C H A T



 

Partagez | 
 

 Mission: Des Yeux pour la Guilde [PV Leïna]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sombre Lune
Ange du Destin
avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 21/02/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Variables
Âge: Variable
Signes particuliers: Variables

MessageSujet: Mission: Des Yeux pour la Guilde [PV Leïna]   Lun 15 Avr 2013 - 18:02

Ils n'ont pas de visages, mais leurs mains frappent.
On les évoque comme des fables, on les chasse d'un rire
Parce qu'on espère toujours les fuir.
Mais la mort, toujours, nous rattrape.

Au milieu de chaque foule, il y a une ombre qui se glisse.
Au cours de toutes discussions, une oreille attentive se tend.
Des murmures s'échangent, des bourses se vident et s'alourdissent.
Il y a ceux qui désirent, ceux qui accomplissent et ceux qui périssent.
Et des cendres se lèveront d'autres souhaits.
La Mort appelle la mort.
On dit Sang veut du sang.
Et chaque nuit, le tribu est payé.

Comment décrire cette triste toile du destin autrement ? Rien de plus qu'une dizaine de centaines de pattes qui en tirent les fils, les trient et les coupent.
Les pattes innombrables d'une araignée immense et pourtant bien méconnue.

La Guilde est un secret meurtrier qui perdure à travers des éternités.

Et pourtant, l'assassin qui a été choisi ne doit pas en connaître plus que les égouts d'Akeraï. Son maître en a-t-il jamais percé les plus sombres secrets ? L'ombre ne le sait pas, mais s'amuse à croire que non. L'important n'est pas tant ce qu'elle sait de la cause qu'elle sert, l'important c'est qu'elle la serve.

La petite bourse gonflée de pièces sur la table en dis long sur l'importance de cette rencontre, alors même que Zeral n'en a pas énoncé le plus petit bout. Mais il hésite encore à le faire. N'aurait-il pas mieux valu demander l'aide d'un maître ? Un Assassin qui a déjà fait ses preuves dans l'art de la discrétion ?
Cependant voilà.. S'il avait toujours émit une telle objection, il n'y aurait pas de nouveau maître. Une épreuve est importante pour l'avenir de cette jeune recrue. De plus, son passé ne joue pas contre elle.
La table du conseil ne s'ouvre pas à n'importe qui. Les Maître Assassin les plus ''utiles'' s'y réunissent, chacun apportant une qualité que la Guilde ne peut apprécier qu'au mieux. Du temps de ses jeunes années en tant qu'Assassin, Zeral a dressé un réseau d'informateurs qui s'étend par delà les pittoresques frontières des royaumes. La traque et le renseignement n'ont aucun secret pour lui. Lui aurait-on demandé de retrouver une fourmis égarée qu'il aurait des chance d'y parvenir. Alors, reconstituer l'histoire des Assassins arrivistes n'ont aucune difficultés pour lui. Ou presque.

Leïna Liuwën, une elfe déchue. Entraînée par les ravages de sa mère sur une vie si chaotique qu'il l'a trouve de plus en plus ironique. Le beau peuple n'est pas aussi pur qu'on le prétend. Avant même de rejoindre les Assassins, elle s'est illustré dans un art quelque peu semblable. Les mercenaires n'ont certes pas droit à un entraînement intense, ni même à un organisme solide pour les soutenir, mais le principe reste le même. Un contrat est un contrat.


-Au Sud de la capitale, à la bordure du désert et de la mer, se trouve une cité sans allégeance, vouée au chaos et qui pourtant survit à l'auto-destruction. Tu connais sûrement la patrie des pirates. La Guilde souhaite que tu t'y rendes. Notre influence là bas s'est quelque peu amenuisée, les aléa de la piraterie il faut croire. Il nous faut des yeux et des oreilles, ainsi que des mains prêtent à agir auprès des Seigneurs de l'océan. Tu es libre de choisir qui bon te semble et de les soumettre de la façon qui te plaira à notre volonté.

L'ombre encapuchonnée désigne la bourse d'un vague geste de la main. Voilà longtemps qu'il n'a plus eut à se préoccuper de l'argent. Une bourse, un coffre, une montagne, voilà qui ne l'intéresse plus guère. Mais il fut un temps où cette jolie somme ne l'aurait pas laissé de marbre.

-Cela est pour toi. Un navire avec quelques coffres supplémentaires t'attendent au port. Le contenu est prévu pour les besoins de la mission.. mais s'il venait à y en avoir trop, nous t'en feront cadeau. Le navire et son équipage sont chargés de t'emmener et de te ramener si tu le désires. Nous avons chargé un autre Assassin de veiller à ce que nul autre que toi n'ait accès au contenu des coffres, tu pourras donc te concentrer pleinement à ta mission.

-As-tu une quelconque question ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïna Liuwën
Voteur du mois
avatar

Messages : 359
Date d'inscription : 28/01/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari/Assassin
Âge: 76 ans (777)
Signes particuliers: Est surnommée Ange noir. Ses yeux sont tels du feu

MessageSujet: Re: Mission: Des Yeux pour la Guilde [PV Leïna]   Ven 26 Avr 2013 - 16:29

Il y a survivre, et survivre.
Il y a ceux qui agonisent dans la rue, tendant leurs mains tremblantes et maigres vers les passants indifférents, quémandant une pièce illusoire, une pensée chaleureuse avortée, une aide vaine.
Il y a ceux qui gémissent dans le recoin sombre d’une pièce, repliés sur eux-mêmes, se balançant d’avant en arrière, submergés par leur passé et leur souvenirs, n’arrivant même plus à pleurer.
Tous, ils mourront tôt ou tard. Ce sont les « faibles ».
Et il y a « eux ». Les « forts ».
Il y a ceux qui volent, pillent les maisons, parcourent les Marchés en long et en large, subtilisent, admirent, dévorent, revendent. Un jour, ils parviendront peut-être à s’enfuir. Ils s’établiront sur la rive d’une rivière, apprendront à chasser, se nourriront de fruits.
Il y a ceux qui, tombés à terre, se relèvent, haineux, sans autre but qu’une illusion fragile, une vengeance amère ou un espoir douloureux. Ils sortent les armes, serrent les dents, dissimulent leur cœur brisé, et fendent, transpercent, tuent. Pas de véritable salut, ni de repos pour ceux-là.

Je survis. Pas de véritable salut, ni de repos pour moi.
Mais la crainte est toujours préférable au mépris, n’est-ce-pas ?


Une ombre errait dans Akeraï, apparemment sans but. Elle prenait, toujours apparemment, des ruelles au hasard, remontant des rues pour les descendre après un tournant.
Apparemment.
Ce n’était qu’une habitude prise depuis des années. Qu’importe les éventuels retard, l’ennui, le temps perdu. Toujours brouiller les traces.
Elle se glissa enfin dans le repaire, parcourant les couloirs en ignorant avec mépris les autres assassins. Non qu’elle se crut mieux qu’eux. C’était juste ainsi. Elle ne les connaissait pas, n’avait aucune preuve de leurs talents. Alors, elle les méprisait.
Elle entre dans une pièce. On va lui donner une mission. L’occasion d’avoir de l’argent, un peu plus de renommée. L’occasion de peut-être se divertir.
L’occasion de survivre. Sans véritable salut, ni repos.
Mais avec honneur.

J’écoute avec attention.
Je ne connais pas cet homme sans visage. Je me doute juste qu’il est haut placé, très haut placé. A cause de cela, je ne le méprise pas.
Mérite-t-il pour autant mon respect ?
A qui ais-je déjà offert mon respect ?
Mon maître…
Et après ?


Des pirates. Elle allait devoir parler avec des pirates. Ces raclures nauséabondes, ces inutiles polluants. Soit. Ce serait plus facile de retrouver une trace de sa mère.
Oui.
Bien plus facile.
Mais elle s’efforçait de ne pas penser à ce qui se passerait si elle croisait la célèbre Seigneur pirate au détour d’un chemin. Aurait-elle le courage de la tuer ? De lui lancer à la figure ses vérités ?
Et après ?
C’est parce que je t’aime que je dois te tuer. Tu es mon unique faiblesse.

Elle saisit la bourse et la fit disparaître dans les profondeurs de sa veste.

-As-tu une quelconque question ?
- Non.


Elle fit volte-face. Qu’y avait-il à ajouter ?
Elle quitta vite le repaire étouffant. L’impression que les murs se resserraient sur elle ne la quitterait sans doute jamais. L’air du large allait lui faire du bien.
Elle remonta la ville jusqu’au port. Elle repéra vite le navire grâce à l’Assassin planté devant et qui semblait attendre. Elle alla jusqu’à lui, et il releva la tête.

- Avons-nous assez de provision ?

Elle était en territoire connu. L’assassin lui répondit par l’affirmative et ils embarquèrent.
Leïna promena son regard sur l’équipage et le bateau. Elle avait vu bien mieux… Ouragan, le navire préféré de sa mer, était extrêmement rapide. Peu de navires leur échappaient quand il se jetait à leu poursuite.
Mais il était aussi fragile. Fait pour résister aux tempêtes, mais pas aux boulets de canon. Sa mère l’utilisait pour rattraper les navires, leur barrait la route, puis le faisait s’éloigner un peu pour laisser place à son second navire, plus robuste.

Le soleil ricochait sur la surface de l’eau. Un vent léger soufflait. L’Ange apprécia quelques instants l’air marin.

- Levez l’ancre !

Le voyage se déroula sans trop de problèmes. Leïna passait pas mal de temps sur le navire, à surveiller distraitement à s’entraîner, et le reste dans sa cabine, à soigner ses armes.
Près de cinq jours plus tard, un marin vint l’avertir de l’approche des terres.
L’assassin vérifia une dernière fois son équipement. Les étrangers étant très mal vu dans la crique des pirates, valait mieux être en mesure de se protéger.
Elle enfila sa veste, vérifia que chaque lame était à son emplacement, ainsi qu’à sa ceinture, mit ses bottes, baissa une capuche sur sa tête, prit ses armes et sortit de sa cabine.

Encore quelques heures, et elle mit pied à terre. Cela faisait si longtemps qu’elle n’était pas revenue ici… Près de huit ans. Trois jours avant son abandon, sa mère avait fait escale à la crique. Pour des provisions, revendre quelques objets, en acheter d’autres, laisser ses pirates se saouler toute une nuit avant de reprendre la mer.
Huit ans.
Une éternité.

Elle flâna quelques instants dans la ville. Elle se souvenait d’une taverne… les Seigneurs Corsaires aimaient bien y aller. Les mousses ordinaires ne s’y aventuraient pas. Elle y avait une fois accompagné sa mère. Leï mit quelques minutes à retrouver ses repères, puis se dirigea vers ladite taverne et en poussa les portes.
Elle jeta un rapide coup d’œil aux alentours, et se rassura de ne pas voir sa mère. Juste avant de s’infliger une claque mentale. L’Ange commanda du rhum, comme à son habitude, et regarda plus attentivement autour d’elle.

_________________
Ressuscité par quelque obscur miracle, et perdant sa parure au passage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sombre Lune
Ange du Destin
avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 21/02/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Variables
Âge: Variable
Signes particuliers: Variables

MessageSujet: Re: Mission: Des Yeux pour la Guilde [PV Leïna]   Sam 1 Juin 2013 - 10:25

La ville de toutes les débauches semble s'être construite sur de multiples coups de têtes, sans doute les uns contre les autres.
L'on y trace sa route par la volonté et on y survit que par la chance.
La moindre impasse se révèle un coupe-gorge parfait, et les fantaisies des bâtisseurs en ont laissé de très nombreuses.
Ici, pas un naïf pour avancer sans armes. Les bourses pleines sont celles des voleurs et les cadavres en haillons étaient peut-être de riches pirates autre-fois.
Troubles-fêtes se mêlent aux chanteurs noctambules dans le désordre le plus improbable.
D'un jour à l'autre, l'épicier du coin s'est transformé en marchand d'armes, ou en cordonnier. Ici bas, on sait qu'aucun métier ne perdure, sinon peut-être deux qui ne cesseront jamais de fleurir : La piraterie et la prostitution.
Encore que, il est des établissements qui se dressent hauts et solides, se forgeant des noms et s'attirant les bonnes grâces de puissant pirates. Presque devenus des sièges d'influences et de puissances, les tavernes les plus réputées de la crique se démarquent vivement de la ville sans lois.
Pour commencer, elles ont toutes au moins un protecteur. Ensuite, il en est une qui est une zone neutre et pacifique entre tout les forbans et les corsaires. Au Pavillon Noir, on ne cause pas de problème, règle simple et efficacement maintenue.

C'est sans doute pour cela que le bas de la hiérarchie pirate lui préfères les petits commerces de rues, ce qui ne fit qu'attirer la tête de bien des navires. Pourtant, on ne refuse jamais l'accès a qui sait payer, pourvu qu'il ne nuise à personne une fois à l'intérieure.

La salle principale a le mérite d'être imposante. Des tables et des tabourets bien taillés accueillent les nouveaux venus et de jeunes et belles serveuses ayant échappés aux bordels virevoltent entre les tables. Bien sûr, on y joue aux cartes et aux dés, on y fume la pipe te tape sur les tables, on s'y exclame aussi et on y rit comme dans toutes tavernes. Mais contrairement aux autres, cela semble bien moins assourdissants, à tel point qu'un accordéon une flûte et un tambours ont trouvé une place dans un coin de la salle.
A première vu, le lieu semble aussi abordable qu'une calme taverne de Quetaïn.

Seulement voilà, il n'est pas de coutume de voir beaucoup de clients s'y attabler seuls, encore moins lorsqu'ils sont méconnus. Les grands capitaines et leurs meilleurs lieutenants ont tendance à faire connaître leurs noms dans la crique. A vrai dire, auraient-ils tous su qu'il s'agissait d'une femme qu'ils ne lui montreraient pas tant d'indifférences. Heureusement, la capuche et la tenue de la jeune elfe cachent à la plupart sa silhouette. Et si cela n'avait pas suffit, la présence d'un certain capitaine et de ses lieutenants à une grande table, est une source intense de distraction.

Sam le boucher est l'un de ces vieux loups de mers qui ont su se faire un nom. Sa réputation s'est brodée au rythme des massacres, car plus que les bateaux marchands, se sont les côtes qui l'intéresse. Tout particulièrement celles de Quetaïn. Certes, il ne possède qu'un navire solitaire et il est loin des riches possessions des Seigneurs de la crique, mais sa prime n'a pas beaucoup à leur envier. Pour la tête de ce géant à la barbe brune, Quetaïn est prête a payer une bien belle somme de 2500 quals.

On y trouve aussi des gens plus discrets mais néanmoins connus dans la crique, tel que Kalrow, le maître d'équipage de Jack Sombre-barbe, ou certains membres d'équipages de divers navires plus ou moins réputés.

Entre les regards méfiants que certains se portent, du à la rivalité entre capitaines, et l'admiration qui pointe dans les regards d'autres, les nouveaux venus encapuchonnés ne sont plus suspicieux.

La véritable attention qu'attire l'assassin est celle d'une serveuse qui s'empresse de déposer sa commande sur la table avant de s'occuper des autres clients.

Le temps passe au rythmes des verres qui s'abattent sur la tables et des hommes qui quittent et rejoignent les tables. Le brave Kalrow fait parti de ceux qui ne peut plus attendre la nuit. Il a un peu trop picolé, il zigzague et tangue plus qu'un navire dans une tempête, mais il ne peut pas rester. Il explique difficilement à ses voisins de table qu'il doit jouer aux dés avec l'équipage ce soir. Après tout, l'équipage c'est sacré!

Il passe la porte avec beaucoup d'hésitation, rapidement suivi par deux hommes, l'un plutôt frêle et petit, l'autre légèrement plus grand et rondouillard. Des inconnus dans le milieu de la piraterie. Le genre de personnes qui n'attirent pas le regard. En tout cas, moins que les sabres à leurs côtés. Pourquoi choqueraient-ils alors que tout le monde en porte dans la ville de tout les vices?
Peut-être parce qu'ils en serre le manche à s'en blanchir les phalanges.

Mais les soudards ont bien autre choses à penser qu'observer les hommes qui sortent. Ceux qui entrent sont bien plus inquiétants. Un groupe assez important et plutôt excité de jeunes gens vient troubler le semblant d'ordre du lieu.
N'importe qui devinera qu'ils sont des nouveaux venu ici. De jeunes fougueux qui ont volés un navire et pensent pouvoir jouer aux grands. Sinon, ils sauraient qu'il ne faut pas chercher de noises ici.
De même, ils ne prendraient pas le risque de déranger une personne sans en connaître l'identité. Hors l'un d'eux remarque la silhouette féminine de l'Assassin et vient s'asseoir sur sa table.
Il glisse une main sous la capuche pour saisir le menton de sa proie et le soulever sous son regard assuré.

-Salut beauté! Tu veux finir ton verre ou je t'emmène tout de suite dans une chambre?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mission: Des Yeux pour la Guilde [PV Leïna]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mission: Des Yeux pour la Guilde [PV Leïna]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pour la personne la plus chère à mes yeux ! [END]
» Première mission de Grey pour le QG de North Blue
» Le president Rene Preval dans l'emission Internationales de TV5MONDE ...
» Mission B - Justre pour le fric. - Homura Zanshi
» AMETHYSTE ϟ Un jour, il ne restera que nos yeux pour pleurer | Finie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Guildes d'Aranor :: Sur la Terre :: Royaume d'Akeraï :: Le Désert d'Akeraï :: Crique des Corsaires-