C H A T



 

Partagez | 
 

 Aëlym, l'enfant perdue.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aëlym Laërdein
Mortel
avatar

Messages : 58
Date d'inscription : 02/09/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari
Âge: 67 ans (806)
Signes particuliers:

MessageSujet: Aëlym, l'enfant perdue.   Lun 2 Sep - 18:18


Identité



    Nom: Laërdein

    Prénom: Aëlym

    Surnom: Elenwë (l'étoile Bleu en elfique)

    Âge et année de naissance: 67 ans, donc naissance en 806. [environ 19 ans humain]

    Race & Royaumes: Elfe au le royaume de Enetari .

    Guilde & Rang: /



Psychologie



    Caractère: Aëlym est une jeune femme droite, qui n'a pas peur de dire ce qu'elle pense. Malgré son jeune âge, elle est très mature et aime rester solitaire à observer la nature. Elle ne parle pas beaucoup, n'engage pas souvent les conversations, mais reste cependant une femme charismatique au coeur d'or qui aime partager et donner pour le bonheur de ceux qui, à ses yeux, le méritent. Peu de paroles sortent de sa bouche mais elle sait s'exprimer, et ses mots touchent souvent leur destinataire. Elle n'a pas d'opinion tranchée sur le reste du monde et les conflits qu'on mentionne parfois en sa présence, elle préfère s'occuper de l'instant présent, de ceux qui l'entourent. Elle ne cherche pas les ennuis, ni les affronts, mais si on la provoque où qu'on met en danger ceux qui pour elle sont innocents où ceux qui sont dans l'incapacité de se défendre, elle n'hésitera pas à intervenir. Dès que l'occasion se présentera, elle tentera d'aider quiconque sera en difficulté, du mieux qu'elle le pourra. Bien qu'elle aime le calme, la solitude et le silence, son caractère bien trempé l'emportera souvent dans les situations tendues : elle ne se laisse pas facilement marcher sur les pieds, mais elle préfère tout de même une bonne discutions plutôt qu'un combat direct armé ou à main nues. Elle n'est jamais tombée amoureuse, et ne souhaite pas l'être avant longtemps : vouer sa vie à aider les autres lui plaît, et elle ne se sent pas de donner de l'amour à une seule personne en particulier. Elle ne saurait pas comment s'y prendre, et cela l'effraie.

    Préférences: Aëlym préfère donc le calme d'un ruisseau à la foule d'un marché, la nature à la ville, la paix aux conflits. Elle aime également la nuit et le jour, qui chacun possèdent de nombreux atouts que l'autre n'a pas. Elle a un lien particulier avec les animaux, qu'elle affectionne particulièrement : elle souhaiterait parfois avoir leur innocence et leur courage, leur franchise et leur liberté.




Physique



    Physique: De longs cheveux châtains rehaussés de reflets blonds, un regard vert lime tranchant et doux à la fois, Aëlym a la chance d'avoir un corps beau sans être parfait ni trop attirant. En temps qu'elfe, Aëlym est de taille moyenne (1 mètre 77), et est dotée d'une force moyenne : elle est capable de tenir tête quelques minutes à un homme adulte lors d'un combat singulier, mais le combat au corps à corps n'est pas son plus grand atout. Son agilité est cependant très développée, du fait bien sûr de sa race, ce qui lui a offert une taille fine et des hanches étroites. Elle possède une peau très fragile, douce et claire, des épaules élancées, une poitrine modeste qu'elle ne met jamais en avant, de longues jambes correctement proportionnées. Elle n'attache pas souvent ses cheveux, seulement lorsqu'elle sent qu'elle va devoir intervenir rapidement et efficacement. Son visage attire cependant l'attention : elle possède des traits doux, un visage fin, un nez simple plutôt petit, une bouche délicate aux lèvres rouge pâle naturellement, des pommettes effacées, un front large grâce à ses cheveux longs qui encadrent parfaitement son visage sans le cacher trop souvent. Mais de tout ça, le plus étrange serait ses yeux, qui ressemblent plus à ceux d'un humain que ceux d'un elfe. Ils sont grands, ouverts mais souvent tristes, ; son iris est très large ce qui donne l'impression qu'elle est sans cesse en train d'apprécier ce qu'elle regarde de tout son cœur. Elle est très charismatique, son visage est très expressif, et malgré son apparence de femme normale, elle possède un charme certain, qu'elle tente souvent de masquer. Ses oreilles sont chacune percées de trois trous.

    Vêtements & Équipements:
    Vêtue d'une cape de laine et de satin, elle possède un bâton surmonté d'une pierre verte qu'elle ne quitte jamais : il lui est très utile lors des combats autant que sur les longs trajets. Sept bagues ornent ses mains, dont un anneau d'or gravé de signes elfiques, trois bagues ornées d'une émeraude, une pierre de jade et une améthyste, deux anneaux de bois et un d'argent, tous gravés. Une chaîne d'argent pend à son cou, quelques bracelets à son poignet gauche, une chaînette au poignet droit, et un ruban est noué autour de sa cheville droite. A son coté elle garde précieusement deux dagues et quelques flacons qu'elle rempli parfois de plantes ou de miel. Elle est toujours accompagnée d'Elwë, un étalon fier et blanc comme la neige, d'un courage sans égal.



Histoire

Aëlym Laërdein est née dans le calme et la prospérité d'un petit village perdu du monde, à la lisière du royaume d'Enetari. Un père et une mère elfe, tous deux magiciens et guérisseurs peu connus du monde,discrets et aimants, une grande maison perchée en haut d'un grand chêne, prêt de la côte et de la forêt à la fois, Aëlym avait tout pour s'enrichir et grandir en paix. Elle apprit beaucoup de sa petite enfance : elle découvrait chaque jour une chose nouvelle, et chacun son tour ses parents s'appliquaient à lui enseigner ce qu'ils savaient de plus simple pour que l'enfant puisse regorger de connaissances et devenir sage comme ils l'étaient eux mêmes. Ainsi elle apprit l'art de parler aux plantes, aux animaux et autres races d'humanoïdes vivant dans le monde. On lui enseigna comment soigner grâce aux plantes, comment se débrouiller seule en forêt, jouer de la flûte et de la harpe.

Plus elle grandissait, plus elle apprenait et comprenait rapidement. Elle devint rapidement une fillette brillante et sage, aimée des grandes personnes plus que ceux de son âge qui la trouvaient trop calme, trop intelligente, trop aimée, si bien qu'elle commença peu à peu à être rejetée. Malgré cela elle continua d'apprendre, et elle su bientôt se battre, parler et écrire en Eldar, monter à cheval. Mais peu à peu la pression des enfants de son âge devint plus forte de jour en jour.
Commença alors une dure période pour elle : Aëlym se faisait moins attentive aux leçons de ses parents, elle semblait plus distraite, essuyait de plus en plus fréquemment des bagarres avec ses camarades, bagarres qu'elle ne cherchait jamais pourtant. De plus, sa mère était de plus en plus rarement près d'elle, rentrait tard, lui donnait de moins en moins de leçons. Son père quant à lui semblait vieillir de jour en jour, de manière flagrante, comme si un lourd secret pesait sur ses épaules. Elle sortait tout le jour pour mettre en avant ses acquis, observer le ciel et les nuages comme si entre les immenses bras de ces géants dociles elle lisait des poèmes.

Un soir, elle rentra un peu plus tard qu'à l'accoutumé, suivant avec amour la pleine lune des yeux pour mieux se diriger, passant silencieusement entre les buissons et les grands arbres sur son chemin. Ne souhaitant pas éveiller ses parents, elle était passée par l'arrière de la maison surélevée. Lorsqu'elle arriva à quelques pas avant le tronc de sa maison, elle entendit des éclats de voix et s'arrêta net dans sa course. Son cœur battait la chamade, elle imaginait le pire. Et si ses parents étaient morts ? Et s'ils avaient étaient pillés ? Et s'ils attendaient qu'elle revienne pour la tuer à son tour ? Doucement elle s'approcha, dans le silence le plus complet, et regarda dans lea pénombre vers sa maison, tachant de rester cachée. Un nuage de lucioles passait à cet instant près du tronc, ce qui lui permit de voir sa mère souriante devant le tronc, en compagnie d'une autre personne qu'elle ne pouvait pas voir, car elle était de dos. Le regard de sa mère avait changé, il avait l'air plus dur, plus froid, plus espiègle qu'il ne l'était avant, lorsqu'elle ne quittait que peu souvent la maison. Elle semblait discuter vivement mais discrètement avec cet inconnu, mais Aëlym ne pouvait entendre ce qu'ils se disaient. Elle aperçu soudain un éclair métallique , puis sa mère eut un sourire qu'elle n'avait jamais connu et qu'elle n'arrivait pas à cerner. Était-elle malade ? Pourquoi ce sourire en coin si aiguë ? L'enfant qu'elle était n'arrivait pas encore à décrypter la méchanceté, le sadisme du sourire de sa mère. L'éclair de métal disparu, puis le couple se rapprocha rapidement, échangea un baiser, puis la mère monta rapidement les marches sinueuses qui menaient à la cime de l'arbre où était posée la maison.
Aëlym ne bougea pas, et remarqua lorsque l'inconnu se retourna que ses yeux semblaient luire dans le noir d'un rouge malsain qui fit frissonner l'enfant. Quand enfin elle ne l'entendit plus, elle monta jusqu'à la maison, grimpa dans sa chambre et n'en sortit plus. Mais elle ne parvint pas à s'endormir. Autour d'elle il n'y avait aucun bruit qui put l'en empêcher pourtant. Elle se redressa doucement dans son lit, se leva et sortit doucement de la chambre. Elle avait décidé d'aller chercher du réconfort auprès de ses parents, dans une chambre non loin de la sienne. Ses pieds nus glissaient sans faire de bruit sur le parquet de bois et de toile. Lentement, ses mains se posèrent sur la porte, qu'elle ouvrit sans le moindre bruit. Le battant s'ouvrit lentement, une silhouette se dessina au dessus du lit parental. Quelqu'un se tenait debout au dessus du père d'Aëlym, et semblait faire quelque chose au dessus de lui. Sa mère n'était plus aux cotés de l'elfe endormi. L'enfant ne comprenait plus ce qui se passait, jusqu'à ce qu'elle perçoive un murmure dans le silence.

Adieu.
Maman ?


Sa mère se retourna précipitamment, une lueur étrange dans les yeux. Elle s'accroupit devant l'enfant, puis la prit par les épaules.

Tu ne dors pas, petite coquine ? Dépêche toi, vas te coucher, tu risque d'être très fatiguée demain pour aller t'amuser.
Je n'arrive pas à dormir.
Tu y arriveras. Vas dans ta chambre maintenant Aëlym.


L'ordre était ferme et dur, si bien que l'enfant n'osa pas s'interposer et partit se recoucher. Elle ne parvint pas ç dormir cette nuit là. À l'aube, elle découvrit avec horreur que son père était mort. Elle ne se pardonna jamais ce fait. Sa mère avait disparu. Aëlym, qui savait se débrouiller seule, attendit longtemps qu'elle revienne. Mais la maison vide lui faisait peur, alors elle décida de s'enfuir, et de ne plus revenir. De nuit, elle partie avec ce qu'elle avait pu trouver dans la maison : de l'argent, une petite dague ciselée, de quoi manger pendant quelques jours, d'autres vêtements au cas où. Mais malgré ce qu'elle avait apprit, elle se retrouva perdue au beau milieu de nulle part, sans vivres ni de quoi résister au froid, qui arrivait à grand pas.
Un pêcheur la recueilli et s'occupa d'elle jusqu'à son adolescence d'elfe. Il lui apprit la gentillesse et la courtoisie humaine, la philosophie de son peuple, la pêche, et lui conta des histoire fabuleuse qui la firent rêver. Il lui enseigna également comment se battre à l'épée, car il savait qu'elle allait devoir se débrouiller seule très rapidement, car les elfes vieillissent moins vite que les humains. Lorsqu'il atteint un âge avancé, il lui demanda de rester près de lui jusqu'à ce que la mort ne vienne le prendre. Et c'est ce qu'elle fit. Elle fit de son mieux pour le garder en vie avec ce qu'elle avait apprit au court de sa vie. Mais il finit par mourir, lui laissant tout ce qu'il avait. N'ayant plus que le regret dans cet endroit, Aëlym reprit le chemin de son ancien village, car au bout de toutes ses années, elle avait apprit à se repérer dans la forêt ambiante.

Elle ne mit pas très longtemps à le trouver, environ une demi journée de marche. Au fur et à mesure qu'elle avançait dans l'endroit où elle avait vécu une grande partie de sa jeunesse, elle se trouva émue, touchée. Elle découvrit que sa maison et son arbre avaient été brûlés, mais qu'à part ce détail, rien n'avait changé. Chaque maison était à sa place, les enfants de son âge avaient étaient remplacés par la génération qui lui avait succédé. Les habitants du villages furent heureux de la revoir, et on lui apprit avec douceur et compréhension que sa mère avait été retrouvée morte dans le feu de la maison. Avait-elle voulu chercher sa fille ? Avait-elle alors été surprise par les flammes ? On ne savait rien de la cause de l'incident, s'il avait été volontaire ou non. Et la jeune femme ne saurait probablement jamais ce qu'il s'était réellement passé cette nuit là, la nuit où sa maison avait disparue sous les flammes d'un feu vengeur. Aëlym remercia ses amis, les elfes du village qui avaient prit soin de faire une tombe à ses deux parents lorsqu'elle était absente. Elle alla se recueillir sur le couple de pierre tombales, implorant en Eldar la Nature d'être clémente avec leurs âmes, malgré leurs erreurs de mortels. Elle pria longtemps, puis elle se rendit compte qu'elle ne savais pas où coucher, ni ou vivre à présent, et elle n'était encore qu'une jeune elfe. Elle n'avait pas encore l'âge d'affronter la vie seule, malgré les quelques dizaines d'années qu'elle avait déjà vécu. Elle alla demander conseil aux plus sages elfes du villages. L'un d'entre eux lui présenta un mage elfe qui venait de s'installer pour quelques temps dans leur modeste regroupement de maison. Aëlym ne comprit pas immédiatement ce geste, jusqu'à ce que le mage en question, qui se prénommait Indor, lui proposa de l'héberger, et de lui apprendre ce qu'il savait. Aëlym n'en attendait pas tant : c'est ainsi qu'elle devint l'apprentie d'un maître mage. Ils passèrent de nombreuses années ensembles, et ce fut la période de la vie d'Aëlym qui lui plut le plus.

Le mage qui l'avait recueillit n'était pas un mage comme les autres : il possédait une magie hors du commun, qu'il disait unique, et qu'il avait inventé lui même aux fils des années. Elle se basait sur le dialogue avec la Nature, cette entité présente dans tout et partout, invisible, mais si puissante qu'elle permettait bien des choses si on savait lui parler ou communiquer par la pensée avec elle. Indor commença par apprendre la méditation à Aëlym, puis il lui enseigna comment se servir de son esprit, pour mieux se contrôler, penser plus vite et de par ce fait agir plus rapidement. Ce fut la partie la plus difficile pour la jeune elfe, car avoir l'entier pouvoir sur son esprit est quelque chose de fastidieux. Il lui fallu des mois entier à travailler chaque jours pour enfin parvenir à quelque chose de correct. Ce jour là, elle parvint de manière innée à battre son maître à l'épée de bois, combat témoins pour qu'Indor puisse juger de son avancée dans la magie. A partir de ce jour, son entraînement fût basé sur l'apprentissage du langage de la Nature. Aëlym apprit qu'elle pouvait comprendre l'Eldar, mais également les chants, et plus particulièrement la musique et les émotions : Les musiques véhiculent des émotions, des sentiments qui n'échappent pas à la Nature. Ainsi le maître enseigna à l'apprentie la musique, et notamment, il lui apprit à jouer d'un petit instrument en bois sombre ressemblant beaucoup de l'ocarina, une sorte de flûte très large et très courte. Pendant quelques mois encore, elle se concentra sur cet instrument, persuadée qu'il était la seule manière d'invoquer la Nature, et donc de posséder et d'utiliser ses pouvoirs. Or un jour, Indor lui avoua qu'elle pouvait également parler grâce à son esprit : la télépathie. Lui même ne sachant pas réellement se servir de cette télépathie pour parler aux mortels, il apprit à Aëlym comment il s'y prenait. Mais elle ne parvenait pas à faire apparaître une quelconque goutte d'eau dans sa main.

L'elfe était embêté que sa protégée ne puisse se servir de sa magie. Il approfondit longtemps ses explications, mais rien n'y fit. Après une semaine d'essais vains, Indor décida d'emmener Aëlym avec lui, faire le tout du Royaume d'Enetari. Pour ce faire il lui présenta ses chevaux : il en possédait deux, un étalon et une belle jument. L'étalon était blanc, la jument était crème, et ils étaient tout deux adorables, avec un caractère courageux, travailleur, proche des deux elfes comme s'ils étaient des leurs. Ils partirent donc tous les quatre, avec quelques vivres, sans aurevoirs, sans un mots à quiconque.
Aëlym apprit beaucoup de choses pendant ce voyage. Elle rencontré beaucoup d'elfes, quelques humains, de toutes professions. Elle rencontra des mages, des Guérisseurs, des bandits, des pirates. Elle croisa des marchands, des enfants, et également de nombreux animaux. Elle se rendit compte qu'elle avait la chance, grâce à son entraînement avec Indor, de pouvoir approcher toutes sorte d'animaux, les calmer, leur parler et qu'ils comprenaient ce qu'elle leur disait. Elle apprit enfin à créer des choses, de nombreux objets, mais surtout, elle parvint enfin à se servir de ses pouvoirs durement acquis. Elle se rendit compte qu'elle pouvait façonner le bois, le durcir, entrelacer les branches, plus ou moins en fonction de leurs tailles ou créer de statuette de terre, d'argile, selon la malléabilité de son élément principal, statuette immortelles, qui ne se défiguraient pas dans le temps. Ensuite, plus tard, elle parvint à tenir des flammes dans sa main, mais cet exercice lui était très pénible, car elle était sollicitée constamment affin d’alimenter le feu à l'oxygène qu’elle empruntait à l'air, et elle pouvait également le faire avec l'eau, qu'elle maintenait en l'air grâce à un déplacement de l'air. Elle réussit à comprendre comment se défendre rapidement et se servant d'une flamme et de quelques boules de feuillage tressées, qu'elle transformait ainsi en boulettes enflammées. Elle s'impressionna au début, malgré le peu de choses qu'elle savait faire, mais elle était fière d'elle. Plus tard elle apprit à créer également des statuettes d'eau et de feu, mais elle n'arrivait pas à les garder en vie très longtemps : cela lui brûlait beaucoup d'énergie.


Durant leur périple, qui dura des années, la jument d'Indor mit au monde un adorable poulain blanc aux yeux bleus pétillants de vie, qu'ils nommèrent Elwë. Indor tint à l'offrir à son apprentie, qui ne put refuser un tel cadeau : elle était tombée en extase devant le petit animal tout frêle qui venait de rejoindre la vie. Elle s'appliqua dès lors de son éducation. Il était le disciple du disciple du maître. Elle lui apprenait les tours les plus extravagants : le piaffer, l'amble, le salut, le pas 'espagnol'... Tous ce qui lui passait par la tête, elle lui apprenait, si bien que le vif poulain devint un courageux et intelligent étalon blanc, plus blanc que la neige elle même.
Lorsqu'ils revinrent au village natif d'Aëlym, personne ne la reconnu. En quatre années, elle avait grandit, embellie, et était encore plus sage qu'elle ne l'était avant. Elle montait à merveille, était comme en symbiose avec son jeune étalon de trois ans. Elle resta encore quelques mois avec Indor qui n'avait plus grand chose à lui apprendre. Elle avait maintenant une belle avancée dans la magie, et elle devait apprendre d'elle même, car c'était en elle même qu'elle détenait à présent ses pouvoirs. Or un jour, elle décida de partir à la conquête du pays, car en quatre ans, elle n'avait fait qu'un petit tour du monde, car ils s'étaient établis loin de la civilisation pour être mieux concentrés. Suite à ce souhait, Indor lui offrit son ocarina elfique, l'instrument sur lequel elle avait apprit à jouer pour parler à la Nature, une grande cape blanche brodée de liserés bleus et gris sur ses bords, mais également un grand bâton de marche en bois d'ébène, qu'il avait façonné grâce à ses pouvoirs mentaux. Il y avait incrusté une belle pierre verte et bleue à son sommet, enfermée dans un tourbillon de bois sombre. Elle le remercia chaleureusement, lui promit de revenir le voir, et partie ainsi, avec Elwë et son bâton, sur lequel elle accrocha son instrument de musique, le sourire aux lèvres et le cœur plein de joie.





Autre




    Pratiquant de l'Eldar:
    Niveau de sophistication:

    - Très élevé


    Don & Particularités:
    Aëlym possède un charisme très prononcé ce qui lui permet de se faire écouter de tout animal ou végétal. Ce charme s'applique également aux elfes/humain/nains, mais cela dépend de la personnalité de l'individu. De plus elle connaît énormément de choses sur les plantes et les animaux, et elle est très agile. Elle a cependant une peau très fragile qui se coupe facilement, mais rien de très grave généralement. Elle sait se battre à l'épée mais n'aime pas trop cela. Excellente cavalière, elle préfère la fuite au affrontements.

    Spoiler:
     


    Autre:
    Pour parler de mes disponibilités, j'aurais beaucoup de mal à passer et à poster en semaine : je suis en internat, donc pas d'internet... voili =)


Dernière édition par Aëlym Laërdein le Sam 21 Sep - 12:16, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philip Sartin
Dieu de l'Origine
avatar

Messages : 184
Date d'inscription : 29/11/2012

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/ Feïral /Ordre des Chevaliers
Âge: 35 ans
Signes particuliers: Une large cicatrice barrant son torse.

MessageSujet: Re: Aëlym, l'enfant perdue.   Mar 3 Sep - 14:30

Bonjour et bienvenu!

C'est une histoire fort intéressante et bercée de mystères que tu nous offre là, mais j'ai tout de même quelques détails qui me choquent.

1) Les Guérisseurs forment un guilde, bien que légèrement anarchique comparée aux autres, aussi il y a quelques étapes que ton personnage doit suivre pour y appartenir pleinement. Tu pourras les retrouver dans le contexte de la guilde.

Par ailleurs, la formation et le devoir de guérisseur le pousse à s'éloigner de toutes formes de violence. Sans cela, il ne peut-être pleinement accompli. (cf Nishati)

Si tu veux toujours que ton personnage soit un Guérisseur (au sens membre de la guilde, il n'est pas impossible d’œuvrer de son côté), il faudra remédier aux deux points ci-dessus et réduire quelque peu son tempérament belliqueux, ou au moins la munir d'armes moins mortelles que des dagues.

Enfin, lorsque tu auras pris connaissance des détails de la guilde, n'oublie pas de confirmer, ou non, l'appartenance des parent d'Aëlym à la guilde.

2)Il semble que ton personnage n'est pas été pleinement élevé par des elfes et reste assez jeune pour cette race. Bien qu'élevée par des mages elfes, elle n'a pas assez côtoyé son peuple pour prétendre à une maîtrise parfaite, que seul un érudit elfe peut obtenir.
Un niveau Très élevé reste cependant accessible et suffit à la pratique de la magie elfique, bien que n'usant pas de toutes ses finesses.
Bien sûr, Aëlym encore de bons siècles pour parfaire sa connaissance de l'art.

3)La magie, d'où qu'elle vienne, n'est pas aisée à appréhender, acquérir et contrôler. Je te demanderai donc de développer ce qui concerne le maître de magie de ton personnage et, éventuellement, ce qu'il lui a apprit de plus que ses parents.

Je n'ai rien de plus à reprocher et j'ai vraiment hâte de voir ton personnage en rp. N'hésite pas à poser des questions si quelque chose ne semble pas clair.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aëlym Laërdein
Mortel
avatar

Messages : 58
Date d'inscription : 02/09/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari
Âge: 67 ans (806)
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Aëlym, l'enfant perdue.   Mar 3 Sep - 15:58

Bonjour :)
Je ne savais pas qu'on pouvait ne pas entrer dans une guilde et œuvrer de son coté, mais comme tu le souligne dans ton post, je préfère n'appartenir à aucun groupe si cela est possible :3

Ensuite, justement, je me demandais si je pouvais avoir le niveau parfait, mais puisque tu le fais remarquer, je modifie ^^

J'aimerais savoir comment utiliser la magie dans ce monde.. Peut-on l'apprendre ? 'utilise-t-on avec seulement des mots elfiques ?

Et une dernière question : un elfe devient adulte vers la cinquantaine non ? Dans ce cas si Aëlym a 47 ans, est-ce qu'elle atteint l'équivalent de 20 ans humains ?

Merci :D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philip Sartin
Dieu de l'Origine
avatar

Messages : 184
Date d'inscription : 29/11/2012

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/ Feïral /Ordre des Chevaliers
Âge: 35 ans
Signes particuliers: Une large cicatrice barrant son torse.

MessageSujet: Re: Aëlym, l'enfant perdue.   Mer 4 Sep - 10:45

Il est tout a fait possible de n'appartenir à aucune guilde, c'est peut-être même le plus intéressant! ;)

Il y a de nombreux types de magies déjà référencés, connues et maîtrisées, comme inconnues ou sauvages.

http://aranor.forumactif.org/t6-resume-de-la-magie

Tu trouveras ici la plupart de celles en pratique pour le moment, il est prévu d'en ajouter et il n'est pas impossible d'en proposer si tu le souhaites.

Pour en revenir à la question de l'âge elfique: Un elfe pourrait avoir 100 années et n'en paraître que 16, pourquoi pas 20 quand il n'en a que 47? Après tout, leur corps cesse de vieillir tôt, mais cela ne veut pas dire qu'ils ne peuvent pas grandir vite.

Donc, toujours pas d'avis sur la question (comme dit à Thalian). Si un autre admin ne vient pas se plaindre que je suis trop laxiste, alors pas de soucis!

J'attends que tu fasses ton choix pour la magie avant de relire ton histoire ;).

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deryn Basalt
Dieu de l'Origine
avatar

Messages : 166
Date d'inscription : 29/11/2012

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humaine/Inconnue/Assassin
Âge: 33 ans
Signes particuliers: yeux blancs, moitié de l'œil droit rouge

MessageSujet: Re: Aëlym, l'enfant perdue.   Jeu 5 Sep - 16:43

Bonjour et bienvenue !
C'est une bien jolie fiche que voilà x) alors alors, pour moi tout va bien, à part un tout petit point, le même que Thalian en fait ^^' si ton village est bien un village d'elfe, ça ne va pas être possible, mais comme tu ne le dis pas précisément, je ne sais pas si c'est réellement le cas x) et puis aussi... quand elle part de chez elle après avoir vainement attendu sa mère, pourquoi part-elle si loin alors qu'il y a ce village, comme tu l'écris au début de ta présentation, qui aurait pu l'accueillir ?
A part ces deux points, rien à dire ;)

_________________


Spoiler:
 

Présence en pointillés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shaya Pyrius
Dieu de l'Origine
avatar

Messages : 135
Date d'inscription : 07/12/2012

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humaine/Feïral/Cartographe
Âge: 36 ans
Signes particuliers: Un papillon tatoué en haut de son buste.

MessageSujet: Re: Aëlym, l'enfant perdue.   Ven 6 Sep - 22:19

Bonjour bonjour.

Tout d'abord bienvenue sur notre Forum. Ensuite, au risque de répéter certaine chose, je dois dire que ton histoire est intéressante au point de vu du mystère que tu laisse planer. J'espère pouvoir en découvrir plus en Rp.

Ensuite, je soulignerai la remarque de Deryn en ce qui concerne le village. Les elfes sont un peuple relativement soudée surtout quand ils vivent ainsi en communauté. Il aurait était donc normal que l'un d'eux accueil ton personnage. Mais bon, peut-être est-ce dû au caractère de ton personnage...

Ensuite j'aimerai revenir sur ta description physique. En effet, tu dis que ton personnage possède une " force relativement élevée" qui lui provient de sa race. Hors les elfes ne possèdent pas cette caractéristique. La souplesse je veux bien te le concéder, mais pas la force. Surtout vu le physique de ton personnage. Elle ne peut donc pas vraiment tenir tête à un elfe adulte. Même vis à vis de l'habilité. Un humain on peut en discuter vu qu'elle sera plus souple.

Voila, c'est les seules petites choses que je reproche à ta fiche. Sinon tout va bien ;)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aëlym Laërdein
Mortel
avatar

Messages : 58
Date d'inscription : 02/09/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari
Âge: 67 ans (806)
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Aëlym, l'enfant perdue.   Sam 7 Sep - 18:39

Que de réponses !

Alors; Une question pour Philip : Quel est le genre de magie que je peux avoir avec mon personnage ? Parce que il y a beaucoup de choses, j'ai regardé, mais je ne sais pas ce que je peux prendre, ni comment l'utiliser...

Ensuite Deryn, je ne sais absolument pas pourquoi je l'ai fait partir du village, j'ai écris sans trop réfléchir, ça ne m'a pas trop paru incohérent, mais maintenant que tu le souligne... Est-ce réellement nécessaire que je le change ? Je vais modifier l'endroit de mon histoire, et le mettre à la frontière du 'pays' elfique, je pense que cela choquera moins par la suite...

Enfin Shaya, pour ma description physique, comme tu le fais remarquer, j'ai peut-être un peu exagéré et je m'en excuse. Pour préciser ce détail, je l'avais mit dans ma description car pour moi, et d'après ce que j'ai lu sur les elfes en général (pas seulement sur ce forum-ci), les elfes étaient une sorte de race supérieure aux humains, et ainsi ils les dépassaient dans tous les domaines. J'ai modifié ce passage en changeant 'elfe adulte' par 'humain adulte', j'espère que cela vous conviendra ^^

Voili !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philip Sartin
Dieu de l'Origine
avatar

Messages : 184
Date d'inscription : 29/11/2012

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/ Feïral /Ordre des Chevaliers
Âge: 35 ans
Signes particuliers: Une large cicatrice barrant son torse.

MessageSujet: Re: Aëlym, l'enfant perdue.   Sam 7 Sep - 19:00

Eh bien,
Mis à part la magie des noms (l'Eldar), naturelle pour ta race, il n'est pas impossible de rencontrer d'autres magies, notamment si tu possède un maître en la matière.
Pour le moment, dans les magies recensées dans le résumé, il n'y a que quelques magies "perdues" qui soient accessibles, plus ou moins en profondeur selon les connaissances de ton maître en la matière.

Cela comprend: La démonologie et la magie des plans.

Bien sûr, se sont des magies qui demandent de longues années d'études pour être correctement utilisée, mais ton personnage peut avoir des bases dans l'une ou l'autre.

Si ton maître était plus versé dans l'Eldar, tu peux simplement te rapprocher du mage elfe. (Je pense que tu connais Eragon, l'Eldar est similaire.) Comparés aux autres magies, ton personnage y est plus apte à avoir un très bon niveau, voir excellent, sans avoir à côtoyer son maître trop longuement.

La liste présentement donnée de magie n'étant pas complète (quelques ajouts sont encore à venir prochainement), il n'est pas impossible que ton personnage se munisse d'une autre forme de magie, que tu devras alors nous décrire au mieux pour qu'on la valide.

Ais-je répondu à la question?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aëlym Laërdein
Mortel
avatar

Messages : 58
Date d'inscription : 02/09/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari
Âge: 67 ans (806)
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Aëlym, l'enfant perdue.   Sam 7 Sep - 19:05

Oui, tu as répondu à ma question, mais du coup tu m'en a fait germer d'autres ^^
Donc je peux utiliser la magie si mon personnage, dans son histoire, a rencontré un mage possédant des capacités magiques plus ou moins élevées. C'est cela ?
Ensuite, cette magie que je pourrai donc (normalement) utiliser, comment, dans le RP, puis-je m'en servir ? Faudra-t-il que mon personnage parle, dessine dans les airs, danse, chante... ?
Et enfin, il faudra me dire quel genre de pouvoir je peux contrôler, en ayant un niveau moyen voire faible :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philip Sartin
Dieu de l'Origine
avatar

Messages : 184
Date d'inscription : 29/11/2012

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/ Feïral /Ordre des Chevaliers
Âge: 35 ans
Signes particuliers: Une large cicatrice barrant son torse.

MessageSujet: Re: Aëlym, l'enfant perdue.   Sam 7 Sep - 19:15

Eh bien eh bien..

Si tu dis la magie, je ne saurai pas te répondre, car le principe c'est qu'il y en a plusieurs et qu'elles ont leurs propres façons d'agir ou d'êtres appelées.

Donc, il va falloir me préciser de quelle magie tu parles X). Et si ce n'est pas une de celles que nous proposons déjà, ça va être à toi de proposer les réponses à tes questions.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aëlym Laërdein
Mortel
avatar

Messages : 58
Date d'inscription : 02/09/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari
Âge: 67 ans (806)
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Aëlym, l'enfant perdue.   Sam 7 Sep - 20:11

Donc j'ai le droit d'inventer ma propre magie si je l'explique bien dans ma présentation ? :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philip Sartin
Dieu de l'Origine
avatar

Messages : 184
Date d'inscription : 29/11/2012

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/ Feïral /Ordre des Chevaliers
Âge: 35 ans
Signes particuliers: Une large cicatrice barrant son torse.

MessageSujet: Re: Aëlym, l'enfant perdue.   Sam 7 Sep - 20:14

Et qu'elle est approuvée par les admins, tout à fait. ^^

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aëlym Laërdein
Mortel
avatar

Messages : 58
Date d'inscription : 02/09/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari
Âge: 67 ans (806)
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Aëlym, l'enfant perdue.   Sam 7 Sep - 20:17

Oui, bien entendu, ça allait avec ^^
Je vais y réfléchir alors, je modifierai ce soir ou demain. Merci pour toutes ces précisions ! :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deryn Basalt
Dieu de l'Origine
avatar

Messages : 166
Date d'inscription : 29/11/2012

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humaine/Inconnue/Assassin
Âge: 33 ans
Signes particuliers: yeux blancs, moitié de l'œil droit rouge

MessageSujet: Re: Aëlym, l'enfant perdue.   Sam 7 Sep - 22:18

Pour moi, c'est bon ^^

_________________


Spoiler:
 

Présence en pointillés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aëlym Laërdein
Mortel
avatar

Messages : 58
Date d'inscription : 02/09/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari
Âge: 67 ans (806)
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Aëlym, l'enfant perdue.   Dim 8 Sep - 21:36

Histoire modifiée, j'espère que tout va cette fois-ci, j'ai également changé le Royaume dans lequel Aëlym se trouve, j'espère que c'est le bon, si non je changerai vendredi ou dès que j'ai le temps ^^ voili =)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philip Sartin
Dieu de l'Origine
avatar

Messages : 184
Date d'inscription : 29/11/2012

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/ Feïral /Ordre des Chevaliers
Âge: 35 ans
Signes particuliers: Une large cicatrice barrant son torse.

MessageSujet: Re: Aëlym, l'enfant perdue.   Lun 9 Sep - 13:32

Eh bien, l'idée est intéressante, mais je t'avouerais qu'elle me dérange.

Si je ne me trompe pas, elle s'apparente fortement à du druidisme (symbiose avec la nature, faire du monde une extension de sa volonté, toussa toussa), sans le côté protecteur que cela impliquerai néanmoins.

C'est bien, c'est même très appréciable, mais c'est bourrin.

Je m'explique.

Nos protecteurs de la vie et de la nature attitrés sur Aranor sont les Guérisseurs, mais ils n'ont pas de contrôle sur la nature. La seule magie qu'elle leur confère, c'est de pouvoir percer ses secrets.
La maîtrise des courants est la magies la plus complexe de la tour des mages, tant et si bien que les maîtres en la matières sont rares et ont beaucoup étudié pour cela seulement.
La seule magie qui offre une "protection brûlante" c'est le Sinh, réservé à quelques élus assassins (et éventuellement élargie plus tard). Elle se révèle autant un fardeau pour son détenteur qu'un don puissant.
L'Eldar se compose du vrai nom de toute chose et confère donc, aux mage le pratiquant, la possibilité de converser directement avec chaque choses et de les pousser à agir en notre sens.

Enfin, le chamanisme est un pouvoir de cumulard qui permet de faire énormément de choses. Du moins, tant que les entités que l'on appelle se sentent d'humeur à aider ou à répondre. Sous peine d'en subir les conséquences.

Ta magie, possède un peu de toutes celles-ci, sans réel contre-coup, se faisant pratiquement unique et sans vraiment posséder un axe bien clair. En somme, c'est la porte ouverte à toutes les fantaisies. En somme, c'est ultime et donc mauvais pour le forum.



Cependant voilà, l'idée est intéressante. Oublier l'Eldar qui s'impose à la nature et posséder une véritable communion des sens pour la faire se mouvoir et nous venir en aide.
Voici donc les modifications que je te propose:

A haut niveau: -Un contrôle quasi total de la nature passive ( à savoir la flore): Ce qui permet donc de faire pousser les plantes plus vite, plier les branches, s'étendre les buissons, renforcer le parfum d'une plante ou d'une feuille, renforcement du bois etc..
-Une empathie avec toutes les créatures vivantes: Donc la possibilité de sentir la présence des créatures environnante et de deviner leurs intentions, en plus de pouvoir leur partager ses propres intentions.

A bas niveau : -Un contrôle faible sur les plantes de petites tailles : même que précédemment à des échelles minimes.
-Une empathie légère avec toutes les créatures vivantes : Il faut que la créature soit proche et que le mage puisse la voir pour y parvenir.

La pratique de la magie : Il faut que la mage puisse entrer en communion avec ce qu'il souhaite ''modifer'' (forme d'une plante, attitude d'un animal). Pour ce faire, il est d'usage de chanter, jouer de la musique ou danser, chacune de ses actions visant à communiquer une émotion pure à la nature et ainsi de mieux nouer son esprit à elle. Les mieux entraînés de ces mages parviennent à atteindre cet état d'esprit lors de simples méditation, mais les cas d'urgences sont trop troublant pour se passer des précédentes méthodes.

Les limites et contre-coups : Le mage lie son esprit à ce qu'il ''modifie'', s'il arrive quoi que ce soit à la (ou les) chose(s) en question, il le ressent comme si cela lui arrivait à lui même.
Exemples : Un animal dont-il partage les sens se fait blesser, la douleur se répercute chez le mage. De même pour une branche qu'il manipulerait se faisant tordre.
En cas de cassure ou d'amputation de l'objet en cours de ''modification'', le mage a de forte chance de tomber dans les pommes, dans le cas contraire, il pourrait subir des paralysies partielles plus ou moins longues, son esprit s'étant persuadé que certaines partie de son corps n'existent plus.
Par ailleurs, si le mage provoque volontairement, ou non, la douleur d'une créature ou d'une plante, la plante ou la créature peut se fermer à tout autre contact avec le mage pour un certain laps de temps qui dépendra de sa rancune.

Tu m'excuseras de ne pas ajouter ni le contrôle des courants, ni ta protection brûlante, mais je pense que les capacités décrites plus haut sont largement suffisantes pour avoir un bon mage, apte au combat. D'autant que ton personnage n'est pas non plus dénué d'aptitudes physiques.
Si cela te convient, je considère que ton maître est à un niveau optimal, en tant que fondateur de cette magie, et que pour ta part tu en es à mi-chemin. Il serait aussi appréciable que ton maître ait quelques pairs avec qui il a pu découvrir ce savoir, ce qui permettra de l'ajouter au résumé et de permettre à d'autres membres de l'acquérir.

Si tu veux néanmoins ajouter ou modifier quelque chose je suis à ton écoute, sans oublier que ce ne sont que des propositions et que tu peux tout aussi bien décider de jeter tout ça et de proposer encore une autre magie qui te convienne mieux.

Ah, et avant que j'oublie. Il y a un détail sur lequel je tique toujours un peu, mais que je laisse de côté à chaque fois et finit par oublier. Le pêcheur qui apprend à Aëlym à se battre à l'épée, a-t-il une réelle connaissance de cet art ? Si oui, je veux bien une légère allusion sur son passé pour en arriver à un tel point, sinon le niveau d'Aëlym dans le maniement de l'épée ne sera pas particulièrement élevé.

Eh bien.. quand on parle de magie, je m'emballe vite moi..

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aëlym Laërdein
Mortel
avatar

Messages : 58
Date d'inscription : 02/09/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari
Âge: 67 ans (806)
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Aëlym, l'enfant perdue.   Sam 14 Sep - 12:39

Je ne comptais pas faire quelque chose d'ultime, justement, je suis particulièrement contre ce genre de trucs... Je souhaitais que ça touche un peu à tout, mais sans contrôle complet, juste quelques babioles, mais qui puisse être un peu dans tous les domaines (feu, eau, terre..). Pour moi, l'aptitude 'combat ne m'intéresse pas, je préfère avoir des pouvoirs inoffensifs qui touchent à tous les domaines qu'un seul 'grand' pouvoir, tu comprends ?
Pour ce qui est des limites, bien entendu, j'adhère à toutes celles que tu as proposé.

Pour ce qui est de l'aptitude du combat à l'épée, non, Je n'avais pas spécialement prévu qu'Aëlym s'en sorte comme une chef, de toute manière. Pour moi, elle sait tenir une épée et se défendre vaguement avec, c'est tout.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philip Sartin
Dieu de l'Origine
avatar

Messages : 184
Date d'inscription : 29/11/2012

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/ Feïral /Ordre des Chevaliers
Âge: 35 ans
Signes particuliers: Une large cicatrice barrant son torse.

MessageSujet: Re: Aëlym, l'enfant perdue.   Sam 14 Sep - 14:07

X) bien, nous semblons nous comprendre donc.

Tu souhaites donc une magie plus tournée vers les domaines dont tu parlais ou celle que je te propose te convient? (dans tout les cas, j'ai commencé à apprécier cette magie, elle sera sûrement ajoutée à la liste)

Je ne voudrais pas enfermer ton personnage dans un rôle que tu ne lui voulais pas, donc n'hésite pas à reproposer d'autres choses.
Si toutefois cette magie te convient, je te laisse le loisir de lui choisir un nom.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aëlym Laërdein
Mortel
avatar

Messages : 58
Date d'inscription : 02/09/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari
Âge: 67 ans (806)
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Aëlym, l'enfant perdue.   Sam 21 Sep - 12:18

Fiche modifié, j'ai juste une dernière question : puis-je garder l'avantage de la musique ? C'est à dire que ma magie est plus forte/rapide/moins épuisante si Aëlym joue de la musique ?
Voili voilou ! j'espère que maintenant ça va =)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philip Sartin
Dieu de l'Origine
avatar

Messages : 184
Date d'inscription : 29/11/2012

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/ Feïral /Ordre des Chevaliers
Âge: 35 ans
Signes particuliers: Une large cicatrice barrant son torse.

MessageSujet: Re: Aëlym, l'enfant perdue.   Lun 23 Sep - 18:45


Pour ma part tout me va et puisque ce qui gênait les autres admins a déjà été réglé, je te valide sur le champs!

X) tu vas enfin pouvoir rp, j'ai fini de me plaindre.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aëlym Laërdein
Mortel
avatar

Messages : 58
Date d'inscription : 02/09/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari
Âge: 67 ans (806)
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Aëlym, l'enfant perdue.   Mer 25 Sep - 13:51

Youpiiiiii ! Merci ! :D

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Taelon d'Akeraï
Ange Bouquiniste
avatar

Messages : 311
Date d'inscription : 08/02/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 28
Signes particuliers: Il possède une cicatrice dans le dos assez voyante. Souvenir d

MessageSujet: Re: Aëlym, l'enfant perdue.   Mer 25 Sep - 15:51

Bienvenu parmi nous et amuses toi bien ^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aëlym Laërdein
Mortel
avatar

Messages : 58
Date d'inscription : 02/09/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari
Âge: 67 ans (806)
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Aëlym, l'enfant perdue.   Mer 25 Sep - 18:27

Merci :)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Aëlym, l'enfant perdue.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'enfant perdue ~Aliénor ~
» Enfant perdue : je vois ce que tu ne vois pas.
» Petite enfant perdue ♥ PV Misaki Shiro
» L'enfant et le mur. (acrylique 41cm X 51cm)
» Enfant abandonné à Morne Calvaire dans un champ de mais

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Guildes d'Aranor :: Au Ciel :: Façonnage des mortels (Présentations) :: Mortels parcourant la terre (validés)-