C H A T



 

Partagez | 
 

 Teinakh Daergen — Goûter la Vie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Teinakh Daergen
Mortel
avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 13/03/2014

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Sryles/Cartographe
Âge: 27 ans
Signes particuliers: Cheveux noirs attachés en une unique tresse descendant jusqu

MessageSujet: Teinakh Daergen — Goûter la Vie.   Jeu 13 Mar - 20:41


Identité


    Nom: Daergen

    Prénom: Teinakh

    Surnom:

    Âge et année de naissance: 26 ans.

    Race & Royaumes: Humain, élevé par les Sryles.

    Guilde & Rang: Confrérie des Cartographes / Cartographe.



Psychologie


    Caractère: Teinakh a beaucoup hérité de son clan. Ainsi, tout comme les Sryles, il est curieux, doux, joueur, et malgré certaines étapes plus sombres de sa jeunesse, il garde un côté insouciant. Souriant de nature, son visage est en effet souvent éclairé d'un sourire franc et doux. Teinakh est quelqu'un de très ouvert, et sa première réaction face à quelqu'un qui serait différent de lui (ce qui est par définition le cas du monde entier) sera de l'accepter tel qu'il est. En outre, il a l'habitude de goûter la Vie pour tout ce qu'elle a à lui offrir, du meilleur au pire, et dans une situation critique, il saura continuer à "savourer l'instant".

    Préférences: La liberté. Pour savourer la Vie, pour accepter l'autre comme il est, pour apprendre le Monde, il faut être libre. Libre d'à-priori sociaux ou culturels, libre de règles... Les limites existent, mais comme le disait une certaine chevaucheuse de brumes, elles ne sont là que pour être surpassées.



Physique


    Physique: Teinakh est grand (environ 1m87), fin, élancé, et à la musculature dessinée. Il porte ses cheveux noirs en une longue tresse unique, descendant jusqu'au bas de son dos. Ses yeux verts pourraient troubler par leur profondeur, si l'on était pas tout de suite rassuré par son sourire.

    Car Teinakh est souriant. Pas un sourire enjôleur, faux ou cherchant à tromper. Non, le sourire de Teinakh exprime son profond goût de la vie. Il arbord donc un visage clair, franc, insitant à la confiance.

    De même que son visage, son corps et son port ont quelque chose de fascinant : il ne semble émaner de lui aucune once de méchanceté. Sa façon de se déplacer assume une confiance en lui sans faille. Mais encore une fois, une confiance en lui qui n'écrase pas l'autre. Au contraire, son être entier semble inviter son interlocuteur, quel qu'il soit, à se livrer dans la confiance, à être lui-même, naturel.



    Vêtements & Équipements: Teinakh porte une tenue de cuir brune, véritable armure de cuir souple renforcée de légères et discrètes plaques d'aciers. A sa hanche pend Elizra, sa chaîne cloutée, et à sa cuisse droite est fixée le fourreau d'une dague. Il porte aussi un sac de voyage, contenant de l'équipement de route et son écritoire.




Histoire


Y a-t-il plus agréable sensation pour un mortel que celle procurée par l'air frais caressant son visage ?

Sentir l'air, c'est être libre. L'air est libre.

La liberté est la raison de la Vie. Quiconque avance le contraire se trompe.

Mais chacun est libre de se tromper... Et Teinakh ne s'estime pas le moins du monde à l'abri de faire des erreurs. D'ailleurs, savourer l'air pur des hauteurs peut vite devenir une erreur quand on est suspendu à plusieurs dizaines de mètres au-dessus du vide, les muscles en feu d'avoir escaladé pendant plusieurs heures des monts tous plus abrupts les uns que les autres... Il sort donc de sa rêverie, et lève la tête.

Comme il l'avait redouté, les lois physiques du monde sont pour beaucoup inaltérables. Et ces lois physiques veulent que la pierre évolue peu, à l'échelle de quelques minutes. Ces instants passés à laisser son esprit gambader parmi ces réflexions existentielles n'auront pas suffit à faire apparaître de nouvelles prises. Il est donc toujours coincé là, entre ciel et terre, trop fatigué pour redescendre, mais sans aucune prise accessible pour lui permettre d'atteindre le sommet qu'il visait, pourtant à seulement quelques mètres de là.

Il n'y a que celle-ci. Une excellente prise, qui lui permettrait de se hisser au sommet. Juste un peu trop loin.
Elle le nargue, à l'abri derrière ces quelques centimètres de trop.

C'est alors qu'il entend l'orage. Un orage qui a éclaté non loin de là, et que le vent ramène sur les montagnes de Fanoesia. S'il n'est pas sur le petit plateau au sommet quand l'orage sera là, s'il est toujours en train de grimper quand la pluie mouillera les prises, il glissera et mourra. C'est donc avec une certaine fébrilité que Teinakh atteint un seuil de concentration supérieur.

Sa respiration se pose, les battements de son cœur s'adoucissent. Il guide son énergie dans ses muscles, s'apprêtant à donner tout ce qui lui reste dans ce dernier mouvement. L'air devient intérieur. La liberté est en lui. Elle nourrit son corps, alimente ses muscles. La gravité devient une prison aux barreaux bien minces...

Et il se jette.

Pendant un instant, une éternité, il savoure le vide. Que la Vie est belle, quand elle se passe d'appuis... Et c'est le choc. Les doigts de sa main gauche, pourtant déjà meurtris, hurlent de douleur quand la pierre impitoyable déchire leur chair. Son corps se balance au-dessus du vide, et c'est précisément le contre balancier qu'il utilise pour projeter sa main droite sur le rebord du petit plateau. Ses pieds cherchent alors l'appui de sa main gauche pour qu'enfin il puisse hisser son corps exténué sur le sommet tant convoité.

Il reste de longs instants ainsi, juste allongé sur le plateau, face contre la pierre qu'il a tant combattu. Quand il estime avoir assez savouré un peu de repos, il desserre les liens de sa tunique de cuir, il se redresse, et s'assoie sur le rebord du mont, pieds ballants dans le vide qu'il vient de traverser. Et alors, il contemple... Car c'est précisément pour cela qu'il est monté. Pour pouvoir embrasser de sa seule vue les territoires d'Aranor.

...

Mais, tu es un lecteur, n'est-ce pas ? Et tu te rappelles soudain qu'avant d'avoir été ébloui par la classe désinvolte et humble de Teinakh, tu étais venu pour connaître son histoire... Laisse-lui juste le temps de replonger dans ses pensées. Du haut d'un des monts Fanoesia, face à Aranor tout entier et à la fureur d'un orage naissant, le temps est propice aux histoires.


Cela commence il y a 26 ans. Le jour de son adoption par le clan Sryle vivant dans les environs du monastère Aruil, alors que Teinakh était agé de quelques mois à peine. Teinakh n'a jamais connu ses parents biologiques. Ses parents humains l'ont peut-être abandonné dans l'Escarpé, pour ne pas avoir une bouche de plus à nourrir. Le fait est que les Sryles avaient trouvé l'enfant sur les rives de l'embouchure du fleuve, au milieu de restes d'une embarcation... et qu'ils l'avait alors considéré à part entière comme l'un des leurs. La vie avait donc commencé dans la douceur et l'amour, pour ce bébé à qui il ne manquait que l'affection de parents. Parents qu'il trouva en les personnes de Kataleïn et Ajoto Daergen.

Nourrit par l'amour de ses deux parents autant que par l'affection de son clan, il fut imprégné durant toute son enfance de l'esprit joueur, espiègle et insouciant qui fait la nature des Sryles. Conscient qu'il ne partageait pas le sang des siens, cet état de fait ne lui posa jamais problème. Il se contentait de savourer chaque jour passé avec ces êtres qu'il aimait tant, redécouvrant à chaque instant combien son monde était plein de merveilles. A sept ans, comme le veut la tradition Sryle, il appris à lire, écrire, cueillir, tisser... et il développa alors sa curiosité. Il appris à voir le monde autrement, et il y décela encore plus de beauté et de sources d'émerveillement. Il est de coutume que les enfants ayant atteint l'âge de quinze ans fassent le choix de leur métier. Teinakh savait exactement de quoi sa vie serait faite.

Etrangé par nature, élevé dans le goût de la découverte et de la Vie, curieux de découvrir ce que le Monde lui cachait encore, il voulait être explorateur. Il quitta donc son clan le lendemain du jour des quinze ans de son adoption, ne portant sur lui que ses vêtements, et il se mit à explorer au hasard les forets d'Enetari. Les premiers jours furent ceux de la découverte de la vie en solitaire. Et cela fut pour lui une expérience parmi les plus grandes qu'il ait vécues en quinze années de vie dans le clan. Loin de lui déplaire, ces jours lui apportèrent beaucoup, et lui apprirent à goûter la Vie d'une autre manière encore.

Ses errances dans les forêts se prolongèrent, et il finit par traverser les frontières de Quetaïn. Il ne s'en aperçu pas, tombant dans les terres Nord-Est du royaume. C'est après quelques jours de marche qu'il rencontra les premiers voyageurs, sur une route commerçante. Une caravane dont les occupants s'étonnèrent d'abord de son accoutrement, typiquement Sryle, puis de son attitude, et enfin de sa destination : quand il leur expliqua qu'il errait au hasard, sans but défini, ils le prirent pour un véritable illuminé. Après avoir partagé un repas avec eux, ils comprirent qu'il n'en était rien et qu'ils avaient en face d'eux un garçon humain tout-à-fait sain d'esprit... Si ce n'est qu'il était parfaitement innocent. Quand il leur révéla qu'il était en quête d'apprentissages, ils lui indiquèrent la direction à suivre pour arriver à Quetaïn, la cité des marchands, le coeur commercial du monde, et donc une intarissable source de découvertes.

Quetaïn fut le berceau de son apprentissage d'un monde plus pragmatique, tourné vers une certaine confrontation, le tout baignant dans une perfidie parfois très prononcée. D'un naturel avenant et sociable, Teinakh trouva tout de suite une place dans les services de Seigneurs Marchands, d'abord pour remplir les taches de plus basses besognes. Mais sa curiosité se traduisant parfois en une certaine ambition, il se fit remarquer très vite par ses employeurs, et il finit par entrer en contact direct avec la noblesse de Quetaïn.

Lui-même roturier, il attirait pourtant l'attention par son port franc, direct, doux et joueur, mais aussi par ses origines singulières. Au bout de quelque six mois, il cotoyait les hauts cercles de Quetaïn. C'est là qu'il appris les arts du combat, et notamment le maniement de la rapière. C'est aussi en ces lieux qu'il se fit faire sa combinaison, véritable armure de cuir souple, renforcée de légères et discrètes plaques d'aciers.

Ainsi équipé et entraîné, il commença à servir en tant qu'homme d'arme de certains Seigneurs Marchands à qui il offrait ses services. Il lui fut donc demandé de protéger des convois, défendre des routes marchandes, voire en venir aux mains vis-à-vis de clients parfois réticents à payer... Et lors de ces missions, il fut amené à tuer.

Je suppose que tu te demandes, lecteur, comment un jeune homme élevé dans une telle insouciance peut rester intègre et sain d'esprit quand il heurte la réalité d'un monde pouvant être si brutal... Quel élément, quelle toute petite chose peut permettre de garder espoir, quand on découvre la cruauté ?

Pour Teinakh, cet élément fut sa simplicité. Profondément humble, son esprit volant à plusieurs années lumières des notions de cupidité, de cruauté, il sut concevoir la mort comme faisant partie d'un certain ordre naturel. Il compris cependant à quel point tuer pouvait le détruire.

Alors, il quitta Quetaïn, après trois années de vie dans ce Royaume qui lui avait tant appris. Il avait changé. Son enthousiasme était devenu plus discret, plus intérieur. Il s'émerveillait toujours de tout, mais il savait garder cet émerveillement pour lui. Il continuait de goûter la Vie, mais de manière plus réfléchie, plus calme. Rien n'avait changé en somme, juste la manière d'exprimer ce qu'il était. A la figure béate d'extase avait succédé un visage éclairé d'un sourire franc et doux.

Mais un goût s'était éveillé en lui... S'il refusait désormais de tuer sans une excellente raison, il avait développé le goût du combat. Cherchant un moyen d'assouvir sa nouvelle soif d'affrontements, et fuyant les hautes strates de la société, dont la perfidie avait fini par le repousser, ses pas le menèrent inévitablement en Akeraï.

Il participa, en ces terres, à toutes sortes de combats organisés, voyageant de villes en villes à la recherche du combat qui le ferait le plus vibrer. Il arrivait en ville, descendait dans les bas-fonds, et cherchait le combattant réputé pour être le plus redoutable. De lourds paris s'organisaient alors, autour du combat provoqué par cet étranger. Mais la curiosité de Teinakh le poussait à apprendre de chaque rencontre. Ainsi, sa technique se faisait toujours plus variée, plus riche, et il ne perdit que peu de ces affrontements.

C'est d'ailleurs lors d'une de ces rares défaites que son adversaire, ayant reconnu en lui un combattant hors pair, lui fit cadeau de son arme : la chaîne cloutée Elizra, que Teinakh apprécia tout particulièrement pour sa souplesse qui lui offrait une grande créativité dans le combat, mais aussi car elle lui permettait de désarmer ses adversaires, mettant fin à la confrontation sans qu'il n'ait à tuer. Il s'échina alors à maîtriser ce cadeau à la perfection, inventant toujours plus de techniques.

Mais cette arme, allliée à ses quasi incessantes victoires, eut aussi le vice de lui forger un nom. Ainsi, après deux années de combats, sa réputation finit par le précéder. Et quand il arrivait en ville, l'idée effleurait parfois certains combattants de lui porter préjudice avant qu'ils ne s'affrontent...

C'est un soir qu'il arrivait en ville et qu'il cherchait une auberge où dormir, qu'il fut piégé dans un guet-apens. Encerclé par dix hommes déterminés à le vider de son sang, envoyés par un potentiel adversaire peu désireux de perdre ses titres, il serait mort sans l'intervention d'Akora Ceraïl. Mage de la Confrérie des Cartographes, maîtrisant les courants, elle utilisa sa magie pour mettre les assaillants en déroute, en les frappant du liquide contenu dans son outre. Et c'est ainsi que Teinakh connu son maître.

Pour la remercier, il l'invita dans une auberge et ils y discutèrent longtemps dans la soirée puis la nuit. Lui, heureux de pouvoir ainsi parler à une personne qui en connaissait tant sur le monde, elle, écoutant beaucoup, proposant de temps en temps un commentaire qui relançait l'enthousiasme du jeune homme. Au milieu de la nuit, quand ils quittèrent la salle commune pour se retirer dans leur chambre respective, elle lui révéla que le métier d'explorateur, rêve initiale de Teinakh, existait bel et bien, mais portait un autre nom : Cartographe.

Et ainsi, Teinakh mit fin à sa Vie de combattant, qui avait duré trois années, pour voyager aux côtés d'Akora, fier d'être son apprenti.

Elle le mena tout d'abord à la Tour, où il se fit violence pour étudier pendant deux longues années. Durée nécessaire pour apprendre les bases, d'après elle. Beaucoup trop de temps à étudier le monde dans des livres plutôt que dans la réalité, d'après lui... Il y fit néanmoins la connaissance de la magie de l'air, avec laquelle il se découvrit une affinité jusque-là insoupçonnée. Il ne devint pas mage pour autant, et sa connaissance en cette magie est aujourd'hui encore assez limitée. Quand, au bout de ces deux années, Akora estima qu'il avait des bases solides, elle le mena avec elle dans ses nombreux voyages, lui apprenant chaque jour à comprendre le monde dans sa globalité, dans sa complexité et dans sa richesse.

Ils voyagèrent ainsi deux ans, au terme desquels Akora lui annonça qu'il en savait assez pour voyager seul.

"Ne cesse jamais de découvrir le monde. Et puissent la curiosité, le goût de la Vie et de la liberté qui sont tellement tiens continuer de guider ta Vie à tout jamais."

...

Plonger ainsi dans ses souvenirs pour te les offrir, lecteur, a fait beaucoup de bien à Teinakh. Il se sent à présent apaisé, et les muscles de ses bras ont assez récupéré pour qu'il puisse sortir son écritoire de son sac. L'orage n'a finalement pas éclaté, et le ciel se découvre, laissant le soleil régner sur Aranor, en maître absolu de la Vie. La lumière est parfaite. Parfaite, parce qu'elle met en valeur tous les détails du relief, des cours d'eau, des forêts et des chemins.

Teinakh étend donc une large feuille sur son écritoire, l'immobilise grâce à un ingénieux système de fixations. Il trempe sa plume dans l'encre noire et trace ces mots, dans le coin inférieur droit :

"Carte générale d'Aranor - Vue des monts Fanoesia"



Autre




    Don & Particularités: Maîtrise sept langues.

    Autre: Teinakh me connaît. Moi, son narrateur. Il a conscience que, dans une autre dimension, il est un personnage présenté par une autre personne. Il vit en Aranor, il existe en tant que le jeune homme libre qu'il est ; et ailleurs, très loin, quelqu'un d'autre le perçoit et se fait l'interprète de son existence. Le narrateur raconte ce qu'il voit de Teinakh.

    Grâce à cette personne, Teinakh peut aussi exister, en un certain sens, dans cette autre dimension lointaine. Et parfois, ils entrent en contact plus... direct. Il arrive en effet que le narrateur appelle le personnage. Qu'il lui demande de l'aide dans des situations où il ne sait plus quoi faire, où il se sent enfermé par sa vie. Alors, le personnage offre au narrateur ses particularités, ses forces.

    Teinakh vient donc parfois en aide à son narrateur en lui prêtant sa bonne humeur, sa joie de vivre et son goût inaltérable de la Vie. C'est une expérience très enrichissante, et il se peut qu'il en fasse allusion, au détour d'une conversation.

    Mais il y a autre chose. Une sensation plus ténue encore... Quelque part au fond de lui, sans qu'il puisse se l'expliquer, il sent qu'il n'est pas le seul à entretenir ainsi un lien avec quelqu'un d'une autre dimension. Parfois, il croise des gens chez qui il sent un lien similaire...

    Qu'ils en ai conscience ou pas...




Mage Élémentaire:


Mouvement le plus puissant: Teinakh n'est pas assez versé dans la magie pour maîtriser un mouvement que l'on peut considérer comme puissant.


Mouvements courants et effets:
  • L'air discret :
    Mouvement : Teinakh agite doucement sa main gauche en un mouvement de rotation qui semble caresser l'air.
    Effet : l'air proche du corps de Teinakh tournoie discrètement autour de lui, empêchant son odeur de le trahir, et atténuant en grande partie les sons qu'il émettrait en marchant ou en respirant. Utile pour se cacher.



Dernière édition par Teinakh Daergen le Mer 19 Mar - 19:42, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philip Sartin
Dieu de l'Origine
avatar

Messages : 184
Date d'inscription : 29/11/2012

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/ Feïral /Ordre des Chevaliers
Âge: 35 ans
Signes particuliers: Une large cicatrice barrant son torse.

MessageSujet: Re: Teinakh Daergen — Goûter la Vie.   Ven 14 Mar - 23:27

Eh bien, après le passage de Deryn, il semblerait que tout soit en ordre. Je m'avance peut-être un peu, mais il n'y a visiblement rien qui empêche ta validation.
Bienvenu sur Aranor, puisses-tu goûter le rp comme ton personnage goûte sa vie ;).

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teinakh Daergen
Mortel
avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 13/03/2014

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Sryles/Cartographe
Âge: 27 ans
Signes particuliers: Cheveux noirs attachés en une unique tresse descendant jusqu

MessageSujet: Re: Teinakh Daergen — Goûter la Vie.   Sam 15 Mar - 13:26

Merci de ton soutient, grand Chevalier.

Tu me vois en hâte de me joindre à votre monde ^^ !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoldik Fukushu
Ange tenancier
avatar

Messages : 489
Date d'inscription : 08/01/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain / Sipheaï / Assassins
Âge: 26 ans
Signes particuliers: cicatrice sur la joue gauche

MessageSujet: Re: Teinakh Daergen — Goûter la Vie.   Sam 15 Mar - 22:46

Honnêtement une super fiche, j'ai pris beaucoup de plaisir à la lire :p

Content de te compter parmi nous, bienvenue.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teinakh Daergen
Mortel
avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 13/03/2014

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Sryles/Cartographe
Âge: 27 ans
Signes particuliers: Cheveux noirs attachés en une unique tresse descendant jusqu

MessageSujet: Re: Teinakh Daergen — Goûter la Vie.   Sam 15 Mar - 23:12

Merci infiniment pour cet accueil, assassin ^^ !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Taelon d'Akeraï
Ange Bouquiniste
avatar

Messages : 311
Date d'inscription : 08/02/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 28
Signes particuliers: Il possède une cicatrice dans le dos assez voyante. Souvenir d

MessageSujet: Re: Teinakh Daergen — Goûter la Vie.   Dim 23 Mar - 0:45

Bien sympathique tout ça !
Bienvenue à toi et amuses toi bien parmi nous ^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teinakh Daergen
Mortel
avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 13/03/2014

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Sryles/Cartographe
Âge: 27 ans
Signes particuliers: Cheveux noirs attachés en une unique tresse descendant jusqu

MessageSujet: Re: Teinakh Daergen — Goûter la Vie.   Dim 23 Mar - 10:37

Merci à vous, assassin ^^ !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Teinakh Daergen — Goûter la Vie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Guildes d'Aranor :: Au Ciel :: Façonnage des mortels (Présentations) :: Mortels parcourant la terre (validés)-