C H A T



 

Partagez | 
 

 If le poche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sigifrid. H. Génévil
Âme en attente
avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 07/08/2015

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde:
Âge: 56 ans (né en 797)
Signes particuliers:

MessageSujet: If le poche   Ven 7 Aoû 2015 - 23:05


Génévil
Sigifrid Hildebrand



QUI SUIS-JE ?


  • Nom : Génévil
  • Prénom : Sigifrid Hildebrand
  • Surnom(s) (facultatif) : Avant, le Sacreguerre, le Brisépées, la Lame bénie des dieux, aujourd'hui, visez plutôt If le pochard, Hilde la picole et autres variantes.
  • Faux-nom(s) utilisé(s) (facultatif) : ...
  • Sexe : H
  • Âge et année de naissance : Né en 797, âgé actuellement de 56 ans.
  • Pays de naissance : Feïral
  • Race et RoyaumeHumain, Feïral
  • Guilde et rangNi guilde, ni rang


DESCRIPTIONS

Description physique


    Physique : (3 lignes minimum)On aurait pu s'imaginer qu'un ancien héros aurait la stature que les légendes lui donnent. Mais vous connaissez les légendes aussi bien que moi, elles exagèrent honteusement la taille et la virilité de leurs héros (notamment celles de Philip Sartin). Alors non, Sigifrid n'est pas immensément grand. On aurait même pu dire qu'il était petit. Ça ne s'est pas arrangé avec les années, puisqu'If le pochard s'est un peu tassé, replié sur lui-même. On cache plus facilement des bouteilles quand on ne se tient pas droit. Son corps autrefois musclé s'est considérablement amaigri. Loin de la masse musculaire de ses belles années, If s'est énormément asséché : la faute à un régime d'alcool, de peu de nourriture et de dormir à la belle étoile. Une barbe grise lui mange les joues, dissimulant un visage aux traits acérés, voire émaciés. Des sourcils broussailleux surmontent des orbites creuses, où se logent deux yeux bruns. Une cicatrice lui barre l’œil et la joue gauches. Les cheveux, autrefois portés longs en queue de cheval, ont été raccourcis par une vieille dague : inégaux, blancs, ils recèlent probablement des poux et autres vermines. Vous imaginez bien, on est très loin de la vision héroïque ou de croque-mitaines des légendes. Plutôt que de susciter l'admiration ou la peur, Hilde fait plutôt pitié.


    Vêtements et Équipements :Des loques ! Un vieux manteau défraîchi, plusieurs pantalons pour le garder du froid. Il lui reste une dague ébréchée dans les replis de ses vêtements, mais guère plus.

Description psychique


    Caractère : (4 lignes minimum)Quand il n'est pas ivre mort, bourru et renfermé. On a précipité très brutalement Sigifrid en bas de son piédestal, et des années à boire bouteille sur bouteille n'ont pas aidé à le rendre avenant et aimable. Il n'est pas dépourvu d'humour, mais il est très difficile de lui faire faire un sourire ou un rire détendus. Si autrefois l'homme avait le cœur sur la main et bravait les dangers pour défendre la veuve, l'orphelin et accessoirement massacrer ses adversaires, ce n'est plus le cas aujourd'hui. Ou plus tellement. If est terriblement amer, ressassant sans cesse ce qu'il a été, une légende vivante, et ce qu'il est aujourd'hui, un vieil alcoolique. On l'entend souvent balbutier des « ch'ui pas fini » dans ses délires d'ivrogne. Alors oui, il y a un désir de revenir à ce qu'il était, à laver son nom, à revenir auprès de son roi. Mais il y a des années passées à la rue, à biberonner bouteille sur bouteille. If est une loque. Tant mentale que physique. Il y a du bon en lui, et son éducation lui chuchoterait d'intervenir en cas d'événement fâcheux. Encore faut-il que ce chuchotement traverse les brumes de l'alcool et qu'Hilde veuille bien l'écouter. Quand il n'est pas totalement saoul, If est un travailleur avec une certaine endurance. Principalement parce que l'argent obtenu lui permet d'acheter des bouteilles. Vagabondant de villes en villages, il évite Feïral et sa capitale comme la peste, et pour cause, il n'a aucune envie qu'on le reconnaisse et qu'on le traîne d'autant plus dans la boue. Se morfondant dans sa propre misère et son aigreur, il n'a pour l'instant guère démontré de volonté de s'en sortir pour avoir une meilleure opinion de lui-même. Et pourtant, s'il sortait de sa passivité, sans doute que le guerrier de légende reviendrait. Après tout, on ne l'a pas surnommé le Sacreguerre pour rien. S'il y a bien une chose qu'Hilde aime plus que l'alcool, c'est se battre. Ou enfin c'était. Il entendait son sang chanter, la furie de la bataille hurler à ses oreilles, et il en riait, enivré non pas par du vin, mais bien par le fait de se battre. Mais c'est tellement plus facile de boire et de pleurer sur son sort...


    Préférences :Aucune. Oh, c'est sûr, un lit c'est mieux que la crasse d'une ruelle...


HISTOIRE
(15 lignes minimum)
« On se lève ! »

Un saut d'eau glacée sur sa figure, et If se redresse brusquement en crachotant. Ça sent la pisse, le vomi et la crasse. C'est un bon réveil et une bonne journée qui s'annonce. Au moins ça ne sent pas la merde. Il tâtonne dans la boue et la fange pour retrouver sa bouteille. Il porte le verre à ses lèvres, essayant de téter les dernières gouttes de mauvais vin qui seraient restées au fond de la bouteille, mais un coup de pied le fait grogner et reposer les yeux sur son interlocuteur. Le tavernier de la veille.

« Tu d'vrais dégager vissa, le poche, si tu veux pas qu'on t'coffre pour ivresse sur la voie publique ! »

Hilde la picole se relève lentement, toujours en grognant, les mains tremblantes de manque de vinasse. Ivresse sur la voie publique ? Il esquisse un rictus aux dents jaunes. Les gardes ont beau l'arrêter le temps qu'il décuve, la situation est toujours la même. Pas d'argent pour payer, trop sale, trop pauvre pour qu'on le punisse comme il le faut. On fait payer les mendiants ? Non. Alors If le soiffard retrouve sa rue pouilleuse et cherche la prochaine bouteille d'alcool à biberonner. Et ça passe par gagner assez de pièces pour l'acheter.Si If reste trop longtemps dans une ville, on finit par le connaître, et on l'embauche moins, ou on le vire des tavernes. Là, quand il se présente sur les docks pour demander à décharger les bateaux, on lui renvoie des regards mauvais, ou emplis de pitié. Bon, d'accord, il ne sent pas bon. Ses mains tremblent. Mais il n'a jamais renversé la moindre caisse et passe des heures à porter des choses lourdes sur son dos pour pouvoir gagner les trente-six sous nécessaires afin d'acheter sa bouteille de vin.

Oh, il aimerait passer ses journées à boire. C'est plus simple. Des fois il mendie. Des fois il vole, un peu. Pas beaucoup. Il a toujours quelques principes, liés à ses origines, mais quand la nécessité de boire fait loi...

Une fois son argent gagné, il file vers la taverne la plus proche, et commande à boire. Ça commence par une bière. Et puis deux. Et puis trois... jusqu'à ce qu'il commande une bouteille de vin... Au début, ça suffisait pour le rendre ivre. Et puis petit à petit les quantités ont augmenté. Jusqu'à ce qu'il se fasse virer, et passe la soirée dans une ruelle puant la pisse et la crasse, ce qui représente les bons jours, à songer à ce qu'il avait été... Non pas Hilde la picole, If le loqueteux...

… Mais bel et bien Sigifrid Hildebrand Génévil, le Sacreguerre, le Brisépées, la Lame Bénie des dieux ! A ce moment là de la soirée, If se parle parfois à lui-même. Pas très clairement, et pour les passants, il ne s'agit que de balbutiements d'ivrogne. Mais pour lui, c'est aussi clair que de l'eau de roche. Il ressasse sa gloire passée. Son poste passé. Lame lige du roi Théode, poste à responsabilité, poste respecté. Son don naturel pour le combat. Il s'était couvert de gloire et de hauts faits, ayant vaincu de redoutables monstres, ayant protégé avec courage son roi... Il se souvient avoir entraîné les deux fils du roi, Hunsen et George, alors qu'ils étaient du même âge. Il se souvient des vivats, Sigifrid ! Sigifrid ! SIGIFRID !. Il se souvient de son sourire éclatant. Il se souvient du regard fier des princes jumeaux. Il se souvient de leur camaraderie...

Et il se souvient du regard ombrageux du roi quand, poussé par l'audace de son amitié avec les princes, il ose suggérer une autre option à la guerre contre Akeraï. Comment le Sacreguerre pouvait proposer la paix ? Parce qu'au fil du temps, le sang lasse. Le sang écœure. Sigifrid se souvient bien du moment où il en a été malade. Quand une fois, sa chaîne s'est refermée autour du cou d'une fillette de même pas quinze ans, une dague entre les mains, et que son épée lui a fracassé le crâne.

Mais quand on a un don comme le sien, quand on est les dieux se sont penchés sur son berceau pour le bénir de ses capacités au combat... Comment vouloir la paix et l'ennui ? Il a tué des dizaines. Massacrés des centaines. Il a rit devant le sang de milliers, enivré par la furie du combat et par le fait qu'on ne pouvait le battre. Et le crâne d'une adolescente a suffit à tout faire capoter...

On aurait pu le laisser se reprendre... Après tout, il n'avait pas d'épouse, mais il avait une fille du même âge que celle qu'il avait tuée. Mais il vieillissait. Devenait faible. Quand on fait la guerre à Akeraï, on ne montre pas de faiblesse. Alors on a profité de l'avènement d'un jeune écuyer de l'Ordre des chevaliers et de son exploit pour discréditer le Brisépées. Le tourner en ridicule. L'humilier. Réduire sa fierté et sa fortune à néant, montrer qu'il avait du sang sur les mains, ce même sang qu'on lui avait demandé de faire couler. Torturé par ce roi qu'il adulait tant, Sigifrid a commencé à boire. Si le prince George, son ami, essaya de le soutenir, on n'en sut jamais rien. Le Sacreguerre était fini. On lui avait demandé de quitter son poste. Sigifrid quitta la ville. Sa fille resta.

Être considéré comme inutile par son roi adoré, être délicatement « congédié », n'arrangea pas les choses. Privé d'une raison de se battre, de vivre, puisque même sa fille n'avait pas voulu le suivre, la boisson sembla un refuge bien naturel et bien facile. La suite, n'importe qui peut la deviner. De guerrier de Feïral, il devint un simple soiffard de coin de rue. Qui irait imaginer qu'If le poche est un homme redoutable... ? Pourtant, il le leur montrera... Il le leur montrera... ! Il n'est pas fini...

« Ch'ui...p-pas fi... fini... »

Voilà ce qu'il balbutie, alors qu'une femme qu'on traîne par les cheveux arrive dans sa ruelle. Il lève ses yeux vitreux vers la scène. Deux hommes, une femme au corsage déjà à moitié arraché. Il sait ce qu'il va se passer. Ces scènes, il les a déjà vues des années plus tôt. La chevalerie et le comportement galant des hommes de Feïral s'évanouissaient assez facilement devant les femmes des cités conquises. Durant le fracas de la bataille et la confusion de la victoire, plaquer une femme contre un mur et lui ouvrir les cuisses était d'une facilité confondante. Tout comme biberonner bouteille sur bouteille. Mais là, curieusement, plutôt que de rester avachi à côté de sa bouteille, il se lève. Lentement. Loin de sa dignité et de sa stature d'autrefois. Il vacille un peu sur ses jambes, il voit trouble.

« Quoi, tu veux ta part aussi ? T'attends ton tour l'ivrogne, comme tout l'monde. »

Balbutiements avinés.

« Quoi ?
- Ch'ui pas... fini. »

Plus clair. Plus fort. Il tête les dernières gouttes de vin, avant d'inverser la position de la bouteille dans sa main. Ses doigts ne tremblent plus, serrés comme ils sont autour du goulot de la bouteille. Le premier des hommes a à peine le temps d'avancer d'un pas pour repousser l'ivrogne d'où il vient. La bouteille vide s'écrase contre son crâne avec violence. If le laisse s'effondrer. Le second homme, qui vient de baisser son pantalon, il l'attrape par l'épaule, lui colle une droite, avec toujours la bouteille en main, ce qui lui lacère le visage, avant d'écraser sa gorge d'un geste du coude gauche. Hilde la picole ne se souvient plus à quel point il avait été rapide, et pourtant. Même aviné et n'ayant pas pratiqué depuis des années, voilà quelque chose qu'il a conservé. La femme se rhabille en tremblant, croise les yeux de son sauveur. Elle aurait pu le remercier.

Au lieu de cela, elle fuit sans demander son reste. Ce qu'elle a croisé dans les yeux de l'ivrogne lui a fait terriblement peur.

Le lendemain, If le pochard avait quitté la ville.


POUVOIRS

Dons & particularités


    Un don remarquable pour engloutir des litres d'alcool, ça compte ? Parce qu'on ne peut plus vraiment parler de ses dons à l'épée, ou alors au passé.

Autres


    Vous vous doutez bien, If n'a pas démérité ses surnoms de Brisépées ou de Sacreguerre. Quand on dit qu'il est la Lame bénie des dieux, ça veut dire qu'il était capable, du temps de sa gloire et de sa jeunesse, de vous foutre une sacrée rouste. Peu de personnes étaient capables de rivaliser avec sa rapidité et sa puissance, et le prouve la chaîne, encore pendue quelque part dans le palais de Feïral, ornée des multiples pommeaux et éclats d'épées de ses adversaires qu'il a brisés. Ayant plus ou moins inventé et peaufiné la technique alliant chaîne et épée longue, il est longtemps resté invaincu et imbattable. L'histoire se souvient du redoutable Sigifrid Hildebrand Génévil, le Sacreguerre, Brisépées et Lame bénie des dieux, guerrier de Feïral, compagnons des Princes Jumeaux et lame lige du roi Théode. On a oublié If la picole, et tant mieux. S'il avait un peu moins d'alcool dans le sang, peut-être bien que le guerrier de légende pourrait revenir...



Fiche créée par © nm.Papillon pour le forum les Guildes d'Aranor.


Dernière édition par Sigifrid. H. Génévil le Lun 10 Aoû 2015 - 22:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deryn Basalt
Dieu de l'Origine
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 29/11/2012

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humaine/Inconnue/Assassin
Âge: 33 ans
Signes particuliers: yeux blancs, moitié de l'œil droit rouge

MessageSujet: Re: If le poche   Sam 8 Aoû 2015 - 15:47

Eh bien je dois dire qu'il m'intrigue celui-là ! x3 je me demande ce que ça donnera en rp ? Je t'invite à générer et remplir ta fiche de personnage, faire une demande de rp si ce n'est déjà programmé, enfin tu connais la chanson x)

Tu es bien sûr validée, amuse-toi bien ! ;)

_________________


Spoiler:
 

Présence en pointillés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sigifrid. H. Génévil
Âme en attente
avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 07/08/2015

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde:
Âge: 56 ans (né en 797)
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: If le poche   Dim 9 Aoû 2015 - 21:16

\o/ m'ci madaaaaame
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

If le poche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Proverbe du Jour: Les hommes ont 4 poches, les femmes n'ont 1 poche
» Gloglo is back avec un diplome en poche !!!!
» Poche de Colmar.
» Club de Shogi
» LE RETOUR DE TU TUD PASSEPORT DIPLOMATIQUE EN POCHE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Guildes d'Aranor :: Au Ciel :: Façonnage des mortels (Présentations) :: Mortels parcourant la terre (validés)-