme et votre corps ont besoin de repos.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yllianna Lunéa
Mortel
avatar

Messages : 64
Date d'inscription : 26/05/2016

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Weranoï/Marchand
Âge: 27 ans (826)
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Dim 26 Fév 2017 - 18:33

— Ayez confiance, tout ira bien. Vous n'êtes pas seule.

Le ton doux et rassurant de Teinakh me met du baume au cœur. Ces mots sont ceux que j'avais besoin d'entendre je crois. Sentir une main sincère tendue dans un moment difficile est plus qu'un simple soulagement. Pendant un instant, ma situation me parait moins pesante...

En s'éloignant, il murmure gentiment :

— Dormez à présent. Votre esprit, votre âme et votre corps ont besoin de repos.

Difficile de lui donner tort sur ce point, je suis épuisée sur tous les plans. Je me laisse donc aller contre le mur et m'endors ainsi adossée...

La nuit est cependant désagréable et le sommeil ne m'offre pas vraiment le repos et le calme que j'espérais. Les souvenirs de l'attaque du matin, de celle d'il y a des années reviennent me hanter, se superposant et enchainant ainsi d'atroce visions de carnages. La gamine aussi est présente, sauvage, meurtrière, haineuse... L'impuissance, la peur et le vide froid me saisissent.

J'ai bien dû me réveiller une dizaine de fois cette nuit-là et bien que mes yeux soient toujours cernés, j'ai rarement été aussi heureuse de voir arriver l'aube. Cette journée ne sera pas de tout repos, surtout avec la fatigue non-régénérée qui me reste après cette nuit épouvantable... Au moins, j'aurais d'autres choses à penser. C'est ce dont je vais avoir le plus besoin je pense.

Les deux autres dorment encore on dirait. Je tourne donc la tête en direction de la sortie de l'abri, fixant distraitement les fines lueurs dorées du soleil qui filtrent à travers la végétation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fira Tal'Ukhan
Mortel
avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 01/04/2016

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 18 ans
Signes particuliers: Des yeux oranges, comme deux ambres.

MessageSujet: Re: Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]   Lun 27 Fév 2017 - 10:58

    Fira grogne. Le jour est clair, le cartographe guide prestement le petit groupe à travers la végétation dense. Couchée au fond de l'abri, la jeune femme a entendu les mots échangés hier soir, et elle a passé la nuit à ruminer ses questions. Au fond d'elle, Fira commence à comprendre que l'homme agit par simple bonté. Et cela la dérange. Elle n'a jamais vu personne qui se comporte de la sorte et à ses yeux, il est clair qu'il cache quelque chose, il n'y a rien d'autre qui pourrait expliquer ses actes. Elle n'encadre pas ce mec, elle ne le comprend pas, alors elle ne le supporte pas. Et tandis qu'elle suit les deux compagnons, elle sent qu'elle ne supporte plus non plus cette situation qui lui échappe totalement et sur laquelle elle ne parvient à trouver aucune prise.
    Elle sait qu'elle devrait faire preuve de patience, mais cette situation n'a rien d'une traque : c'est un jeu de dupes, un ballet de masques et si Fira sait se déguiser pour passer inaperçu, elle n'a jamais supporté le fait de devoir jouer la comédie pour arriver à ses fins. Aussi, alors que le soleil est à mi-chemin vers son zénith, elle fini par sortir de son mutisme :
    — Quel est ton prix, cartographe ?
    Son ton est abrupt, autant que l'est son approche. L'intéressé se retourne à demi, continuant à marcher :
    — Je vous demande pardon ?
    — Tu nous guides pour échapper à nos poursuivants, je te demande quel est ton prix pour cette aide.
    L'homme sourit.
    — Je n'attends rien de vous. J'expliquais cela hier soir à Yllianna, je vous aide parce que j'en ai envie. Parce que j'ai envie de vous soutenir dans cette situation critique plus que tout au monde. Parce que je suis ainsi fait !
    Ses derniers mots sont remplis de joie. Ils font exploser dans le ventre de Fira une colère brûlante. Ses paroles jaillissent en véritable éruption de brutalité qu'elle hurle au cartographe :
    — ARRÊTE DE TE FOUTRE DE MOI !!
    Visiblement, aucun des deux compagnons ne s'attendaient à ça. Ils sursautent, Teinakh se retourne brusquement. Son visage est fermé comme s'il était prêt à combattre. Fira est folle de rage :
    — Qu'est-ce que tu caches ? C'est quoi, ton plan ? Ou bien est-ce que tu te reproches quelque chose ? Quelle faute espères-tu racheter ??

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Un contrat juteux... [Fira Tal'Ukhan et Teinakh Daergen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Poser un Contrat
» Nouveau contrat social
» Labadie: Contrat entre l'etat haitien et la Royal Carribean
» Après Jaroslav Spacek et Hal Gill, Bob Gainey fait signer un contrat d'un an à Paul Mara.
» Signature de contrat - Marc Staal

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Guildes d'Aranor :: Sur la Terre :: Royaume de Quetaïn-