C H A T



 

Partagez | 
 

 Relations de par le monde...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Inanna Al-Vyr
Mortel
avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 14/07/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humaine/Sipheaï/Seigneurs Marchands
Âge: 32
Signes particuliers: Trois runes tatouées au creux des reins, qui lui donneraient, parait-il, son charme contre-nature

MessageSujet: Relations de par le monde...   Mar 3 Sep 2013 - 17:11


< Batu Al-Vyr >

Fils d'Inanna et bâtard de Fadril Eorten, il est utilisé par sa mère comme moyen de pression sur Sipheaï et en particulier sur le Consul. Joyeux, éveillé, et ayant un fort sens de la justice, il aime écouter et diriger. Âgé de huit ans, il est surnommé le Petit Prince par l'ensemble des Maisons. Il est le seul être au monde pour qui Inanna est capable de tout sacrifier. Il a une admiration excessive pour les Chevaliers et en particulier pour leur Commandant, Philip Sartin.



< Utu "le Féal", de la maison Al-Vyr >

Bien peu de choses sont connues sur cet elfe. Même son véritable nom est un mystère. Inanna l'a baptisé Utu. Il a vu grandir Inanna et lui porte une vive affection... un peu trop vive, selon certains, qui lui donnèrent le surnom du "Fidèle", ou du "Féal". Né muet, il n'a aucun pouvoir magique ni aucune affinité avec les esprits... mais il est capable de retourner votre propre force contre vous. Adepte d'un art martial basé sur l'auto-défense, les réflexes et la rapidité d'action, utilisant des techniques incapacitantes voire létales, vous pourriez bien vous retrouver le nez au sol, incapable de bouger, sans comprendre pourquoi. Simplicité, rapidité, efficacité, voilà les maîtres mots d'Utu. A se demander comment et où un ancien "penche-toi là" à bien pu apprendre un tel art... Mais comme dit plus haut, le passé d'Utu est inconnu, même pour Inanna.
Il aime les couleurs vives, teignant ses cheveux de différentes couleurs et régulièrement. Il préfère le bleu.

Ileabhan "le Sinistre"


Ici est conté ce que même la Mère ignore. La véritable identité de son fidèle Utu, et de ce qu'il faisait avant d'entrer au service d'Inanna. Il y a de cela 421 ans naquit un elfe, à Enetari. De ses parents biologiques, nul souvenir. Ileabhan a entendu dire qu'ils sont morts à Akeraï et qu'ils ont laissé derrière eux un enfançon elfe d'à peine 10 ans. Recueilli par une famille humaine, qui lui donna son prénom, Ileabhan grandit. Lentement. Suffisamment pour voir une enfant de 15 ans sa cadette grandir, puis mourir, ce qui lui apprit que la vie était terriblement fragile. A Akeraï, il apprit le vol, l'assassinat. Il apprit à communiquer avec ses pairs, en s'inspirant d'un langage des signes elfe. Et, observant les techniques de combat rapproché et à mains nues, mis au point une technique redoutable. Surnommé le Sinistre en raison de son mutisme et de son habitude à ne porter que des vêtements sombres, Ileabhan se fit rapidement repérer pour sa froide efficacité. Meurtres, vols, rien ne l'arrêtait et rien n'aurait pu le faire. Vendant d'abord ses services en tant que mercenaire, il finit par se faire aborder par la confrérie des Assassins. Non pas pour une possible offre de rejoindre leurs rangs, mais plutôt pour supprimer la concurrence et cet elfe qui leur faisait un peu trop d'ombre. Les brumes de l'histoire n'ont pas dit comment, mais il semblerait qu'ils soient arrivés à un terrain d'entente : s'ignorer mutuellement. Peu de temps après, lors d'une mission à Enetari, il rencontra un autre enfant elfe. Orphelin. Farendel, de son prénom.

Farendel était entêté. Ileabhan s'était occupé de lui un court moment, mais alors qu'il pensait que leurs routes prendraient des chemins différents, Farendel le suivit. Ileabhan haussa les épaules, et avec son pragmatisme habituel adopta l'enfant.
Farendel grandit, suffisamment pour qu'Ileabhan se rende compte de ses dons magiques avec l'eau. Il l'envoya dans un monastère d'historien, où il avait entendu dire que les mages de force étaient recherchés et bien formés. Des années passèrent... Ileabhan vendant ses services, recevant parfois des nouvelles de son fils. C'est par son intermédiaire que le Sinistre entendit parler de Nande'Dareloth pour la première fois.

Et puis un jour, tout dérapa. Selon Farendel, Nande'Dareloth était devenu comme fou. Il assassinait des humains. Ileabhan aurait pu lui rétorquer que lui, l'avait fait pendant des siècles et qu'il ne s'agissait pas uniquement de victimes humaines. Mais il ne dit rien, ne prit pas parti, jusqu'à ce qu'on l'engage pour mettre hors d'état de nuire la Main Ardente. Les historiens s'étaient scindés en trois groupes : ceux, principalement des elfes, qui approuvaient le massacre des humains, ceux qui étaient neutres et ne souhaitaient s'en mêler, et ceux qui voulaient que cette sordide histoire prenne fin.

Mettre hors d'état de nuire la Main Ardente ne voulait pas dire le tuer. ce qui aurait bien arrangé Ileabhan. Tuer est nettement plus aisé que de garder en vie, mais soit. Le boulot était bien payé. On lui remit plusieurs parchemins, censés sceller et la mémoire, et les pouvoirs de Darel. Et Ileabhan les utilisa. Privé de sa magie, Darel était loin d'être faible, mais le Sinistre ne dépendait pas de magie et s'était fait un devoir de pouvoir combattre n'importe quel adversaire. Et de le vaincre. Il n'y alla pas de main morte. Quand le Sinistre ramena le corps de Darel, ce dernier avait plusieurs fractures, le visage boursoufflé et de nombreux hématomes sur l'ensemble du corps. Ileabhan n'avait que des brûlures superficielles. Farendel, ami avec la Main Ardente, lui en voulu beaucoup et depuis ce jour, ils ne se parlèrent plus.

Sachant qu'on risquait d'envoyer des assassins sur ses traces, Ileabhan disparut. Les circonstances tombaient bien, il commençait à se lasser de sa vie de tueur. Il migra sur Sipheaï, se teignit les cheveux, et changea complètement de mode de vie... jusqu'à rentrer au service de la dynastie Al-Vyr, qui s'occupait... de la prostitution. Qui irait chercher celui qui avait écarté la Main Ardente dans un bordel de Sipheaï ? Qui irait soupçonné qu'un perroquet qui changeait de couleur comme de chemise était en vérité un corbeau des plus dangereux ? On ne daigna pas lui demander son nom, se contentant de le surnommer "l'elfe". Jusqu'au jour où on lui confia une adolescente, répondant au nom d'Inanna... et qui le prénomma Utu.

La suite, vous la connaissez. Ce fut alors comme une révélation. La protéger, voilà la Voie qu'il s'était trouvée, la seule qui vaille le coup. Une chose cependant commença bien vite à l'inquiéter. Inanna était humaine. Une vie éphémère. Sa douce, sa tendre ne survivrait pas longtemps. A moins que...

... Vous connaissez la pierre philosophale...?



< Leïna Liuwën >

Une elfe de la guilde des assassins, surnommée l'Ange Noir. Inanna n'a que peu d'informations sur elle, si ce n'est que sa propre mère souhaite la tuer, et que Leïna n'a pas son pareil pour manier les lames de rasoir... Savoir que Philip Sartin lui a sauvé la vie ne cesse de la faire rire.



< Philip Sartin >


Le Commandant Sartin est le héros du fils d'Inanna, Batu. Ses exploits retentissent jusqu'à Quetaïn, mais même l'admiration d'un fils chéri et des hauts faits ne suffisent pas à avoir la confiance et les applaudissements d'Inanna. Surtout que c'est lui qui a ramené un assassin blessé dans les murs du Palais. Ah, la naïveté... un trait fort charmant, s'il n'était pas Commandant d'un ordre censé faire régner la justice... Mais ces yeux... on en mangerait. Quoi ? Vous avez dit "dessert" ?



< Taelon d'Akeraï >

Est-il possible d'être aussi jeune...? Inanna n'est pas son aînée de dix ans, mais pourtant, elle en a l'impression. Naïf, lui aussi. Comment un tueur peut-il être à ce point candide, impatient ? Cela dit, cette même naïveté pourrait bien tourner à son avantage. Un assassin à sa botte, ce n'est pas rien. Et de toute façon, la faveur qu'il lui demande ne lui coûte rien, elle l'arrange, même ! Pauvre, pauvre Taelon. Naïf, naïf Taelon...



< Azaldor Rondwio >


Difficile d'en savoir beaucoup sur cet alchimiste étrange aux yeux argentés... Mais du peu qu'Inanna en a perçu, il s'agit là d'un adversaire, d'un séducteur à sa mesure, et elle compte bien lui montrer qui est son maître en la matière...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Relations de par le monde...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Relations d'un tout nouveau monde
» Le monde du jeu 2010, 10-11-12 septembre
» Inauguration de la plus puissante turbine à gaz au monde
» Canada, le Pays le Plus Accueillant au Monde pour les Expatriés
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Guildes d'Aranor :: Personnage :: Carnet de Bord :: Carnet de Bord d'Inanna Al-Vyr-