C H A T



 

Partagez | 
 

 La pêche aux gros ou petits poissons dans l'eau ? (Inanna Al-Vyr)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Louis Auguste de Parvil
Mortel
avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 01/08/2014

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humaine/Feïral/Ordre
Âge: 20 ans
Signes particuliers: aucun

MessageSujet: La pêche aux gros ou petits poissons dans l'eau ? (Inanna Al-Vyr)   Mer 7 Jan 2015 - 15:54

Cela faisait plusieurs jours, une semaine, deux ou peut-être trois, que Louis attendait un ordre de mission. Elle passait ses journées à s'entraîner à l'épée avec des serviteurs, piètres adversaires, ou à chevaucher dans la campagne environnante de Feïral, ou encore à viser des bouteilles en verre au pistolet à 50 mètres. En résumé, Louis s'ennuyait ferme. Elle commençait à devenir folle à force de tourner en rond dans ce grand manoir. Une journée de plus à attendre et elle allait exploser. Son père avait beau dire que la patience était la plus grande vertu des chevaliers. Mais cela n'avait que pour résultat d'agacer d'avantage la jeune fille. Bien souvent, Louis quittait la table avant la fin du dîner, agacée par les leçons de morales de son père.

Ce jour là, Louis s'entraînait au tir quand un coursier entra dans le domaine. Il portait l'uniforme des chevaliers. Intriguée, Louis s'approcha après avoir assuré son arme et l'avoir déposé sur le pas de tir improvisé. Pour assurer une arme, il suffit d'ouvrir la chambre. Celle-ci ouverte, l'arme ne peut tirer. Et étant donné que l'arme utilisé par Louis ce jour ne peut contenir qu'une cartouche à la fois, et que la chambre était déjà vidée, l'accident ne pouvait avoir lieu.

Le coursier fut reçut par la gouvernante. Il refusa de transmettre le message à une domestique. Il avait, disait-il, ordre de donner le message en main propre. La domestique souris et lança un "Justement le voilà" en voyant Louis approcher. Puis elle rentra dans le manoir.


- Louis Auguste de Parvil ?
- Lui-même. Qu'y a t-il ?
- Un ordre de mission pour vous.


Louis cacha son excitation derrière un calme désarmant. Elle prit le paquet ainsi que la lettre que lui tendait le coursier. Sa mission remplie, le coursier repartit. Louis entra dans le manoir, le paquet sous le bras, tout en dépliant l'ordre de mission. Elle l'avait à peine lut qu'elle pâlit de rage. La domestique, qui n'était pas partit bien loin, s'inquiétant de l'état de santé de son jeune maître demanda si elle devait appeler le médecin. Louis ne prit pas la peine de lui répondre, trop choquée par l'ordre de mission en question. Par avis de conscience, elle ouvrit tout de même le paquet. Celui-ci contenait une robe aux moeurs légères. Ceci acheva l'humeur massacrante de la jeune femme.

- IL EN EST HORS DE QUESTION !!!!!!!!!!!!!!

Elle lança la robe à travers le hall et monta dans sa chambre dans un vacarme à réveiller un mort.


Alors que Louis s'affairait à préparer ses affaires pour mener à bien sa mission, à sa manière, son père fit irruption. Il tenait la robe qu'elle avait jeter quelques instant plus tôt et exigeait à voir l'ordre de mission. L'explosion de sa fille l'avait dérangé dans ses papiers. Après avoir lut l'ordre de mission s'ensuivit une discussion qui ressemblait à ceci :


- Puisque c'est un ordre
- Il en est hors de question
- Tu le feras !
- Non !
- Mon fils !
- Justement ! Vous m'avez élever ainsi, je ne me rabaisserai pas à porter ce vêtement dégradant ! Je remplirai ma mission en tenue réglementaire.


Et sur ces mots, Louis claqua la porte. Elle passa pas l'écurie, équipa son cheval et quitta le manoir.

Louis arriva à la cité blanche. Des chevaliers avaient été convoqués, mais avaient sans doute oublié l'heure. Du fait de leur grand penchant pour les femmes, on les soupçonnait de s'être attarder dans le quartier des plaisirs. C'est alors qu'ils avaient penser à Louis. Un visage quelque peu efféminé, il pouvait, selon eux, facilement se faire passer pour une fille de mauvaise vie dans le but de piéger les chevaliers défaillants. C'était en tout cas l'ordre de mission. Mais c'était sans compter sur le caractère de la demoiselle. Elevée en homme, il était hors de question qu'elle se rabaisse, même pour une courte durée, à un rôle de femme aux moeurs légères. Ce genre de femme ne lui inspirait que peu d'estime, pour rester courtois.

C'est selon cet ordre de mission que Louis se résigna se rendre à la Demeure Liliale, le bordel de la Capitale. Une fois devant la porte, Louis respira un bon coup et se mis à l'oeuvre. Elle ouvrit la porte dans un grand fracas. On lui avait recommandé la discrétion, elle opta pour le contraire. Cependant, si Louis ne voyait pas grand chose du fait de la semi-obscurité du lieu, il était aisé pour les personne s'y trouvant déjà de distinguer que le nouvel entrant était un jeune chevalier blanc en tenue.

Louis avança jusqu'au bar et commanda un verre de vin rouge. Durant sa traversé, elle avait entendu bouger nerveusement sur sa droite. Louis concentra son attention dans cette direction.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inanna Al-Vyr
Mortel
avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 14/07/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humaine/Sipheaï/Seigneurs Marchands
Âge: 32
Signes particuliers: Trois runes tatouées au creux des reins, qui lui donneraient, parait-il, son charme contre-nature

MessageSujet: Re: La pêche aux gros ou petits poissons dans l'eau ? (Inanna Al-Vyr)   Mer 7 Jan 2015 - 22:50

La fin d'après-midi avait été éprouvante tant pour Batu que pour sa mère. Ils l'avaient passée à parcourir les rues de Feïral, et à flâner d'échoppes en échoppes. Ce temps là fut extrêmement précieux pour la Mère, car elle ne pouvait pas souvent profiter aussi pleinement de la présence de son fils. Ce n'était que pour quelques jours, car après, organiser un assassinat l'attendait à Quetaïn. Alors autant s'amuser.

Le lendemain, Batu voulant faire une surprise à sa mère, cette dernière l'avait confié à la garde de Pietra, mère maquerelle de la Demeure Liliale, et avait pris les rênes de la maison de plaisir le temps de l'excursion de son fils. Évidemment, Inanna étant Inanna, elle s'était enquis au préalable auprès de Pietra pour connaître le personnel de l'établissement. Si elle connaissait par cœur les pensionnaires du Temple, elle ne pouvait malheureusement pas connaître toutes les oreilles et yeux qui constituaient son empire. Erreur désormais réparée en ce qui concernait la Demeure, car une fois qu'Inanna avait appris le nom de toutes les filles et garçon de l'établissement, elle ne l'oublierait pas de sitôt.

La journée fut calme, si on passait un groupe de chevaliers venus passer du bon temps. Inanna les avait accueilli avec un sourire, et s'était fait une joie de les délester de leur or, au vu du vin, des plats et d'autres plaisirs demandés.

L'un d'eux, aidé par l'alcool et les tendres yeux de biche d'une jeune fille, avait même mis en gage un insigne. Si elle n'avait pas à tenir son rang, elle s'en serait frottée les mains. Car après, il décuverait, et se rendrait compte de son erreur... sauf qu'Inanna, entre temps, aurait obtenu son nom, son grade, voire même peut-être où il habitait et sa situation familiale... et rien de tel qu'un peu de chantage pour obtenir ce que l'on souhaite.

L'entrée n'était qu'une petite antichambre, sombre, et si on devait aller dans d'autres recoins de la Demeure, il fallait obligatoirement passer par la pièce qui faisait office de salon et de bar. Loin des critères esthétiques Sipheaïens si chers à Inanna, le bar était meublé de bois clair et élégant. Comme son nom l'indiquait, la Demeure Liliale se parait presque exclusivement de blanc ou de valeurs de gris, le plus sombre allant jusqu'à l'ardoise. Pas de coussins aux couleurs chatoyantes, ni de voiles fins. Si tels n'étaient pas les goûts de la Mère, elle ne pouvait que concéder que cette sobriété avait un côté très chaste. En entrant ici, il n'y avait nulle impression d'être dans un bordel de bas étage. On s'attendait plutôt à y être l'invité d'une famille bourgeoise sinon noble. Des gens qui l'ignoraient pouvait tout à fait entrer ici sans se douter une seule seconde qu'ils venaient de poser les pieds dans une des célèbres Maisons d'Inanna Al-Vyr... Elle-même pouvant passer pour la maîtresse de maison, car, ayant délaissé pour quelques temps tous les tissus vivement colorés qu'elle portait habituellement, elle avait passé une tenue bien plus pure et vertueuse : une longue robe d'un blanc bleuté ornée de quelques broderies, aux manches bouffantes resserrées aux poignets par des entrelacs de fils d'argent et de perles ; de la dentelle d'un gris anthracite recouvrait le décolleté et les épaules laissées dénudées par la robe, jusqu'à remonter au haut du cou. Question bijoux, la Mère n'avait qu'une ceinture d'anneaux d'argent pour souligner sa taille et de lourdes boucles d'oreilles. Elle s'était permise d'être plus fantaisiste en ce qui concernait sa coiffure, mais au vu de sa complexité, se contenter de dire que ses cheveux noirs étaient ornés de bijoux et de perles d'argent suffira amplement. L'argent et le blanc n'étaient pas les couleurs de prédilection de l'Hétaïre, mais elle n'avait pas besoin de se faire remarquer. Sa beauté et sa présence le faisaient bien souvent à sa place sans qu'en plus elle s'amuse à s'habiller comme à Weranoï ou Sipheaï.

Les clients étant tous isolés pour profiter des plaisirs proposés par la Demeure, Inanna se servit un verre d'un grand cru de Feïral et se posa dans l'ombre, à côté des livres de compte, puis, tout en sirotant son vin, commença à compulser les livres et à rajouter les bénéfices et les dépenses faites jusque là. D'un signe, elle demanda à un jeune garçon de bien vouloir jouer de la harpe qui était posée dans un coin de la pièce. Avec une douce musique et un délicieux breuvage, l'Hétaïre avait de quoi travailler en tout sérénité, et commença à tracer dans son livre les transactions d'une main sûre.

… Jusqu'à ce qu'une porte ouverte brusquement la fasse brutalement sursauter et briser sa plume, ce qui laissa une éclaboussure et une tâche d'encre fort peu élégante sur son livre de comptes. L'adolescent à qui elle avait demandé de jouer s'était arrêté, bien conscient de la soudaine ire de la Mère. Avec un calme qu'elle était loin de ressentir, elle prit un chiffon, essuya lentement la plume, puis tapota le papier pour retirer le plus gros de l'encre. Elle savait que quand elle relèverait les yeux, le fautif, ou la fautive, serait devant ses yeux.

Et cela ne manqua pas. Pendant un instant, elle l'observa se pencher vers le bar, vers un domestique, et demander un verre de vin. Inanna fronça les sourcils, et se leva, peut-être un peu trop vite car alors l'intrus tourna la tête vers elle. Petit dameret, va. Elle allait lui apprendre. C'est avec un port royal qu'elle s'avança vers le fat, son propre verre de vin à la main. Doucereuse, et surtout acide, elle lui servit son sourire fait maison, celui bien connu pour faire rougir le plus vertueux des ascètes...

« Eh bien eh bien, on est pressé, mon jeune ami ? »

D'un geste, elle refit signe au jeune garçon qu'il pouvait recommencer à jouer. Le domestique n'avait pas osé verser du vin à la future victime d'Inanna. Alors, d'un autre geste, féline, elle donna son assentiment. Elle trempa ses lèvres dans son verre et d'un geste gracieux du menton indiqua la porte, avant de reporter son attention sur le jeune homme. Très jeune, d'ailleurs, au vu de la finesse de son visage. Les yeux d'Inanna se teintèrent d'acier, et son sourire devint caustique.

« Nous ne sommes pas dans un bouge de bas étage, mon cher. Je vous prierai d'avoir la décence de votre statut de chevalier et de ne pas vous comporter comme le dernier des soudards. Autrement je vous ferai jeter dehors, sommes-nous bien clair ? »

_________________
There are so many things I could say, my love
Make you trip, so your lips would be mine
There are so many things I could do, my love
To convince you my love is divine
[...] So if you like your women sweet, ah, consider me your wine



If I tell you I love you - Melody Gardot



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis Auguste de Parvil
Mortel
avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 01/08/2014

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humaine/Feïral/Ordre
Âge: 20 ans
Signes particuliers: aucun

MessageSujet: Re: La pêche aux gros ou petits poissons dans l'eau ? (Inanna Al-Vyr)   Jeu 8 Jan 2015 - 14:22

Une femme s'avançait verre Louis avec grâce. Il s'agissait sans doute de la patronne car aucun domestique ne semblait vouloir bouger après la petite du chevalier. L'effet qu'elle avait souhaité créer était au rendez-vous. Le sourire de la belle, fit également sourire le chevalier. Non par niaiserie d'être ainsi dragué par une femme de bas étage, mais par un amusement las mais moqueur. En effet, la belle pouvait déployer ses charmes autant qu'elle le souhaiterait, comment pourrait-elle séduire Louis Auguste de Parvil ? A moins d'être un noble gentilhomme au coeur pur, nul ne le pourrait. Et pour cause, Louis est une femme.

A présent, le doute n'était plus permis. Le musicien, ainsi que l'homme qui devait la servir recommencèrent à bouger qu'après l'accord de la belle. Elle était donc la patronne. Louis porta sa main droite devant sa bouche pour étouffer un petit rire. Elle n'avait pas de doute sur le fait que ce petit geste vexerait la patronne. Comment un jeune effronté pouvait-il se rire de la belle. Si le chevalier était normalement constitué, même jeune, il devrait forcément succomber aux charmes.

La petite tirade de la belle fit sourire de plus belle le chevalier. Cette réflexion avait émoustillé la jeune fille. Elle avait une folle envie de s'amuser, pour décompresser de ces plusieurs jours à ne rien faire. Le fait que plusieurs jeunes filles ou femmes cherchent à séduire Louis faisait rire le chevalier. La plupart du temps ces situation la mettait mal à l'aise, mais le comique de la situation demeurait. D'autant plus que la plupart du temps, son père était là pour relever le côté comique de la chose. Cette fois-ci le paternel était absent, mais la situation n'en était pas moins amusante que d'ordinaire. Au contraire, il était beaucoup plus plaisant aujourd'hui. Mais ceci n'empêcha pas le chevalier de répondre sur un ton tout aussi acerbe.


- Ma Dame, ne me prenez pas pour un de vos vulgaires clients sans éducation. Je ne suis que l'escorte de quelques uns de vos "soudards". Je craint seulement qu'il me faille attendre que ceux-ci dégrisent un peu. Il me serait fort désagréable si je devais les porter.

Louis pris son verre de la main gauche et le porta à son nez. Elle voulait sentir le nectar avant de le goûter. A ce petit geste, on pouvait aisément deviner que le chevalier avait eu une bonne éducation, ou tout du moins concernant le vin. Enfin, Louis trempa ses lèvres et repris sur un ton plus apaisé.

- Vous servez un vin fabuleux. Dommage que la plupart de vos clients ne sachent pas apprécier cette qualité.

Là encore, le chevalier faisait référence à ses comparses.

- En les attendant, je compte passer un peu de bon temps ici. Permettez seulement d'accéder à une de mes requêtes : cessez de servir de l'alcool aux chevaliers que je dois escorter.

Louis bus une autre gorgée de vin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inanna Al-Vyr
Mortel
avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 14/07/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humaine/Sipheaï/Seigneurs Marchands
Âge: 32
Signes particuliers: Trois runes tatouées au creux des reins, qui lui donneraient, parait-il, son charme contre-nature

MessageSujet: Re: La pêche aux gros ou petits poissons dans l'eau ? (Inanna Al-Vyr)   Jeu 8 Jan 2015 - 21:21

Elle ne sut jamais où elle puisa la patience nécessaire pour ne pas lui rire au nez plus tôt et le jeter dehors.

Sa jeunesse devait sans aucun contexte jouer dans son comportement. Mais ça ne l'excusait pas. Par tous les dieux d'Aranor, le grade de chevalier lui était monté à la tête, assez pour qu'il se permette le plus grand mépris envers l'établissement d'Inanna et Inanna elle-même. Et s'il y avait bien une chose qu'elle ne supportait pas, c'était qu'on la prenne de haut. De la part de Sartin, elle aurait pu ravaler son courroux. Après tout, ils étaient sur un pied d'égalité. Mais l'autre impudent...

Quand enfin il eut fini sa diatribe, Inanna laissa court à ce qu'elle retenait depuis un moment. Elle éclata de rire. Loin d'être désagréable, ce rire. Vraiment. Les premières choses qui avaient fait l'attrait d'Inanna avant qu'elle ne devienne la Perle rare de Sipheaï, c'était sa joie constante et la beauté de ses rires comme de ses sourires. Sauf que là, aussi mélodieux et agréable qu'il soit, impossible de ne pas se sentir vexé.

Son hilarité finit cependant par s'estomper, et essuyant une larme, prenant soin de ne pas étaler son maquillage, la Mère prit une gorgée de vin, toujours gloussante.

« Je peux vous dire deux choses, mon jeune ami, soit vous ignorez où vous vous trouvez, soit vous n'avez aucune idée de ce que l'on propose ici. »

Elle réfléchit un instant, toujours souriante.

« Non, attendez... je peux vous dire une troisième chose : vous ignorez qui je suis et ceci peut vous coûter très cher. Mais, voyez, je ne suis pas dépourvue de compassion et éclairer mon prochain fait partie de mes loisirs préférés. D'une, contente que le vin vous plaise. Feïral a fait deux choses merveilleuses : ce doux Commandant Sartin et le vin. Pour ce qui est du reste, il ne vous reste que l'importation pour avoir des produits de qualité. Oh, bien sûr, je pourrais en parler pendant des heures : comparé à ce que l'on peut produire dans des régions plus chaudes, ce n'est pas un vin très lourd, mais vous devez sans aucun conteste connaître mieux que moi. Je ne suis qu'une pauvre femme, qui plus est prostituée, le vin n'est pas ma spécialité, » acheva Inanna, clairement moqueuse.

Elle reprit après une gorgée de son verre.

« De deux, je ne vous prendrai certainement pas pour un client. Pour en revenir à cet endroit, au cas où vous ne sauriez pas lire, très cher, vous êtes à la Demeure Liliale. Nous n'acceptons pas n'importe qui, et les clients que vous qualifiez de vulgaires et sans éducation sont en réalité des hommes et des femmes à la bourse bien remplie et de votre statut social, sinon plus. Vous êtes un noble. Ou un grand bourgeois. Je me trompe ? Je ne crois pas. Ou alors vous êtes un petit dameret de chevalier qui se donne un genre. Ah, la folle jeunesse... Les plaisirs de la chair ne sont pas limités aux seuls marauds. Oh, et quand je parle de plaisir de la chair, je ne parle pas uniquement de ce que peuvent faire deux ou plusieurs personnes dans une même chambre. Je tiens à le préciser, vous m'avez l'air quelque peu... juvénile. Et adepte des conclusions hâtives. »

Dernière phrase assortie d'un sourire tout à fait innocent. Sauf que l'utilisation du mot juvénile sonnait dans sa bouche, comme d'un qualificatif égal à niais, ou idiot. Ou simple du village. Elle posa son coude sur le rebord du comptoir et se tourna vers l'impudent.

« Dernier point, si vous ne voulez pas que je vous prenne pour ce que vous n'êtes pas, adaptez votre attitude. Vous êtes ici dans ma Maison. Avez-vous oublié toutes les notions de courtoisie propre à votre rang, tant de chevalier que de bourgeois lorsque vous avez passé le seuil de ma Demeure ? Au vu de votre comportement inconvenant vous n'êtes certainement pas en mesure d'obtenir une faveur de ma part. Tant que vos chevaliers paieront, ils auront. »

Ce faisant, elle pensa à l'insigne qu'elle avait récupéré, et au chantage qu'elle pourrait exercer, et un sourire nettement plus calculateur et froid étira ses lèvres. Il pouvait la prendre pour une putain, il ne serait pas le premier, mais elle était avant tout devenue une marchande, et plus que tout, une reine-marchande avec des crocs qui rayaient le parquet. Ça n'allait pas être un petit damoiseau qui allait la mater.

_________________
There are so many things I could say, my love
Make you trip, so your lips would be mine
There are so many things I could do, my love
To convince you my love is divine
[...] So if you like your women sweet, ah, consider me your wine



If I tell you I love you - Melody Gardot



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

La pêche aux gros ou petits poissons dans l'eau ? (Inanna Al-Vyr)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Petite patrouille avec mes mentors[Pv Source aux Petits Poisson et Lac de Givre]
» Mort d'un nombre important de poissons dans le Lac Azuei
» Gros poissons dans grande marre
» Mignon, mignon, les petits poissons ! ~Aquarium {Libre
» ULLA X CANICHE F 4 MOIS LES PETITS INNOCENTS FA 27

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Guildes d'Aranor :: Sur la Terre :: Royaume de Feïral :: La cité blanche Feïral-