C H A T



 

Partagez | 
 

 Une journée mémorable [PV Teinakh le jeune fougueux]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Melin Awindler
Mortel
avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 01/12/2012

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Sipheraï/Cartographe
Âge: 39 ans
Signes particuliers: Un regard pétillant.

MessageSujet: Une journée mémorable [PV Teinakh le jeune fougueux]   Lun 17 Mar 2014 - 16:04

Le talentueux Evan profitait d'une bonne journée de repos. Il s'était montré particulièrement efficace les jours précédents, tant et si bien qu'il ne savait plus que faire pour s'occuper. Il en était donc naturellement revenu à la toute première occupation qu'il lui avait été donnée dans cette immense tour. La recopie soigneuse et précise des cartes. Il était d'une importance cruciale d'en avoir toujours plusieurs exemplaires des plus récentes possibles, toutefois les cartes ne venaient pas à changer si vite. Les cartes normales tout du moins. Dans la Tour, on trouvait toute sorte de cartes. Des cartes géographique mais aussi des cartes géopolitiques, des cartes de courants marins et aériens, des cartes de sous-terrains et des cartes qu'on aurait bien du mal à identifier. En somme, il y avait de quoi se casser la tête. Heureusement, les jeunes copistes sont nombreux et leur apprentissage permet d'effectuer ce fastidieux travail.
Evan aimait beaucoup dessiner des cartes, bien plus que tout ces pouvoirs fabuleux qu'il lui aurait été donné d'acquérir dans la Tour. Il aimait juste les cartes, parce qu'elles révélaient énormément de choses. Pas seulement sur le monde, mais sur le cartographe aussi. Pourtant, il n'avait pas souvent le temps de se pencher sur les tracés de ses confrères. C'était une tâche prenante que d'être l'assistant du Doyen.

-Evan ! Vite il faut que tu viennes.
-Qu'y a-t-il?
-Tu ne vas pas me dire que tu as oublié..
-Oublié quoi Edward?
-C'est le jour de la présentation !


Evan ouvre de grands yeux étonnés. Le jour de la présentation, déjà ? Cela expliquait-il le calme soudain qui s'était emparé de la Tour ? Pas de cours, pas de session de copies, a vrai dire, elle se retrouvait pratiquement vide. Pourquoi cela ? Parce qu'aujourd'hui, les Mages et Achimages allaient présenter la magie aux copistes et cartographes. C'était un jour des plus particuliers et incroyables, d'autant plus parce que chacun allait donner un spectacle éblouissant pour attirer un maximum d'élèves. C'était un jour si particulier que plusieurs cartographes faisaient l'effort de revenir pour y assister, de même que les villages les plus proches étaient conviés à y assister. C'était l'occasion rêvée de vendre quelques cartes et de se faire un peu d'argent en y servant bières et nourriture.
Pour ainsi dire, c'était l’événement le plus important de l'île. Comment Evan avait-il pu l'oublier, alors même qu'il avait couru après Melin des semaines durant pour que tout soit prêt dans les temps. La fatigue avait décidément des impacts inattendus. Inutile de se faire prier plus, il allait suivre son ami dans le dédale d'escaliers de la tour, jusqu'à atteindre le rez-de-chaussé, pour enfin sortir par la large porte d'entré. Ils en étaient à courir sur l'herbe vers le vaste terrain qui était offert aux divers entraînement des mages, quand ils aperçurent les premières tentes qui se montaient par ci par là. Le soleil ne devait-être levé que depuis une heure et pourtant tout le monde y mettait  du sien à la tâche. C'était aussi l'occasion de revoir de vieux amis, partis de la Tour pour découvrir de nouveaux paysages, et de montrer aux jeunes gens ce qu'ils pourraient les attendre dans la haute Tour.

Toutefois, Evan était inquiet. Il pensait avoir tout prévu, mais il lui revint à l'esprit que Melin n'avait pas dit quelle démonstration il comptait faire cette année. Parce qu'il pensait que la chose était entendue, Evan n'avait pas prit soin de lui interdire Tornades et foudres. De même, il aurait préféré qu'aucun nuage ne vienne assombrir cette belle journée, car en effet c'est l'un des autres tours favoris de l'archimage. Qu'importe la manière dont on y regarde, le Doyen était une réelle source de danger. Bien que l'année dernière il ait ébloui le public par une collaboration avec une jeune archimage des courants, il ne semblait rien avoir prévu de la sorte cette fois, ce qui lui laissait la porte ouverte à toutes les fantaisie. Mais comment le retrouver dans toute cette foule ?

Si seulement Evan avait su, que l'archimage était dans la cuisine, en train de goûter tout ces bons petits plats que l'on préparait pour les festivité. Qui diable pouvait savoir ce qu'il avait prévu?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teinakh Daergen
Mortel
avatar

Messages : 162
Date d'inscription : 13/03/2014

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Sryles/Cartographe
Âge: 27 ans
Signes particuliers: Cheveux noirs attachés en une unique tresse descendant jusqu

MessageSujet: Re: Une journée mémorable [PV Teinakh le jeune fougueux]   Mar 18 Mar 2014 - 23:35

Cette journée avait commencé sous la pluie et Teinakh s'était trouvé réveillé par les gouttes ruisselants des hauts feuillages d'une forêt des terres du Nord-Ouest de Quetaïn. Teinakh est en effet en route pour la Tour. Et malgré le ciel gris qu'il a découvert dès son réveil, il a depuis longtemps décidé que cette journée serait une des plus excitantes depuis longtemps.

Non que sa Vie soit monotone ou triste. Au contraire, il s'estime être un homme parmi les plus heureux d'Aranor, et peut-être même de l'Ailleurs ! Et cela parce qu'il sait profiter de sa liberté. S'il devait se définir en un mot, il se dirait Libre. Non, si cette journée est particulièrement belle, ce n'est pas parce que sa Vie est globalement triste. C'est parce qu'aujourd'hui est le jour de la Présentation.

Et c'est aussi précisément la raison de son voyage à la Tour, après ces trois années passées à découvrir le Monde hors des livres. Cet évènement est considéré comme l'un des plus importants, pour la Confrérie. Et aux yeux de Teinakh, la réputation de la Présentation n'est pas exagérée ! Le souvenir qu'il garde de la seule à laquelle il ait assisté est grandiose. C'est en ce jour qu'il avait découvert la magie des Vents et qu'il avait su qu'il était intimement lié à cette magie. Car le Vent est la liberté. La même que celle qui bouillonne dans ses veines.

Mais plus que le souvenir de cette découverte, Teinakh garde le souvenir d'un visage. Le visage de celui qui lui avait révélé ce lien. Ce jour-là, il avait vu le Doyen faire une démonstration formidable de la magie et son aisance à maîtriser les Vents avait ébloui l'étudiant qu'il était. S'il n'avait pas eu de contact avec lui plus direct que celui de l'avoir ardemment applaudit après sa prestation, Teinakh considérait tout de même cet évènement comme une rencontre.

Car il avait beaucoup pleuré, dans les jours qui avaient suivi.

Le Doyen lui avait montré à quel point le Vent est libre. A quel point la Liberté est le Vent. Il avait aussi exprimé à quel point il aimait la Liberté, et pour ce goût partagé, Teinakh s'était senti très proche de l'homme. Mais il avait aussi vu, au fond de ces yeux, combien il était enfermé. Condamné, au sommet de la Tour, à veiller sur la Confrérie, quand il ne souhaitait qu'explorer le monde.

Libre

Et quand le Doyen s'était détourné, à la fin de sa prestation et de son discours qui respiraient la joie de vivre et de découvrir, Teinakh avait perçu, au dernier instant, le virement de ses yeux. Un retour brutal à la réalité, une prise de conscience que ces moments vécus n'étaient qu'un rêve, et que le rêve était terminé. Comme si sa démonstration lui avait fait oublier que sa place était au sommet de cette Tour. Et non dans la Liberté et les Vents.

Après cette journée, Teinakh s'était senti envahi, pour la première fois de sa Vie, d'une tristesse profonde. Un vide était apparu en lui, insondable. Quelque chose qui le tortura pendant trois jours. Un sentiment d'injustice absolue pour cet être innocent qui ne méritait que de Vivre. Mais aussi une sensation d'impuissance. Car il voulait délivrer cet homme, mais il avait conscience que ce n'était pas son rôle. Le Doyen était enfermé par ses responsabilités. Et de cela, seule sa volonté et ses choix pourraient le délivrer.

Il avait donc choisi de continuer à Vivre heureux, en savourant toujours plus la Liberté qu'il lui serait donné de goûter.



La pluie s'arrête alors que Teinakh arrive en vue de l'île. Comme un souhait du soleil, cherchant à dissiper la pointe de mélancolie qui avait poussé dans son coeur. La vision offerte convainc Teinakh qu'il a fait le bon choix : oui, cette journée est une excellente journée.

Il est encore tôt, le soleil a entamé sa course depuis deux ou trois heures à peine. Pourtant, il est déjà puissant et ses rayons baignent l'île dans leur clarté vivace. Ceux qui ne frappent pas la Tour se reflètent dans la mer d'où naît l'archipel, transformant sa surface en une multitude de perles d'or. Et, au centre de ce tableau, se dressant de toute sa fierté, la Tour. Monolite écrasant de puissance et de connaissances.

Après s'être nourri de la beauté éclatante de la scène, Teinakh se met à chercher des yeux le point d'embarquement du bac. Il le trouve sans mal, et s'y dirige alors d'un bon pas.

Il arrive au pied de la Tour presque une heure plus tard, les yeux pétillants d'impatience et les narines pleines du doux parfum des embruns. Progressant à travers l'agitation générale de l'installation des infrastructures d'accueil, s'arrêtant de temps en temps pour saluer une connaissance, il finit par arriver aux portes du lieu d'une partie de sa formation. Les souvenirs qui remontent sont nombreux, et il se dit que dès que cette journée sera terminé, il profitera de sa présence ici pour prendre des nouvelles d'Akora.

C'est alors que son estomac lui rappelle brutalement son existence, sous la forme d'un gargouillis venu du plus profond des enfers !

Le pas léger, Teinakh se dirige alors vers les cuisines. Il croise encore des cartographes, trop occupés à s'affairer pour réaliser où le mène sa marche, et arrive à la porte tant convoitée. Il l'ouvre alors discrètement, ne souhaitant pas déranger où se faire mettre dehors, et glisse un oeil timide. La cuisine semble vide de cuisiniers, mais pleines de plats, tous prêts à être présentés quand les festivités battront leur plein. Il se faufile donc dans la pièce, juste désireux de prélever ce qui le rassasiera.

C'est alors qu'il reconnait une silhouette. Malgré sa volonté de se faire discret, son émotion est telle qu'il ne peut retenir une exclamation claire et joyeuse :

Doyen !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melin Awindler
Mortel
avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 01/12/2012

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Sipheraï/Cartographe
Âge: 39 ans
Signes particuliers: Un regard pétillant.

MessageSujet: Re: Une journée mémorable [PV Teinakh le jeune fougueux]   Sam 22 Mar 2014 - 10:26

Les gens croient à tort que le sucré et le salé sont des choses à  ne pas mélanger. Si en effet, ce sont des goût pour le moins peu associables, il n'en reste pas moins que les exceptions son tout juste  exceptionnellement délicieuse ! Ce constat culinaire, fort hardiment construit par l'un des plus éminent hommes l'est d'Aranor, avait de quoi laisser plus d'un homme douteux quant à sa condition d'Archimage et, surtout, de Doyen des Cartographes. Certes, il avait voué sa vie à la découverte du monde et à sa retranscription, mais il n'en restait pas moins un incorrigible gourmand. Alors, vous pensez bien que lorsque tout le monde s'affaire à préparer cet immense événement que l'on attend depuis les quatre coins de la carte, Melin en profite pour se faufiler au cuisine.
Pour une fois, le facétieux maître des vents s'est fait plus discret qu'une brise. L'art du chapardage ne se fait pas au grand jour, cela est bien connu. D'autant plus lorsque les cuisiniers se sont affairés des jours entiers pour produire des mets plus succulents les uns que les autres. Par chance, ils devaient s'absenter pour dresser les tables et acheminer leurs tonneaux sur les lieux des festivités. Par chance, Evan lui avait fait signer toute sortes de papiers et lui avait soigneusement donné les horaires de tout un chacun, si bien qu'il n'avait été qu'un jeu d'enfant de se faire oublier et de glisser entre les pattes de ses braves amis de la Tour.

Oh, bien sûr, il n'est pas question d'y mettre du désordre. Il voulait juste goûter au préalable pour savoir sur quels plats il devrait se jeter quand on servira. Avec la foule de gens qui se trouvera dans les lieux, nul doute que les meilleurs plats aient disparu avant qu'il n'ait pu atteindre le stand. Surtout qu'il était en charge de présider toute l'affaire.
Pour l'occasion, il avait revêtu une splendide robe bleue, toute d'ourlures et de plis qui voletteraient au grès de ses envies. Par dessus cela, le tabard du Doyen pendait sur ses épaules et volait déjà derrière lui lorsque son pas se faisait rapide. Il le savait, car il s'était amusé à courir d'un bout à l'autre de son bureau pour en apprécier l'effet et l'accentuer de ses amis soufflants. La coquetterie était un défaut de plus de l'archimage, défaut que sa lourde et flamboyante chevelure ne démentait pas avec ses folles mèches entre-mêlées. En s'observant dans le miroir, ses préparations de la mâtiné faut-il croire, il avait eu le plaisir de se croire dieu du vent. Il espérait que l'effet serait partagé lorsqu'il grimperait sur l'estrade.

Toutefois, l'heure n'était ni aux rires ni aux chants, pas plus qu'aux hurlements admirateurs. Elle était à la plus succulente des honteuses goinfreries !

Doyen !

Orageries et foudrations ! On dirait que le minutieux plan de Melin tombait à l'eau sans plus de distinction qu'un horrible plouf de désolation. Pris sur le faite, et en pleine fête gustative, l'honorable que l'on nommait Doyen et qui ne devait être plus qu'un gamin trop vieux pour être grondé, se retourne d'un bloc. Non sans avoir caché la preuve de ses méfaits, un biscuit formidable perlé de pépites de chocolat, dans sa bouche. La chose n'était pourtant pas bien maligne, puisqu'il se trouvait maintenant dans l'incapacité la plus totale de répondre. Tant pis pour la dignité, un biscuit ça se savoure !
Sous le visage jovial d'une aimable personne dont-il n'avait pourtant pas le murmure d'un souvenir, Melin mâche rapidement son délicieux biscuit et fini de l'avaler avec un verre d'eau. La chose vivement terminé, il lâche un soupir de délectation qui font voleter quelques unes de ses mèches. Il devait se mettre de ces gâteaux de côté !

Bien, il était temps de jouer son rôle de Doyen.


-Bonjour mon jeune ami ! Hum, il ne me semble pas garder souvenir de votre  visage.. Eh bien, c'est le moment de le graver dans ma mémoire, n'est-il pas ? Cependant, je peux affirmer que vous n'êtes pas de nos braves cuisiniers, alors si vous ne craignez pas de leur représailles, je vous en pris venez vous joindre à moi ! Il en va de plusieurs minutes avant que nous ayons à fuir la colère des casseroles, il ne faut pas les gâcher!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teinakh Daergen
Mortel
avatar

Messages : 162
Date d'inscription : 13/03/2014

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Sryles/Cartographe
Âge: 27 ans
Signes particuliers: Cheveux noirs attachés en une unique tresse descendant jusqu

MessageSujet: Re: Une journée mémorable [PV Teinakh le jeune fougueux]   Mar 25 Mar 2014 - 17:05

Rires.

Les rires, après avoir envahi l'esprit puis la gorge de Teinakh, s'échappent de sa bouche pour s'envoler, éclats cristallins d'une joie pure, feu follets virevoltants de bonne humeur et d'amusement.

Il était entré avec toute la discrétion dont il était capable, près à fuir la première personne se dressant sur sa route jusqu'à son succulent pêché. Mais voilà que le destin avait choisi que cette personne serait le Doyen lui-même, en avance de quelques biscuits sur le plan honteux que Teinakh avait lui-même concocté ! Le sérieux du jeune homme avait définitivement rendu les armes quand le coupable avait préféré la délectation parfaitement assumée à la dignité, pour enfin l'inviter ouvertement à participer à la goinfrerie...

Le visage radieux de bonheur, la voix claire, Teinakh annonce :

Si crainte je ressentais, je vous prie de ne pas douter une seconde qu'elle s'est trouvée magistralement vaincue par votre proposition.

Détaillant alors la tenue de l'archimage, il ajoute :

Il se trouve en effet que toute peur est lamentablement impuissante face à l'invitation du Dieu du Vent !

Il réalise alors que, transporté par sa joie, il ne s'est pas encore présenté.

Je suis Teinakh Daergen, cartographe de formation et de cœur, Sryle d'éducation et humain de sang. J'étudie la magie des Vents depuis peu, mais je me considère encore comme médiocre en la matière. Mon narrateur et moi-même attendions cette rencontre depuis longtemps ! L'un depuis une certaine discussion sous un arbre, l'autre depuis votre prestation lors de la précédente présentation...


Ceci fait, il complète :

Vous me voyez, Doyen, très honoré par votre proposition... Je me fais donc le plaisir de me joindre à vous !


Il échappe un nouvel éclat de rire et s'avance, prenant place au côté du Doyen, sans même prendre le temps d'ôter son sac de voyage. La table qui se dresse alors devant lui manque de faire chavirer sa raison. Il y a là une quantité éblouissante de mets tous plus appétissants les uns que les autres, véritables délices des yeux et du ventre, préparés par les talentueux cuisiniers de la Tour.

En voyant les plats que son hôte a déjà rassemblé autour de lui, il comprend que celui-ci partage son goût du sucré-salé. C'est donc avec un sourire qui s'élargit encore qu'il commence le délice, optant pour une pièce particulièrement charnue choisie dans un plat de cailles farcies aux cèpes. Dans sa bouche asséchée par le voyage explose alors une farandole de saveurs, chaque coup de dents libérant une autre finesse de goût jusqu'alors insoupçonnée.

Il se met donc en tête de participer à l'enquête. Quel sera le plat sur lequel il faudra se ruer avant que les visiteurs ne fassent leur œuvre de voleurs de banquet ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melin Awindler
Mortel
avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 01/12/2012

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Sipheraï/Cartographe
Âge: 39 ans
Signes particuliers: Un regard pétillant.

MessageSujet: Re: Une journée mémorable [PV Teinakh le jeune fougueux]   Sam 17 Mai 2014 - 13:20

Ah que les vents sont cléments de lui avoir porté un compagnon si plaisant. Pas le moins du monde troublé par l'acte, que certains maître-queue pourrait qualifier de criminel, le jeune homme à la chevelure plus sombre qu'un corbeau offre son rire le plus vif. Il semblerait bien que le talent des cuisinier de la Tour ait attiré plus d'un Cartographe au ventre vide. Espérons toutefois qu'ils ne seront pas plus de deux, parce que le nombre garde mal les secrets et le secret est d'or quand il s'agit de chaparderie.
Non seulement sympathique, rassuré et jovial, le jeune homme s'avère aussi de très bon goût puisqu'il n'hésite pas un instant à qualifier Melin de dieu du vent, ce qui ne serait pas sans vexer quelques éminences par delà les cieux si cela venait à se reproduire trop souvent. Mais à la bonne heure, c'est exactement la réaction qu'espérait le Doyen en se contemplant devant ce miroir ce matin. Mais laissons là les radotages et revenons à ce brave garçon qui possède, semble-t-il, lui aussi un nom. Teinakh, puisqu'il plaira à Melin de l'appeler ainsi, du moins tant qu'il ne lui aura pas trouvé de diminutif, est aussi Cartographe. De cela, on aurait pu se douter milles fois, de même que de la passion qui l'anime. On ne choisis pas telle voie sans y avoir un peu de cœur, mais la fougue est nécessaire pour se faire sa place dans les sommets.

Toutefois, le jeune homme semble quelque peu déluré, puisque le voilà en train de parler d'un dit « narrateur » alors qu'il n'y a ici personne d'autre qu'un vieux fou et un jeune fou. Ayant eu droit à ses folles années de pérégrination, Melin ne s'en offusque pas plus. Il a déjà vu des gens parler aux animaux, d'autres parler à des arbres, d'autres parler au vide et lui même s'amuse parfois à se parler à lui même. Alors bon, ce jeune homme avait peut-être quelques visions qui pourrait s'avérer réelle et ne le seraient-elles pas que cela ne l'empêcherait pas d'être des plus aimables.
Il faut dire que voilà un bout de temps qu'on ne lui avait plus prêté le statut de célébrité, pour cause que ses apparitions s'accompagnaient souvent de chaos venteux. Il était devenu manie de s'accrocher à ses feuilles lorsqu'il entrait dans une pièce.

Quand on aime le vent, on ne le retient pas. C'est ainsi qu'il pense et c'est ainsi que ses bourrasques vivent. Et par la même, que sa réputation perd tout sérieux et fait de lui les plus appréciés des Archimages par les jeunes recrues.


-Eh bien mon jeune ami, on peut dire que vous aimez parler ! Tant de cérémonie pour ma modeste personne me fait bien chaud au cœur. Mais occupons vite nos bouches de quelques mets, car voilà que le temps file et que les casseroles se rapprochent dangereusement de nos crânes.

Nul ne se fait prier pour s'enfourner quelques-un de ces délicieux mets et c'est dans la plus grande hâte que Melin fini par entraîner son jeune et nouvel ami vers la sortie. Par chance, les cuisiniers n'avaient pas eu le temps de revenir et pour cause ! Alors qu'enfin le Doyen se montrait à l'extérieur,  il put s'aviser de l'affairement le plus total alors que l’événement approchait de son commencement. Quel joie de voir tout ces braves gens courir d'un bout à l'autre, porter des tables et poser des chaises. Ils en avaient parfois le visage rougie par l'effort, mais tous semblaient beaucoup s'amuser et trembler d'excitation.

-Maintenant que nous voilà à l’abri de tout soupçon, dites m'en un peu plus sur vous et surtout sur nous. Je vous ai entendu parler d'un arbre et me voilà tout confus de ne pas me souvenir de la discussion qui a fleuri en dessous. Se pourrait-il que je vous ais eu pour élève, puisque la magie des vents ne vous ai pas inconnue?

Profitant à nouveau du grand air, le mage reprenait tout son naturel. Aussi, comme il lui était coutume lorsqu'il se mettait à penser, ses doigts chatouillaient son menton et sa tête se balançaient parfois sur un côté. Outre l'allure particulièrement songeuse que cela lui donnait, de malicieux courant d'air en profitaient pour courir sous sa nuque, jouer dans ses cheveux et repartir en tout sens.
L'on parle souvent des magies de la Tour comme d'une science et il serait mentir que de le démentir. Toutefois, il y a une réelle adoption quant à l'approche de la magie des Souffles, ce qui la rend souvent capable d'intervenir sans qu'on y songe. Cet aspect avait tant amusé Melin qu'il avait finir par complètement s'ouvrir, raison pour laquelle le moindre de ces gestes pouvait être perçu comme un sort. Encore heureux qu'il n'eut jamais d'affinité particulière pour la terre, car certains de ses confrères les plus puissants parvenaient à faire trembler le sol au moindre pas.
Quand on y pense, la Tour a vraiment échappé à bien des périls.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teinakh Daergen
Mortel
avatar

Messages : 162
Date d'inscription : 13/03/2014

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Sryles/Cartographe
Âge: 27 ans
Signes particuliers: Cheveux noirs attachés en une unique tresse descendant jusqu

MessageSujet: Re: Une journée mémorable [PV Teinakh le jeune fougueux]   Lun 26 Mai 2014 - 21:40

L'air est doux, au pied de la Tour. On peut ressentir une certaine fébrilité planer dans les souffles, et les efforts des nombreuses personnes qui préparent la fête charge le vent d'une énergie presque palpable. Pourtant, l'air reste doux, apaisant l'esprit de Teinakh. A la question du Doyen, il se tourne vers celui-ci et quand ses yeux s'égarent dans le jeux des courants d'air sur son interlocuteur, son esprit s'échappe dans une réflexion autour d'une question :

Pourquoi se sent-il aussi bien avec cet homme ?

Il y a dans l'Archimage quelque chose de naïf, de doux, de joueur, qui sied parfaitement au jeune cartographe. C'est comme s'ils vivaient tous deux au rythme du même goût de la Vie. Et, au cours de ses onze années de voyage, Teinakh n'a connu personne qui soit à ce point animé de bonheur pur. Personne sauf les membres des peuples Sryles.

Un autre élément source du bien-être ressenti par Teinakh en la compagnie du Doyen est le rapport que ce dernier semble entretenir vis-à-vis du Vent. Teinakh ne se considère pas comme un mage du vent. Il n'a pas la sensation d'appartenir à ce groupe de scientifiques passionnés, maîtrisant les souffles grâce à leurs efforts et leur goût du travail acharné. Par contre, il sait qu'il partage leur passion.

S'il est indéniable que Teinakh est animé d'un goût immodéré pour les Vents, son approche est différente. En effet, il ne sait pas vraiment influencer les courants de l'air qui l'entoure, mais il travaille à les mêler à sa respiration. Ainsi, ils deviennent un support pour son énergie, pour les flux de sa vie. Ils sont pour lui des Souffles de vie. Le vent, porteur de liberté, est alors intérieur, intime.

Et même si l'effet visible n'est en rien celui produit par les doux mouvements du Doyen, Teinakh reconnait le même goût, le même jeu. Il comprend alors la sensation d'être proche de l'Archimage, qu'il avait ressenti lors de la précédente Présentation ; le partage de cette complicité remplit son cœur d'une joie qu'il ne sait contenir. Sur son visage fleuri le plus éclatant des sourires.

- Seigneur des Vents, sachez tout d'abord que mon cœur est en liesse de partager cette conversation avec vous.


Soucieux de dissiper un malentendu, il continue :

- Oubliez donc cette histoire d'arbre : vous et moi n'étions pas personnellement impliqués dans cette conversation. Considérez mes dires comme les obscurs propos d'un original, ajoute-t-il avec un clin d'œil entendu.

Ses mots restent un instant suspendus dans l'air. Il se plaît à les sentir se laisser porter par les courants qui les environnent, se mêlant eux aussi aux cheveux du Doyen. Son visage se penche légèrement de côté alors qu'il précise :

- Quant au fait d'avoir été votre élève, il n'en est rien... Mon maître est Akora Ceraïl, mage de l'eau. Je lui dois mon savoir en ce qui concerne la cartographie, l'exploration du Monde et l'utilisation efficace de ma curiosité, mais je suis autodidacte en ce qui concerne les Vents.


Sentant une certaine gêne empourprer timidement son visage, il s'empresse de compléter :

- Loin de moi la basse idée d'insinuer que je parviens seul à maîtriser les Souffles... Je... Je me contente de faire de mon mieux avec mes ressentis...


Prenant confiance dans le sourire amusé que lui offre l'Archimage, il achève :

- J'ai conscience de la difficulté de l'apprentissage que j'entreprends. Mais j'aime à sentir combien c'est là toute la richesse de la vie...

La rencontre est décidément un délice. Finalement, Teinakh en vient à redouter le moment inexorable où le Doyen devra aller prononcer son discours...



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melin Awindler
Mortel
avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 01/12/2012

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Sipheraï/Cartographe
Âge: 39 ans
Signes particuliers: Un regard pétillant.

MessageSujet: Re: Une journée mémorable [PV Teinakh le jeune fougueux]   Mar 18 Nov 2014 - 14:09

Un original, voilà qui semble fort bien décrire le jeune homme et son discours si étrange qu'il aurait pu être cousu par un quelconque alchimiste aliéné. Pourtant, Melin ne pouvait pas dire que cette conversation lui déplaisait. Au contraire, il était ravi de se perdre dans une discussion où l'on ne retenait finalement que les mots qui nous plaisait et oubliait aussi bien les sujets que les questions. A quoi bon se contenter de répondre et de questionner quand on pouvait aussi bien danser une gigue verbale ou la queue et la tête finissait irrémédiablement par s'inverser ?

La logique est d'un ennui !

Pourtant, il y avait un petit goût de quelque chose de déplaisant qui lui restait sur le lobe de l'oreille. Avait-il à ce point oublié d'écouter pour avoir entendu une petite ineptie ? Était-ce là un Cartographe qui s'osait prétendre à vouloir étudier seul ? Ah mais non, douce folie que cet esprit, tout cela n'a rien de fictif. Le jeune homme fou que voici l'avait bel et bien dit et, plus important encore, le penser.

Il y a des choses pour lesquelles on ne pourrait que louer un tel courage et une passion si acharnée à faire dans le compliqué. Mais de toutes ces choses il n'était pas question et l'Archimage en était bien attristé, d'autant plus encore qu'il était Doyen et que par cela il en avait le ressenti triplé sinon décuplé.
Cessez donc de vous demander pourquoi, vils lecteurs avides et impatients, ou sautez alors vers la fin, car il n'est nul question d'en laisser filtré le plus petit avant-goût avant cela, pas plus qu'il ne vous sera donné une miette de pitié devant vos yeux de chaton mal pottés !


- Je me sens quelque peu décontenancé par vos dires et s'il eu été de mon ressort sans doute vous aurais-je tiré les oreilles pour mieux y crier.. Pourtant, je sens que vous voulez bien faire, et par là je pense que rien ne vaut un cours ! Aussi je vous invite à attendre en grande impatience mon discours qui ne saurait se faire attendre moins d'une demi-heure encore, mais fera l'effort de ne pas vous faire trépigner plus de deux heures. Et si après cela ce n'est pas vous qui êtes énervé, peut-être pourrons nous en reparler par la suite?

Quelle étrange expression de colère que ce sourire aimable et ce regard emplis d'idées brillante. C'est là tout le soucis du facétieux Melin, il ne sait être autre que joyeux, par nuances de positifs et de négatifs. Rarement on le vie hurler et se décomposer, et grand bien s'en fit pour son entourage. Toutefois, sa façon de prendre et d'offrir les choses reste parfois incompréhensible. Cette fois pourtant, il avait bien idée d'agir de façon précise et efficace, puisqu'il était une question qui lui tenait au cœur.

D'une belle révérence qui lui rappelait ses 20 ans, il s'inclina devant son compagnon du moment. Ignorant alors les exclamations - était-elles joyeuses ou colériques ? - des gens autour de lui qui s'étaient vu caressés de vents glacés , il s'en fut gaiement aider aux préparatifs.

A sa grande joie, les choses avançaient vite et bien, il pu d'ailleurs s'amuser à donner quelques ordres sans importances et sans doutes jamais exécutés pour donner l'air d'y prendre plus de part. Ce genre de jeux n'étaient plus une surprise pour les scribes et les mages et ils y jouaient souvent le jeu, quand il ne se contentait pas de sourire ou de soupirer.
Finalement, il s'en était fallu tout au plus d'une vingtaine de minutes avant que tout fut en place. Un bon quart-d'heure plus tard, l'on n'attendait plus personne et bien des gens se massaient sur de nombreux bancs pour faire face à la scène principale.

Afin qu'ait le temps de s'installer les derniers de ces gens, qui avaient envie de parcourir les stands pour attraper quelques unes de ces bonnes pâtisseries dont Melin avait encore le goût sur les papilles, l'on attendit dix autres minutes avant de commencer le show.

Tout le long de ce temps là, Melin faisait les cents pas et essayait d'envisager le fil directeur de ce discours qu'il devait faire et qu'il n'avait bien évidemment pas préparé. Le thème, il le tenait, ce jeune homme bien charmant, bien que sans aucun doute farfelu, le lui avait donné. Pourtant, l'improvisation totale allait donné lieu à quelques mauvais accords, des discontinuités et surtout un manque de cohérence qu'il n'avait pas le droit de se permettre.. sinon son assistant allait lui taper sur les doigts.. pas facile de maintenir ses expériences de vol avec des doigts douloureux...

Bref ! Le moment était venu.

Sur la scène, le doyen grimpa dans sa robe de ciel agité. Une fois n'était pas coutume ses gestes étaient choisis et le vent était convié à les accompagner. Ainsi, lorsqu'il s'inclina, cette fois-ci, c'est une douce caresse qui vint parcourir les rangs. Il ne les reconnaissait pas, mais certains de ces gens avaient déjà assisté à d'autres présentations et aussi à ses représentations. Il semble que la dernière avait eu son succès puisqu'une petite clameur venait l'accueillir.
Levant les mains d'un geste qui fit claquer les drapeaux de Feïral et de la Tour, symboles que l'on ressortaient plus pour le formalisme que par réelle allégeance, Melin intima un silence impressionnant qu'il s'amusa lui même à découvrir.


-Amis, élèves, confrères et consœurs … je rajouterais d'ailleurs, nouveaux amis, futurs confrères et consœurs... Je vous souhaite la bienvenue et un chaleureux retour à la Tour. L'usage voudrait que je fasse état de la date de sa construction et de l'idéal de ses fondateurs.. mais je dois avouer ne pas en avoir la moindre idée, aussi je vous invite à consulter le registre pour ces détails d'importance!

Une vague de rire se répandit devant la mine faussement désolé du Doyen. Il vit bien qu'Evan pinçait les lèvres, après tout il le lui avait rappelé quelques jours auparavant, mais il rangea cela de côté pour enchaîner aussitôt.

-J'ai toutefois bien d'autres choses à vous dire et même à vous apprendre. La première, beaucoup doive la connaître, c'est la signification même de Cartographe. Pour certains, il s'agit d'aventure, pour d'autres de liberté et les plus dérangés d'entre-nous lui donneront le sens de crampe au doigt à force de dessiner des cartes. J'ai bien peur que tout cela soit une part du Cartographe, en effet, mais pas seulement ! Le Cartographe, si je devais citer les premiers des nôtres, s'est fait devoir de découvrir l'inconnu, corriger l'erreur et le transmettre au suivant afin que son savoir s'enrichisse de qu'il ne connaissait pas et se défasse de ce qu'il pensait savoir mais ne savait pas. En somme, un Cartographe, seul, ça n'existe pas.
La raison, je m'en vais la démontrer tout de suite, sous vos yeux les plus attentifs!


Comme s'ils n'avaient attendus que ces mots, de jeunes scribes grimpèrent sur la scène pour déposer trois tables. Les deux premières supportaient une jarre d'eau et la dernière une roche de belle taille. Enfin, Une jeune femme qui semblait encore mal à l'aise dans sa robe de Cartographe vint se positionner à ses côtés. Elle semblait si gêné qu'elle ne pouvait que regarder le bout de ses pieds.

-Pour ceux d’entre vous qui  ne l'auront remarqué, je suis un mage des Souffles. Le vent est mon ami et mon compagnon de jeux. Pourtant, aujourd'hui, j'aimerais vous parler des deux autres magies que nos Cartographes peuvent découvrir ! Permettez moi avant tout de vous présenter Lili, une de nos étudiantes. Lili, si tu veux bien t'introduire auprès de notre public

-Je m'appelle Liliane Haltier. Je suis Cartographe depuis quelques mois et j'étudie les Courants.

Elle semblait avoir rassemblé beaucoup de courage pour dire cela devant tant de monde et aussi pour observer la foule. Sans doute pour l'encourager, elle fut accueilli pas des applaudissement.

-Tout à fait, les Courants. Puisqu'une démonstration vaut tous les mots, laissez moi donc vous montrer.

Se plaçant devant l'une des bassine, Melin prit une grande inspiration avant d'entamer de grand gestes des bras. Comme à son habitude, le vent ne se fit pas prier pour l'accompagner et balayer l'assemblée de bourrasques successives. En revanche, l'eau de la bassine se mit à trembler timidement avant de s'élever dans un lent et paresseux tourbillon. Une petite tour aqueuse vint à se dresser et grandir jusqu'à atteindre les dix centimètres de hauteur.. et se brisa dans une gerbe d'éclaboussure.

- Fastidieux n'est-il pas ? Eh bien j'aimerais vous montrer ce qu'une excellente élève parvient à faire en quelques mois de formation ! Lili, je parle de vous bien entendu. Nous feriez-vous l'honneur?

Après une bonne inspiration la jeune Cartographe prit place devant l'autre bassine. Elle semblait déjà plus confiante face à de l'eau que face à une petite foule de yeux curieux. Elle prit une pose, relevant ses mains devant la bassine et pliant les genoux. Le temps sembla se figer quelques secondes durant lesquelles de rares murmures parcouraient la foule.
Puis ses bras se mirent à bouger. Cela n'avait rien à voir avec les mouvement quasi naturel de Melin. Ses gestes étaient fluides, amples, répétitifs, invitants, insistants.. Et efficaces. A peine avait-elle entamé sa danse que l'eau s'élevait, et qu'une petite tour tourbillonnante se tenait devant elle. Un sourire germa sur son visage et sa danse se propagea tout le long de son corps. Elle tournoyait désormais comme s'il eut été une musique entraînante pour la guider. L'eau s'en agitait et se remodelait jusqu'à ce que l'on pusse distinguer la forme précise d'une jeune femme dansant en même temps que Liliane.
Melin se mit alors à taper des mains pour marquer le rythme de la danse avec son grand air enjoué et fut finalement rejoins par la foule. Enfin, la danse de la jeune fille toucha à sa fin et transforma la danseuse aqueuse en une petite fontaine qui rejoignit la bassine sous les applaudissement de la foule.


-Bravo ! Bravo ! Mesdames et Messieurs, applaudissez la bien fort ! Il lui reste peut-être beaucoup à apprendre, mais ses professeurs n'en sont pas peu fiers.

Liliane s'inclina, toute empourprée par sa danse ou par les acclamations, puis se retira de la scène. Vinrent alors cinq autres Cartographes qui s'alignèrent devant la scène.

-Vous avez vu les courants, vous avez senti les souffles, laissez moi vous impressionner par le dernier et non le moins difficile de nos arts, le Tellurisme.

Melin s'avança devant la dernière table et son rocher qui avait patiemment attendu sur la scène.

-Cette fois-ci, vous me voyez munis de cinq assistants, tous des cartographes confirmés et même des mages affirmés que vous aurez l'occasion de revoir par la suite, soyez en certains. S'ils sont ici, c'est avant tout pour votre sécurité. Vous verrez bien !
La magie tellurique est un art bien différent du mien et c'est pour cette raison que je m'y suis beaucoup exercé pour le jour d'aujourd'hui. Vous m'en excuserez toutefois le peu de talent.


Melin prit le temps de retrousser ses manches et de s'attacher les cheveux avant de se lancer. Combien de fois s'y était-il emmêlé durant ses entraînements ? On ne joue pas avec la pierre comme avec les vents. Dans ce domaine ci, il faut réellement de la maîtrise.
Il prit une pose qui ressemblerait à s'y méprendre à une posture martiale. Poing fermé et le visage dur il contempla un instant la pierre avant de la frapper et sans peur. Il y eut quelques exclamations de surprises de la part des non-initiés qui pensaient le voir s'y briser les doigts. Au contraire la pierre  explosa-t-elle en morceau avant même qu'il ne l'atteigne.
Les Cartographes frappèrent alors l'air à l'unisson, en direction de la scène, et les morceaux de la roches se stoppèrent en plein air pour retomber devant eux. Il y eut quelques instants de surprise avant que les applaudissement retentissent à nouveau. Melin prit le temps de s'incliner joyeusement avant de reprendre la parole.


- Comme vous pouvez le constater, il y a de nombreuses chance que l'on peut apprendre dans cette tour. Des choses merveilleuses, des choses compliquées, des choses utiles et aussi des choses dangereuses. Mais dans cette tour, l'on vient surtout des découvrir des gens qui en ont à nous apprendre et qui ont aussi à apprendre de nous. Et puis, lorsque vous quitterez cette tour avec votre nouveau savoir, j'ose espérer que ce sera dans le but d'en acquérir d'autant plus et de finalement revenir le partager pour que l'on puisse tous ensemble le découvrir, le corriger et le partager.
Cependant, j'aimerais que chacun d'entre vous se retire de la tête qu'un Cartographe est un être solitaire ! Oui, vous avez le droit de vouloir faire votre bout de chemin, mais ne gâchez pas votre chance d'acquérir plus que vos aînés en vous isolant bêtement.
Maintenant assez de mes discours de vieux gâteux ! Place au vrai spectacle!


Il semble que la fin de son discours ait un peu surpris la foule, il faut dire qu'il ne la visait pas dans son ensemble. Mais il avait fait son boulot de Doyen et il était maintenant libéré de sa petite irritation. Sans plus de manière il quitta la scène pour remercier les cinq mages qui l'ont accompagné dans sa démonstration et se mit en quête d'un stand appétissant pour se ravitailler.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teinakh Daergen
Mortel
avatar

Messages : 162
Date d'inscription : 13/03/2014

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Sryles/Cartographe
Âge: 27 ans
Signes particuliers: Cheveux noirs attachés en une unique tresse descendant jusqu

MessageSujet: Re: Une journée mémorable [PV Teinakh le jeune fougueux]   Jeu 8 Jan 2015 - 23:14

 Teinakh sourit. Son visage est fendu d'un doux sourire, preuve de la joie déployée dans son cœur par l'espièglerie du Doyen. Il se demande à quel point ce dernier a improvisé son discours, tant il se sent personnellement visé par son propos. La vie et les voyages sont sources intarissables d'apprentissages, mais cela fait plusieurs années que le jeune homme ne s'est vu directement enseigné quelque chose par un professeur. Et l'expérience est loin d'être désagréable... Cette invitation à une remise en question de ses choix de vie et de sa vision du monde lui rappelle le temps passé sous l'aile de son maître, période si riche et stimulante de son existence. Rien que pour cela, Teinakh est reconnaissant envers le Doyen pour son message.

 Vis-à-vis de la teneur du message en lui-même, le jeune cartographe ne sait vraiment comment se positionner. D'un côté, il conçoit aisément la puissance d'enseignement des mages de la Tour et leur capacité à transmettre leur savoir. Il comprend aussi la nécessité de partager le savoir qu'il peut être amené à acquérir. Enfin, il estime à sa juste valeur la formation aussi bien théorique que pratique qu'il a reçu à la Tour. En conséquence, il considère ce lieu comme un centre de partage de la connaissance, et les mots de l'archimage le poussent à revenir régulièrement pour participer à ce partage.

 En revanche, il ne saurait pour rien au monde faire fi de son besoin de goûter les Souffles par lui-même. C'est la plus pure des curiosité qui l'a poussé à vouloir jouer avec eux et le fait qu'il apprenne à les connaître seul se trouve être la source d'une intimité qui caractérise la relation qu'il partage avec le Vent. En outre, cette intimité est une chose qu'il chérit, une chose précieuse qu'il ne souhaite perdre pour rien au monde. Pour lui, cela n'exclue pas une envie de partager l'art qui naîtra de ce lien, mais pour l'heure, il ne souhaite que goûter cette relation et savourer cette intimité si chère à son cœur. Le temps du partage viendra.

 C'est le visage empreint d'une grande sérénité qu'il évolue à travers la foule des visiteurs subjugués par le spectacle offert sur la scène. Soucieux de remercier le Doyen pour son message et de le féliciter pour son intervention, il se dirige vers les étals les plus appétissants. Son esprit tranquille ne prête pas attention aux exclamations agressives noyées dans les sons de la scène et les acclamations des spectateurs. Pourtant, c'est dans sa direction que dix hommes déterminés fendent la foule. Deux d'entre eux l'atteignent, arrivant dans son dos. Ils le saisissent par les épaules. Stupéfait, Teinakh sent une pointe d'acier se poser contre ses reins tandis qu'une voix dure chuchote à son oreille :

- Teinakh Daergen, Dame Fellunda désire ardemment une entrevue avec vous. Nous vous prions d'accepter de nous suivre derechef.

 L'esprit du jeune homme turbine. Il prend une inspiration discrète et puise dans le vent qui pénètre en lui la force de discernement nécessaire pour faire taire le tourbillon chaotique de ses pensées. Qui sont ces hommes ? Jusqu'où sont-ils prêts à aller s'il refuse de les suivre ? A quel point sont-ils dangereux pour lui ? L'instant n'est pas aux questions, mais à l'action, d'autant qu'il connaît déjà la plupart des réponses... Après un court instant durant lequel il fait mine d'hésiter sous l'effet de la surprise, il relâche ses muscles, résigné. Devant l'acceptation naturelle de leur cible, les deux hommes se trouvent remplis de satisfaction et leur esprit relâche leur attention pendant un laps de temps dont Teinakh estime la durée à un peu moins de deux secondes. Court, mais suffisant pour agir.

 Une torsion brutale du buste le libère de l'emprise de ses assaillants et projète un redoutable crochet du droit dans la mâchoire d'un des hommes. Le coup est chirurgical, porteur de la fluidité et de la précision du souffle qui anime le corps du cartographe. Dans la même respiration, il esquive le coup d'estoc que l'autre homme lui assène de sa dague et il lance le dos de son poing droit dans son visage, écrasant son nez. Tandis que les deux hommes s'écroulent en criant de douleur, Teinakh perçoit l'agitation caractéristique d'au moins cinq autres personnes tentant d'écarter la foule afin de l'atteindre, chacun venant de directions différentes. D'un pas rapide, il s'éloigne alors que naît dans la masse des visiteurs un mouvement de panique et d'incompréhension.

 Attentif à repérer les autres assaillants pendant qu'il tente de sortir de l'attroupement, une portion de son esprit cherche à élaborer un moyen d'échapper à ces hommes. Il connaît bien le blason qu'ils arborent sur le plastron de leurs armures légères. Il s'agit de la Rapière d'Argent, symbole de la famille Fellunda. Et il sait aussi l'acharnement dont sont capable de faire preuve les hommes de Karlya Fellunda...


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melin Awindler
Mortel
avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 01/12/2012

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Sipheraï/Cartographe
Âge: 39 ans
Signes particuliers: Un regard pétillant.

MessageSujet: Re: Une journée mémorable [PV Teinakh le jeune fougueux]   Ven 6 Fév 2015 - 11:13

Il avait trouvé l'une de ces pâtisseries qu'il avait pu observer mais que le temps ne lui avait pas laissé le loisir de la déguster. Il s'amusait beaucoup de cette journée où il croisait des amis et des inconnus, échangeait des sourires et des poignées de mains dans insouciance la plus totale. Il y avait même des enfants qui essayait avec ardeur de pousser une grosse pierre sans la toucher. Touchant, n'est-il pas ? La magie à toujours passionné les mortels et nulle magie n'est plus accessible que celle de la Tour, si l'on se donne les moyens de l'acquérir.

Pourtant, cette belle journée sans problème vint à être troublé par de bourrus personnages qui poussent sans gêne la joyeuse foule. Si ce n'était qu'un fauteur de trouble, la chose n'aurait pas été plus troublante, il y a toujours quelque rabats-joie dans les  fêtes, mais ils semblent non seulement d'un certains nombres, mais se dirigent aussi vers la même place. Enfin, les exclamations offensées des braves gens se muent en cris de terreur alors qu'ils semblent s'écarter de la dite place.
Adieu pâtisserie, le devoir rappelait déjà le Doyen à ses responsabilités.

Dire qu'il venait de se défaire d'une petite irritation, voilà qu'on l'emplissait d'une virulente colère. A son froncement de sourcil, l'air devint chaud et agité autour de lui. Qui donc ose détruire les bonnes intentions de ses confrères et protégés ? Qui bafoue le vœux de paix et de joie que symbolise cette île sans Nation ni Loi, ni Foi ?
Celui là n'est pas au bout de ses peines.

Le long bras délicat de l'archimage tranche l'air, les doigts repliés d'un mouvement parfaitement vertical, un mouvement si répété que les souffles ne seraient s'en faire prier. C'est avec une joie sans limite qu'ils se pressent et fendent la foule d'une bourrasque aussi puissante que violente. Une voie s'ouvre entre les pauvres gens ainsi poussés sur le côté et découvre un homme aux côtés de deux autres en mauvais états. Mais il y en a d'autres qui s'approchent.. qui est le fautif ? Il aura bien le temps de le découvrir après.
L'archimage bondit et le vent l'accompagne, le poussant dans le dos, s'engouffrant dans sa robe couleur ciel. Il est loin d'être athlétique, mais chacun de ses pas est une foulée prolongée par les vents. Il semble à peine toucher le sol et il ne lui faut que quelques instants pour atteindre le centre de la foule, juste avant que les hommes n'encercle celui qu'il reconnaît comme Teinakh, l'apprenti autodidacte.


-Faite savoir les origines et objectifs de cette querelle ou je vous apprend à voler et surtout à retomber !

Comme pour souligner son impatience, il agite son excessivement longue chevelure, provoquant d'autres bourrasques autour de lui qui ont le mérite de faire se reculer la foule. Les hommes en revanches ne semblent pas encore décidés à se laisser intimider.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teinakh Daergen
Mortel
avatar

Messages : 162
Date d'inscription : 13/03/2014

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Sryles/Cartographe
Âge: 27 ans
Signes particuliers: Cheveux noirs attachés en une unique tresse descendant jusqu

MessageSujet: Re: Une journée mémorable [PV Teinakh le jeune fougueux]   Jeu 19 Mar 2015 - 22:21

Teinakh doit échapper à ces hommes. Devant cette certitude absolue, il use d'une ample inspiration pour inviter les souffles environnants jusqu'au plus profond de son être. C'est alors qu'un gigantesque chaos explose dans les courants qui l'entourent. Un chaos démesuré porteur d'une vie sans limite. Quelque chose a réveillé l'enthousiasme du vent. Quelque chose, ou quelqu'un.

Sous l'action d'une bourrasque puissante, la foule devant le jeune homme se fend en deux, ouvrant un chemin dans lequel l'archimage s'engage avec une vivacité sans égale. Malgré la tension provoquée par la situation, Teinakh est émerveillé. Par son acte, le Doyen fait montre d'une intimité privilégiée avec le Vent, cœur d'une relation riche et tendre. Deux entités en harmonie. Loin de la jalousie ou d'une quelconque forme d'envie, le jeune cartographe se trouve fasciné, comme devant une œuvre d'art qui ferait sonner le fond de l'âme.

Un élément ramène le jeune homme à la situation délicate dans laquelle il se trouve : le regard du Doyen. Ses yeux transpercent les fauteurs de trouble, cherchant à déterminer les responsables avec justesse afin de leur appliquer toute la sévérité qu'ils méritent. Teinakh prend alors conscience que la situation telle qu'elle est certainement perçue ne l'exclu pas des responsables, et cela parce, d'une certaine manière, il a en effet pris part à déclencher le grabuge qui a agité la foule. Prêt à assumer les conséquences de la résistance dont il a fait preuve vis-à-vis de ses assaillants, il se dresse, droit et humble, ouvrant son manteau et présentant ses paumes ouvertes au Doyen dont la course s'achève.

-Faite savoir les origines et objectifs de cette querelle ou je vous apprend à voler et surtout à retomber !

Malgré son acceptation totale, Teinakh ne peut retenir un sursaut de crainte devant la voix tonnante de l'archimage alliée à la prestance déployée par l'agitation de ses cheveux et les bourrasques qu'il génère. Cependant, il maintient sa position face au Doyen, signifiant qu'il ne fuira pas et exprimant son état d'esprit. Ses assaillants, dont quatre étaient sur le point d'atteindre Teinakh, semblent hésiter un instant sur le comportement à adopter. Un instant seulement. Rapidement, la posture autoritaire du Doyen les décide et le jeune homme se trouve encadré par quatre soldats en armures légères.

S'il comprend que les autres sont en train de disparaître dans la foule, il relève d'un coup d'œil que ceux qui l'entourent sont tous équipés d'épées courtes légères et de dagues. Ils arborent un visage fermé, concentré et leurs armures portent toutes un blason représentant la garde d'une rapière d'argent sur fond bleu ciel, armoiries de la famille Fellunda. C'est là que réside le principal problème de Teinakh. En effet, il connait bien celle qui, semble-t-il, est à présent à la tête de cette famille puissante de Quetaïn...

A présent, les acteurs du trouble que le Doyen cherche à éclaircir sont faces à l'autorité en présence. Il est donc temps pour eux de répondre à la question posée par l'archimage. Dans ce genre de situation, une tactique consiste à parler en premier. Ceux qui agissent de la sorte sont en général muent par la croyance que leurs arguments auront ainsi plus d'impact. Cependant, Teinakh croit que, si elle sont exposées avec clarté, la vérité et la sincérité auront toujours plus d'impact que toute élucubration. Et pour faire part de son opinion avec clarté et sincérité, il a besoin de temps, afin que son discours soit posé. Aussi, parler le premier ne représente aucun intérêt pour lui : il se verra forcé de presser la cadence afin d'être certain de tout dire.

Il n'impose donc aucune objection quand l'un des hommes prend la parole :

- Archimage, je vous prie de bien vouloir nous pardonner le trouble que cet homme a engendré. Ses actes sont réprimandables et soyez certains que la faute qu'il a ici commise vient s'ajouter aux actes pour lesquels il mérite d'ors et déjà une sentence. Nous allons de ce pas ramener Teinakh Daergen devant les tribunaux qui l'ont trop longtemps attendu.

Son ton est sans appel. Même si sa voix affiche un respect diplomatique envers le Doyen, son ton et la tournure de sa tirade cherchent à empêcher toute objection, même de la part de l'archimage. Pourtant, Teinakh relève qu'il a habilement réussi à ne pas répondre à la question. C'est sur une voix détendue et humble qu'il choisi de prononcer ces mots :

- Dans cette querelle, ces quatre hommes, leurs six complices en train de tenter de fuir dans la foule et les deux pauvres bougres à terre à mes pieds ont pour objectif de m'amener contre mon gré devant une seigneur de Quetaïn nommée Karlya Fellunda. Mon objectif est de leur échapper car je ne souhaite en aucun cas me trouver de nouveau face à cette personne.

Il sent qu'il s'en faut de peu pour les soldats parviennent à se retenir de se jeter sur lui pour lui faire payer sa franchise et ses mots. L'un d'eux tente de commencer une phrase pour le discréditer, mais Teinakh enchaîne :

- Pour achever de répondre à votre question, sachez que les origines de cette querelle remontent à il y a de cela neufs ans. En effet, Karlya Fellunda me voue une haine profonde et démesurée depuis que j'ai refusé ses avances.

Voilà, il a tout dit. Toute la vérité, même celle qui fera déferler sur lui la colère des soldats de Karlya puis celle de Karlya elle-même si l'archimage décide qu'il n'interviendra pas.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Une journée mémorable [PV Teinakh le jeune fougueux]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une journée mémorable
» ► Notre niveau ? le voilà !
» Une journée en Afrique
» Une journée à Soissons
» La journée internationale de l'alphabétisation sera célébrée ce 8 septembre en H

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Guildes d'Aranor :: Sur la Terre :: Royaume de Feïral :: Les Îles de Feïral-