C H A T



 

Partagez | 
 

 Eyolf Ferrün

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Eyolf Ferrün   Ven 19 Avr 2013 - 22:10

Identité:

Nom: Ferrün

Prénom: Eyolf

Surnom: Loup de Fer

Âge et année de naissance: 53 ans

Race & Royaumes: Nain / Quetaïn

Guilde & Rang: Guilde des Marchands / Seigneur marchand


Psychologie:


Caractère: Jovial et de bonne humeur avec ses amis et particulièrement avec les pirates. Il est accueillant avec les étrangers et toujours d'humeur à commercer. Il est en revanche taciturne et fermé d'esprit dès qu'on aborde les sujets sensibles tel que son passé ou la guilde des Assassins.
Il est grande gueule et tout le monde l'entends hurler sur le port. Il a une volonté de fer et traque ses proies jusqu'au bout. C'est pas commode un nain énervé doublé de sacrément têtu. De plus Eyolf est capricieux et n'aime pas du tout la magie, surtout celle du vent. Pour finir il a le vertige et la hauteur le rend irritable comme les commentaires sur sa nage aussi lacunaire que ridicule.


Préférences: La bière et l'or ! Eyolf à beau être un nain il a le pied également le pied marin et un grand respect pour les frères de la côte ! Et fait bien que paradoxale il admire les techniques des Assassins pour la discrétion et la finesse qu'elles déploient, chose qu'un nain à bien du mal à avoir.


Physique:

Physique: Du haut de ses 1 mètre 20, et oui 1m20 c'est déjà pas mal pour un nain ! Eyolf affiche une épaisse barbe noir tressée de ruban d'argent, pourquoi se priver quand on est riche ? Eyolf n'est pas gros comme la plupart des nains de son espèce (vous savez les petits rondouillards de mauvaise humeur resté trop longtemps sous terre à boire et chercher des métaux précieux pour leurs palais prestigieux) mais ne pèse pas moins de 102 kilos tout de même. Eyolf a les cheveux hirsute et noir avec des grands yeux bleu, le grand air à du contribuer à que ses yeux ne devienne pas aussi noir que du charbon. Il a le pied léger, du moins tout est relatif car on parle d'un nain là tout de même, mais aucune endurance.

Vêtements & Équipements: Un seigneur marchand se doit d'être respectable et cela se voit à la richesse de ses atours bien avant le nombre de ses navires. Eyolf ne déroge pas à la règle. Vêtu d'une armure naine en or raffiné par dessus une longue veste pourpre avec de longs fils d'or le long de ses manches Eyolf ne laisse pas indifférent et le louper entre deux navires marchands seraient un exploit. Autours de cette veste descendant à ses genoux deux lourdes ceintures de cuir cernent sa taille de leur boucle d'argent. En dessous de ses genoux un fin pantalon rouge sombre descend jusqu'à ses bottes de cuir marron. Eyolf ne porte ni bague ni autre bijoux. Il a toujours une bourse de cuir rectangulaire à son côté droit fixé à sa ceinture contenant son carnet de compte et traités commerciaux. Sa bourse personnelle se trouve quand à elle à l'opposé de l'autre et regroupe ses précieuses pièces d'or. Le Loup de Fer porte comme unique arme un sabre de Corsaire de bonne facture accroché à sa ceinture près de sa main gauche.

Prix gagnés lors du concours des Guildes:
1) Une chevalière, munie d'une gravure en forme de tête de mort et de cercles entrelacés (pentacle), qui accorde les services d'un Gnome. (démon de niveau très faible,à la limite de l'intelligence et dénué de sorts) Capable de se camoufler, ce serviteur sait passer inaperçu et peut-être invoqué ou révoqué en quelques mots. S'il est fourbe, il n'est ni rusé ni capable d'aller contre un ordre direct. Minable au combat et trop bavard.
2) Un fier destrier de la cité blanche vous sera remis. Splendide bête à la robe grise et dressé par les plus fiers cavaliers, il ne rechignera jamais à porter de lourdes charges et se ne se défile pas devant le combat. Un compagnon comme on en trouve peu.
3)Un chapeau d'illusion. Porté sur le chef, ce chapeau donne à son propriétaire une autre apparence ( unique et non modifiable) aux yeux des personnes alentour. Indécelable à la vue, ce déguisement peut être une échappatoire à bien des situations difficiles.



Histoire:

Orphelin à l'âge de 7 ans, il fut recueillit par un/e Cartographe après que sa famille est été tué par la guilde des Assassins. Il passa son enfance à parcourir le monde avec son gardien avant d'être intégrer à une caravane allant dans le désert de Sipheaï à ses 12 ans. Là il fut initié au commerce sous toutes ses formes. Ainsi son apprentissage passait de l'art de la manipulation, éloquence et regard franc, au brigandage, coup dans le dos et sabotage des empires commerciaux ; voir des concurrents eux même. La formation dura 8 ans, le temps d'appréhender un peu les différents milieux d'influences des marchands. A 25 ans ont le mis à la tête de sa première caravane. Bien qu'encore jeune pour diriger une si lourde tache le responsable de la caravane eut rapidement confiance en lui le jour où il marchanda une opale qu'il avait récupéré dans les tréfonds de sa montagne natal contre assez d'eau pour tenir 3 jour dans le désert avec leur caravane de 25 personnes. A 30 ans il avait commercé dans les plus grandes villes et les guildes les plus renommées demandaient ses services et ses marchandises d'excellente facture. Il faut dire que passer 5 ans de son enfance avec un Cartographe aide un peu à se faire une place de choix dans le métier. 5 ans à voyager de long en large aussi bien sur le papier que sur le terrain. 5 ans à tisser des liens dès son plus jeune âge. 5 ans à apprendre les mœurs et cultures des différentes guides. Sans compté toutes ses aventures avec les différentes caravanes ou navires qu'il avait vécu une fois que le/a Cartographe fut partit. La guilde qu'il appréciait le plus était sans nul doute celle des pirates. joyeux lurons, gais compagnons, ivrognes ou barbares, même les plus frêles aimaient la bagarre. Seul bémol, le rhum coulait plus que la bière dans les tavernes de la Crique des Pirates. Et oui même à 10 ans un nain reste un nain. Et oui les cartographes ne sont pas tous des papis grincheux ou de jeunes boutonneux studieux. Un an après il avait la main mise sur un empire commercial aussi puissant sur terre que sur mer. Il était devenu un seigneur marchand renommé au début de sa majorité. amis le loup de fer gardait en lui cette blessure hurlante de la mort de sa famille et vouait une haine tenace envers la guilde des Assassins. Cela fait aujourd'hui 46 ans que ces sombres événements se sont produit et que ce passé me hante. Je n'ai jamais trouver les coupables, seul une dague reste de mon macabre enfance sous la montagne.

Autre:


Don & Particularités: Commerce spécialisé dans les métaux qu'ils soient nobles ou non. Goût pour la cartographie.


Guilde des Marchands:



Statut: Seigneur Marchand


Palais personnel:   Oui. Un modeste palais. [ je préfère vous laissez me guider dans le style du palais car je veux qu'il colle au royaume de Quetaïn ]. Il y a dans l'enceinte du palais une immense forge pour les armes de luxe (pour les rois, seigneurs et riches particuliers) et de haute facture (fournit la guilde des Chevaliers si besoin est) ainsi qu'un petit laboratoire d'alchimiste préparant les recettes les plus basiques tel que la poudre à canon.

Spécialité: Armes, armures, boulets de canons, bijoux. Un nain avec un Empire commercial basé sur les métaux de même que certaines poudres plus ou moins explosives.

Accord passés avec le Sultan de Quetaïn: [ A voir lors d'un entretien Rp avec lui ].[u]


HISTOIRE


Chapitre I: Roches pourpres.

C'était une soirée comme une autre; Les mineurs n'étaient pas encore remonté des tunnels les plus profonds et Rholin le tavernier sortait les tonneaux de cervoises sur la terrasse. J'aimai bien flâner sur cette terrasse à siroter un jus de pomme frais venu des rares pommiers de la surface, Rholin en avait toujours pour moi, en même temps tous les autres nains buvaient de la bière. La taverne était accolé au palais et on commençait à sentir le doux feu de bois des cuisines à cette heure. En contrebas se trouvait un long précipice veiné de sillons d'or. La lumière des torches des nains remontant de l'artère s'y reflétait jusqu'au plafond de l'immense caverne en une myriade de teintes jaune orangé.

-:"Au feu !".

Je me retournai sur ma chaise. Le palais était en flammes et des combattants vêtues de cuir sombre affluaient de toutes parts sur les remparts égorgeant les guerriers nains sans se soucier du brasier qui faisait rage dans l'enceinte du palais. Je me levai précipitamment de ma chaise bousculant la table où se trouvait mon jus de pommes. C'est à ce moment où je fus cueilli au niveau du plexus solaire par un puissant coup du plat du pied. Je n’eus pas même le temps de tourner la tête vers mon agresseur que j'étais déjà à terre haletant. Un deuxième coup de pied s'enfonça dans mes côtes au moment où je tentai, à quatre pattes, de me relever. Je fus projeter quelques mètres plus loin au pied d'un Rholin rageur venant de sortir de la taverne toute masse dehors. A peine arrivé à destination de mon vol plané, mon ami du haut de son unique mètre et de ses 60 années, fonça droit sur la fine silhouette vêtue de noir en me criant de m'enfuir. Je me relevai pataud et m'enfuis par l'arrière de la taverne. Je n'eus pas à courir longtemps pour voir les premiers cadavres des miens et des mystérieux guerriers noirs. Après 7 minutes de course acharné à zigzaguer entre les rochers et les abimes de roches j'arrivai enfin devant l'échoppe de mes parents. Une boule me noua l'estomac et une longue sueur froide s'immisça le long de ma colonne vertébrale au moment de passer le pas de la porte. Mes doigts frôlèrent la poignée d'argent et je poussai doucement le battant de la porte. Devant moi une femme au corps élancé avec des yeux d'un bleu océan était assise en tailleur sur la table ronde où mes parents prenaient leur pose de midi en sirotant une bière fraiche. Elle me sourit, découvrant ses dents d'un blanc irréel et se mit à rire doucement en désignant de son doigt deux morceaux de papiers ensanglantés à mes pieds. Je me baissai pour les regarder de plus près et je vis la tête de mes parents fiché dessus avec une somme ahurissante juste en dessous. Je fus pris de vertige et je trébuchai en me relevant sur le pas de la porte. Je m'écrasai lourdement au sol la tête la première et m'évanouis.

Eyolf se leva de sa chaise, quitta son bureau et alla remuer du tison les quelques braises restante de son feu. Il soupira profondément. Écrire ce passage de sa vie lui était difficile. Il se releva, attrapa un gobelet de bière sur une table basse au passage et retourna s'asseoir derrière son bureau. Il repris la plume.

Je me suis réveillé dans un chariot cahotant au milieu d'un amas de caisse de parchemins et cartes en tous genre. Je me suis relevé après un moment à essayer de me remettre les idées en place. C'est là que je vis pour la première fois le conducteur du chariot. Ou plutôt la conductrice. Une jeune femme qui devait avoir autours des 25 ans se tenant à l'avant du chariot, ses cheveux se balançant au gré du vent.

Eyolf referma son carnet de bord et posa sa plume. Il s'étira et partit rejoindre son lit buvant sur le trajet le contenu de son gobelet.

Chapitre II: Les sables hurlants. Partie 1: La caravane.

  -"Hey le môme bouge toi les fesses on doit se dépêcher de repartir !"

Deux semaines. cela faisait déjà 2 semaines qu'Elina m'avait déposé dans cette caravane, une vraie plaie. La bouffe était immonde. Mon intendant casse pied. Le soleil tapait fort et encore ce n'était qu'un euphémisme ! 35 degré à l'ombre ! J'ai beau être un gamin en pleine croissance ayant besoin de ses vitamines D quotidiennes j'en reste pas moins un nains ! Ce que mon intendant ne manquait pas de souligner d'ailleurs...

  -"Hey nabot jt'ai dis quoi à l'instant ?"

Eyolf soupira et ramassa la caisse de menthe en fronçant le nez.

  -"Quoi qu'est ce qu'il y a ! Elle te plait pas ma menthe ?"

Eyolf se détourna en chargeant la caisse dans le troisième chariot. Là où se trouvait les caisses de menthe raffiné des elfes des forêts d'Enetari, se récita t-il dans sa tête. Quelle idée de faire voyager de l'herbe. Qui plus est dans un désert ! Eyolf était désespéré par la connerie des elfes car oui, c'était belle et bien une caravane elfe.

 Eyolf posa sa plume et ricana en regardant ce qu'il venait d'écrire. "Ça ne va pas plaire à certain ça !" commenta-t-il tout fort dans son bureau en rigolant. Il essuya une larme du coin de l’œil et se remit à écrire.


 La caravane repartit après le petit déjeuné au moment où les étoiles eurent cesser de briller et que le ciel s'éclaircissait. Les elfes commencèrent à enlever leur laine et Eyolf sourit moqueur en les regardant faire. C'est précisément à ce moment qu'il prit un taquet derrière la tête de son intendant.

 -"Alors on flâne le nain ?"

Il s'appelait Aelon et devait fêter ses 37 ans le soir même. Un jeune elfe élancé, un brin moqueur et très zélé vis à vis de son père. Bon ok ce n'était pas qu'un brin qu'il était moqueur ! Ça allait de la racine aux pétales et son humour était plutôt contestable !

  -"Aelon où est l'infusion !", son père venait de crier depuis le premier chariot jusqu'à notre cinquième qui fermait la caravane.

  -"J'arrive père !" Aelon sauta du chariot en tendant les rênes à un elfe à côté de lui et partit au pas de course rejoindre son père.

 -"Quel joli petit lièvre" commentais je.

 -"Tu ne devrais pas te moquer bonhomme", répondit Ercoeur, l'elfe à qui Aelon avait passé les rênes. Aelon est moqueur mais il est brave, il a de lourdes responsabilités".

 -"Je ne suis pas un bonhomme, répliquais je ne sachant quoi dire à cet elfe de 103 ans passé".

 -"A 12 ans tu reste un bonhomme pour moi", sourit-il.

Aelon revint une vingtaine de minutes plus tard l'air sombre. Il se tourna vers Ercoeur et tendit la main sans un mot. Ercoeur lui tendit les rênes.

 -"C'est Eelin ?" demanda Ercoeur.

 -"Oui", répondit Aelon avant de reprendre son mutisme.

Je me tus et attendis le midi.


Chapitre II: Les sables hurlants. Partie 2: Nouvelles rencontres.

 Bien que la journée fut plus chaude qu'à l'accoutumé je ne m'en plaignis pas, ce qui détendit notre convoie et ramena une certaine sérénité au sein du groupe. Le repas du midi c'était déroulé sans accro et notre convoie avait particulièrement bien avancé aujourd'hui. Le soir avait rafraichit l'air étouffant et on ne parlait plus que de la fête d'Aelon. La caravane s'arrêta en cercle et des banderoles de couleurs furent hissé au sommet des chariots. Au moment de faire la halte je vis au loin un orc en pagne portant sur son épaule un sanglier. Je tournais la tête vers Ercoeur toujours avec les rênes. Il remarqua mon désarroi et me demanda:

 -"C'est encore le banc de bois qui gène ton arrière train ?", en rigolant.

 -"Je viens de voir un orc en pagne près du 4ème chariot !", haussais je le ton, surpris de ma découverte.

 -"Pas si fort", chuchota t-il précipitamment :"Tu vas réveiller Aelon", il se redressa sur le banc et commença à m'expliquer :"Nous sommes une caravane composé de sept chariots. Le premier est composé de notre chef Firrïs et de ses deux associés. Pogröm, un orc de 34 ans et de Mathieu un humain de 46ans.

 J'en restais bouche bée persuadé d'être dans une caravane composé exclusivement d'elfes. Et dire que je n'avais rien vu pendant ces 2 semaines ! Ercoeur continua son explication sans se soucier de mes réactions.

 -"Le deuxième chariot accueil Eelin, sœur d'Aelon et fille de Firrïs, ainsi que Vilinpayne sa nourrice elfe. Tous les effets personnels de Firrïs et de ses deux associés y sont gardé. ensuite le troisième chariot que tu connais bien".

 -"La menthe !",le coupais-je l'air maussade à l'évocation de cette herbe verte.

 Il rigola:"Oui la menthe. Le chariot est géré par une sryle et ses deux assistants, un elfe et un homme. Puis vient la quatrième chariot,...". Il n’eut pas le temps de finir que la halte fut donné. Il arrêta les cheveux et descendit du chariot en s'étirant ;"on reprendra cette discussion plus tard", déclara t-il.

 Je m'étirais à mon tour avant de descendre et passer dans les chariot en face aider les elfes pour préparer le repas. On mangeait exclusivement avec les membres du chariot d'en face. Quatre elfes d'âge mûre dissimulant mal leur gênes en me voyant. J'avais finis par m'y habituer même si être le seul nain entouré d'elfes moqueurs à tous les repas n'avait pas été simple à vivre les premiers jours. Nous commençâmes à préparer le repas dans le calme et Aelon recommença à me taquiner comme à son habitude. Au moins il allait mieux, pensais je.

 Une fois la majeure partie du repas préparé pour la fête je partis faire un tour entre les chariots, allant voir de mes propres yeux ce que m'avait dit Ercoeur durant la journée. Je retournais au chariot et vus effectivement que l'elfe qui m’accueillait pour charger et décharger les caisses de menthes n'était pas seul. Une petite sryle rondouillette lui donnait des instructions et un jeune humain l'aidait. Je les regardais s'activer un moment avant de repartir zigzaguer entre les chariots en cercle. Je partis ainsi à la recherches des autres espèces et des orcs en particuliers. Ce ne fut pas très long à les trouver et je me demandais sincèrement comment j'avais fait pour ne pas les voir avant. L'orc passa devant moi. Il faisait 3 fois ma taille et au moins 5 fois mon poids et portait un cerf sur chaque épaule. Je m'interrogeais un instant comment ils arrivaient à conserver toute cette viande avant d'être interrompu dans mes réflexions en voyant passer Firrïs. Je ne l'avait jamais vu mais Ercoeur m'en avait beaucoup parlé. A ses côtés se trouvait un homme vêtu d'un simple pantalon de lin blanc, tout comme sa chemise: " sans doute Mathieu", me dis je. A côté de l'homme se trouvait un orc immense, encore plus gros que celui portant les cerf, il avait pour tout habit un large et lourd pagne rouge sang noué autours de sa taille. Firrïs tourna sa tête dans ma direction.

 -"Bonsoir jeune nain. C'est dont toi le protéger d'Elina. Enchanté", Il sourit sincère, imposant de calme et de sérénité. Il reprit devant mon visage déconfit: "Te plais tu dans notre caravane ? Mon fils ne te fais pas trop de misères ?".
 
Mais comment savait-il ?

 -"Euh... Oui !" répondis-je précipitamment  perdu dans mes pensées.

 Il rigole et repris sa route.

 Je croisais la route de plusieurs orcs et humains durant la soirée. La viande grillaient dégageant une odeur alléchante. Et Aelon était détendu et rieur. Aucun problèmes à l'horizon, j'allais passer une bonne soirée. On se mit à table quelques heures plus tard. Après un festin de princes deux elfes tracèrent un immense cercle autours des trois feux où nous avions fait griller la viande. Tous se levèrent invitant hommes et femmes sans distinction de race ou de sexe. Je dansais ce soir là avec une jolie elfe que je n'avais pas encore vu avant de retourner en direction de mon chariot dormir. Le ciel était magnifique; Les étoiles dans le désert brillent plus que nul part ailleurs, je sentis un pincement au cœur en revoyant les torches des nains revenant de la mines projetant leur lumière contre les pierres de la caverne. Je soupirais doucement de bonheur, je commençais à apprécier cette caravane.


Chapitre II: Les sables hurlants. Partie 3: Imprévu

  Le lendemain ce ne fut pas le soleil qui me réveilla comme à mon habitude mais des gémissements de douleurs et un murmure anxieux grondant au dehors de mon chariot. Il faisait encore nuit lorsque je descendis de mon lit de paille et vis un chariot renversé et deux autres brulant sur le sable. Les membres de la caravane s'activaient de partout. Un orc tentait de relever le chariot contenant les tonneaux d'eau tombé avec l'aide de deux elfes. Quelques hommes, elfes et orcs tentaient pendant ce temps de stopper les flammes qui ravageaient les deux autres chariots brulant. Le reste des membres étaient blessés ou afféré à s'occuper d'eux. Seul Firrïs, Mathieu et Pogröm étaient à l'écart en train de discuter nerveusement. Je partis rejoindre Ercoeur sauver la maigre cargaison tombé des chariots en feu. Il me vit et me tendit une petite poupée et un flacon de gélules vertes.

 -"Va rejoindre Eelin et rassure là. Elle est avec Aelon, il est blessé, tu lui donneras deux de ces gélules".

 Sa voix anxieuse et encombrée par la fumée qui lui irritait la gorge. Je partis dans la direction qu'il m'indiquait. Je vis rapidement Aelon allongé à côté des autres blessés. Eelin était près de lui en larme. Je m'accroupis à côté d'elle lui tendant la petite poupée en forme de fée. La peluche avait l'aile gauche brûlée mais la petite fille la prit contre elle sans s'en soucier. Elle me regarda de ses grands yeux vert feuille pendant que je faisais avaler les gélules vertes à Aelon qui étrangement ne protesta pas et me laissa faire. Comme quoi grièvement blessé il est amusant de voir que notre égo laisse place à la gratitude. Eelin cessa de pleurer au moment où une jeune sryle nommé Marie rencontré à la fête s'approcha d'elle pour l'attirer dans ses bras.

 -"Où est Vivi, Mama ?", Eelin avait parlé d'une petite voix triste à sa protectrice.

 -"Ne t'inquiète pas ma chérie, elle va bien".

 Marie était préoccupé et elle vu que je m'en étais aperçu. Je quittais le groupe des blessés et partis aider Ercoeur.

 Une fois les flammes éteintes et les premiers soins donné aux blessés, Firrïs et ses deux compagnons rejoignit le centre de la caravane. Progröm prit le premier la parole: "L'attaque de cette nuit n'était pas naturel", rugit-il en levant son bras musculeux couvert de traces de crocs et de griffures. Il se baissa et posa un genoux au sol traçant de son doigt une carte dans le sable.

 -"Voilà approximativement où nous sommes", répondit Firrïs à la question silencieuse de tous.

 -"Il nous faudra encore trois jours de route avant de quitter le désert et atteindre les premières rivières où nous pourront nous approvisionner en eau", reprit Pogrôm: "Nous sommes désormais tous en rationnement et je veux deux groupes de trois veilleurs qui patrouilleront toutes les nuits. Il se releva sans un mot. Tous avait comprit son rôle.

 Au moins le ton était donné. Ce fut Mathieu qui arriva ensuite devant nous. Il était revenu pendant que Pogröm c'était relevé. Il fut clair et tranchant.

 -"Nous avons à peine de quoi tenir un jour et une nuit et ceux malgré le rationnement. Nous allons devoir faire des sacrifices", il se détourna.

 Firrïs parla en dernier prétextant que Mathieu était sur les nerf et calma tout le monde. Nous reprîmes immédiatement la route.


Chapitre II: Les sables hurlants. Partie 4: Négoces féroces

J'étais sur le toit du chariot de menthe nauséeux avec les effluves qui remontaient avec la chaleur malheureusement notre chariot avait brûlé. Mais il y avait également le chariot d'Eelin qui avait brûlé avec à son bord tous les effets personnel de nos chefs d'expéditions. Ainsi notre chariot comptait la présence de moi-même totalement malade, Ercoeur aux rênes discutant avec Marie, Aelon blessé allongé parmi le menthe et Eelin à ses côtés. Ercoeur et Marie discutaient de la récente disparition de Vilinpayne à voix basse pour ne pas qu'Eelin puisse les entendre. Personnellement je trouvais que dans notre malheur nous avions eu de la chance, aucun mort à déplorer et ceux même si nous avions perdu trois de nos chariots. Mais bon c'est vrai tout de même que vu le bûcher que nous avions fait avec les chariots brulant toutes les tributs nomades et gros prédateurs attiré par la chaleur et la lumière avait du nous voir à moins de 5km à la ronde. En fin de compte même si nous ne mourrons pas ce soir égorgé ou dévoré nous seront tout de même condamné demain par la manque d'eau. Je commençais à vraiment beaucoup aimer ce désert...

 Je sortis de mes pensées au moment où une lunette m'atterrit dans mes mains. Notre chariot ouvrait la route avec deux orcs comme éclaireur, régulièrement Ercoeur m'envoyait la lunette pour que je regarde ce qui se passait à l'horizon depuis mon perchoir. Je braquais la lunette devant moi.

 -"Les éclaireurs reviennent", dis-je à Ercoeur machinalement.

 -"Ok, ils sont en retard", répondit Ercoeur.

  Les éclaireurs passèrent devant nous au galop sans un mot et remirent leur rapport à Pogröm. Depuis mon toit j'entendais toute la discussion. Une caravane orc avait été repéré. Un des éclaireurs revint quelques instant plus tard pour expliquer l'histoire et les consignes à Ercoeur et Marie puis il ouvrit la route. Pendant que nous avancions dans la direction de la caravane un archer elfe, deux hommes et le 2e éclaireur orc intégralement équipé escortèrent Firrïs et Pogröm jusqu'à la caravane orc sur leur monture. Nous les rejoignirent une petite heure plus tard, trempé de sueur. Le soleil était à son Zénith et voir les toiles tendus de toutes les couleurs devant nos yeux avec nos deux chefs sur de confortables coussins annonçait enfin un peu de repos. Enfin, se contentait seulement...

 Pendant une heure Firrïs et Pogröm avait essayer de négocier trois tonneaux d'eau mais impossible d'y arriver. Les voulaient deux de nos chariots avec les montures plus la cargaison entière d'armes. Nous étions tous installé autours de Firrïs en demi-cercle. Mathieu à la gauche du chef des elfes, Pogröm à sa droite. la tribut orc qui nous toisait de haut en avait fait de même autours de leur chef. Après une demi heure supplémentaire de débat acharné avec le chef orc de la caravane de nomade, Firrïs s’apprêtait à céder. C'est à ce moment que je me levais. Tous les regards se braquèrent sur moi.

 -"Euh... J'ai peut-être quelque chose qui pourrait vous intéresser",dis-je maladroitement, conscient d'avoir été peut-être un peu prompt à offrir mon aide à ma caravane. J'enfouis ma main dans ma sacoche et tendis devant moi un grenat veiné d'or. L'orc regarda la pierre sans rien dire, son visage de marbre mais déjà un murmure se propageait dans la tribut de nomade orc. L'orc leva la main et le murmure naissant mourra instantanément.

 -"Où as tu eu çà ?" demanda calmement l'orc en appuyant sur le "çà".

 -"Acceptez-vous ?", répondis-je mal assuré.

 -"Où !", martela t-il de sa voix de stentors.

 Je jetais un regard en coin à Firrïs sentant mes jambes commencer à flancher. Il me calma d'un sourire apaisant. Je plantais mes yeux dans ceux du chef nomade et d'une voix calme je lui répondis:" Ça ne fait pas partit du contrat".

 Après une minute d'angoisse qui dura 1000 ans planté devant ce géant de muscle, à porté des arcs et javelots des autres orcs derrière leur chef qui commençait à s'agiter, Firrïs c'était levé et après quelques formules protocolaires l'accord c'était conclut. Du moins c'est ce que m'expliquait Ercoeur alors que j'étais étendu sur de moelleux coussins dans un chariot en mouvement. Il me raconta comment je m'étais évanouis au moment où le chef orc se levait et qu'en tombant inconscient ma tête avait dangereusement frôlé la lame de la hache de Pogröm pour finir sa course sur son pommeau. Il m'expliqua également que Firrïs avait décider de me donner des cours d'économie et de commerce en milieu hostile et que si je ne sautais pas immédiatement du chariot je serais en retard. Je le regardais un instant avant d'assimiler ce qu'il venait de me dire et sauter du chariot à la vitesse de l'éclair, fonçant vers le chariot de mon futur professeur. Ma vie venait de commencer.

 Eyolf s'étira, regardant le parchemin, satisfait. Il posa sa plume et laissa sécher le livre au soleil avant de sortir faire un tour en ville.


Dernière édition par Eyolf Ferrün le Jeu 11 Juil 2013 - 10:24, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Philip Sartin
Dieu de l'Origine
avatar

Messages : 183
Date d'inscription : 29/11/2012

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/ Feïral /Ordre des Chevaliers
Âge: 35 ans
Signes particuliers: Une large cicatrice barrant son torse.

MessageSujet: Re: Eyolf Ferrün   Ven 19 Avr 2013 - 23:59

Bonjour Eyolf et bienvenu parmi nous.

Je me réjouis que tu choisisses de faire un nain, seigneur marchand qui plus est ! Nous en avons si peu ! Cependant, le rang de Seigneur Marchand est très important et me forcera donc à te soumettre à un test de rp. Si tu désires toujours en faire un, il faudra que tu me simules un rp de bonne taille, relatant une histoire de ton personnage dans la situation qu'il te plaira.

Mais avant cela, j'aurais quelques réserves concernant ta présentation. Principalement sur l'histoire, comme tu pourras le noter. Le parcours de ton nain est intéressant mais le tout fait un peu brouillon, si tu pouvais corriger les points suivant, cela jouerait en ta faveur :

1)Marchand ou combattant? D'après son parcours, ton nain ne semble pas avoir de qualités de combattant, qu'entends-tu alors par ''traque ses ennemis jusqu'au bout ?''

2)Recueilli par un Cartographe à la mort de sa famille.. Comment, pourquoi? Vivait-il hors des mines pour ne pas être recueilli par un nain?

3)Initiation au commerce dans une caravane, pourquoi pas, mais "l'art de la manipulation, éloquence et regard franc, au brigandage, coup dans le dos et sabotage des empires commerciaux" toujours dans une caravane? Sans doute n'est-ce pas là la meilleure place pour son apprentissage

4)Origine du surnom? Un surnom se gagne par des actes, on ne voit pas trop pourquoi ''loup de fer.''

5)"le jour où il marchanda une opale qu'il avait récupéré dans les tréfonds de sa montagne natal contre assez d'eau pour tenir 3 jour dans le désert avec leur caravane de 25 personnes" Je veux bien croire que ça fait beaucoup d'eau mais.. quand a-t-il obtenu cette opale? Ne voyageait-il pas avec un Cartographe? Et puis, se séparer d'une opale pour de l'eau ne me semble pas très propre à un nain.

6)" il avait commercé dans les plus grandes villes et les guildes les plus renommées demandaient ses services et ses marchandises d'excellente facture." Eh bien, quel genre de marchandise lui ont permis de se faire connaître à ce point? Il faudrait détailler un peu plus son gain de renommé pour lui donner un peu de crédit.

7)Les guildes ne sont pas des peuples, leurs cultures et leurs mœurs sont souvent propres aux origines de leurs membres qui sont diverses et variées.

8)Quel genre de liens, tissés lors de ton voyage avec son tuteur cartographe, ont permis à ton nain de tirer avantage dans le milieu du commerce? Un peu de précision ne fait jamais de mal.

9)Les pirates.. Associer un Seigneur marchand à des pirates est un petit peu trop.. Surprenant pour que cela se passe de détail (et oui encore une fois!). Eh oui, pourquoi ne l'a-t-on pas détroussé ce nain? Qu'est-ce qui lui a permis de côtoyer le milieu du vol et du pillage? Surtout à 10 ans..

10)Je suis peut-être le seul, mais entre les flash-back et l'histoire de ton nain.. je me suis perdu. Dois-je comprendre que le nain possédait un empire commercial à 31 ans? (si non, il faudrait peut-être ordonner un peu tout ça)

11)Juste parce que je n'aime pas les chiffres ronds: On passe de la troisième personne à la première sans transition aucune?

12) Ah ben une autre question en fait. Un laboratoire d'Alchimiste? S'est-il acoquiné aussi avec la guilde des Alchimistes? Ou improvise-t-il? Jusqu'aux dernières nouvelles, par nécessité politique, Sipheaï possède le monopole de la poudre à canon, je pense que laisser un alchimiste en produire pour un étranger serait assez mal vu par la cité, comme par les alchimiste et qu'un assassinat serait à prévoir par la suite.

13)Hum.. Fait étrange. Le Cartographe-tuteur n'a pas de sexe bien défini. A moins que ce ne fut pas déterminable, je crois qu'il serait bon de se fixer. Il, elle?.. Les deux?

Voilà, j'espère que tu comprends que le poste que tu demandes nécessite un regard pointilleux. Le bon point c'est qu'il n'est pas nécessaire de refaire toute l'histoire ! Il suffit souvent de détailler un peu;)

Toutefois, si le courage te manque, ou si tu ne t'es pas encore assez familiarisé avec le rp (j'ai l'impression que c'est ta première fois, je me trompe?), il t'es toujours possible de commencer quelques Cran plus bas (pourquoi pas chef caravanier?) et progresser au fur et à mesure.


Bon courage pour la suite.

(P.S. : Si par hasard tu as des soucis pour obtenir un avatar, nous avons une graphiste exceptionnelle, sous le nom de Deryn, que tu sembles connaître déjà. Mais ne lui dit pas que je te l'ai recommandée, elle m'accuserait de vouloir lui faire prendre la grosse tête ;) )

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deryn Basalt
Dieu de l'Origine
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 29/11/2012

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humaine/Inconnue/Assassin
Âge: 33 ans
Signes particuliers: yeux blancs, moitié de l'œil droit rouge

MessageSujet: Re: Eyolf Ferrün   Sam 20 Avr 2013 - 10:44

Phil...... je peux savoir comment je suis sensé ne pas prendre la grosse tête avec des appellations du style "graphiste exceptionnelle" ?

Phil a raison, dans le sens où je veux bien te grapher un avatar, voire une signature avec, si tant est que j'ai une image ^^ cela dit, je peux aussi en chercher moi-même si tu n'en trouves vraiment pas, mais ce sera plus long ;)

Eh bien eh bien !
Une présentation agréable à lire (malgré quelques fautes et les 13 points que mon collègue n'a pas manqué de relever ;) ), et un personnage original, ça fait plaisir ^^
à part cela, pour ton palais (si tu continues de faire un seigneur marchand), comment dire ? Quetaïn n'a pas de "style" particulier, c'est ce qui fait sa particularité. Étant dans un monde où tout s'achète et où les modes passent toutes en coup de vent, et où toutes les folies sont permises quand on a assez d'argent pour, les habitations de Quetaïn forment un véritable patchwork de couleurs et de formes.

_________________


Spoiler:
 

Présence en pointillés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Eyolf Ferrün   Sam 20 Avr 2013 - 12:10

Et bien je vais ne voulais pas trop détailler l'histoire de peur comme souligner de décourager quelques charmantes divinités à rebrousser chemin Razz
Et oui c'est vraiment mon premier vrai Rp.
La seule règle où tu m'as eu par surprise est la 12e ^^' J'ai essayé de lire un maximum avant de faire ma présentation (ce qui à retardé la création de mon personnage.
La 11e règle j'ai bien peur de décevoir en te répondant que je vais avoir du mal à la dissiper car je ne comprends pas comment y remédier ^^' Lacune en français sans nul doute.
Je vous posterai l'histoire du nain beaucoup plus approfondit, ainsi je ferais d'une pierre deux coups en répondant au question et en créant un petit pavé rpg.
Sur ceux je vous dis à plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Shaya Pyrius
Dieu de l'Origine
avatar

Messages : 135
Date d'inscription : 07/12/2012

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humaine/Feïral/Cartographe
Âge: 36 ans
Signes particuliers: Un papillon tatoué en haut de son buste.

MessageSujet: Re: Eyolf Ferrün   Sam 20 Avr 2013 - 12:48

Je soutiens mes deux collègues.
Pour ce qui est du point 11, tu devrais y remédier en faisant un petit effort et en utilisant de nouveau "il" et non "je",ainsi que "lui" plutôt que "me" dans les deux dernières phrases. En changeant les accords qui vont avec. Mais ce nullement un gros problème de français, juste d'attention.

Nous attendons donc ton histoire plus approfondie. Et sache que la longueur importe peu. Mets tout ce qu'il faut à l'intérieur, nous sommes là pour étudier même les fiches les plus longues ^^ (Cf Nishati Rolling Eyes )

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Eyolf Ferrün   Dim 21 Avr 2013 - 11:02

Je vais donner des bribes de passer mais tout ne sera pas en une fois. Je vais partir un moment à Marseille (1semaine) et je ne pourrai pas poster à partir du 24.
Sur ceux je vous dis à ce soir et j'ai commencé à écrire sur le commencement avec la mort de sa famille. Et pourquoi ce n'est pas un nain qui l'ait recueillit ! Razz
Revenir en haut Aller en bas
Deryn Basalt
Dieu de l'Origine
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 29/11/2012

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humaine/Inconnue/Assassin
Âge: 33 ans
Signes particuliers: yeux blancs, moitié de l'œil droit rouge

MessageSujet: Re: Eyolf Ferrün   Mar 7 Mai 2013 - 18:24

(Euh, je me permets de t'interrompre, parce que je trouve les âges que tu donnes très, très jeunes O_o un elfe n'est pas vieux à 45 ans passés, il en est à peine à l'adolescence ! Quant aux nains, à 12 ans on est encore un très jeune enfant !)

(et puis... il n'est pas dans nos habitudes de massacrer une ville entière pour seulement deux nains... il nous suffisait d'envoyer un ou deux assassins dont la furtivité ne pouvait être remise en question, et le tour était joué... C'est con, on a un peu trop de chances de se faire tuer avec ce plan débile !)
(petite parenthèse mais en fait, c'est juste que je n'aime pas qu'on invente n'importe quoi à propos de la Guilde... cela dit, je ne te demande pas de changer puisque ton histoire repose là-dessus ^^' )

_________________


Spoiler:
 

Présence en pointillés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Eyolf Ferrün   Mar 7 Mai 2013 - 19:59

A 12 ans on est plus un très jeune enfant et on mûrit d'autant plus vite suivant nos expériences. Tu assiste à un massacre à 7ans et tu te retrouve à parcourir 5 ans le monde tu mûrit beaucoup plus vite.
De plus qui a dit que Ercoeur était vieux ? =)
Pour finir comme j'en parlais avec certain autre membre dont je ne pourrais plus citer les noms. C'est le point de vu du nain à 7 ans. Il se pourrait qu' Eyolf se trompe lourdement sur cette attaque que ce n'était pas des membres de la Guilde des Assassins finalement qui attaquèrent ce jour là.

Voilà et merci de continuer à m’embêter ça permet de caler mes textes avec votre vision que vous vous faite de ce monde. Si mes réponses ne te plaisent pas et que tu veux que je modifie au pan de l'histoire n'hésite pas à me le signaler :)
Revenir en haut Aller en bas
Deryn Basalt
Dieu de l'Origine
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 29/11/2012

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humaine/Inconnue/Assassin
Âge: 33 ans
Signes particuliers: yeux blancs, moitié de l'œil droit rouge

MessageSujet: Re: Eyolf Ferrün   Mar 7 Mai 2013 - 20:40

Ok, ça marche x)
Ah, je te signale quand même que les elfes et les nains vivent très vieux. De ce fait, un enfant humain et un enfant nain ou elfe ne grandit pas à la même vitesse. Après, tu fais ce qu'il te chante de mes conseils ^^'

(ah... x) d'accord, d'accord)

_________________


Spoiler:
 

Présence en pointillés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Eyolf Ferrün   Sam 13 Juil 2013 - 10:52

Bon j'ai finis. Qu'en pensez vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Shaya Pyrius
Dieu de l'Origine
avatar

Messages : 135
Date d'inscription : 07/12/2012

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humaine/Feïral/Cartographe
Âge: 36 ans
Signes particuliers: Un papillon tatoué en haut de son buste.

MessageSujet: Re: Eyolf Ferrün   Dim 14 Juil 2013 - 23:32

Alors alors alors... Il y a ici encore beaucoup de choses qui restent à expliciter. Parce que ce brin d'histoire n'explique pas tout.

Tout d'abord ,comment se retrouve-t-il dans une caravane dans le desert, acceuillit par des elfes ? Ces deux peuples ne sont pas spécialement fait pour vivre ensemble et il me parait étrange qu'il soit ainsi adopté par ce petit groupe comme ça...
Ensuite pourquoi, alors que beaucoup se sont fait tuer dans les mines, n'a-t-il pas subit le même sort ?
Et d'où vient ce grenat ?
Ensuite il ne me semble pas que tous les points que Philip a souligné plus haut soient vraiment devenus clair... Au contraire.

Pour moi il reste donc encore un peu de travail sur l'histoire. Et si par la même occasion tu peux traquer les quelques incohérences qui te font passer de la première à la troisième personne au sein de ton récis ou alors quelques fautes comme "cheveux" au lieux de "chevaux", ça ne fera pas de mal ;)

Bonne chance !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyra Maar
Divin
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 20/02/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humaine/ Akeraï/ Pirates
Âge: 34 ans (819)
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Eyolf Ferrün   Mar 23 Juil 2013 - 13:09

A moi ! Et oui, je suis devenue Ange Faconneur maintenant, mouahahaha.


J'ajoute à ce que Shaya a relevé, le fait que certain des problèmes soulevés par Phil plus tôt n'ont pas été corrigés. Du moins, me semble t-il. Ainsi les points suivants se doivent d'être éclaircis et ce, en vue du titre que tu convoites. On ne devient pas Seigneur Marchand en claquant des doigts. Malheureusement Razz

Voici donc quelques rappels des points soulevés par notre vénérable et merveilleux Phil :


Le 3) Initiation au commerce dans une caravane, pourquoi pas, mais "l'art de la manipulation, éloquence et regard franc, au brigandage, coup dans le dos et sabotage des empires commerciaux" toujours dans une caravane? Sans doute n'est-ce pas là la meilleure place pour son apprentissage.

J'ajoute à titre personnel que je ne comprend pas pourquoi ils s'aboterait des empires commerciaux. Le commerce c'est un tout. Une toile. Si tu coules tes partenaires, tu perds nécessairement quelque chose. Tu déséquilibres le tout. Or ce n'est pas dans ton intérêt. Ou alors, tu pensais plus à corrompre leur système pour qu'ils commercent avec toi ?

Le 4) Origine du surnom? Un surnom se gagne par des actes, on ne voit pas trop pourquoi ''loup de fer.''

Bah oui, c'est con mais bon... Le surnom nait de la réputation. Mais comment en est-on arrivé à Loup de Fer ?

Le 6) "il avait commercé dans les plus grandes villes et les guildes les plus renommées demandaient ses services et ses marchandises d'excellente facture." Eh bien, quel genre de marchandise lui ont permis de se faire connaître à ce point? Il faudrait détailler un peu plus son gain de renommé pour lui donner un peu de crédit.

Des faits ! Des actes ! Raconte-nous pourquoi on se l'arrache ce bonhomme. C'est quelqu'un d'ordinaire, qu'a t-il fait d'extraordinaire pour devenir si important aux yeux des gens ?

Le 8 : Quel genre de liens, tissés lors de ton voyage avec son tuteur cartographe, ont permis à ton nain de tirer avantage dans le milieu du commerce? Un peu de précision ne fait jamais de mal.

Le 9) Les pirates.. Associer un Seigneur marchand à des pirates est un petit peu trop.. Surprenant pour que cela se passe de détails (et oui encore une fois!). Eh oui, pourquoi ne l'a-t-on pas détroussé ce nain? Qu'est-ce qui lui a permis de côtoyer le milieu du vol et du pillage? Surtout à 10 ans...

C'est dangereux de fricoter avec des pirates quand on est censé être un grand Seigneur Marchand super méga trop réputé, non ? Pas trop peur que cela te ruine ta carrière ? :/

Sinon il y a toujours des passages où on alterne entre le "il" et le "je", ce n'est pas très évident à lire. Et le cartographe a toujours un sexe incertain au début de la présentation.

Voili voilou, il faut juste apporter des corrections, des détails aux points précédents et ce que Shaya a soulevé. Ou il reste toujours la solution proposée par Phil, tu commences plus bas dans l'échelle et puis tu grimpes ! A toi de voir !

Courage =)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deryn Basalt
Dieu de l'Origine
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 29/11/2012

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humaine/Inconnue/Assassin
Âge: 33 ans
Signes particuliers: yeux blancs, moitié de l'œil droit rouge

MessageSujet: Re: Eyolf Ferrün   Jeu 5 Sep 2013 - 16:39

Ta présentation est-elle toujours d'actualité, Eyolf ? Si oui je te demanderais de nous prévenir, et de pallier aux points qu'on te demande de corriger ! Dans le cas contraire, ç'aurait été la moindre des politesses de prévenir, mais passons...

_________________


Spoiler:
 

Présence en pointillés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Eyolf Ferrün

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Louise Michel
» Les anarchistes torpillent le site.
» Du côté de Saint Malo
» LE COMBAT AU BATON MEDIEVAL
» Carvac Du Mont-Ferré

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Guildes d'Aranor :: Au Ciel :: Façonnage des mortels (Présentations) :: Mortels avortés (abandonnés)-