C H A T



 

Partagez | 
 

 Tout peut se négocier [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Leïna Liuwën
Voteur du mois
avatar

Messages : 353
Date d'inscription : 28/01/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari/Assassin
Âge: 76 ans (777)
Signes particuliers: Est surnommée Ange noir. Ses yeux sont tels du feu

MessageSujet: Re: Tout peut se négocier [Terminé]   Ven 28 Juin - 23:31

Ils s’arrêtèrent dans un champ. Leï fit lentement un tour sur elle-même, appréciant l’espace qui s’ouvrait à elle, puis se tourna vers l’assassin. Elle remarqua aussitôt sa perplexité et se mordit la lèvre inférieure.
Et mince.

- Tu m’as rattrapé, bravo.

Elle baissa la tête vers Tael. Songeuse, elle n’avait même pas noté qu’il s’était assis. Elle l’imita et s’installa face à lui. Elle ne pouvait s’empêcher d’être tendue, sur ses gardes. Elle aurait aimé partir, s’échapper – encore. Errer un peu, trouver une proie et noyer sa mélancolie et sa tristesse dans un flot de souffrance et de sang.
Trouver la paix dans la mort de l’autre…
Elle n’avait pas vraiment envie de s’attaquer à Tael. Elle disait vrai lorsqu’elle déclarait que tuer des assassins de la guilde ne la gênait pas, mais ce n’était pas une raison. Il n’entravait pas sa route.

- Tu sembles différente. T’aurais-je vexé ?

Leï blêmit. L’étincelle dans sa poitrine reprit de l’ampleur, dévorante, lancinante. Elle ferma les yeux pour tenter de reprendre son calme. Mauvaise idée. Son maître dansa derrière ses paupières closes. Elle ne savait pas qu’il lui manquait à ce point…
Peut-être parce qu’après tout, malgré son statut d’assassin, elle restait comme tous les êtres vivants : elle avait besoin d’être aimée, et d’aimer. Et la dernière – et seule – personne à s’être pris d’affection pour elle l’avait abandonnée.
Elle s’était alors efforcée de l’oublier le plus possible. En vain.
Comme elle s’était efforcée d’oublier les trois mots écrient en bas de sa lettre d’adieu. Les mêmes que ceux de Tael.
Vivre ou mourir ?

Elle rouvrit les yeux. Elle avait envie de fuir. Pendant toutes ces années, elle n’avait montré que la face sombre d’elle-même. Celle mauvaise. Seul son maître savait tout sur elle. Même l’autre, la plus secrète, sa face sensible, blessée. Face des souvenirs. Cette partie d’elle-même qu’elle avait essayé de détruire lorsque sa mère l’avait abandonnée, car elle la faisait trop souffrir.
La partie « humaine ».
Comme elle n’avait pas réussi à l’annihiler, elle l’avait cachée, oubliée.
Elle ferma les yeux.
Les rouvrit.
Perdit tout contrôle.
Pour la première fois depuis… Depuis quand ? Sept, huit ans. Elle avait réussi à ne pas réagir lorsqu’elle avait trouvé la lettre de son maître.
Elle était du genre à intérioriser sa colère et sa peine jusqu’à que tout explose.
Sa respiration était hachée, son cœur battait vite. L’étincelle s’était faite brasier, qui dévorait sa poitrine et sa tête. Conséquence : elle ne réfléchissait plus.

Elle passa de l’immobilité la plus totale à une extrême vitesse. Sa main saisit son poignard et elle se jeta sur Tael, le faisant basculer en arrière. Sa lame vint se glisser sous sa gorge. Elle voyait flou, sans vraiment savoir pourquoi.

- J’ai rien, ok ?!

Un frisson l’agita. Elle avait les joues humides. Pourtant, elle n’avait pas l’impression qu’il pleuvait. Un autre frisson. Sa main, serrée sur son arme, se relâcha. Le poignard tomba sur le sol.
Ses muscles se relâchèrent et elle s’effondra sur Tael, sanglotant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Taelon d'Akeraï
Ange Bouquiniste
avatar

Messages : 311
Date d'inscription : 08/02/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 28
Signes particuliers: Il possède une cicatrice dans le dos assez voyante. Souvenir d

MessageSujet: Re: Tout peut se négocier [Terminé]   Sam 29 Juin - 0:44

Mais bon sang qu’est-ce qu’elle a ?! Qu’ai-je fais ? Qu’ai-je dis de si troublant pour l’avoir complètement changé ?

Taelon serra les dents. Il ne comprenait pas. Ses mots avaient pourtant été sous contrôle et il avait juste l’impression du contraire. Totalement… Comme si tout lui échappait. Il n’aimait pas ça. L’impression de perdre le contrôle, de perdre tout court en faite. Mauvais perdant,  il était très adroit sur les détails, et aimait quand ça se passait pour le mieux, comme il le prédisait. Or, une simple question en trois mots avait réussi à semer la pagaille dans l’esprit de l’elfe alors que l’intention n’y était pas. Pour une fois qu’il parlait franchement… Sans détour, sans facettes secrètes. Une question comme on posait, comme ça, pour savoir, se renseigner…
Vivre ou mourir…


Ma question n’était pourtant pas pour faire de la réflexion… J’ai dit ça… Bon d’accord, je tenterais de m’excuser.

Il prit une inspiration mais ne disait rien. Il n’avait pas eu le temps de dire quoi que se soit que Leïna avait rouvert les yeux. Il perçut quelque chose d’autre que l’air glacial qui était revenu alors qu’il lui avait demandé si elle était vexée. Fronçant les sourcils, il la dévisagea, l’air interrogateur. Pendant un court instant, l’elfe n’était plus là. Plus avec lui, plus parmi ce monde. Comme une légère absence alors qu’elle était en train de batailler avec elle-même.
Puis son regard se fondit sur lui, le fixant comme s’il était devenu une cible à abattre. Et pour la première fois de toute sa jeune vie, Taelon connut l’imprévu, la totale surprise.
Puis la peur de mourir… Car il n’avait pas pu se défendre contre ce vent glacial.
Leïna fonça sur lui à une vitesse quasi immortelle. Il n’avait jamais vue ça de sa vie, et sa respiration fut presque coupé alors qu’elle le plaqua au sol, un couteau sous la gorge sans qu’il le voit venir.
Il n’avait rien vue… Rien du tout. Sa vie aurait pu s’arrêter là, sans qu’il n’est pu faire quoi que se soit…
Taelon reprit doucement une respiration, quoique saccadée. Il fut pris sous la panique et l’étonnement. Il avait dû mal à reprendre le contrôle sur son propre corps, tétanisé, et son cœur qui battait très vite. Il ne bougeait plus et avait dû mal à remettre de l’ordre dans ses pensées. Perdu.
C’était bien une première, ça aussi.

- J’ai rien, ok ?!

Cette question le ramena un peu à la réalité. Il se rendit compte qu’elle était vraiment très proche de lui, et malgré que la capuche soi toujours là, on pouvait aisément voir son visage désormais. Un visage qui devait montrer tout l’étonnement et la panique possible et imaginable.
- Ok…, répondit-il, sans réfléchir, entre deux respirations…

Alors que son esprit hurlait plutôt des « qu’est-ce que je fais- qu’est-ce que je fais- qu’est-ce que je fais- ». Il devait se sortir de là, mais le couteau sous la gorge ne lui laissait pas d’immenses possibilités. Et c’est alors que Leïna continua à prendre les devant… Enfin…


Qu’est-ce qu’elle ?- ……………………………………….
Elle… pleure ?

Elle pleurait. Elle versait des larmes, elle… Il n’avait pas vue sur le coup, avec les ombres de la nuit et l’action soudaine qui l’avait brouillé complètement. Mais il sentait des goûtes d’eaux, et ce n’était pas la pluie. La nuit était trop belle…
Elle pleurait, la lame glissa dans un léger fracas sur l’herbe, et… La jeune femme se mit à sangloter, à peine à… Non que dis-je : Juste sur l’épaule du jeune homme. Trois centimètres de son oreille… Coucher sur lui, comme ça, au beau milieu d’un champ. Ils étaient seuls, elle venait de péter un plomb, il n’avait pas compris pourquoi et il ne comprenait pas comment c’était possible qu’une femme telle que Leïna puisse se mettre à pleurer sur son épaule à lui ?
Taelon.

L’assassin était figé, les yeux grands ouverts vers le ciel. Le temps semblait s’être arrêté ou alors c’était lui qui avait arrêté de respirer tout simplement. Alors il reprit son souffle, sans faire de bruit. Ses bras étaient toujours à leur place, par terre… Réconforter quelqu’un ? Il ne l’avait jamais fait. Même avec Nalyna, il ne l’avait jamais vraiment touché. Physiquement…
Là… C’était corps à corps, larme sur manteau et… Comment vous dire que c’était une femme et que monsieur n’avait jamais touché une femme de sa vie… ?

Ses pensées avaient du mal à reprendre un courant normal. Pourtant il devait faire quelque chose… Il décida de placer ses mains dans le dos de Leïna pour… Pour faire comme tout être humain aurait fait : Réconforter la personne. Oui voilà, comme des gens normaux.
Avait-il vraiment besoin de cours particulier pour apprendre à vivre avec les autres ?

- …

Mince… Il avait pourtant pensée à dire des mots. Mais ils ne vinrent jamais. Rien ne sortait de sa bouche, il n’y arrivait pas. Sa respiration s’était un peu calmée, et son esprit commençait à nouveau à réfléchir. Alors pourquoi rien ne venait ?
Il ne savait pas.
Il ne sait pas quoi faire…
Il aimerait… Juste… Qu’elle arrête… de pleurer.



″ - Nalyna, arrête de pleurer s’il te plait… ça va aller tu… tu vas voir. Ils vont bien j’en suis sûr. Mais non il n’y avait pas de sang, j’ai rien vue moi… Je… Non je ne mens pas je… Je vais aller… Voir…
Le petit garçon se déplaça et les revit, encore et encore… Toujours mort, en sang et déchiqueté par endroit. Il pleurait lui aussi. Et sur ses larmes il jura de le tuer, il jura de les venger et il jura de ne plus jamais pleurer avant d’avoir réussi.
Je le jure ! Alors arrête de pleurer, Naly, arrête… Arrête… ″



- ARRÊTES DE PLEURER !

Secoué par une soudaine pression, en un instant où il n’était plus vraiment là à son tour, il avait pris Leïna par les bras et en un seul mouvement l’avait mise par terre, à sa place. Et lui à la sienne, au dessus d’elle… Bras tendus et visage au dessus de celui en larme de l’elfe. Il la regardait… Il n’y avait qu’une seule émotion sur son visage, malgré qu’il ait crié : la tristesse.
Il serra les dents d’un air d’excuse et la lâcha doucement, montrant qu’il n’allait pas lui faire de mal. Il passa une main sur son visage, l’air déboussolé. C’était à son tour de subir des souvenirs oppressant, sans maîtriser son propre esprit… Ni son propre corps. Dans un mouvement, il rabattit sa capuche. De toute façon, elle l’avait vue, pourquoi se cacher encore ? Il respira un bon coup pour se calmer et grimaça de douleur. Quelque chose dans le dos lui piquait un peu… Ce devait être sa cicatrice qui s’éveillait un peu. Elle a dû se sensibiliser au contact du sol.
Il tourna lentement le visage vers elle, l’air de vouloir parler. Mais encore une fois il ne savait plus quoi dire. Et cette fois-ci, c’était les mots qui lui manquaient ou plutôt qui se bousculaient dans sa tête. Il toussa pour trouver l’inspiration…

- Hmmm… Tu… Tu te sens mieux ?

Je suis stupide, vraiment stupide. Je vais regarder ailleurs, voilà comme ça, et je vais culpabiliser parce que j’ai l’air d’un idiot.

Est-ce qu’on est idiot de se comporter comme un être humain, avec des sentiments ?
Taelon soupira pour lui-même. Car à ce moment là, il se trouvait ridicule, parce qu’il avait peur qu’on le perçoit comme un faible.
Il ne l’était pas, dirait une noble âme. Il lui dirait aussi : tu es humain.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïna Liuwën
Voteur du mois
avatar

Messages : 353
Date d'inscription : 28/01/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari/Assassin
Âge: 76 ans (777)
Signes particuliers: Est surnommée Ange noir. Ses yeux sont tels du feu

MessageSujet: Re: Tout peut se négocier [Terminé]   Sam 29 Juin - 1:34

Elle avait la panique et l’étonnement de son visage. Comme elle avait vu son visage. Elle ne le nota pas sur le coup. Trop à côté de la plaque. Trop ailleurs, en train d’essayer de se dégager de l’emprise d’ombre.
C’était la première fois depuis longtemps qu’elle pleurait. Pourquoi fallait-il que ce soit devant quelqu’un ? En plus, un assassin qu’elle avait provoqué, dont elle s’était moquée… Dans son état, il n’aurait eu aucun mal à la tuer, et il aurait eu raison. Elle avait menacé Nalyna, après tout. Elle avait brandit deux fois une lame sous sa gorge.
Pourtant, deux mains se placèrent dans son dos, comme pour s’efforcer de la réconforter.
Comme ?
Non. Pour la réconforter. Cela faisait longtemps, mais elle se souvenait qu’on l’avait enlacée lorsqu’elle pleurait.
Papa…

- Qu’est-ce qu’il y a, mon ange ?
L’enfant lève ses yeux de feu vers son père et croise son regard vairon. Elle est assise sur le sol, dans un coin de la pièce. Elle s’est réfugiée dans la cale après qu’elle ai vu sa mère bercer son demi-frère. Illiya lui a ordonné de déguerpir, ce qu’elle a fait, blessée.
- C’est maman…
Elle pleure, eau et feu. Sa mère déteste qu’elle pleure, alors elle est partie le plus loin possible. Mais son père la retrouve toujours.
- Ca va aller.
Il devine. Il se met à genoux et la prend dans ses bras. Leïna ferme les yeux. Ses sanglots se calment.


La dernière fois. Deux jours après, et il disparaissait. Sans doute tué et jeté par-dessus bord.

- ARRÊTES DE PLEURER !

Leï arrêta aussitôt de sangloter. Ses yeux s’ouvrir en grand. Surprise. Tirée de son monde des souvenirs par un cri, un ordre, plutôt que par le réconfort. Un peu étrange.
Elle ne retrouva soudainement à la place de Tael, sur le dos, dans l’herbe, lui la surplombant. Son cœur rata un battement et commença à se calmer, comme sa respiration. Déboussolée, elle scruta le visage de l’assassin. Il avait l’air… triste.
Un assassin peut être triste ? Bah… Y a qu’à me voir.

Elle commença à entrapercevoir toutes les conséquences. Pleurer devant un assassin… Non mais vraiment ! Pleurer tout court, d’ailleurs. Dans ce monde, paraître faible était souvent synonyme de mort, de honte…
Tael la lâcha, ayant l’air de s’excuser. Leï déglutit avec difficulté, la gorge sèche. Quand il retira sa capuche, elle observa son visage. Elle n’était finalement pas vraiment contente de le voir. Surtout si le prix était aussi élevé : la perte de sa fierté.
Qu’est-ce qu’il doit penser de moi ?... Une fille qui se fiche de lui un instant, pour ensuite s’effondrer en pleurant dans ses bras.

- Hmmm… Tu… Tu te sens mieux ?
- Oui, fit-elle à voix très basse.

C’était la première fois qu’elle s’approchait aussi près d’un homme – autre que son père, évidemment. Son maître avait parfois frôlé son épaule pour la réconforter, mais sans plus, respectant la distance qu’elle mettait instinctivement entre elle et les hommes, les autres en général.
Pourquoi ? A cause de ces années passées près de ces pirates brutaux ? Ou parce qu’elle était ainsi, asociale, distante. En tout cas, elle ne savait pas s’y prendre avec les autres.
Et ce n’était que maintenant, calmée, l’esprit enfin clair, qu’elle se rendait compte qu’elle avait été contre Tael, plus près qu’elle ne l’avait jamais été de n’importe qui – excepté pour les combats, hein…
Elle rougit violemment et détourne elle aussi le regard.

Elle devrait peut-être s’excuser. Sûrement. Elle n’en avait juste pas l’habitude. Elle prit une profonde inspiration.

- Ex… Excuse-moi…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Taelon d'Akeraï
Ange Bouquiniste
avatar

Messages : 311
Date d'inscription : 08/02/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 28
Signes particuliers: Il possède une cicatrice dans le dos assez voyante. Souvenir d

MessageSujet: Re: Tout peut se négocier [Terminé]   Dim 30 Juin - 18:54

Il fut soulager de savoir qu’elle aillait mieux. Oui aussi étrange que cela puisse paraître, il n’aimait pas voir les gens pleurer et surtout quand  il en était la cause. Les larmes lui rappelaient trop de mauvais souvenir, et c’était la seule chose qui n’était pas tuable. Lorsqu’une personne pleure, on ne pouvait que la réconforter, mais les larmes persistaient… Coulaient… Il préférait les essayer, mais les traces étaient toujours visibles pendant quelques temps.
Il détourna la tête, alors qu’il avait soudainement peur de croiser son regard, mal à l’aise. Le vent se leva un peu et balaya ses cheveux mis long, qui fouetta son visage. Ah oui… Il avait baissé sa capuche. Mince…
Il l’avait fait sans vraiment réfléchir. Il fit une moue contrariée. Parce qu’il ne savait pas quoi faire… Une fille était à côté de lui, déboussolée, et il ne faisait rien. Il n’avait pas l’habitude de réconforter les gens, encore moins des inconnus. Son rôle était de tuer lorsqu’on lui ordonnait.

Il sentit un mouvement et tourna la tête. Elle semblait aussi mal à l’aise que lui, la preuve étant qu’elle rougissait. Sur une peau si claire, malgré la nuit, il pouvait le deviner un peu. Et il était assez intelligent pour savoir que si lui n’avait pas d’expérience dans le savoir « humain », elle non plus.

- Ex… Excuse-moi…

Il se retrouva de nouveau très étonné. Il pensait qu’il se ferait insulter, cogner, ou encore assassiné. Mais là c’était… Aussi simple qu’un sincère pardon ? Vraiment ? Elle était honnête…
Il cherchait à voir s’il n’y avait aucune trace de moquerie ou de malfaisance. Il ne trouva rien, ni sur son visage, ni dans sa voix ou ses gestes. Elle était réellement en train de s’excuser suite aux évènements qui la gênaient. Il la fixa quelques instants, réfléchissant à sa réponse. C’était si dur d’avoir une conversation normale une fois dans sa vie ? Hmmm…

- Je…

Apparemment oui.
Il eut un air blasé, pour lui-même… Il se sentait ridicule.

- Si je t’ai blessé tout à l’heure… Je ne le voulais pas.

Lui non plus n’avait pas l’habitude de s’excuser. Il trouvait cette situation de plus en plus étrange. Il s’était également mis dans un état second devant elle… Il serra les poings au rappel de ces souvenirs vraiment funestes. Comment avait-il pu perdre autant ses moyens ? Tout ça à la vue des larmes de Leïna…
Son maître lui avait pourtant bien appris le contrôle de soi. Le passé ne devait jamais influencer sur le présent, surtout lorsqu’on se trouvait face à un inconnu qui pouvait changer du tout au tout. Mais à la vue de Leïna, encore un peu en larme et rouge de honte, il se disait qu’elle ne lui ferait rien. Pour l’instant… Peut-être que ce « partage » qu’ils venaient de faire les épargnerait de se menacer à nouveau comme ils l’avaient fait plus tôt.
Taelon détourna à nouveau la tête pour ne pas lui faire remarquer sa faiblesse… Ses pensées étaient devenues aussi sombre que la nuit elle-même. Il avait dû mal à se contrôler et il sentit ses mains trembler un peu sous le vent glacial qui se levait.

- Je ne t’ai pas fait de mal ? , demanda-t-il, faisant référence au moment où il l’avait plaqué sur le sol.

Il croisa son regard et détourna à nouveau la tête. C’est que… En faite il ne regardait jamais vraiment les gens dans les yeux bien longtemps. Comme si, quelque part dans son esprit, il avait peur qu’on le sonde. Son maître se moquait de lui à chaque fois en disant « youhou je suis sur que tu penses aux filles, hein ? Se sont tes yeux qui me le disent ». Le fou… Il ne pensait qu’à son entraînement, pour devenir plus fort, plus rapide…
Mais là, aucun de ses talents étaient utiles. Il ne pouvait rien faire qui pouvait le sortir de cette gêne, de ce mal aise… Il n’osait même pas la regarder.

- Hmmm… Désolé… d’avoir crié, finit-il par dire remettant son écharpe autour du cou.

Il commençait à faire froid avec ce vent… Ou alors c’était lui qui avait froid. Son état d’esprit le changeait-il à ce point ? Il ne savait pas, et se sentait aussi fragile qu’un enfant. Il avait horreur de ça… Son regard se perdait dans le vide, sourcils froncés, bras croisés. Tel un boudeur, sauf qu’on ne voyait plus sa bouche, bien au chaud avec le cou. Il ne boudait pas… Il avait honte de lui-même. Désemparé, il ne pouvait que rester là, au milieu du champ, commençant à transir de froid.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïna Liuwën
Voteur du mois
avatar

Messages : 353
Date d'inscription : 28/01/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari/Assassin
Âge: 76 ans (777)
Signes particuliers: Est surnommée Ange noir. Ses yeux sont tels du feu

MessageSujet: Re: Tout peut se négocier [Terminé]   Dim 30 Juin - 22:34

Doucement, un masque d’impassibilité se reforma sur son visage et autour de son semblant de cœur. Doucement, elle enferma à double-tour les souvenirs dans un coin et jeta la clé le plus loin possible, en espérant ne pas la retrouver de sitôt.
Doucement, elle reprit le contrôle. Elle balaya les remords. Elle avait toujours été persuadée qu’ils n’étaient qu’un frein à sa volonté, et que si on devait tirer des leçons de nos erreurs, on ne devait pas s’appesantir non plus dessus.
Bon sang, j’ai vraiment pété les plombs.
Elle se frotta les yeux, dans l’espoir vain de faire partir toute trace de larmes. Ses yeux la brûlaient. Elle n’en avait vraiment pas l’habitude. Et c’était d’ailleurs mieux ainsi.

Elle observa plus attentivement le visage de Tael. Ses cheveux étaient sombres, tout comme ses yeux. C’était beaucoup moins voyant qu’elle.

- Je… Si je t’ai blessé tout à l’heure… Je ne le voulais pas.

En criant ? Non… C’était sans doute le seul moyen de me remettre les idées en place.
Après ce qui venait de se passer, il y avait peu de chances qu’ils se menacent à nouveau. Leï renonçait même à l’idée de savoir qui était Nalyna. Au final, ce n’était rien. Cette gamine était probablement apprentie chevalière, puisque l’assassin refusait de confirmer quoi que ce soit. S’il la protégeait, eh bien soit. Ce n’était pas elle qui irait le répéter à qui que ce soit ou le blâmer.
Après tout, assassin n’était pour Leïna qu’un moyen, pas un but.

- Je ne t’ai pas fait de mal ?

Leï secoua la tête, silencieuse. Elle était robuste, quand même, malgré sa fragilité naturelle, due à sa condition d’elfe. Elle se demanda si elle lui avait eu mal, lorsqu’elle l’avait plaqué au sol. Elle entrouvrit les lèvres, hésita, puis réussit à poser sa question.

- Et moi ?

L’Ange s’était momentanément adoucie. Avec les heures, elle reprendrait le contrôle complet de ses émotions, elle afficherait de nouveau son air moqueur et dénué d’émotions, elle pousserait à bout une autre proie ayant malencontreusement croisé sa route.
Dans quelques heures.
Pas encore.
Leurs yeux se croisèrent, pour dévier aussitôt. Elle était fascinée par son regard. Elle avait toujours admiré les yeux sombres. Elle les trouvait discrets, harmonieusement en accord avec les ombres qu’elle aimait tant.

- Hmmm… Désolé… d’avoir crié.
- C’pas grave, répondit-elle à voix basse. Fallait bien ça.

Elle l’observa du coin de l’œil remettre son écharpe. Puis décida qu’il était temps de mettre fin à cette gêne qui persistait. Elle se releva et lui tendit la main, l’invitant à la saisir pour se relever.

- On fait quoi ?

Rester assis et dans le quasi-silence ne servait à rien. Elle avait besoin de mouvement. Elle lui offrit un sourire timide, même pas moqueur

- On court, on se fait un combat amical, on se sépare ou t’as une autre idée ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Taelon d'Akeraï
Ange Bouquiniste
avatar

Messages : 311
Date d'inscription : 08/02/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 28
Signes particuliers: Il possède une cicatrice dans le dos assez voyante. Souvenir d

MessageSujet: Re: Tout peut se négocier [Terminé]   Mar 2 Juil - 14:34

Taelon reconnut un air de déjà vue sur le visage de l’elfe. Elle commençait à reprendre ses moyens, à redevenir elle-même. Le calme revint après la tempête, provoqué par deux assassins. Car il ne l’avait pas vraiment aidé à se contrôler. Il avait plus ou moins réussi mais en passant également par une colère noire.

Au final, nous sommes de la même veine. Je me demande si elle est jeune… Difficile à dire, les elfes vivent tellement longtemps. Elle avait encore des choses  à apprendre, autant que moi.

Son maître n’était pas partit trop tôt. Il avait eu le temps de lui enseigner ce qu’il savait et Taelon avait fait le reste. Il aurait juste voulu comprendre ce que son maître pensait en lui disant « Tu as plus de capacités que tu le penses, monsieur je mémorise tout »
Pensait-il vraiment faire de lui plus qu’un assassin ? Allez savoir…
Leïna secoua la tête pour lui dire qu’elle n’avait pas eu mal. Il se sentit rassuré. Il n’avait pas voulu l’agripper aussi violemment. Il l’avait fait contre sa volonté et il avait horreur de ça. Ne plus maîtriser ses pensées et son corps, perdre tous ses moyens…

- Et moi ?

Elle… s’inquiétait pour lui ? En voilà une situation bien étrange. Il posa ses yeux sur elle, longuement. Il essayait de voir si elle se moquait, mais il ne vit qu’une légère douceur. Elle avait posé la question avec sincérité. Ce qui impressionna énormément Taelon et il ne put s’empêcher de balbutier un peu :
- Je… Oui, enfin non ça va… Je vais bien…

Il massa un peu son épaule droite, là où il se trouvait le départ de sa longue cicatrice… Il grimaça un peu en repensant à l’histoire de celle-ci, et chassa rapidement ses mauvaises pensées. Il n’avait pas envie que sa tristesse revienne, pas maintenant alors que tout était redevenu normal.
Le silence continua pendant encore un instant après qu’elle lui ait dit qu’il n’avait rien à se reprocher. Après tout, s’il n’avait pas crié, elle serait peut-être encore en train de le brutaliser sur le sol.
On fait quoi ? A cette question, Taelon reposa ses yeux sur elle, surpris. Un combat amical… Avait-il bien entendu cette fois-ci, ou son esprit un peu embrumé par les souvenirs et la légère douleur dans son dos lui donnait de légères hallucinations ?
Il ne savait pas quoi répondre sur le coup. Cette Leïna était très gentille… Est-ce qu’elle était vraiment sincère ou est-ce qu’elle se moquait de lui en cachant très bien son jeu. Non… Elle semblait honnête. Après ce qu’ils ont vécu, elle ne pouvait pas ouvertement lui proposer une telle chose en mentant. Ce n’était pas logique.
Lorsqu’on est perdu, on ne souhaitait que retrouver son chemin. Et parfois, être avec une personne, même si on ne la connaissait pas, pouvait permettre ce retour. Et retrouver ses traces, redevenir fort.
Rire, pleurer ou s’amuser… Des choses simplistes et généreuses qui font du bien au cœur.

Le vent avait arrêté de souffler et laissa place à une légère brise. L’atmosphère semblait moins fraiche et tendu. Il abaissa un peu l’écharpe pour sourire à Leïna et à la main tendue. On aurait dit une main d’amitié, mais Taelon pensait bien que cela n’irait pas aussi loin entre eux… Pas si tôt. Peut-être que oui, peut-être que non ? Sait-on jamais… Il ne savait pas et préférait ignorer l’avenir.
Il empoigna la main et se releva.

- Merci Il eut une pause, hésitant dans sa réponse… Encore un peu endoloris par la cicatrice- Tu as besoin de te défouler encore ?, finit-il par demander avec un sourire.

Il était d’une nature timide avec les femmes… Malgré son côté sombre, qui possédait une certaine assurance, il n’avait pas l’habitude de parler avec les femmes, autre que Nalyna. Et lorsqu’il lui racontera ce qui s’est passé ici, elle risquait sans doute de lui faire une crise de jalousie.
Taelon posa ses affaires, capes, couteaux, arbalète de point et la lame en la dessanglant. Il resta dans ses habits de base, avec à sa ceinture son épée, qu’il mit avec le reste.

- Je te propose un combat à mains nues. Quand penses-tu ?

Il sourit, plein de défi, curieux de savoir si elle allait accepter. Il n’avait plus rien à caché. Elle avait vue son visage, ses armes, sa lame, sa façon de se défendre avec. Mais elle n’avait pas vue l’homme, capable de prouesses martiales, comme on lui avait appris. Gilroy n’y était pas allez de mains mortes durant l’éducation de Taelon pour faire de lui un assassin.
- Allez, approche… Leïna, dit-il souriant. Si tu gagnes, tu sauras mon nom. Si je gagne… -Il haussa les épaules- Je ne demande rien d’autre que la tranquillité pour Nalyna. Même si je n’ai pas besoin de gagner pour avoir ça.

Ce n’était pas une menace, plutôt une constatation. Car Taelon restait un homme dangereux qui tenait ses promesses.

Si tu lui fais du mal, je te ferais mal… Et vice et vers ça, hum ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïna Liuwën
Voteur du mois
avatar

Messages : 353
Date d'inscription : 28/01/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari/Assassin
Âge: 76 ans (777)
Signes particuliers: Est surnommée Ange noir. Ses yeux sont tels du feu

MessageSujet: Re: Tout peut se négocier [Terminé]   Ven 5 Juil - 1:42

- Je… Oui, enfin non ça va… Je vais bien…

Leï chassa un sourire de ses lèvres. Elle l’avait surpris, et cela l’amusait beaucoup.
Rassure-toi, je ne suis pas tout le temps aussi aimable.
Il était dans sa nature de déstabiliser, surprendre, voire d’énerver. Peut-être pour que les gens ne s’approchent pas d’elle, qu’ils ne cherchent pas à se lier avec l’elfe sarcastique.
Elle le regarda longuement, pensive. Elle aurait voulu n’être jamais venue dans cette ville, ne lui avoir jamais adressé la parole. Que l’assassin l’ai vu craquer la dérangeait. Une autre personne, peut-être l’aurait-elle tuée. Lui, non, elle n’en avait pas envie. Probablement parce qu’il ne montrait aucun mépris.

- Merci. Tu as besoin de te défouler encore ?

Elle répondit par un sourire amusé. Elle fit un pas en arrière et le regarda se débarrasser de ses armes et de sa cape.

- Je te propose un combat à mains nues. Quand penses-tu ?

A mains nues ?
Une lueur intéressée naquit dans ses yeux.

- D’accord…
- Allez, approche… Leïna. Si tu gagnes, tu sauras mon nom. Si je gagne. Je ne demande rien d’autre que la tranquillité pour Nalyna. Même si je n’ai pas besoin de gagner pour avoir ça.

J’ai plus envie de l’embêter. J’en sais assez, et elle n’est pas un danger.
Elle se défit de sa capuche, de son sabre, de son poignard puis de sa veste, regorgeant d’armes diverses et pouvant gêner ses mouvements. Elle garda cependant sa ceinture, avec la lame de rasoir cachée à l’envers, dans son dos. Elle ne l’enlevait que rarement, ne l’utilisait que dans les cas extrêmes. Et elle n’allait certainement pas lui révéler où se trouvait ce qui pouvait être une planche de salut.
Malgré l’air frais et son simple débardeur, elle ne frissonna pas. L’adrénaline circulait dans ses veines. Voilà ce qu’elle attendait : un combat, de l’énergie à perdre, un moyen comme un autre pour refermer la porte de sa mémoire.

- Ton nom… intéressant, sourit-elle.

Elle se mit en garde légère.

- Tu es sûr qu’une simple tranquillité que j’allais tout de même accorder suffira ? demanda-t-elle, un brin moqueuse – sans méchanceté, toutefois.

Elle n’était pas sûre de gagner ce combat. Un elfe, qui plus est une elfe, était naturellement plus frêle qu’un humain. Pour un combat à mains nues, surtout avec des entraînements identiques, ce n’était pas très égal. Mais elle s’en moquait. Son principal intérêt était de se défouler.
J’arrive !...

Elle tourna lentement autour de lui dans l’espoir de le déstabiliser. Les combats à mains nues n’étaient pas sa spécialité. Elle ne pouvait compter que sur sa vitesse et son don pour agacer les gens.
Qu’importe.
Elle lui fit face, un fin sourire accroché à ses lèvres, feinta et frappa son flanc gauche. Tel riposta par une droite, qu’elle esquiva en se baissant. Elle profita de son élan pour essayer de faucher ses chevilles, tendant sa jambe.
Echec.
L’assassin sauta et lui fila un coup de pieds dans les fesses.

Leï vit rouge, et se plongea dans l’ivresse du combat. Ce n’était plus amical ; peut-on vraiment se battre, dans un combat amical ? Sans doute pas. On risquait de retenir ses coups.
Et puis, elle, elle avait besoin de sentir le choc des coups, la douleur, la satisfaction de la souffrance de l’autre.
Moi, malsaine ? Bien sûr…
Se redressant vivement, elle planta son coude dans l’estomac de Tael, qui riposta avec une grimace.
Encaissant, elle s’esquiva et recula de quelques, puis recommença à tourner autour de lui. L’assassin refusa de se pendre à son jeu et tenta de la frapper. Elle s’échappa encore, plus rapide, se glissa dans son dos et l’y frappa.
Son cri de douleur la surprit et lui fit hausser un sourcil. Pas longtemps, mais juste assez pour qu’il ait le temps de se retourner.

- Finit de jouer !

Il attrapa son bras et l’envoya valser, avantagé par sa légèreté. Légèreté qui était bien pratique pour les sauts longs et hauts, mais absolument pas dans ces cas-là.
Leï se reçut tant bien que mal et se releva immédiatement, visant son ventre.

- Ah, parce qu’on jouait ?

Tael se contenta de sourire et de lui envoyer des coups de plus en plus forts. Ayant de plus en plus de mal à les encaisser, Leï remonta brutalement son genou dans le ventre de l’assassin. Elle hésita un bref instant à viser plus bas, mais elle n’était pas énervée à ce point-là…
Il riposta et l’elfe siffla d’agacement, puis fit un bond en arrière, cherchant à l’attaquer dans le dos.
Il refusa de se laisser faire et lui envoya un coup de pied dans le ventre pour l’éloigner.
Aïe, ça c’est bien fait pour moi !
Elle tenta à nouveau de faucher ses jambes.
Je commence à fatiguer, moi… J’suis pas endurante.
Cette fois, Tael posa un genou sur le sol, effectuant juste après une roulade pour lui faire un croche-pied. Leï trébucha, se rattrapa avec une pirouette en arrière et fondit sur Tael, lui assénant un coup de poing dans l’estomac.

Tael se retrouva le dos par terre et la repoussa en la prenant par les bras. Leï profita de l’élan donné, attrapant elle aussi ses bras, et l’emporta avec elle dans une roulade, jusqu’à se retrouver de nouveau au-dessus de lui, puis elle tenta d’immobiliser ses bras.
Echec.
Il l’en empêcha, l’air déterminé, et tenta même de la repousser avec ses jambes. Elle l’entraîna à nouveau dans des roulades, dans l’espoir un peu bête de lui donner le tournis. Nullement affecté, il la frappa de nouveau.
Agacée, l’elfe grimaça et colla son bras contre la gorge de Tael. Elle ricana face à l’énervement de l’assassin et ses efforts vain pour la repousser. Comme elle n’aimait pas la facilité – et elle n’était pas complètement défoulée – elle cessa de l’étrangler et tenta à nouveau d’immobiliser ses bras.

Tael la repoussa en la jetant au-dessus de lui avec ses jambes dans un hurlement. Leï roula sur le sol et se redressa, gagnée par la colère. Elle profita de la faiblesse de Tael pour revenir à la charge et tenter à nouveau de l’immobiliser, encore en vain.
Elle battit en retraite, le temps de reprendre son souffle.

- C’est tout ? lui lança Tael dans un sourire, se relevant.

Un sourire mauvais commença la réponse de l’Ange.

- Bien sûr que non !

Je ne m’arrêterais qu’une fois trop épuisée pour bouger !
Elle visa à nouveau son dos, répondant au regard noir d’un assassin sur ses gardes par un grand sourire moqueur. Elle recula, attendant qu’il l’attaque. Il fondit sur elle, lui assena une droite, qu’elle encaissa avec une grimace. Elle répondit par un autre coup au ventre.
Tael gémit, la repoussa et l’attaqua. Pliée en deux, épuisée, Leï recula. Elle le regarda mettre un genou à terre et lui lança, narquoise, avec un sourire provoquant :

- Quoi, déjà fatigué ?

Il rit un peu et se releva. Leï se remit en garde, retenant un léger soupir. Elle commençait à fatiguer – mais elle l’avait voulu après tout.

- Alors, qu’attends-tu ma ptite ?

Elle répondit par un sourire et se jeta sur lui pour le faire tomber. L’assassin attrapa son bras et elle chuta avec lui, pour s’éloigner aussitôt et poser un genou à terre. Tael s’assit, une main posée sur son épaule. L’Ange lui lança un regard curieux.

- T’as quoi au dos ?

Le regard noir de Tael ne lui fit ni chaud ni froid.

- Rien…
- Oh, vraiment ? Tu en es sûr ? lui demanda-t-elle avec un sourire moqueur.
- J’ai ça-ne-te-regarde-pas…

Leï, décidément d’humeur à faire péter les plombs, s’approcha et s’assit devant lui avec un sourire en coin.

- Ce n’est pas rien, alors…

La réaction de Tael l’amusa.

- J-je…

Il recula un peu, provoquant un éclat de rire chez l’Ange.

- Alors, c’est quoi ?
- C’est… juste une cicatrice qui se réveille quand quelque chose se frotte trop fort… Ou un simple coup peut y arriver. C’est un sujet sensible, je n’aime pas en parler.

Adoucie, elle lui jeta un long regard. Après tout, il ne lui avait rien dit quand elle avait perdu le contrôle d’elle-même. Elle changea aussitôt de sujet avec un soupire.

- On arrête de se battre ?

Clin d’œil.

- Sauf si tu t’en sens encore la force.

Personnellement, elle ne l’avait plus, mais pour rien au monde elle ne l’aurait avoué.

- Je crains que je ne puisse continuer… Cette cicatrice me fait un mal fou.
- Désolée, fit-elle avec un sourire contrit. Il y a quelque chose qui peut te soulager ?

La surprise de Tael l’amusa malgré elle.

- Je ne me suis jamais posé la question avant, ça finit toujours par passer.
- Bon, bah, on va attendre alors.

L’assassin la regarda.

- Je m’appelle Taelon… et c’est déjà pas mal.

Bah, moi je t’ai pas dit mon nom complet, j’vais pas chipoter !
Elle sourit, amusée.

- Tu diras à Naly qu’elle n’aura plus de problèmes avec moi…

Même si je sais que tu ne m’aurais pas laissée lui faire quoi que ce soit.
Egalité.
Elle s’allongea sur le sol pour reprendre son souffle et admirer le ciel.


[Aux lecteurs égarés ici : ce combat a été décidé au préalable sur Skype :3]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Taelon d'Akeraï
Ange Bouquiniste
avatar

Messages : 311
Date d'inscription : 08/02/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 28
Signes particuliers: Il possède une cicatrice dans le dos assez voyante. Souvenir d

MessageSujet: Re: Tout peut se négocier [Terminé]   Dim 14 Juil - 20:01

Ce combat m'a montré une chose...

Elle sait parler, manier les mots pour tourner la situation à son avantage, en mettant l'autre dans une merde noire. Si les mots se retrouvent sans effet, elle fera ce qu'on lui a enseigné vigoureusement : utiliser les arts de l'assassinat; se fondre dans les ombres, fabriquer du poison, user de stratégie fine pour tuer.
Car nous sommes tous nés avec le don de tuer, mais notre métier est un art qu'exerce les meilleurs dans ce domaine.

Le vrai tueur n'a pas d'ami...

Taelon s'était très bien battu. Sans armes, sans poison, sans rien qui aurait pu déséquilibrer ce combat, il avait combattu Leïna. Plus pour le fun que pour réellement la combattre. Quelque chose qu'il n'avait plus fait depuis longtemps avec quelqu'un d'autre que Nalyna. Même si cela faisait une paire d'année qu'ils se s'étaient plus "côtoyés" ainsi. Ces derniers temps, ils se voyaient rarement et c'était plus pour discuter, profiter des retrouvailles, généralement trop courte.

Lorsque Leïna l'avait touché dans le dos et que la douleur avait commencé à s'installer sans partir, Taelon savait qu'il ne tiendrait plus très longtemps sans soutien comme une épée ou une dague. Le combat au corps à corps à mains nues n'étant pas la spécialité des assassins, mais plutôt un recours autre, mettait l'homme en posture difficile. Il joua avec elle, la provoquant un petit peu, le regrettant ensuite car l'elfe répondait avec son impulsivité de feu.

A force, à la longue, les deux assassins se retrouvèrent par terre et discutèrent un peu... Taelon très fermé sur ses explications en se qui concernait la cicatrice dans son dos...
C'était un souvenir douloureux qu'il ne racontait jamais... Il avait peur de finir comme Leïna tout à l'heure... En larme, montrant à une femme que lui aussi avait des craints, des souffrances et des secrets verrouillés et enfermés dans de la pierre.


Il n'a qu'une cible...

Celle de cette cicatrice physique était décédée depuis longtemps...
Pas l'autre. Celle-là avait laissé une cicatrice bien plus encrée... bien plus noire.

C'est en arrachant l'herbe avec ses poings que Taelon se rendit compte qu'il avait laissé son corps se crispé un peu et se calma instantanément. Il la regarda se coucher à côté de lui pour reprendre son souffle, et lui répondit avec un léger sourire :

- Merci, Leïna. Je te promets qu'elle ne te posera aucun problème. J'y veillerais.

C'était surtout pour éviter à Nalyna de mourir une dague dans le crâne. Au moins il pouvait être rassuré au sujet de l'elfe... Après tout peut-être n'était elle pas si irréfléchis. Et si jamais elle faillait à sa promesse, le jeune homme ne la loupera pas.
Elle a su dans ce combat maîtriser son impulsivité, cette colère dans son âme. Elle était sans doute plus digne de confiance maintenant, car Taelon l'avait respecté, et elle lui avait rendu la pareille.
Comme si une sorte de fraternité est né, entre les deux, lors de ce combat improvisé.


Je n'ose y croire vraiment... La peur des illusions que je fuis comme la peste sans doute, restant lucide. Car je sais très bien dans quel monde nous vivons...
Cruel... Sans foi ni loi... Sans pitié.
Comment nait l'amour ? Et l'amitié ? Et cette fraternité alors, comment ?

Taelon était à nouveau plongé dans ses pensées, la douleur dans son dos s'effaçant. Il finit toujours pas se dire qu'il devait arrêter de trop réfléchir. Il ne trouvait rien d'autre à faire ce soir que d'affronter, deux fois, une femme, inconnue, de la même Guilde que lui... Il n'était pas normal lui-même, alors le monde ne risquait pas de virer vers la normalité.

Taelon soupira.

- Tu as vue mon visage et tu sais mon nom. Que vas-tu en faire ?

Il se le demandait vraiment, mais quelque part il savait bien qu'elle allait se moquer de lui. Peut-être lui dira t-elle des mensonges ou des vérités cachées du genre : Oh j'irais vendre l'info.
Quelle importance...
Son objectif était toujours très claire dans son esprit et le monde cessera de tourner qu'il ira tout de même chercher sa cible jusqu'en enfer s'il le fallait.

Cet homme...


J'aurais ta peau...
Un nouveau soupire.
- Désolé si je te parais un peu tendu... Je ne voudrais juste pas te lasser avec de vieilles histoires.

Certainement pas celle d'un enfant des rue, car Leïna a peut-être connu une situation pareille... Voire pire. Il n'aimerait pas lui éveiller de mauvais souvenirs, vue dans quel état elle s'était mise tout à l'heure... Et de la façon dont cela avait fait paniquer le jeune homme.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïna Liuwën
Voteur du mois
avatar

Messages : 353
Date d'inscription : 28/01/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari/Assassin
Âge: 76 ans (777)
Signes particuliers: Est surnommée Ange noir. Ses yeux sont tels du feu

MessageSujet: Re: Tout peut se négocier [Terminé]   Dim 14 Juil - 22:02

Elle sentait l’herbe fraîche contre sa peau nue. Sa veste n’était pas bien loin, mais après ce combat, elle profitait de l’air froid. Et elle l’enlevait si peu souvent, du fait de toutes les armes cachées dans les multiples poches, qu’elle désirait profiter de cette éphémère liberté.
Et profiter aussi de la courte pause accordée, avant de reprendre sa route et son air sombre. L’Ange n’avait pas souvent l’occasion de s’allonger pour regarder le ciel aux débuts de la nuit. Elle était sans cesse en train de chercher, courir, réfléchir, tuer. Jamais un moment pour s’arrêter, arrêter de penser.
Et encore moins avec quelqu’un à proximité.

Elle examina le ciel. Il était plutôt dégagé, c’était agréable. Un de ces ciels qu’elle appréciait.

- Merci, Leïna. Je te promets qu'elle ne te posera aucun problème. J'y veillerais.

Je ne vois pas comment elle pourrait me poser problèmes… Sauf si elle m’énerve et que je décide de lui apprendre le silence, évidemment !
Leï sourit légèrement, amusée par cette pensée. Pour dériver sur d’autres. Taelon était la première personne, exceptée son semblant de famille et son maître, contre lequel elle s’est battue, juste pour le plaisir du combat, même pas pour tuer, ni maîtriser
Taelon était une personne étrange, à ses yeux. Le seul, aussi, à la faire parler un peu. Elle avait décidée il y a bien longtemps de ne s’attacher à personne, pour que personne ne l’entrave ni ne la gêne dans son but.
De toute manière, une fois celui-ci atteint…

Faudrait peut-être que je parte. Je ne sais pas. Qui se lierait avec moi, de toute façon, même amicalement ? Mon maître est bien la seule exception. Mon père, aussi. L’un est disparu, l’autre est mort ; voilà qui règle bien des problèmes !
Etait-elle encore capable de se lier avec qui que ce soit ? Probablement non. Du moins, elle l’espérait. Ne pas pouvoir était plus aisé que pouvoir et devoir se maîtriser.

- Tu as vue mon visage et tu sais mon nom. Que vas-tu en faire ?

Un sourire pensif se peignit sue le visage de l’elfe. Elle allait peut-être rester, finalement. Depuis combien de temps ne s’était-elle pas arrêtée pour simplement discuter ? Une éternité ?
Que répondre ?
En temps normal, pour se moquer, ou comme menace, elle répondrait un truc du style « je les garde en réserve, au cas où j’en aurais besoin » ou « je vais les répéter aux gardes les plus proches, pourquoi ? ».
En temps normal.

- Rien.

Et toi ? Même si, au final, ce n’est pas important.  Bien d’autres ont vu mon visage, et connu mon nom.

- Sauf si tu me crée des problèmes, bien sûr, continua-t-elle sur un ton léger et un brin moqueur.

Mais ça m’étonnerait.

- Désolé si je te parais un peu tendu... Je ne voudrais juste pas te lasser avec de vieilles histoires.

Elle ne su que répondre à cela. Les vielles histoires, hélas, restaient trop profondément ancrées dans le présent pour mériter cet adjectif. Elles resurgissaient à l’improviste, et il était difficile de les chasser définitivement.

- J’ai pas souvent entendu d’histoires… fit-elle sur un ton rêveur.

Elle n’avait jamais été, même enfant, du genre à s’arrêter pour écouter. Toujours en train de courir, de s’échapper, de réfléchir loin des autres. En grandissant, cela ne s’était pas amélioré. Elle s’était forgé un caractère très asocial, et personne ne lui avait dit que ce n’était pas normal.
Une fois loin de sa mère, cela ne s’était pas arrangée. La seule chose qu’elle savait correctement faire, c’était tuer. Elle s’était faite mercenaire. Et s’était vite rendu compte, avec la mort de son père et la haine de sa mère, qu’aimait ne menait qu’à des précipices, d’où il était parfois impossible de sortir.
Elle en était sortie. En se jurant de ne jamais y replonger.
Qui, au cours des dernières années, l’avait entendu rire, vraiment rire, comme une personne normale ? Discuter longuement, juste pour le plaisir de parler… Son maître.
Personne d’autre.

- Tu as fini ton apprentissage depuis longtemps ?

C’était une simple question, lancée parce qu’elle ne savait pas quoi dire d’autre. On peut oublier comme parler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Taelon d'Akeraï
Ange Bouquiniste
avatar

Messages : 311
Date d'inscription : 08/02/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 28
Signes particuliers: Il possède une cicatrice dans le dos assez voyante. Souvenir d

MessageSujet: Re: Tout peut se négocier [Terminé]   Lun 15 Juil - 0:55

Créer des problèmes... Pourquoi donc ? Quel intérêt avait-il à faire cela... Aucun. Faisant partis de la même guilde, il la laisserait tranquille. Elle n'était pas une ennemie, mais plutôt une potentielle alliée... Et qui sait.
Imaginer plus n'était pas dans les habitudes de Taelon. Nalyna fut la seule à réussir à avoir ce privilège, ainsi que son maître.
L'assassin ne créait pas les problèmes, mais peut-être les cherche-t-il un peu.

- J’ai pas souvent entendu d’histoires…
- Tu en as de la chance, mon maître avait l'âme d'un poète enfoui dans ses songes les plus fous..., marmonna le jeune homme, avant de frissonné, comme si le vent punissait sa mauvaise langue.
Il me racontait beaucoup de choses, il était doué pour conter des histoires. Et un jour... Il m'a demandé de raconter la mienne.

Taelon se tourna vers elle, toujours couché sur l'herbe qu'il sentit lui aussi comme fraiche. Elle lui faisait du bien d'ailleurs, en y repensant.
- Je l'ai envoyé chier, sourit-il. Je l'ai regretté le lendemain, car il m'a forcé à courir toute la journée...

Il le faisait courir partout... Ou plutôt n'importe où, dans toute la ville, puis dans les champs, et enfin dans des marais non loin... A patauger dans la boue, pendant que Gilroy raillait derrière, contant des histoires qu'il pensait drôles mais qui n'étaient que des supplices pour les oreilles du petit garçon. Et quand le soir vint, que le petit Taelon était mort de fatigue, affalé aux pieds de son maître, ayant assez de force pour respirer, Delmontres se pencha sur lui en lui susurrant avec un sourire étiré jusqu'aux oreilles :
"Tu en as assez chier ?"


Taelon rit doucement.

- L'enflure... Il disait qu'il avait été pirate, mais il mentait. Il me cachait son passé. Il disait : Un assassin est plus fort sans les attaches du passé, mais plus faible avec celle du présent. -Le jeune homme se mit assis et s'étira les membres un peu endoloris du récent affrontement- Je le prenais pour un fou, au début. Mais j'ai finit par le respecter tel qu'il était... Et à devenir un peu comme lui. -Son haussement des épaules machinale le fit avoir une grimace de douleur- Le jour où j'ai commencé à parler comme lui et à raisonner comme lui, il m'a proposé de picoler... Pour "fêter sa réussite". Et c'était moi l'élève, vois-tu ?, finit-il dans un rire, gardant un peu le sourire, le regard perdu dans la nuit.

La ville n'étant pas très éloignée, ils avaient suffisamment de lumière pour voir quelque chose. Quoique, si Taelon peinait à voir, Leïna n'avait sans doute pas besoin de plus, étant une elfe. Elle devait voir dans cette pénombre.
Bref, une question était toujours resté en suspend.

- Non... , répondit-il simplement. Pas depuis bien longtemps. Gilroy est décédé l'année dernière, environ...

Il n'osait pas avouer qu'il aurait préféré l'avoir encore auprès de lui, et apprendre auprès d'un esprit si vif que Gilroy Delmontres. Malgré son côté chieur, c'était un homme de talent.
- Je ne peux m'empêcher de penser que j'ai provoqué sa chute. Mais il m'aurait pissé dessus pour penser comme ça... -Il se retourna vers elle, un sourire crispé aux lèvres- Oui, il avait des réactions assez étranges et punissait un peu n'importe comment. Mais ça c'était souvent quand il buvait un peu trop.

Qu'allait-il lui raconter ? Gilroy avait fini par avoir ce qu'il voulait ? Oh oui... Taelon n'avait pas résisté longtemps aux tortures et avait finit par fondre en larmes et tout lui dire...
Absolument tout...
Mais cela n'allait pas être conter à Leïna.

- L'histoire que j'ai donné à mon maître est celle d'un petit garçon qui courait dans les rues pour survivre..., raconta-t-il les yeux levés vers le ciel. Basique, banal, pas intéressant...
Je montrais des talents pour grimper, me camoufler... Et observer. J'arrive à retenir des détails, même minimes. Et mon maître a su que je l'observais la première fois que je l'aperçus et il savait que j'allais partir à sa recherche. Nous étions de la même veine : calculateur et fin observateur...
-Taelon fut une légère moue- ... Terriblement têtu aussi. Étant petit, je n'avais aucun modèle. Et j'avais presque peur de Gilroy au début, alors qu'il me m'était des évidences sous le nez. Que je deviendrais un bon assassin.
Beaucoup de blabla... Désolé.


Gilroy avait réussi à entraîner Taelon, jusqu'à ce qu'il devienne un tueur doué. Tout ça pour... ? Oui, tuer, cela s'entend. Remplir des contrats, couper des têtes qui gênaient. Mais il y avait forcément quelque chose de plus. En connaissant l'intelligence de cet homme, il devait penser à autre chose.
Il avait entendu l'histoire du petit...
Qu'avait-il ressenti alors que le gamin pleurait sur lui ?
A quoi pensait-il lorsqu'il l'entraînait sans relâche ?


M'a-t-il... entraîné... Pour que je puisse me venger ?...

Taelon n'y avait jamais vraiment réfléchit avant, puisque personne ne lui avait posé des questions sur son maître ou son apprentissage. Cette révélation lumineuse vint comme une claque sur son visage, alors que son coeur se mit battre plus fort...
Il tenta de contrôler cette angoisse soudaine qui le faisait un peu trembler, alors que ses souvenirs, ses objectifs claires comme de l'eau revenaient à la surface... Et que le son du vent finissait par lui murmuré qu'il n'était qu'un tueur...
Entraîné pour tuer...
Qu'il vivait que pour la vengeance et qu'on l'y avait aidé pour réussir...

Gilroy l'avait aidé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïna Liuwën
Voteur du mois
avatar

Messages : 353
Date d'inscription : 28/01/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari/Assassin
Âge: 76 ans (777)
Signes particuliers: Est surnommée Ange noir. Ses yeux sont tels du feu

MessageSujet: Re: Tout peut se négocier [Terminé]   Lun 15 Juil - 2:06

- Tu en as de la chance, mon maître avait l'âme d'un poète enfoui dans ses songes les plus fous...

Ça dépend… Ça peut être bien, des histoires. Enfin, je suppose.

- Il me racontait beaucoup de choses, il était doué pour conter des histoires. Et un jour... Il m'a demandé de raconter la mienne.


Intéressée, Leï tourna la tête vers lui, abandonnant sa contemplation du ciel sombre. Quelque chose lui disait cependant qu’elle n’écouterait pas cette histoire en détail de sitôt.

- Je l'ai envoyé chier. Je l'ai regretté le lendemain, car il m'a forcé à courir toute la journée...

Leï sourit à son tour. Courir était une des choses qu’elle aimait le moins faire. Grimper, sauter, se battre, tuer, d’accord… Mais courir ? Apprenez à courir convenablement en passant votre vie sur un bateau….
Quand elle agaçait son maître, celui-ci l’engueulait un bon coup sur ses projets de vengeance. En plus de la calmer, cela la forçait à peaufiner l’armure qu’elle construisait patiemment autour de son cœur.
Quand ses engueulades ne servirent plus à rien, il la fit s’entraîner jusqu’à qu’elle s’écroule d’épuisement.

- L'enflure... Il disait qu'il avait été pirate, mais il mentait. Il me cachait son passé. Il disait : Un assassin est plus fort sans les attaches du passé, mais plus faible avec celle du présent.

Pirate, hein ?...

- C’est étrange, fit-elle avec une note amusée dans la voix, mon maître disait plutôt le contraire ; qu’il fallait oublier le passé et trouver des attaches dans le présent.

Peut-être parce qu’il avait conscience qu’elle voguait près d’un précipice. Que l’affrontement avec sa mère l’y conduirait inéluctablement, quelle que soit l’issue du combat. Sans rien ni personne, elle n’avait aucune raison de rester. Il lui aurait fallu quelqu’un – après tout, elle était comme tous les êtres vivants, elle avait besoin d’une présence amicale.
Son maître avait probablement voulu devenir cette présence, mais il était parti. Laissant juste un mot, sans réelles explications.
Et maintenant, elle n’avait plus personne. Et y tenait farouchement.
La seule chose à laquelle je tiens, c'est de ne tenir à rien.

- Je le prenais pour un fou, au début. Mais j'ai finit par le respecter tel qu'il était... Et à devenir un peu comme lui. Le jour où j'ai commencé à parler comme lui et à raisonner comme lui, il m'a proposé de picoler... Pour "fêter sa réussite". Et c'était moi l'élève, vois-tu ?

Leï se redressa en position assise, songeuse. Leurs maîtres étaient bien différents. Si l’elfe buvait parfois, son maître le faisait rarement. Elle ne l’avait vu boire un peu de bière seulement une ou deux fois.

- Non... Pas depuis bien longtemps. Gilroy est décédé l'année dernière, environ...

Au moins, tu sais qu’il est mort ! Mon maître pourrait être en vie, mort, emprisonné, je ne le saurais même pas ! Je ne sais même pas où il est…

- Je ne peux m'empêcher de penser que j'ai provoqué sa chute. Mais il m'aurait pissé dessus pour penser comme ça... Oui, il avait des réactions assez étranges et punissait un peu n'importe comment. Mais ça c'était souvent quand il buvait un peu trop.

L’Ange haussa les sourcils, étonnée.

- Eh ben…

Tête légèrement penchée sur le côté, attentive, elle écouta ce qu’il lui narrait.
« Basique, banal, pas intéressant... »
Je pense pas, non… Enfin bref…
Elle nota vaguement qu’il retenait les détails
« Que je deviendrais un bon assassin. »
Et tu es devenu un bon assassin.

- Beaucoup de blabla... Désolé.

Leï haussa les épaules. A part son père, personne ne lui avait raconté quoi que ce soit. Sa mère, peut-être, quand elle était encore un bébé incapable de marcher. Peut-être, peut-être que non.

- J’aime bien les histoires, répondit-elle.

Il n’avait pas à se sentir désolé, après tout.
Elle se demanda soudainement ce qui l’avait poussé à devenir assassin. Pour la survie ? Parce qu’il aimait tuer ? Non, ça ne devait pas être son genre…
Elle discerna un infime changement chez Taelon.
Pour se venger ? Lui aussi ? De qui ?
Qu’elle ait raison ou non, il ne répondrait probablement pas à cette question. Elle décida de parler à son tour, comme il avait parlé. Pour lui rendre la pareille, et pour le distraire des pensées qu’elle soupçonnait être sinistres.

- J’ai terminé mon apprentissage depuis peu de temps. Mon maître a disparu juste après la fin, en ne me laissant qu’une lettre. Je ne sais pas pourquoi il est parti, où, ni s’il reviendra. Je n’ai plus aucune nouvelle.

Elle se racla la gorge pour effacer la note de tristesse et de colère qui menaçait de percer dans sa voix.

- Il était bien différent du tien. Plus calme, posé, un peu du genre moralisateur. Il me formait pour être assassin, et en même temps, il m’obligeait à ouvrir mon esprit, à réfléchir, deviner. Il voulait que j’oublie mon passé.

Elle esquissa un sourire sombre.

- Il n’a jamais réussi, pour ça. Il le savait, d’ailleurs
.

Leï se mordit la langue.

- À… À la fin de sa lettre, il y avait marqué « Vivre ou mourir ? », fit-elle précipitamment.

Il méritait cette explication.

- Il pensait aussi que je deviendrais une assassin douée. Il m’a trouvé dans une taverne. J’avais été pirate, puis j’étais descendue sur terre, et m’étais reconvertie en mercenaire. Je me pensais très douée, jusqu’à qu’il vienne me donner un contrat, où j’y aurais laissé la vie s’il n’était pas venu me chercher.


Elle souriait.

- Ça m’a convaincu qu’il me restait à apprendre et je l’ai suivi.


Elle avait caché son abandon. Après tout, il n’avait rien révélé de très précis sur lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Taelon d'Akeraï
Ange Bouquiniste
avatar

Messages : 311
Date d'inscription : 08/02/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 28
Signes particuliers: Il possède une cicatrice dans le dos assez voyante. Souvenir d

MessageSujet: Re: Tout peut se négocier [Terminé]   Dim 4 Aoû - 17:45

Je me laisse entraîner par mes pensées... Il faut que je me calme. Je n'ai pas envie qu'elle remarque que... Tout compte fait, je crois qu'elle doit être au même niveau que moi. Elle doit savoir observer, quel sot je fais.

Taelon se tourna vers Leïna, car elle racla un peu sa gorge, à son tour prête à parler.
- J’ai terminé mon apprentissage depuis peu de temps. Mon maître a disparu juste après la fin, en ne me laissant qu’une lettre. Je ne sais pas pourquoi il est parti, où, ni s’il reviendra. Je n’ai plus aucune nouvelle.

C'est avec un air désolé que Taelon baissa les yeux, comprenant.
- Il était bien différent du tien. Plus calme, posé, un peu du genre moralisateur. Il me formait pour être assassin, et en même temps, il m’obligeait à ouvrir mon esprit, à réfléchir, deviner. Il voulait que j’oublie mon passé.
- On peut difficilement être plus bruyant que Gilroy. C'était à se demander comment il faisait pour être si discret, grinça Taelon.

Elle ajouta un détail et Taelon garda le silence. Il n'avait pas réussi à lui faire oublier son passé... C'était une note qui parla beaucoup à l'homme. Alors Leïna avait également eu un passé douloureux, ou au moins aussi prenant que le sien...
Aussi... Non, il espérait qu'il ne soit pas aussi dur...

- À… À la fin de sa lettre, il y avait marqué « Vivre ou mourir ? »

Pourtant, Taelon avait espérait très fort...
- Il pensait aussi que je deviendrais une assassin douée. Il m’a trouvé dans une taverne. J’avais été pirate, puis j’étais descendue sur terre, et m’étais reconvertie en mercenaire. Je me pensais très douée, jusqu’à qu’il vienne me donner un contrat, où j’y aurais laissé la vie s’il n’était pas venu me chercher.
- Ton maître était un homme bien...

Il se demandait qui c'était, mais par respect pour l'elfe, il n'en demanderait pas plus. Finalement, on pouvait trouver dans ce monde des personnes qui avaient chacune souffert. Chacun à sa manière, le passé étant plus ou moins lourd. Mais à croire Gilroy, le passé forge mais il fallait l'oublier, le mettre de côté pour mieux avancer.
Mais Taelon ne pouvait pas, il ne pouvait plus le faire...
Sa vengeance le rongeait, il avait faim... Il voulait abattre sa colère.

- J'espère vraiment que tu le retrouves un jour...

Taelon parlait mais il n'était plus vraiment là, à moitié dans ses pensées. Il secoua la tête, mettant une main sur son crâne, pris d'une migraine.
Il se tourna vers Leïna.

- Mon maître est mort... Mais sa mort était plutôt... Je ne sais pas, disons étrange ? Après tout, comment un maître assassin n'a pas pu calculer l’embuscade alors qu'il avait tout prévu pour ma mission. Je ne sais pas, je n'en sais rien, mais pour le moment je me fiche de le savoir. J'ai quelque chose à faire...

Il se relève et tend la main pour aider Leïna à se lever.
- ... Quelque chose qui nécessite du temps... Et qui me prend toute mon attention...

Vivre pour la vengeance n'était pas une vie. C'était suivre un chemin d'épines et à l'arriver abattre sa haine, sa soif de sang, tel un monstre mourant de faim. Taelon se fichait pas mal de perdre chaque jour ses désirs de vivre ou de faire quoi que se soit, tellement il n'eut la seule pensée de voir cet homme mourir pour ce qu'il a fait...
Tant de mal, tant de cruauté gratuite...
Des choses qu'il allait lui rendre au centuple !


Au nom de celle qui m'est chère, je le jure que j'y arriverais.

Mais il lui manquait encore quelques informations. Peut-être que Leïna...
- Dis moi, Leïna... Saurais-tu par hasard quel assassin à la Guilde ou aux alentours est le mieux placé pour jouer les espions et savoir tout sur tout sur les régions ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïna Liuwën
Voteur du mois
avatar

Messages : 353
Date d'inscription : 28/01/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari/Assassin
Âge: 76 ans (777)
Signes particuliers: Est surnommée Ange noir. Ses yeux sont tels du feu

MessageSujet: Re: Tout peut se négocier [Terminé]   Jeu 8 Aoû - 17:27

- Ton maître était un homme bien...

Leïna étouffa un petit rire.

- Oui, enfin… Il voulait surtout dégonfler mon ego. Et puis, un assassin reste un assassin.
- J'espère vraiment que tu le retrouves un jour...

Je ne suis pas sûre d’espérer la même chose… Certes, il me manque. Mais en voyant dans quel état je me suis mise, il m’engueulerait. Et il serait capable de m’empêcher de retrouver ma mère. Peut-être, finalement, est-ce bien qu’il ait disparu.
Un assassin ne devrait pas s’attacher à qui que ce soit. Il ferait mieux de laisser tomber son amie… enfin… ce n’est pas moi qui vais lui dire.

- Mon maître est mort... Mais sa mort était plutôt... Je ne sais pas, disons étrange ? Après tout, comment un maître assassin n'a pas pu calculer l’embuscade alors qu'il avait tout prévu pour ma mission. Je ne sais pas, je n'en sais rien, mais pour le moment je me fiche de le savoir. J'ai quelque chose à faire...

… quelque chose à faire ?
Elle l’observa attentivement. Dans ces mots ressortait un écho qu’elle ne connaissait que trop bien. Elle prit distraitement la main qu’il lui tendait et, une fois debout, commença à rassembler ses affaires.

- ... Quelque chose qui nécessite du temps... Et qui me prend toute mon attention...

Elle scruta son visage, pensive.
Tu veux te venger.
Elle enfila sa veste, remit son poignard à sa ceinture et accrocha son sabre dans son dos. L’assassin devenait de plus en plus intéressant. Leï passa la main dans son dos pour vérifier que sa lame n’était pas tombée, ajusta son débardeur, le col de sa veste et fit face à Tael.
En un autre temps, peut-être aurait-elle éprouvé de la compassion. Mais tout ce qui ressemblait de près ou de loin à de telles émotions s’était retrouvé cadenassé quelque part dans son cœur, et la clé jetée par-dessus son épaule.

- Dis moi, Leïna... Saurais-tu par hasard quel assassin à la Guilde ou aux alentours est le mieux placé pour jouer les espions et savoir tout sur tout sur les régions ?

L’Ange fit la moue. Elle s’était tenue loin des autres assassins dès le début, comme des gens en général. Créer des liens était bien la dernière chose qu’elle souhaitait. Alors, lui poser une question pareille…

- Désolée… Je ne connais personne. Mais je te conseille une femme. En général, on les soupçonne moins.

Elle tut sa connaissance d’Aranor. Elle avait passé son temps à voyager, mais proposer aussi spontanément son aide n’était vraiment pas dans ses principes. Selon elle, elle s’était déjà suffisamment rapprochée de cet assassin. Et, finalement, pour avoir passé leur vie sur terre, il devait y avoir beaucoup d’autres personnes à s’y connaître.

Leï passa sa main dans ses cheveux ébouriffés par le combat dans une tentative de les discipliner un peu. Face à son relatif échec, elle se contenta de les nouer en queue-de-cheval avec son lien de cuir.

- Dis-moi…

Elle chercha à aborder le sujet. Généralement, elle allait droit au but. D’autres fois elle esquivait, tirant de tout petits détails à son interlocuteur sans qu’il se rende compte qu’il  lâchait des informations. Elle s’adaptait sans mal à la personne en face d’elle, mais il y avait parfois des exceptions.

- Tu ne chercherais pas à te venger, par hasard ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Taelon d'Akeraï
Ange Bouquiniste
avatar

Messages : 311
Date d'inscription : 08/02/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 28
Signes particuliers: Il possède une cicatrice dans le dos assez voyante. Souvenir d

MessageSujet: Re: Tout peut se négocier [Terminé]   Mer 28 Aoû - 13:29

Taelon rassembla également ses affaires, remettant son manteau, sa cape, et sa lame aux bras. La nuit était bien avancée. Les lumières de la ville diminuaient. Il était temps qu'il récupère Nalyna sur le toit pour la ramener sur terre et lui trouver un endroit où dormir, le temps de dégriser.
Peut-être il lui dira ce qu'il a fait, ce qui s'est passé. Mais par respect pour Leïna, il gardera toutes informations la concernant. Il espérait qu'elle en face de même sur les siennes...

Il leva les yeux vers elle, et sourit. De toute évidence, elle ne connaissait personne qui puisse l'aider, au vue de ce visage. Elle confirma ses doutes avec la parole, un peu grincheuse.
Elle avait un côté très sympathique qu'il aimait bien trouver. Même si Taelon n'était pas particulièrement sociable, lorsqu'il parvenait à l'être, il se rendait compte combien il aimait les mimiques sur les visages, et certains traits de caractères touchants.


Leïna, sombre, secrète, fougueuse et un peu furibond par moment. Mais mortellement belle.
Il le reconnait.

Elle tenta de se recoiffer, quelque chose qu'il avait zappé lui-même. Il mit un coup, passant rapidement sa main, ce qui suffit largement à les remettre à leur place. Simple comme bonjour.
C'était beaucoup moins pratique pour elle. Elle avait le même type de cheveux que Nalyna, quoi que moins frisé et beaucoup plus roux. Mais cette même longueur impossible à recoiffer après un tel combat.
Il sourit face à un sérieux de façade alors qu'elle galérait. Finalement, la coupe traditionnelle est vite voté.

- Dis-moi…

Il perd le sourire, regagnant son sérieux, et la regarde droit dans les yeux.
- Hmmm ?
- Tu ne chercherais pas à te venger, par hasard ?

Il se tut, et ne fit plus aucun mouvement. Comme si le temps s'était arrêté, que la terre ne tournait plus. Entendre ce mot faisait toujours bouillir ses veines et frémissait son coeur d'angoisse. Cet état lui glace le sang et son esprit ne pense qu'à son existence : La vengeance. Ce n'est pourtant pas une chose matérielle, mais chez lui c'était comme si elle existait en tant que personne.
Ce qui était assez effrayant.
Mais il ne vivait que pour ça. Que pour elle... Que pour l'accomplir.

- Oui, répondit-il, un peu froid.

La chaleur s'était évaporée. La nuit lui parut encore plus fraiche que tout à l'heure.
Il savait bien qu'elle devinerait. Ce ne fut pas difficile, vue son état d'âme. Il espérait seulement qu'elle garderait cela pour elle, qu'elle n'en parle pas ni à la Guilde, ni à qui que se soit. C'était une affaire qu'il voulait mener personnellement, sa petite vendetta datant de plusieurs années. Tout ce temps à s'entraîner, puis à chercher...
Il se savait encore loin du but, puisqu'il lui manquait des informations. Mais il s'approchait, il se rapprochait de lui. De sa victime...
Et bientôt, il frapperait.

Mais pour le moment... Il avait Leïna en face de lui, accompagné d'un malaise...
Il toussa un coup pour faire disparaître la fraicheur qu'il avait mis entre eux et lui sourit gauchement, remettant sa capuche sur la tête.

- Et toi ? Que vas-tu faire ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïna Liuwën
Voteur du mois
avatar

Messages : 353
Date d'inscription : 28/01/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari/Assassin
Âge: 76 ans (777)
Signes particuliers: Est surnommée Ange noir. Ses yeux sont tels du feu

MessageSujet: Re: Tout peut se négocier [Terminé]   Dim 8 Sep - 0:04

L’atmosphère se rafraîchit brusquement, et Leï sentit une légère tension entre eux. Elle pinça les lèvres, sans regretter nullement ce qu’elle avait dit. De toute évidence, elle avait raison. L’envie de vengeance était donc perceptible, visible. Mais par moments seulement. Et par qui ? Tout le monde ? Par les personnes ayant le même objectif ? Son désir de représailles à elle était lui aussi visible par Taelon ?
Mauvais.

Elle posa un regard songeur sur l’assassin. Elle se demanda s’il ressentait la même chose qu’elle, lorsqu’elle pensait à sa mère. Colère, rage, détresse, incompréhension, un vide dans la poitrine… Si la phrase « vivre ou mourir » s’appliquait aussi à lui.

- Oui.

Elle rajusta sa veste, comme pour se protéger d'un froid intérieur. Ils se ressemblaient beaucoup, beaucoup trop. Est-ce qu’il était devenu assassin juste pour se venger, comme elle ? Est-ce que, toujours comme elle, s’éloignait-il des autres, pour ne pas risquer de se lier, d’hésiter au moment final, est-ce que comme elle n’envisageait-il pas de futur après que la cible de ses cauchemars se serait éteinte devant lui ?

- Et toi ? Que vas-tu faire ?

Moi ?
Il y avait beaucoup de réponses et de sens différents à donner à cette simple question. Que vas-tu faire, maintenant, où vas-tu aller ? Que vas-tu faire, quel est on but ?
Où je vais ? Akeraï… Mon but ? Trop semblable au tien.
L’Aigle de fer de sa mère la poursuivrait partout. Il était gravé sur son sabre d’abordage, il miroitait devant ses yeux lorsque son esprit s’égarait.

Maman…
Penser à elle lui donnait la nausée, lui faisait serrer les poings, déversait de la lave dans ses veines et crispait son cœur. Un vide se creusait et la folie grignotait encore un peu son esprit.
Qu’est-ce que ce serait de parler avec quelqu’un de tout ça ? Avec quelqu’un qui ressent la même chose ?

Elle se mordit la lèvre inférieure. C’était mauvais. Elle ne devait pas s’approcher de lui. Elle ne devait pas se lier. Elle devait être libre quand elle porterait son dernier coup, celui qui l’achèvera, elle.
Folie.

Elle planta son regard flamboyant dans les yeux sombres de l’assassin et le regarda pendant de longues secondes, silencieuse. Il lui ressemblait trop. Elle n’avait que rarement croisé de telles personnes, et l’assassin l’attirait, lui donnait envie de parler. Se confier. Pleurer, peut-être.
Comme avec son maître.
Et celui-ci l'avait abandonnée.
Désolée.

- Moi aussi.

Elle leva la main et frôla sa joue, comme pour le réconforter, puis fit brusquement volte-face, s’éloignant à grands pas.
Pas de liens.
Désolée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Taelon d'Akeraï
Ange Bouquiniste
avatar

Messages : 311
Date d'inscription : 08/02/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 28
Signes particuliers: Il possède une cicatrice dans le dos assez voyante. Souvenir d

MessageSujet: Re: Tout peut se négocier [Terminé]   Jeu 19 Sep - 14:17

Semblable.
Ma question me fait voir un miroir, un reflet de ma personne, de ce que je ressentais lorsque je parle de vengeance. Le regard perdu, avec une étincelle brillante, menaçante. Les poings qui se resserrent sur le pommeau de son arme, tout comme je le fais parfois. Et l'impression que Leïna irradié le feu destructeur finit à lever tous les doutes.
La vengeance était notre gros point commun.
Deux êtres mortels, qui ont fait le vœu de tuer quelqu'un.
Un homme, une elfe. Différent, sans l'être toutefois. Si proche dans la façon de penser sur ce sujet qui les tenait à coeur. Ce dernier bouillonne dans une poitrine enchaîné par la glace. Je me demande ce qui à bien pu lui arriver...
L'injustice également ?
Qui sait...

Elle le regarda, droit dans les yeux. Sans hésitation, il fit de même, ne bougeant pas. Le vent ne les perturba plus, la tension du combat récent était partie, et le partage qu'ils avaient fait, un peu d'histoire, de rire et de chaleur à la méthode assassin, tout cela s'enfermèrent dans un coin de leurs têtes. Leurs pupilles ne se lâchèrent pas alors que leurs pensées avaient fusionné sur une seule et même idée : La vengeance, l'effroyable, la terrible et la violente.

Mais dans le regard de Leïna, l'assassin percevait quelque chose qu'il ne sut comprendre sur le coup. Il fronça les sourcils en soulignant chez elle quelques tocs qu'il retrouvait parfois chez Nalyna. Il avait suffisamment étudier ce pincement de lèvre pour savoir que Leïna était prise d'un doute, d'un songe qu'il la tenait. Son cœur était partagé entre deux choses. Mais quoi donc ?

- Moi aussi, dit-elle doucement.

Taelon leva un sourcil et une main s'approcha de son visage. Il la suivit des yeux jusqu'à ce qu'elle touche sa joue... Il ne savait pas comment réagir, et avant qu'il est pu faire ou dire quoi que se soit, elle s'était retournée. Et partit... Le laissant dans un état perplexe des plus total.
Les yeux d'abord sur le sol, analysant ce qu'il venait de se produire, il les leva et aperçut qu'elle était déjà loin, marchant d'un pas rapide. Il n'allait pas lui courir après... Non... Pas maintenant.
Ce geste le marqua comme si on vous avait marqué au fer rouge...
Il déplaça machinalement sa main sur sa joue, puis la laissa retomber lentement dans son manteau.
Était-ce un aurevoir, ou un adieu ?
Taelon soupira longuement. Imaginer qu'une personne pouvait s'attacher à lui le dépasser, il avait déjà grandement de mal à le percevoir avec Nalyna. Alors avec... elle.
Il se retourna pour reprendre lui aussi la marche vers le toit où ils avaient laisser pioncer et décuver la jeune guerrière. Pensif, se posant des questions, se demandant si...
Il s'arrêta brusquement en entendant du bruit et se retourna. Il fixa longuement le champs submergé par la noirceur de la nuit, là où l'assassin elfe s'était échappée, rentrant dans les ténèbres qu'elle devait connaître aussi bien que lui.

- Leïna...

Il se détourna du champ, tournant le dos à un renard qui s'était montré et qui se faufila dans la ville pour trouver à manger, disparaissant dans la nuit. Tout comme l'assassin aux cheveux de feu...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Tout peut se négocier [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Tout peut basculer, d'une minute à l'autre. [Luffy!]
» Tout peut arriver [Terminé]
» Un sourire coûte moins cher que l'électricité, mais produit tout autant de lumière ~ Liechtenstein [terminée]
» Tout peut porter à confusion... [Daven K. Drack]
» Tout nu à deux heures [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Guildes d'Aranor :: Sur la Terre :: Royaume d'Akeraï-