C H A T



 

Partagez | 
 

 Tout peut se négocier [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Talis d'Akeraï
Ange Bouquiniste
avatar

Messages : 314
Date d'inscription : 08/02/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 28
Signes particuliers: Il possède une cicatrice dans le dos assez voyante. Souvenir d

MessageSujet: Tout peut se négocier [Terminé]   Sam 30 Mar 2013 - 15:55

Nalyna avait économisé pendant deux mois pour pouvoir accompagner un convoie qui prenait la route pour Akeraï. Ils voulaient tenter de faire du commerce avec les marchands sur place, une chose qui est loin d'être aisée... Pour commercer, il fallait emprunter la route la moins dangereuse, celle qui était reliée à Quentaïn, très chère car fortement taxé par les tours de gardes.
La jeune femme, devenue Chevalière depuis peu, ne perdit pas espoir de revoir son ami, qu'elle a laissé dans cette ignoble ville. Car il l'avait voulu...



    ... C'était son choix. Taelon était persuadé de retrouver sa némésis dans cette région, ou dans la ville elle-même... Il avait été mis au courant de la venu de Nalyna grâce à un messager. Il sortit de la ville soigneusement de façon à ce que personne ne le voit... Il était contrarié car elle n'avait pas conscience du danger qui venait vers elle à grands pas en procédant ainsi. Mais elle lui avait promis son retour, en échange il avait promis de l'attendre.
    Mais les choses ont changé...


    Je ne suis plus l'homme qu'elle a connu... Que va-t-elle penser lorsqu'elle me verra ? Sera-t-elle effrayée, ou en colère ? Mon coeur se serre à l'idée de la savoir énervée par ma faute... Quoi ? Qu'est-ce que je raconte, tsss... Elle aurait dû resté chez elle... Et ne jamais tenter de revenir ici.

    C'était à se demander s'il ne se mentait pas à lui-même, mais il était persuadé qu'elle se mettait en danger sans même le savoir. Naïvement...
    Il s'arrêta, restant dans l'ombre. Il était passé par des chemins tortueux pour camoufler le plus de traces possible de son passage. Il se mit soudainement à pleuvoir comme si le malheur ne venait jamais seul...
    Il fut pris d'un doute et secoua la tête, se disant qu'il ne fallait pas être superstitieux. Ce n'était pas bon pour lui, il devait rester sûr de ce qui se passait autour de lui, et ne pas se mettre à rêvasser. Son métier ne lui permettait jamais...


    Que m'aurait dit Gilroy déjà ? "Rêve pas si tu ne veux pas qu'on t'entrave" ? ... Ce vieux fou parlait bien. Bon... Ce n'est pas une pluie qui m'arrêtera, et avec un peu de chance cela freinera le convoi.

    Il continua à la course et parvint au premier village qui surplombait une légère colline. Plus loin on pouvait voir la route sur-taxée qui menait directement à Quentaïn. Il connaissait bien ce village... Pour y avoir passé une partie de son enfance...
    L'échine de Taelon frissonna. Il possédait toujours ce mauvais souvenir le long de son dos, une cicatrice qui ne partirait jamais.


    Ne pas rêvasser, ne pas s'égarer...

    Il rouvrit les yeux et passa la porte du village, gardé... Enfin si on pouvait appeler cela "gardé par des gardes". Ils ne semblaient pas tenir correctement debout, sans doute ivre ou trop fatigué. Ils le virent marcher calmement sans rien dire à par des sons incompréhensibles qui ne voulaient pas dire grand chose : ben'vnue, gneuh, b'zarre c'luilà...
    Taelon prit un air amusé, sous a capuche et son manteau qui cachait totalement son attirail et sa longue lame accrochée à son bras droit. Ce village était resté le même... Toujours si miteux.
    Mais moins pire qu'Akeraï.
    Il se dirigea prudemment de l'autre côté de la ville. Furtivement, il grimpa sur le toit qui lui semblait être le plus haut et observa la route...


    Trop tard... Ils sont déjà arrivés... C'est pas vrai !

    Il serra les dents, énervé. Il descendit et chercha Nalyna, espérant la trouver rapidement. Il vit un convoi qui semblait bien gardé par des hommes qui n'appartenaient pas à la garde de la ville, et parmi eux une femme sous un manteau à capuche chercher quelque chose du regard. Il reconnut sans problème son amie, qui se dirigea hasardeusement vers une taverne. Il alla calmement vers elle comme si de rien n'était et l'attrapa par le bras.
    Ils disparurent en un instant sans se faire remarquer. Taelon l'avait tiré et envoyé dans une ruelle pour qu'ils soient seuls.


    Je la regarde, impassible et sombre, sans bouger. Comme si je faisais parti du décor qui m'entoure. Elle avait dégainé son épée longue, finement ouvragé tout en restant modeste, sur ses gardes, prête à se défendre. Quelle belle femme est-elle devenue ? J'y croyais à peine. On s'était quitté à peine deux mois ou plus ? Je ne sais plus. Elle plissa les yeux pour essayer de me reconnaître. Son visage durcit passe de cette expression à celle de la joie. Une... si belle lueur dans ces yeux, une chose que j'avais oublié, souvenir englouti sous les ombres d'Akeraï.
    Je reste un peu étourdi et hésitant lorsqu'elle vint me prendre dans ses bras, m'enlaçant fortement.
    « Ta- »
    - Chut !
    « Quoi ? Je suis contente de te revoir, tu sais ? »
    - Oui mais... Pas ici, répondis-je avant de la repousser et de l'emmener dans la taverne.
    Cet établissement est blindé de monde, nous pourrions parler convenablement. Je la fais s'assoir et je nous commende une boisson locale avant de m'assoir en face d'elle, guettant discrètement si personne ne nous observait.
    « Tael je- »
    - Pourquoi es-tu revenu ?, coupais-je d'un ton sec.

    Elle me lance des yeux ronds, ne comprenant pas. Elle hésite puis répond, contenant son angoisse naissant :
    « Je... je suis revenue pour... toi ? Parce que je te l'avais promis et que... J'ai mis du temps je sais, mais le chemin pour venir ici coûte chère et... J'ai économisé, je me suis battue pour pouvoir te revoir. Tu es en colère pour ça ? »
    - Je ne suis pas en colère, mais contrarié, dis-je la regardant. Et j'ajoute d'un air plus sombre : Tu n'aurais pas dû revenir.

    Elle me fixe et je perçu sa propre contrariété, et par delà sa sensibilité. L'humidité dans ses yeux est fortement retenu alors qu'elle m'attrape le bras.
    « Mais qu'est-ce que tu racontes imbécile ! Je savais ce que je faisais, car je ne suis pas sans défense et que je savais très bien te retrouver dans ce pays pourri ! Toi qui voulais tant y rester... »

    Quelques larmes s'échappèrent et elle passe un revers de la main, fière. Je baisse les yeux d'un air désolé puis lui sourit.
    - C'est vrai. J'avais oublié combien tu es têtue et folle.
    « Folle moi ? Non mais c'est l'autre qui dit ça ! »

    D'un air blasé, elle remercie le serveur et bue son verre presque d'une traite. Nous prenons le temps de discuter un peu. Après tout elle avait fait le voyage et ne repartirait pas temps que je n'avais pas répondu à son interrogatoire. Je reste tout de même prudent sur les allés et venus dans la taverne, méfiant.


_________________


Dernière édition par Taelon d'Akeraï le Jeu 19 Sep 2013 - 14:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïna Liuwën
Voteur du mois
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 28/01/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari/Assassin
Âge: 76 ans (777)
Signes particuliers: Est surnommée Ange noir. Ses yeux sont tels du feu

MessageSujet: Re: Tout peut se négocier [Terminé]   Dim 31 Mar 2013 - 1:14

Silence.
Les seuls bruits étaient les pas des chevaux sur la route quasi-déserte. Et la pluie, aussi, qui tombait sans discontinuer depuis des heures, des siècles peut-être. Le paysage, déjà assez morne en temps normal, s’enlaidissait encore plus, si seulement cela était possible.
Cinq personnes avançaient en silence, sur des chevaux à la robe sombre et taillés pour la vitesse. Il y avait quatre hommes et une femme. Tous étaient vêtus de noir, de cuir pour la plupart, auquel s’ajoutait une touche personnelle.

Un colosse portait une armure ternie, un gringalet au visage de fouine un assemblage hétéroclite de métal et de cuir, un demi-elfe un ample manteau, un nain très grand pour sa race un épais gilet de fourrure.
La femme avait juste une capuche baissée sur sa tête. Une mèche couleur feu s’en échappait et frôlait sa joue, tressautant à chaque pas des chevaux.
Chacun a son, ses armes. Le colosse a une gigantesque hache. Le nain un marteau de guerre. Le demi-elfe un arc effilé. Le gringalet une petite épée a l’air sournoise ainsi que deux longues aiguilles, pendues à sa ceinture.
La femme porte un sabre, un arc et deux poignards.

Solitude, alors qu’ils étaient cinq.
Aucune parole n’était jamais prononcée. Indépendants, ils n’avaient que faire des autres. S’ils étaient ensemble, c’était pour un unique but. Après, ils se sépareraient. Ils s’efforceront d’oublier les autres, ne parleront jamais d’eux, que ce soit sous la menace ou l’argent. En fait, la compagnie la plus sûre possible, tant qu’on leur prouve que l’on sait se battre, que l’on n’est pas une proie mais un chasseur… Aucune pitié pour les faibles.

Cela faisait des heures qu’ils avançaient. Ils mangeaient et buvaient en selle, alternant trop, galop et pas. Lors de ce dernier, ils mettaient souvent pied à terre pour se dégourdir les jambes, prêts cependant à se remettre en selle et au galop au moindre fait étrange. La nuit, ils campaient, évitant les villes. Jusqu’à leur entrée en Akeraï. La plaie d’Aranor n’est pas inquiétée en ces terres.

C’était la fouine qui les guidait. Le seul natif d’Akeraï. Il les conduisait vers les villages, leur permettant de dormir dans des lits et de se ravitailler. Tous, ils s’étaient rencontrés dans une taverne peu fréquentable, à la recherche de gens pouvant les accompagner jusqu’à la capitale d’Akeraï. Il valait parfois mieux être nombreux.
Au début, le nain avait refusé la présence de la femme. Il avait déjà grogné après le demi-elfe, et ne l’avait accepté que par son ascendance en partie humaine. Face à l’Ange, il avait prétendu qu’une femme ne pouvait se battre correctement. Elle avait dû le battre en combat singulier, au milieu de l’auberge, pour qu’il se taise enfin.
Ils n’avaient dit ni leur noms, ni leur destination réelle. Tous se rendaient en Akeraï. Cependant, chacun avait déclaré dans quelle zone ils pouvaient guider le groupe.

Ils ne sont pas forcément tous assassins. Ils peuvent être simples tueurs à gage, marchands d’esclave, voleurs activement recherchés, ancien combattant désertant le champ de bataille… Ils ne dévoilèrent pas leur identité, et ne voulaient rien savoir de celle des autres. Les secrets sont plus difficiles à partager, que ce soit de gré ou sous la contrainte, lorsque l’on ne les connaît pas.
C’est pour cela qu’ils tentaient tous de cacher leur visage. Le demi-elfe avait même un masque neutre et blanc qui masquait entièrement ses traits.

Cela faisait longtemps qu’ils chevauchaient. Des jours. La fouine leur fit un geste, et d’une voix rauque, déclara :

- Il y a un village non loin, le prochain est dans une journée de chevauchée. Voulez-vous que l’on s’y arrête ?

Les quatre autres réfléchirent une poignée de secondes, et hochèrent la tête. La fouine les dirigea alors sur une autre route, daignant dans un souffle préciser :

- On y sera dans deux heures.

Et, deux heures plus tard, ils y étaient. Les gardes eurent l’air surpris par leur nombre, mais ne pipèrent mot, l’air saoule, ou simplement à deux doigts de l’évanouissement faute de sommeil. Leur comportement fit même brièvement sourire le groupe. Ils trouvèrent rapidement une écurie et y laissèrent les chevaux, se séparant alors. Le lendemain, à l’aube, ils s’y rejoindraient. Et tant pis pour l’éventuel retardataire. Ils ne dormaient que rarement tous ensembles.
Le demi-elfe s’enfonça dans une ruelle, le nain à l’opposé, la fouine grimpa sur un toit, et le colosse ressortit de la ville. Leïna fureta pour trouver une taverne où boire un peu, et, pourquoi pas, passer la nuit.

Elle en repéra vite une et y entra. Il y avait un monde fou, mais l’elfe décida de ne pas y prêter attention. Oui, elle détestait les foules, mais elle voulait ne pas attirer l’attention. Fière et assurée, elle repoussa sa capuche en arrière et se faufila jusqu’au bar, où elle commanda un verre de rhum. On le lui en servit vite un et elle s’accouda au comptoir pour la siroter. Elle n’avait aucune envie de s’asseoir, après tant de temps resté sur un cheval.

Elle regarda attentivement autour d’elle. Sinistre habitude, elle repéra les sorties, et tâcha de cataloguer les gens qui lui semblaient dangereux, ou pouvant poser des problèmes. Elle ne craignait pas grand-chose. A part des ivrognes et des hommes aux égos démesurés, ou a la rigueur des voleurs, personne ne pouvait l’inquiéter. Certes, dans certains endroits, son visage était placardé, aux côté d’autres assassins, mais seuls les chevaliers suicidaires se seraient osés à pénétrer dans Akeraï.
Peut-être vais-je pouvoir me reposer un peu.

_________________
Ressuscité par quelque obscur miracle, et perdant sa parure au passage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Talis d'Akeraï
Ange Bouquiniste
avatar

Messages : 314
Date d'inscription : 08/02/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 28
Signes particuliers: Il possède une cicatrice dans le dos assez voyante. Souvenir d

MessageSujet: Re: Tout peut se négocier [Terminé]   Mer 3 Avr 2013 - 21:36

    J'écoute tout ce que Nalyna avait à me dire. Son entrée dans l'Ordre, sa formation, ses premières épreuves. Elle me raconte que c'était très dur, mais nécessaire pour être accepter et pouvoir se battre pour la paix. La paix ? A quoi bon... Elle me parle même du futur test pour être définitivement une écuyère, et avoir un maître Chevalier qui lui enseignerait tout. Elle semble être très préoccuper par ce test.
    « Oui ça me stresse beaucoup. Si jamais j'échoue... Je ne saurais plus quoi faire, j'aime tellement l'idée de faire partie de cet Ordre » Elle soupire longuement.
    - Tu n'échoueras pas si tu as le désir de réussir.
    « Monsieur j'ai une volonté de fer, hein ? Ce n'est pas si facile que ça », me sourit-elle en buvant son verre.

    Je peux rentrer dans un débat, mais je sais très bien qu'elle finirait par décrocher. Elle avait beaucoup de volonté, sauf quand elle bois. Elle est une personne forte, têtue, battante et a un grand coeur, trop grand... Il faut bien pour deux personnes non ? Le coeur de miens... Est-ce que j'en ai eu un ? A-t-il tant saigné que je n'en ressens plus la trace...
    Puis de toute manière, je ne suis pas doué pour discuter. Alors sous ses yeux attentifs, prête à entendre mes raisons, je baisse les yeux sur mon verre et l'amène sur mes lèvres pour boire quelques gorgés.
    « J'entreprenais un monologue c'est ça ? » Elle rit doucement, son sourire illuminant son visage.

    Je lui réponds avec des yeux blasés et repose mon verre.
    - Tu veux que je t'explique pourquoi tu n'échoueras pas, stupide femme ou tu veux que je t'apprenne ce que tu pourrais faire si tu échoues chez les "boîtes de conserve" ?
    « Tael ! Ne parle pas d'eux comme ça... Je veux juste que tu me dises, stupide asocial, tous tes secrets de grand sage »

    Vraiment, j'ai l'impression qu'elle se moque de moi. Et après elle se plaignait que je garde le silence. Humpf... Sur ceux, j'entrepris de lui expliquer le fond de ma pensée jusqu'à ce qu'une dame entre dans la taverne. Je m'arrête, comme coupé par un froid qui me glace... Qui es-ce ? Je la trouve étrange. Je remet mon écharpe écarlate sur la bouche et fixe Nalyna pour faire dos à l'étrangère. J'entends sa démarche féminine sur le vieux planché délavé de la taverne. Elle s'arrête près du comptoir, j'entends d'autres pas précipité, sans doute le barman qui s'empresse de lui servir à boire.
    Nalyna a perdu tout sourire, me regardant dans les yeux dans bouger. Elle me connait bien, et sait que je sens le danger. Elle s'approcha de moi pour me chuchoter :
    « Tu connais cette elfe ? »
    - Comment est-elle ?
    « Cheveux longs, rousse, belle mais... Elle me fait peur... Attends... »

    Elle plisse les yeux comme pour mieux voir et semble être prise d'un doute. Je le vois dans ses yeux, sur ses lèvres entrouverte, comme une découverte qui perlait, qui voulait sortir du fond de son être.
    « On dirait... Je ne suis pas sûr mais je crois avoir vue un affiche d'elle dans la salle commune de l'Ordre... » Elle voulut se lever pour aller faire je-ne-sais-trop-quoi, une chose stupide sans doute, mais je la retiens par le bras.
    - Na' que fais-tu ?

    Mon ton est dur comme l'acier. Je l'incite à rester assis, et à ne surtout pas s'approcher de cette personne. Nalyna me lance une bouille typique chez elle, celle de la contrariété d'une personne qui n'avait pas eu le temps d'assouvir sa curiosité.
    « Tael, c'est une personne rechercher par l'Ordre, c'est mon travail de... »
    - Ne commence pas à me parler de préceptes dont tu n'as même pas encore appris tout les éléments et les essentiels, d'accord ?

    Je l'encourage à continuer à discuter, comme si de rien n'était. Manque plus qu'on attire l'attention avec ses bêtises... Je ne veux pas qui lui arrive quoi que se soit. Et si cette elfe était bien la personne que je croyais être... Je préfère ne pas avoir le coeur net et laisser couler, ne pas m'approcher pour être sûr de son identité. Mais je devine aisément qu'elle faisait partie de la même guilde que moi. Cela se voyait... Je le sens...
    « Dis tu m'écoutes ? »
    - Oui
    « Ah oui ? Qu'ais-je dis alors ? »
    - Que tu as acheté une nouvelle robe...

    Elle se retient d'éclater de rire, mettant ses mains sur sa bouche. Je viens de faire une mauvaise pioche ? Ah zut... Non elle vient de me dire que... Quoi ?
    - Qu'est-ce que tu as dit ?
    « Que tu avais bien changé et que... enfin... Nous sommes amis depuis longtemps, je t'ai toujours apprécié, malgré ton sale caractère et ta manière de parler si peu communicative, tout ça quoi. » Elle s'arrête un peu, tressaillant face à mon regard « Mais... »
    - Mais ?
    « Je... Je dois avouer que tu as mûri et que tu es devenu.... disons... Bel homme ! »

    Elle me sourit grandement, mais cette fois ci plus gênée. Elle commence même à rougir, et décide de boire son verre pour se cacher. J'avais bien envie de lui répondre que l'alcool ne lui fait pas du bien mais je suis interloqué par le bruit ambiant de la taverne. D'un seul coup, autour de nous, tout vient de basculer du "peu de monde" à foule et du calme au "brouahah" insupportable. Je viens de me souvenir pourquoi j'ai horreur du monde en masse... Mal à l'aise et sentant venir une migraine, je rabats un peu mieux ma capuche par réflexe.
    Alors que Nalyna continue de me parler de choses et d'autres, que je garde le silence tout du long en essayant d'affronter une dur soirée en perspective. Pas à cause de mon amie d'enfance mais à cause des futurs casses qu'il y aurait si personne ne faisait taire ces braillards.

_________________


Dernière édition par Taelon d'Akeraï le Sam 4 Mai 2013 - 12:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïna Liuwën
Voteur du mois
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 28/01/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari/Assassin
Âge: 76 ans (777)
Signes particuliers: Est surnommée Ange noir. Ses yeux sont tels du feu

MessageSujet: Re: Tout peut se négocier [Terminé]   Jeu 4 Avr 2013 - 23:02

Elle redressa doucement la tête, tous ses sens en alerte.
Un regard était braqué sur elle. Elle sentait sa brûlure sur sa peau. Ce n’était pas un regard normal, comme celui des gens étonné quand ils la voyaient approcher, ou des ivrognes habituels à qui elle devait ensuite casser la figure en sortant de la taverne. Non, les yeux qui la fixaient l’avaient reconnue, ou s’intéressaient de très près à elle.
De trop près.
L’air nonchalant, appuyée au comptoir et faisant face à la salle, portant de temps en temps sa chope à ses lèvres, elle regarda plus attentivement autour d’elle. Son maître lui avait appris à retrouver, dans une foule, des gens s’intéressant de cette manière à elle. Un geste étrange, trop brusque, une série de regards furtifs ou carrément déplacés… A retrouver, à aborder, à comprendre pourquoi ils portaient sur elle cet intérêt, puis à les... éliminer.
Vite. Sans bruit. Un meurtre silencieux et indécelable dans une foule, avant de fouiller la personne en quelques secondes et à s’enfuir, comme n’ayant jamais existé.
Plus jeune, l’elfe avait tué une vingtaine de personne avant que son maître ne se déclare satisfait.

Là. Une fille l’observait, s’apprêtait à se lever, avant d’être retenue par la main de son compagnon. Etrange compagnon.
Ou plutôt, très familier.
Un assassin en Akeraï, ce n’était pas ce qui manquait, mais cette scène intriguait l’elfe.
Allons bon…
Elle fut tentée de laisser tomber, puis se rappela que les distractions avaient été rares pendant sa chevauchée.
Que la fête commence !

Un sourire narquois se dessina sur ses lèves, elle vida sa chope et se détourna pour demander une bouteille de mauvais rhum. Le tavernier la servit presque aussitôt, et elle paya les quelques pièces qu’il lui demandait.
Dans son dos, le brouhaha enflait. Quelques braillards, assassins en quête de sang, voleurs de pacotilles, ivrognes, chercheurs d’ennuis, mercenaires désœuvrés, bandits sortis d’on ne sait où s’agglutinaient peu à peu dans la salle, avec pour seul but de faire du bruit, de boire et de provoquer les autres.

L’elfe réfléchit rapidement. Elle voulait savoir qui était ces étranges personnes, et pourquoi la fille l’avait observé de cette façon. Et elle tenait l’occasion qui lui permettrait de les aborder, de les interroger et de les liquider si besoin, tout cela après s’être amusée un peu, sans trop de témoins.
Il fallait juste l’étincelle qui mettrait le feu à la poudre.
Etincelle qui lui fut offerte sur un plateau d’argent, quand un homme entre deux âges complètement ivre s’appuya sur son épaule, encouragé par son immobilité et le fait qu’il ne tenait de toute façon plus debout. Il tenait à la main une bouteille emplie aux trois quarts qui déversait son liquide ambré sur le sol.

- ‘Alut d’m… d’moiselle… t… tu…

L’assassin se dégagea d’un mouvement vif et éclata sa bouteille sur le crâne de l’humain. Celui-ci s’écroula sur le sol dans un bruit de verre brisé et un râle étonné. Un filet de sang commença à couler de sa tête, filet auquel l’Ange ne prêta aucune attention. L’espace d’un instant, le temps paru suspendu dans la taverne. Les gens ne bougeaient plus, ne parlaient plus. Ils les fixaient, elle et le corps à ses pieds.

Et ce fut n’importe quoi.

Un hurlement agita les buveurs surexcités. La moitié de la salle se leva et se saisit de chaises, bouteilles, chopes, épées, massues… Tout ce qui leur tombait sous la main. Quelques-uns s’enfuirent en catimini, le tavernier se cacha derrière son bar, les serveuses filèrent à l’étage. En quelques secondes, la salle s’était changée en champ de bataille, avec ses cris, son fracas, son sang, sa peur.
Encore quelques instants, et les gens s’étaient levés, rendant tout chemin vers la sortie extrêmement ardu. Difficile de se frayer un chemin entre eux sans se prendre un coup de poignard ou de massue.
L’assassin abattit son poignard sur un demi-nain qui avait tenté de la frapper avec une chope, puis se fraya un chemin vers le couple en jouant de sa lame. Petit à petit, les gens s’écartaient d’elle presque instinctivement. Elle approcha avec douceur de la fille et se pencha à son oreille, murmurant :

- Aurais-tu un problème à régler avec moi ?

Elle fit un pas en arrière et leur fit signe de la suivre, autoritaire. Il était temps de laisser ces gens s’entretuer en paix. L’Ange avança vers la sortie, un couloir se formant devant elle, les gens évitant de l’approcher. Au passage, elle essuya sa lame sur le dos d’un homme en passe d’être étranglé. L’elfe poussa enfin la porte et inspira une grande goulée d’air frais.
Certes, déclencher des bagarres était amusant, mais la claustrophobie l’était nettement moins. Elle fit volte face, rangeant sa lame, et dévisagea ses deux proies.
Il y avait bel et bien un assassin. Mais qui était l’autre personne ?

- J’attends.

Ton ferme, impatient.

_________________
Ressuscité par quelque obscur miracle, et perdant sa parure au passage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Talis d'Akeraï
Ange Bouquiniste
avatar

Messages : 314
Date d'inscription : 08/02/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 28
Signes particuliers: Il possède une cicatrice dans le dos assez voyante. Souvenir d

MessageSujet: Re: Tout peut se négocier [Terminé]   Sam 4 Mai 2013 - 12:32

    Cette sensation d’être repérée… Comme un vent glaciale qui souffla sur la nuque, troublant l’échine ; comme une ouverture imprévu vers le danger ; un moment où l’on se disait : Mince, je dois partir, je dois me cacher.
    Il n’était pas question de se cacher ici, car l’assassin avait plusieurs tours dans son manteau pour se sortir de divers problèmes. Il avait été entrainé pour ça, l’imprévu et le retournement de situation. Mais c’était bien la première fois que Taelon avait la sensation de s’être fait voir, et de devoir protéger une autre personne. Il lança un regard sombre à Nalyna… Cette dernière se pinça les lèvres nerveusement, comprenant aisément qu’elle avait gaffé. Elle croisa les doigts et fit un cercle discrètement. Un petit code parmi tant d’autres qu’ils avaient inventé étant gamins… C’était le signe de la fuite.

    Taelon hocha la tête pour dire non. La fuite ?... Il savait que c’était trop tard lorsqu’un braillard s’approcha de l’elfe. Ivre, imprévisible, il fit une chose simple : lui adresser la parole, et cela suffit pour déclencher le cataclysme. Le silence s’installa dans toute la taverne. Tout le monde regardait l’assassin debout à côté du corps. Taelon s’était levé et fit signe à Nalyna de sortir par derrière, peut-être avait-elle une chance de s’en tirer. La jeune fille commença à se faufiler.

    Mais tout changea. Un champ de bataille… C’était bien le mot, car tout les individus prirent n’importe quoi qui leur passait sous la main pour le fracasser sur le crâne du voisin. Taelon poussa violemment un guerrier sur un nain qui avait faillit embrocher son amie.

    - Sors !, cria l’assassin, avant de s’écarter pour se retrouver dans un coin d’ombre. Il sortit son arbalète de point, l’empoignant à la main gauche et tira sur les quelques adversaires susceptibles de barrer la route à la future écuyère.

    Il s’arrêta en voyant que l’elfe assassin l’avait rattrapé, serrant les dents. Il abattit ses petits carreaux sur les fous qui essayaient d’attenter à sa propre vie et se fraya un chemin pour suivre les filles dans l’arrière sale de la taverne qui menait à la sortir de la réserve. Il aperçut l’elfe faire face à Nalyna. Cette dernière, tremblante et apeurée, se laissa aller contre le mur de l’établissement, essayant de respirer de nouveau correctement. Sa peur se sentait jusque là… Il la sentait et cela le troubla fortement. Sentir la peur de ses victimes ne lui faisait pas grand-chose, mais venant d’elle… C’était…

    Il se ressaisit, gardant son arme au poing, chargé avec un carreau. Il était prêt à toutes éventualités. Même si elle était une assassin, car il ne peina pas de le découvrir assez vite étant donné le massacre qu’elle avait fait rien que pour se déplacer, il ne lui faisait pas confiance. Il ne faisait confiance en personne… Personne sauf peut-être la personne qui était menacée.
    Mais il n’osait se l’avouer…


    Je ne suis pas un homme qu’elle peut fréquenter. La preuve aujourd’hui… Je suis désormais destiné à semer mort sur mon passage. La peur fait trembler mais ne m’atteint pas, sauf avec elle. La douleur ne m’effraie pas, mais j’ai peur de la voir dans ces yeux. Et l’idée même qu’une personne pouvait détruire sa vie, la faire disparaître en l’embrochant d’une dague, me rendait presque malade…

    Mais tout cela, personne ne le savait. Personne ne connaissait ce petit secret, si gros au cœur de l’assassin. Même pas Nalyna, la personne la plus concernée. Taelon s’arrêta non loin d’elles. L’elfe les regardait, menaçante, attendant des explications semblait-il. Nalyna essaya de bredouiller quelque chose, mais rien de bien constructif n’arrivait aux oreilles des assassins qui se dévisagèrent. En se qui concerner Taelon, on ne voyait que ça : son regard, gris, sombre, attentif à la moindre chose.
    - Je… Ecoutez, je… Je ne voulais pas vous contrariez !

    Mais qu’est-ce qu’elle faisait ?!
    - Je n’ai fait que vous regarder parce que je… je regardais juste votre beauté madame ! Et je n’ai aucun problème avec ça !

    Taelon n’avait pas besoin de la regarder pour savoir qu’elle tentait vainement de sourire pour apaiser l’atmosphère, qui se raidit davantage. Il soupira puis, vivement, se mit entre Nalyna et l’elfe, protégeant la guerrière, qui compliquait trop cette situation déjà délicate.
    Il se mettait entre la mort et son espoir, sa rédemption, en danger… Il ne voulait pas perdre la seule personne qui le rendait… Humain.
    Il leva son bras, pointant l’arbalète vers le cœur de sa cible. Son bras droit était parfaitement caché sous sa cape, dissimulant la lame accrochée le long de son membre. Il essaya de réfléchir rapidement à une solution, car elle ne laissera pas Nalyna partir aussi facilement…
    Il fixa l’assassin, surveillant chacun de ses faits et gestes.


    Cette elfe… Assassin d’Akeraï sans aucun doute. Elle est entraînée, expérimentée je pense, peut-être plus que moi. Elle ne me laissera pas partir, ni ne laissera Nalyna, elle doit avoir l’habitude de tuer tous ceux qui la dérange… Alors que Naly n’a fait que la regarder, elle a su, elle a senti…

    Taelon baissa doucement son arme, restant tout de même aux aguets. Il ne savait pas comment engager la « conversation ». D’ailleurs, allaient-ils parler avec des mots ? Peu importait. Quoi qu’il se passe, quoi qu’il arrive, il devait tout faire pour que Nalyna se retrouve hors de danger.
    D’un autre côté, il n’allait pas attaquer une personne faisant partie de la même Guilde que lui. Ça serait profondément stupide, et il était loin de l’être. Il se retrouvait dans une situation délicate… Il ne pensait pas qu’il trouverait un assassin aussi expérimenté ici, dans un village si… paumé.
    Il aurait dû mettre Nalyna en garde, mais la demoiselle, curieuse de tout, ne pouvait pas s’empêcher de regarder les personnes qui allaient et venaient dans son champ de vision. Il avait fait cette faute, et il devait la réparer pour elle.
    Mais comment ?

    - Qu’est-ce qu’on fait ?, chuchotait discrètement la jeune femme.
    - On attend, répondit l’homme, assez fort pour les deux femmes. On attend que les choses se calment et nous allons discuter, comme trois personnes civilisées.

    Nalyna garda le silence et posa les yeux sur l’elfe, qui n’avait pas bougé, s’attendant à ce qu’elle les égorge tous les deux. Mais elle faisait confiance en son ami… Elle lui connaissait des talents cachés pour les défendre.

    Elle n’imagine même pas la moitié de ce que je suis capable de faire…

    Essayer de régler la situation par "diplomatie" changeait un peu ses façons de faire... Mais il avait tout de même en face une personne de la Guilde des assassins, et ne pouvait pas, sans doute, se permettre de la tuer, sans raison valable.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïna Liuwën
Voteur du mois
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 28/01/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari/Assassin
Âge: 76 ans (777)
Signes particuliers: Est surnommée Ange noir. Ses yeux sont tels du feu

MessageSujet: Re: Tout peut se négocier [Terminé]   Dim 12 Mai 2013 - 17:16

La vie d’un assassin n’est pas aussi… active qu’on peut le croire. Il ne faut pas oublier l’attente. Que ce soit lorsqu’on piste une proie, qu’on écoute des rumeurs dans une taverne, qu’on marchande avec un commanditaire, qu’on attende, tapis dans l’ombre, qu’une troupe de gardes lancée à notre poursuite s’évanouissent au bout de la rue…
Parfois, l’attente est appréciée.
Parfois.

Pas maintenant.

La fille exsudait la peur. Leï en avait l’habitude, mais aujourd’hui, elle ne désirait tuer personne. Elle n’aimait juste pas l’idée que quelqu’un la reconnaisse au beau milieu d’une taverne. Elle voulait juste savoir pourquoi.
Cette fille pouvait être n’importe qui. Un chevalier, un garde, un témoin, une simple personne étant tombée par hasard sur sa tête placardée.
N’importe qui.

L’Ange tourna ses yeux de feu vers l’assassin. Il tenait dans sa main une arbalète chargée. Un doux sourire se dessina sur ses lèvres et elle leva doucement les mains, montrant qu’elle n’avait aucune intention de tuer.
Et même, un assassin, arme ou pas, reste un assassin.
Leï dirigea son attention vers la fille. Elle marmonnait quelque chose d’inaudible. L’Ange croisa les bras, s’efforçant de gommer toute trace de menace et d’impatience. Certaines proies parlaient mieux lorsqu’elles avaient peur, mais pas toutes.
Enfin, quelque chose d’audible sortit de la bouche de la fille.

- Je… Ecoutez, je… Je ne voulais pas vous contrariez !

Leï haussa un sourcil. Oh, elle s’en doutait. Peu de gens contrariaient volontairement un assassin.

- Je n’ai fait que vous regarder parce que je… je regardais juste votre beauté madame ! Et je n’ai aucun problème avec ça !

L’assassin hausse le second sourcil. N’importe quoi ! Elle se raidit, toute trace de gentillesse disparaissant de ses traits.
Je n’aime pas qu’on se fiche de moi.
Elle s’apprêtait à faire un pas en avant pour secouer un peu la fille quand l’autre assassin se plaça entre elles, braquant son arbalète vers le cœur de l’Ange.
Oh. Oh, mince.
Leï se mit imperceptiblement en garde, prête à se jeter sur le côté au moindre geste menaçant.
Saloperie !
Mais, face à une arbalète, on n’avait généralement pas beaucoup d’espoir. Malgré sa formation, malgré sa nature d’elfe.
Ce serait tellement minable, comme mort.

Tous ses sens se concentrèrent sur l’assassin. Elle hésita à s’écarter tout de suite et s’enfuir – contre sa fierté, d’ailleurs – mais il risquait quand même de l’atteindre.
Dieux, que je hais les armes à distance !
Un léger sifflement furieux jaillit de ses lèvres. La prochaine fois, elle ne demandera pas pourquoi, elle fichera le bazar et en profitera pour égorger. Cela évitera les situations de ce genre.
L’assassin baissa légèrement son arme. Leï resta quand même sur le qui-vive. S’il le fallait, elle se débarrasserait de lui. Elle n’était pas comme les autres assassins, profondément attachés à la guilde, évitant de tuer les leurs. Elle, elle frappait, et ne se posait pas de question.

- Qu’est-ce qu’on fait ? souffla la fille.
- On attend, répondit l’autre assassin. On attend que les choses se calment et nous allons discuter, comme trois personnes civilisées.

Leï laissa échapper un éclat de rire. Personnes civilisées ! Elle aurait vraiment tout entendu. Elle se redressa, posa ses mains sur ses hanches, moqueuse.

- Eh bien ! Je ne vais pas la tuer, ta copine ! Je posais juste une question. Et il faut l’avouer, il y a tant de chahut et d’oreilles indiscrètes à la fois, dans les tavernes ! C’est bien plus facile de discuter ici, non ?

Une pause.

- Alors, oui, on va discuter comme des personnes civilisées, et pour commencer, on va tous baisser nos armes ! Enfin, tu vas baisser ton arme, parce que moi, j’en ai pas dans les mains, alors…

Un sourire qui se voulait innocent, mais qui sonnait plutôt railleur, conclut sa phrase.

_________________
Ressuscité par quelque obscur miracle, et perdant sa parure au passage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Talis d'Akeraï
Ange Bouquiniste
avatar

Messages : 314
Date d'inscription : 08/02/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 28
Signes particuliers: Il possède une cicatrice dans le dos assez voyante. Souvenir d

MessageSujet: Re: Tout peut se négocier [Terminé]   Dim 9 Juin 2013 - 16:11

Grâce à son arme, Taelon avait réussi à avoir toute l'attention de l'elfe aux cheveux flamboyant. Alors que le tumulte de la taverne commençait à cesser, la situation entre les trois personnes se détendit très légèrement. A défaut que l'une était menacé par une autre menaçante d'un trait de carreau.
L'homme fronça les sourcils. Il avait horreur qu'on se moque de lui. C'était plus fort que lui, son côté impulsif, un peu jeune. Mais son contrôle l'empêchait de faire des conneries, comme tuer l'assassin, et partir comme si de rien était avec la guerrière. Il avait de l'éthique...


De l'éthique, de l'éthique... Plutôt de la jugeote... Cette fille fait partie de la guilde, et si je la tue sans raisons valables, je risque des ennuis.

Surtout si c'était un meurtre qui permettrait de sauver une futur écuyère de l'Ordre.
Apparemment, l'elfe ne remarqua pas immédiatement que Nalyna en était une, de guerrière. Faut dire que la jeune fille était venue en cape et manteau à capuche, pour ne pas se faire remarquer. L'assassin voulait discuter elle aussi au calme, d'où sa fuite de la taverne.


Elle ne sait pas... Un avantage certain pour tirer Naly de ce pétrin...
- Alors, oui, on va discuter comme des personnes civilisées, et pour commencer, on va tous baisser nos armes ! Enfin, tu vas baisser ton arme, parce que moi, j’en ai pas dans les mains, alors…

C'était au tour de Taelon de rire, même si c'était avec plus de calme. Il releva l'arbalète, la pointant vers le visage de l'elfe d'un air très menaçant.
- Un assassin reste un assassin.

Armé ou non... Ce n'était pas une règle de la guilde, pas forcément, mais plutôt une logique. Gilroy m'a tant appris sur ça. Ce serait bête de mourir maintenant, dans cette ville si... minable. Ce village où nous avons grandit, qu'on avait quitté avec des cicatrices...

Taelon se raidit un peu, restant aux aguets du moindre mouvement. Personne ne lui fera de mal, pas à Nalyna... Jamais.
- Elle... Elle veut discuter. Elle l'a dit elle-même alors... Calmes toi, chuchota Nalyna, hésitante.

Elle semble regarder l'elfe et prit une grande inspiration. Taelon pouvait deviner le sourire avenant de son amie.
- Il est un peu tendu, faut l'excuser. Monsieur me protège toujours, pas que j'en ai besoin, mais... -Elle toussota un peu- Bref... Si nous pouvons juste... Nous éloigner de cet endroit et...

Elle claqua du pied d'un air contrarié et se plaça entre lui et sa cible. D'un air un peu étonné mais surtout de reproche, l'assassin, qui n'avait pas bougé, visait désormais son amie. Celle-ci les regarda tous les deux avec attention.
- Bon, nous allons nous calmer. Si vous voulez discuter, allons ailleurs. Suivez moi.

Qu'est-ce qu'elle fait ?! Que...

Taelon n'avait pas le temps de répondre qu'il regardait son amie partir, partant dans la rue principale du village, là où du monde passer. Sans pour autant qu'il y est foule, elle s'exposait aux yeux de témoins. C'était pas mal en faite... Au moins, elle était en sécurité, l'espace de quelques instants.

Au pire je suis toujours là. Cette assassin ne t'auras pas...

Il lança un regard noir à la femme. Qu'elle essayait de faire quoi que se soit...
Il fit quelques pas sur le côté, continuant de la viser. Il lui laissa l’opportunité de suivre son amie. Car évidemment... Si jamais il venait à aller à l'encontre de son avis, elle risquait de faire un caca plus nerveux que son calme et ça finirait par une dispute apocalyptique. Nalyna était toujours gagnante...
Évidemment.

Comment peut-on se comporter comme une enfant gâtée... ? Tsss... Sale gosse. Tout à l'heure on aura une discussion...

Il avait peur de lui demander de ne plus jamais revenir ici. Mais s'il devait en arriver là pour lui éviter des danger de mort à tous les coins de rue, il le ferait.
Avait-il vraiment l'envie ? ...
Sans doute que non, au fond.
Mais Nalyna faisait ce qu'elle voulait. Jamais elle respectera cette demande. "Tu serais tout seul !" dirait-elle, ou encore "Tu ne te débarrasseras pas si facilement de moi" avec un beau sourire.

Ils s'étaient connus dès années auparavant, et aussi loin qu'il s'en souvient, ils ne s'étaient jamais séparés... Sauf qu'elle avait choisi un tout autre chemin que lui. Quelque part, elle lui en voulait, sans qu'il le sache. Mais son amour pour lui la pousser inévitablement à le retrouver. Encore faut-il que ce dernier fasse le pas...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïna Liuwën
Voteur du mois
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 28/01/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari/Assassin
Âge: 76 ans (777)
Signes particuliers: Est surnommée Ange noir. Ses yeux sont tels du feu

MessageSujet: Re: Tout peut se négocier [Terminé]   Dim 9 Juin 2013 - 16:57

Leï grimaça quand l’assassin pointa son arbalète en direction de sa tête dans un éclat de rire. Elle ne s’attendait pas à ce qu’il baisse son arme – il avait bien raison de se méfier d’elle, un autre assassin – mais elle n’appréciait pas la menace vibrant dans ce simple mouvement. Elle devrait peut-être arrêter de se moquer de ceux qui la tiennent sous leur arme… Mais c’était plus fort qu’elle.
Elle pinça les lèvres et étudia les solutions qui se présentaient à elle. Se replier ? Pour éventuellement attraper la fille quelques mètres plus loin, en toute discrétion ? Non, l’assassin n’était pas stupide. Ou alors, il ne serait pas devenu ce qu’il était à présent. Se replier, tout simplement ? Mais qui disait qu’il la laisserait partir ? Et puis, elle avait son honneur. Honneur parfois pathétique et dangereux, certes.
Leï regarda plus attentivement la fille. Qu’avait-elle de si important ? Une amie ? Elle fit la moue. C’est vrai qu’elle ne si connaissait que peu, dans les relations humaines. La seule personne qu’elle avait apprécié était son maître, et il était parti et introuvable. Et surtout, il n’avait pas besoin de protection.

- Un assassin reste un assassin.

L’Ange serra les dents. Oui, comme un mort restait un mort… Elle fronça les sourcils. Pouvait-elle prendre une arbalète de vitesse ? Il lui suffisait de se baisser… Cette arme ne se recharge pas si rapidement que ça, non ? Et puis, l’idée de tuer un autre assassin ne la dérangeait pas. Même si c’était sans doute mauvais pour sa survie…
Soupir.
Mince. Tu vas me le payer.

- Ne te mets pas entre un assassin et sa proie, répliqua-t-elle d’un ton doucereux.

Phrase symbole, offerte par son maître. Elle ne l’avait jamais oublié, pour l’harmonie de ces mots. L’évidence. Pour la phrase, tout simplement.

- Elle... Elle veut discuter. Elle l'a dit elle-même alors... Calmes toi.

Leï détourna ses yeux de l’assassin pour observer la fille, légèrement surprise. Agréablement, aussi. Cette fille serait-elle sa porte de sortie, après avoir été la porte d’entrée ? Echo au sourire de la fille, les commissures des lèvres de l’elfe se relevèrent un peu.

- Il est un peu tendu, faut l'excuser. Monsieur me protège toujours, pas que j'en ai besoin, mais... Bref... Si nous pouvons juste... Nous éloigner de cet endroit et...

Un air ravi se peignit sur le visage de Leï, et elle jeta un regard moqueur à l’assassin.

- Excellente idée, souffla l’elfe.

Son sourire s’accentua lorsque la fille se plaça entre les deux assassins.
Bim !

- Bon, nous allons nous calmer. Si vous voulez discuter, allons ailleurs. Suivez moi.

Des gens commençaient à s’intéresser à l’étrange scène. Leï approuva silencieusement l’initiative de la fille. Ainsi que son… inconscience ? Courage ? Elle n’avait pas l’air de vouloir d’une protection.
L’Ange regarda la fille s’éloigner. Elle n’éprouvait plus de pitié, mais plutôt quelque chose approchant du respect. Leï planta ses yeux dans celui de l’assassin, un sourire narquois sur le visage en réponse à son regard noir.
Elle laissa filer un rire moqueur lorsqu’il se déplaça pour lui laisser la possibilité de suivre la fille, continuant de la menacer de son arme. Leï emboîta le pas à la fille, ignorant avec un mépris évident l’arbalète braquée sur elle. Elle profita du fait qu’elle lui tournait le dos pour cueillir une lame de rasoir dans sa veste et la glisser dans sa manche avec discrétion. On ne savait jamais.
Baisse un instant ta garde et…
Un éclair mauvais passa dans ses yeux. Elle porta son pouce à sa bouche – elle s’était encore piquée sur la lame. Il était décidément temps qu’elle achète des gants. Mais, se connaissant, ce ne serait pas pour aujourd’hui.

Leï suivit la fille, veillant à ne pas trop s’en approcher. Inutile de prendre des risques maintenant. Ils arrivèrent dans un coin désert et la fille s’arrêta. Leï croisa les bras.

- Alors ?

Sa voix était moins dure. Presque amicale.

_________________
Ressuscité par quelque obscur miracle, et perdant sa parure au passage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Talis d'Akeraï
Ange Bouquiniste
avatar

Messages : 314
Date d'inscription : 08/02/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 28
Signes particuliers: Il possède une cicatrice dans le dos assez voyante. Souvenir d

MessageSujet: Re: Tout peut se négocier [Terminé]   Dim 9 Juin 2013 - 17:41

Nalyna je te déteste, toi et ton assurance. Toi qui ne fait pas attention aux détails... Toi qui est si... Si fragile. Il n'y a rien de pire pour moi que de supporter ton impatience et ton incapacité à gérer des situations difficiles. Bourrine...

D'un air blasé, il regardait son amie s'éloigner pour trouver un coin tranquille. Des curieux les observaient, et l'assassin baissa son arme pour la cacher un peu dans son manteau. Tout se compliquait...
Il avait entendu les paroles de l'elfe, et il serra les dents.


Tu vas voir toi...

Sa patience légendaire était mise à rude épreuve et rien n'allait en s'arrangeant. Car l'elfe se mit à suivre Nalyna. Il s'en était douté, c'est pour cela qu'il s'était un peu écarter, pour la garder dans son champ de vision. Il avait beau être rapide, entraîné et prêt à tout, il restait un humain. Face à une elfe aux sens plus affutés, il pouvait très vite perdre l'avantage.
Tout pouvait aller vite...

Tous ces rires, ces sourires en coin et ses manières moqueuses titillaient sérieusement les nerfs du jeune homme. Son regard sombre ne lâchait pas la rouquine, qui marcha doucement avec aisance, et classe. Il tenta de se détendre un peu et rangea son arbalète de point.


Tu ne vas pas t'en sortir si facilement... Nalyna est peut-être gentille, mais je le serais beaucoup moins... Tient tient...

Il avait très bien vue ce qu'elle faisait alors qu'il les suivait à quelques pas de distance derrière elles. L'assassin aux cheveux de feu avait sortit quelque chose, une lame, un couteau ou peut-être un objet plus petit. Mais tranchant... Il savait bien observer et su qu'elle s'était coupé un peu avec. Et c'est pour cette raison que Taelon portait des gants, pour éviter ce petit incident.
Se couper soi-même...

Nalyna les emmena là où les regards n'étaient plus. Plus personne aux environs, même pas un chien de garde... Ils étaient seuls et isolés...
Taelon n'aimait pas ça...

- Alors ?

... Mais alors pas du tout...
- Alors ?! Euuuh... Et bien, discutons comme deux Dames !, lança la guerrière avec un grand sourire.

...

Taelon mit une main sur son visage. Par les saints de Feïral...
Cette fille... était exaspérante... Mignonne mais alors terriblement buté dans son espérance de faire la paix. La paix. Quelle idée stupide...
La paix avec un assassin...
Taelon ne put s'empêcher de laisser échapper un rire, qui grandit un peu.

- Hé... Arrête de te moquer, continua-t-elle avec une moue. Si tu continues je ne pourrais pas faire la paix avec elle.

Je le savais... Stupide femme, je te connais comme si je t'avais créé...

La paix. Quelle fine stratège. Ce n'est pas comme si l'elfe avait sorti une lame. Non... Personne n'avait rien vue à part lui.
C'était toujours ainsi, lui regardait et Nalyna parlait.
Le calculateur et la diplomate.
Il n'était pas doué dans les discussions. La dernière fois qu'il avait tenté de discuter avec une personne autre que Naly, cela s'est finit en course poursuite et l'autre avait finit la main bandé et direction hospice.

- Bon... Je voulais juste m'excuser de vous avoir mise mal à l'aise... Je n'ai fait que vous regarder, rien de plus, madame.

Taelon se ressaisit, retrouvant son calme. Il resta prudent... Il ne savait pas comment l'assassin allait réagir à cela. Car visiblement, même si Nalyna était honnête, elle mentait un peu. Il savait que l'elfe n'allait pas se montrer dupe. Elle savait que Nalyna l'avait forcément vue quelque part...
Et c'était bien pour cela que Taelon allait prendre un léger risque pour protéger son amie...
Il s'approcha un peu, s'exposant à un risque de se faire poignarder.


Parions... Ta vitesse originelle à la mienne.

Il ne savait pas si elle allait le faire. Peut-être qu'elle prendrait Nalyna pour cible, mais dans ce cas là, il avait le bonne angle pour lui lancer des dagues...
Pourvue qu'il ne touche pas son amie dans cette entreprise.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïna Liuwën
Voteur du mois
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 28/01/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari/Assassin
Âge: 76 ans (777)
Signes particuliers: Est surnommée Ange noir. Ses yeux sont tels du feu

MessageSujet: Re: Tout peut se négocier [Terminé]   Dim 9 Juin 2013 - 18:23

Leï sentait la lame plaquée contre sa peau nue – elle ne portait qu’un simple débardeur sous sa veste – et ce contact familier et rassurant la réconforta. Du coin de l’œil, elle remarqua que l’assassin se détendait et rangeait son arme. Un sourire sombre et plein de promesses naquit sur ses lèvres, pour s’effacer presque aussitôt. Seule resta une flamme mauvaise dansant dans ses yeux.
L’erreur de ta vie, mon pauvre.

En attendant la réponse de la fille, elle inspira profondément l'air vivifiant du soir. Elle apprécia un instant la solitude du lieu.
Enfin…

- Alors ?! Euuuh... Et bien, discutons comme deux Dames !

Leï haussa un sourcil, amusée. Deux dames, hein ? L’elfe n’était pas vraiment une dame. Elle n’en méritait pas le titre. Et n’en voulait pas.
Un rire lui fit tourner la tête.
Toi…
Elle offrit un sourire tendre à l'assassin.

- Hé... Arrête de te moquer, continua-t-elle avec une moue. Si tu continues je ne pourrais pas faire la paix avec elle.

L’elfe leva les yeux au ciel. La paix avec un assassin ?... Son sourire s’agrandit. Oh, ce pouvait être possible... Quand on ne le contrariait pas et qu'on lui donnait des réponses.

- Oui, arrête de te moquer, lança-t-elle, narquoise.
- Bon... Je voulais juste m'excuser de vous avoir mise mal à l'aise... Je n'ai fait que vous regarder, rien de plus, madame.

Leï soupira. Décidément… La fille s’obstinait. Son regard était bien trop appuyé. Une personne normale ne l’aurait sans doute pas remarqué, mais un assassin, oui. Ou même, à la limite, un elfe, dont les sens sont en général plus développés.

- Tu persiste à mentir... Je le sens, tu sais.

Elle planta son regard dans celui de la fille.

- Je ne vais pas te tuer, ni te faire du mal, assura-t-elle. Ton assurance me plaît. Ca me change agréablement. Je veux juste savoir où tu as vu mon visage. C’est tout.

Elle plaça dans sa voix de la gentillesse et de l’amabilité. Elle ne mentait pas. Elle ne la tuerait pas. Un air sympathique commença à se dessiner sur son visage pour se figer.
Ouverture.
L’assassin s’était exposé. La colère brûla dans les veines de l’elfe avide de vengeance. De laver son honneur.
Oh, oui…
Son cœur battit plus fort pendant un instant. Ses yeux brillèrent de joie.
Mouvement.

Elle s’élança, usant de sa célérité naturelle et aiguisée par des années d’entraînement. Et par sa vie, tout simplement. Une vie passée à courir d’un bout à l’autre d’un bateau, à se battre contre la mer, à faire face aux tempêtes et cyclones, décidés à rayer de l’immensité du monde ces êtres insignifiants qui les bravaient impunément.
Ces êtres, qui continuaient aujourd’hui encore, sans doute, à défier l’onde et le vent.
Leï détendit son bras. Sa lame, libérée de l’emprise créée par sa chair et sa veste, glissa entre les doigts fins de sa main droite.
Sa main gauche plaqua l’assassin contre un mur proche tandis que la lame montait pour se poser sur sa gorge. Elle agrippa son épaule pour le maintenir et elle se colla à lui.
Un rictus déforma les lèvres de l’Ange qui planta ses yeux illuminés de colère dans ceux, sombres, de celui qui l’avait menacé.
Chacun son tour, hein ?

- Ne me menace plus, siffla-t-elle, plus jamais.

Elle approcha son visage du sien. Sa main vibrait de la douleur infligée par la lame mais elle ne s’en souciait pas. Elle avait l’habitude. Elle sentit du sang glisser entre ses doigts pour salir la lame.

- Ce n’est pas parce que tu es de ma guilde que je ne peux pas te tuer.

_________________
Ressuscité par quelque obscur miracle, et perdant sa parure au passage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Talis d'Akeraï
Ange Bouquiniste
avatar

Messages : 314
Date d'inscription : 08/02/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 28
Signes particuliers: Il possède une cicatrice dans le dos assez voyante. Souvenir d

MessageSujet: Re: Tout peut se négocier [Terminé]   Dim 9 Juin 2013 - 19:08

Taelon écouta la conversation. Elle ne voulait pas tuer Nalyna, c'était une bonne chose. Mais elle avait deviné les mensonges de son amie. Peut-être que l'assassin n'était pas si dangereuse que cela, quoi que très imprévisible. Il resta extrêmement prudent.
- Où... ? Je...

Nalyna commença à paniquer. C'était prévisible... Elle n'allait pas révéler qu'elle avait vue l'affiche dans une salle commune de l'Ordre. De une, elle allait se mettre en danger de mort, de deux elle pouvait compromettre les recherches de ses supérieurs. Ou futurs supérieurs. En tout cas, elle était cernée.
- Écoutez je...

Mais l'elfe ne lui laissa pas le temps à la réflexion et à la réponse. L'ouverture que Taelon avait laissé fit réagir l'assassin. Il s'en doutait. Il avait deviné son tempérament fougueux.

Approche...

Il se tint prêt, mais pas assez rapide. Il fut confronté à la loi elfique : Plus rapide qu'un humain, et fut inexorablement plaqué contre le mur, une lame menaçant ma gorge.
Merde... Merde !
Saleté.

Il avait entendu un crie pendant l'action. Nalyna se tenait toujours à la même place, sa main empoignait le pommeau de son arme. Affolée, il lui semblait qu'elle tremblait un peu. En tout cas, cela se ressentait dans sa voix.

- Il... Il ne voulait... pas vous menacer ! Arrêtez, je vous en pris !

Taelon fut surpris que l'elfe parle de la guilde ouvertement. Il pensait qu'il fallait un minimum gardait une sorte de secret, et faire comme s'ils ne venaient pas de là. Des tréfonds d'Akeraï. En tout cas, son allégeance n'était pas fiable. Taelon ne pensait pas pareil... Il servait la guilde, en échange de ses services.
Nalyna n'avait pas entendu. Elle ne savait pas ou alors n'avait pas tellement compris que son ami faisait parti de cette guilde.
Elle allait comprendre...
Car sans le vouloir, il allait lui montrer. Lui faire voir ce qu'il était devenu après tant d'année d'entraînement.
Taelon n'aimait pas perdre, surtout pas au jeu des lames. Avoir sa vie en danger, car il avait encore tant à faire. Et voir tant d'insouciance, lui qui était si fin observateur : Il n'aimait pas les erreurs des autres.

Il la regarda dans les yeux, les dents serraient cachés par son écharpe. Seuls ses yeux montraient sa contrariété.

- Sotte...

Dans un mouvement rapide, prouvant qu'il avait été malmené durant des années par son maître aux entraînements, plaqua son bras gauche sous la gorge de l'elfe pour la repousser. Très vite, il dévoila de son manteau son bras droit qu'il cachait tout le temps...
La raison était évidente pour lui qui savait ce qui s'y cachait, et il pensait que l'elfe l'avait remarqué :
Malgré le fait qu'elle soit cachée par le tissu, car l'assassin faisait attention aux détails pour la dissimuler, elle trahissait sa présence par le système d'attache, les sangles en cuirs. Si on faisait attention, on pouvait presque voir le bout de la lame, dépassé du manteau.
Cette lame, assez grande, démarré aux poignées et avait une longueur d'un peu plus de 30 cm. Il n'avait pas besoin de la tenir, ce qui la rendait moins maniable mais très fiable. Ne portant pas de garde, elle était un peu plus épaisse à cette endroit et pouvait entaillé un membre plus imposant, comme le torse...

L'ancien apprenti de Gilroy Delmontres jeta l'imprudente au sol... Taelon était sur le point de la transpercer, mais il s'arrêta en route, sa lame prête à taillader torse ou gorge, arrêtée en l'air. Son bras plié pouvait s'abattre sur elle... Mais il ne le fit pas.
Il ne faisait que la regarder. Sans impolitesse, sans insulte, sans rien en faite... Juste un regard, et la mine sombre... Son ton était calme, comme d'habitude.

- Tu peux me tuer, tu peux tuer qui tu veux dans la guilde. Mais je te jure que si tu le fais...

Il n'avait pas besoin de finir sa phrase. Elle comprendrait. Tout ce qu'il disait, il le faisait. Que cela lui plaise ou non, il avait observé, pas elle. Il avait eu l'avantage car il ne pouvait pas s'empêcher de calculer, d'être stratégique... Ce qui a faillit lui coûter la vie, c'est justement son manque de ... brutalité.

Nalyna ne bougeait plus, les observant de loin... Elle était figée, à la fois étonnée et horrifiée par ce qu'elle avait vue... Mais surtout entendue.
"La Guilde". Mais de quoi parlait-il ?!
La situation qui se voulait amicale recommençait à se refroidir... Même si elle voyait bien que finalement, Taelon tentait de régler ce problème en lui parlant.

- Tael..., murmura-t-elle, effrayé à l'idée qu'il pouvait être blessé dans cette tentative.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïna Liuwën
Voteur du mois
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 28/01/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari/Assassin
Âge: 76 ans (777)
Signes particuliers: Est surnommée Ange noir. Ses yeux sont tels du feu

MessageSujet: Re: Tout peut se négocier [Terminé]   Dim 9 Juin 2013 - 19:57

Leï dédaigna la panique de la fille, pour se concentrer sur l’assassin. Très bien, si la manière douce ne marchait pas avec elle, elle emploierait la menace. C’était vraiment déplorable.
Déplorable…
Elle s’était laissée portée par sa colère – un de ses points faibles. Il était difficile de l’énerver. Sauf, justement, sous la menace, comme ici. Et comme quand elle oubliait la réalité, elle se laissait avoir. Défaut que son maître avait tenté d’éradiquer, sans succès. Il lui avait parlé de travailler ensemble dessus, alors qu’elle approchait de son épreuve finale, et puis…
Il était parti.
Dommage.

- Il... Il ne voulait... pas vous menacer ! Arrêtez, je vous en pris !

Oh, la ferme ! Et c’était quoi, sa putain d’arbalète braquée sur moi ?
Leï glissa son regard vers la fille, calculant qu’elle tenait le pommeau de son arme, pour le re-diriger vers l’assassin.
Elle croisa ses yeux et s’y accrocha.

- Sotte...

Elle serra les dents. Cette insulte réveillait un de ces innombrables souvenirs qui hantaient une partie de son âme. Une pirate aux cheveux noirs et aux yeux glacier remplaça fugitivement l’assassin.
Stupéfaction.
L’assassin la repoussa à l’aide de son bras. L’elfe, surprise, recula de plusieurs pas. Ses yeux se centrèrent sur le bras droit qu’il dévoila.
Et sur la lame.
Pourtant tellement évidente… quand on gardait son sang-froid !
Elle n’eut pas le temps de réagir. Elle se retrouva au sol, déboussolée. L’assassin, son bras armé plié, était penché sur elle. Immobile.
Leï reprit doucement son souffle. Elle ne s’était pas aperçue qu’elle avait cessé de respirer. Son attention était focalisée sur l’arme qui, à tout instant, pouvait la tuer.
Il ne le fera pas… Normalement… Sauf s’il se soucie aussi peu de la guilde que moi.

Leurs regards s’accrochèrent. L’elfe attendit une quelconque pique. Ou qu’il finisse son geste. Elle ne savait plus.

- Tu peux me tuer, tu peux tuer qui tu veux dans la guilde. Mais je te jure que si tu le fais...


Leï inspira profondément. Elle se concentra et analysa la situation. Elle ne se ferait pas avoir deux fois par sa colère.

- Et comment le sauras-tu ? souffla-t-elle.

Et même, lui dirent ses yeux, tu ne m’auras plus.

- Tael...

Murmure effrayé. Tael ? Probablement un surnom.

- Tael, murmura l’assassin, en partie pour elle-même.

Bof. Pas si intéressant que cela.

Elle remarqua qu’elle tenait toujours sa lame. Il était temps de faire machine arrière. Elle lâcha la lame, qui tinta sur le sol. Pendant un instant, elle avait envisagé d’attraper le bras de l’assassin et de lui planter la lame dans sa gorge.
Elle s’était retenue de justesse. Elle avait compris. Et puis, même, c’était dingue le nombre de choses que pouvait faire un mourant comme dernier geste.

Leï serra les dents. Son cœur se calmait peu à peu, après avoir battu violemment pendant quelques instants.
S’il ne m’a pas tuée maintenant, c’est qu’il ne le fera pas. Normalement.
Elle émit un petit rire un peu fatigué.

- Je voulais juste savoir où…

Soupir.

- Laisse-moi me relever. S'il-te-plaît.


Elle n'avait jamais aimé être en position de faiblesse.


_________________
Ressuscité par quelque obscur miracle, et perdant sa parure au passage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Talis d'Akeraï
Ange Bouquiniste
avatar

Messages : 314
Date d'inscription : 08/02/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 28
Signes particuliers: Il possède une cicatrice dans le dos assez voyante. Souvenir d

MessageSujet: Re: Tout peut se négocier [Terminé]   Dim 9 Juin 2013 - 20:51

Nalyna les regardait, ses yeux allant de lui à elle. Elle n'osait plus rien dire, de peur de briser ce silence qui lui semblait précieux. Ils échangèrent des regards, quelques paroles... Plus rien qui avait avoir avec une "guilde". Elle poserait des question plus tard à son ami, s'il voulait bien...

Taelon lui ne bougeait pas. Sa lame toujours en l'air, visant l'elfe, son regard dans le sien, et son visage toujours si neutre ne montrait aucune émotion. Il était parfaitement immobile.


Je suis plutôt fier. C'est la première que j'arrive à m'arrêter sans m'empêcher de respirer...

Encore une chose qu'il n'avait pas réussit à faire à l'époque où son maître était encore en vie. Finalement... Tout finit par se faire avec le temps et l'entraînement.
L'atmosphère semblait s'alourdir entre les deux assassins. L'elfe reprit sa respiration alors qu'elle s'était comme arrêté, et Taelon se détendit un peu. Cela restait difficile de resté si statique et calme. Il entendit un cliquetis, et aperçut la petite lame au sol. Un léger sourire s'afficha... Non moqueur, et même pas celui d'un vainqueur, juste celui d'une personne qui... qui avait un peu de reconnaissance face à cette raison.
La raison. Être raisonnable.
Il appréciait cela.
Peut-être que c'était étrange chez un assassin de se comportait comme lui et de ne pas avoir la folie meurtrière de la plupart des assassins de la guilde. Tout le monde n'était pas comme ça, fort heureusement.
Taelon était un jeune intelligent qui avait appris à s'en servir. Ce qui le rendit plus spéciale par rapport aux autres gamins de la rue.
Il n'aimait pas le déclin d'un esprit, il préférait le voir lumineux de lucidité et de bon calcule.
Dur à comprendre comme bonhomme...

Il voyait bien qu'elle était contrarié, mais le fait qu'elle tentait de se calmer le rassura. Ainsi, Nalyna ne craignait plus rien, pour le moment. Par contre, il devait trouver une réponse approprié, à la fois pour ne plus mentir l'elfe, mais aussi pour ne pas mettre en danger la jeune guerrière. Taelon savait faire plusieurs choses en même temps, surtout lorsqu'il s'agissait de réfléchir.

- Tu peux te relever, dit-il calmement. Je ne t'en empêche pas.

Il baissa lentement son bras, son manteau retombant sur la lame, comme si cela était naturelle. Il soupira un peu, pour se déraidir. Nalyna se rapprocha, lâchant le pommeau de son arme. Elle avait une forte envie de se blottir dans les bras de son ami, tellement elle eut peur...
Elle le fixa pendant quelques secondes, alors qu'il se retourna, levant un sourcil vers elle.

- Imbécile !

Elle sauta dans ses bras.
- Idiot, fou, espèce de...

Il s'arrêta respirant vite, serrant Taelon. Ce dernier la laissa faire, ne sachant pas comment réagir. Il attendit qu'elle se calme un peu avant de la pousser doucement, juste pour qu'elle le lâche avant de finir étouffé.
- C'est bon tu as fini ?
- Oui... Ouais, répondit-elle blasée mais se mit à rougir légèrement alors qu'elle s'aperçut de ce qu'elle avait fait.
- Bon...

Il la laissa un peu pour pouvoir parler avec l'assassin.
- Qui que tu sois..., commença t-il. Saches que tu es recherchée à Feïral. C'est là que tu es affichée...

Il durcit un peu son regard.
- Ne créais pas de problèmes à la guilde et je ne te menacerais plus jamais.

Il jeta un regard derrière son épaule puis de nouveau sur elle. Il n'avait pas besoin de préciser que si elle tentait de faire du mal à son amie, elle ne passerait pas par la case décès qu'elle serait déjà dans une fosse.
Tout ce qu'il voulait... C'était sa sécurité... Son bonheur aussi...
Même s'il ne pourrait pas être celui qui en sera l'auteur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïna Liuwën
Voteur du mois
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 28/01/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari/Assassin
Âge: 76 ans (777)
Signes particuliers: Est surnommée Ange noir. Ses yeux sont tels du feu

MessageSujet: Re: Tout peut se négocier [Terminé]   Dim 9 Juin 2013 - 22:30

Leï avait retrouvé son calme. Elle ne se formalisa pas du sourire de l’assassin, qu’elle n’identifia pas comme un sourire victorieux.

- Tu peux te relever. Je ne t'en empêche pas.

Un sourire un peu hésitant naquit sur les lèvres de l’elfe. Elle le regarda baisser son bras, gravant en lettres de feu dans sa mémoire l’emplacement de cette lame et se leva, s’étirant longuement. Elle ramassa sa lame dans un geste plutôt lent et tranquille, pour qu’il ne pense pas qu’elle l’attaquait à nouveau, et la glissa dans sa veste.
Finalement… Cet incident avait montré du doigt sa principale faiblesse. Elle l’avait oubliée. Elle allait devoir travailler dessus… sans aide, sans son maître.
En fait, ce n’était si compliqué… à dire. Elle devait juste rendre son cœur froid au point que même la colère ne l’atteigne plus. Ni colère, ni haine.
Et une voix soufflait : mais peut-on être si on ne ressent rien ? Que reste-il ?
Pas intéressante, comme voix.

Leï jeta un œil à la fille, avant de hausse un sourcil amusé. Il n’y avait de toute évidence plus de danger de ce côté-là. La fille avait lâché son arme…
Arme.
Ce n’était pas une fille normale.
Le regard de l’elfe se fit un brin calculateur, mais elle ne pipa mot. C’est bon, elle avait retenu la leçon. Elle nota cependant cette information dans un coin de son esprit et se promit de l’analyser plus tard.
Elle fut de toute façon déconcentrée.

- Imbécile !

Leï esquissa un sourire. Charmant. Elle s’adossa au mur pour observer la scène amusante.

- Idiot, fou, espèce de...

Idiot ? Je ne trouve pas.
Elle regarda avec curiosité la fille serrer le dénommé Tael. Ils avaient l’air proche. En remarquant le manque de réaction de l’assassin, elle se demanda jusqu’à quel point.

- C'est bon tu as fini ?
- Oui... Ouais.
- Bon...

Leï esquissa un sourire quand la fille rougit. Elle n’avait pas d’amis, elle… Juste son maître. Et il était parti. Elle soupira légèrement, un éclair de tristesse désabusée passant sur son visage. Elle reprit son masque impassible lorsque l’assassin se tourna vers elle.

- Qui que tu sois... Saches que tu es recherchée à Feïral. C'est là que tu es affichée...

Feïral… La cité blanche. Etait-ce si étonnant ? Peut-être pas. Elle y avait tué quelqu’un, il n’y a pas si longtemps. C’était donc désormais un endroit à éviter. Cela ne lui donnait pas des masses de précisions, mais elle s’en contenterait.
Elle songea que si un contrat dans cette ville se présentait à elle, elle n’hésiterait pourtant pas à y aller… Bah. Elle ferait alors attention. Plus que d’habitude, en tout cas.
En tout cas, elle avait sa réponse. C’était tout ce qui importait. Que d’incident, juste pour savoir cela…

- Ne créais pas de problèmes à la guilde et je ne te menacerais plus jamais.

Elle fit la moue. Oui, oui…
De toute façon, problèmes ou pas problèmes, je ne te laisserais pas l’occasion de me menacer une nouvelle fois.
Elle croisa les yeux durcis de l’assassin et lui renvoya un regard imperturbable. Elle suivit le sien lorsqu’il regarda la fille et compris aussitôt le message. Certes, elle ne tenait pas souvent ses promesses, mais quand même…

- Merci de cette réponse…

… et de ces précisions.
Elle se souvint subitement de sa paume ensanglantée et piocha un chiffon à peu près propre dans sa veste pour éponger un peu le sang. La nature ferait le reste tout seul. A force, sa peau devenait plus dure, plus résistante. Même si ce n’était pas une raison pour oublier tout le temps ces foutus gants.
Une goutte de pluie atterrit sur sa main. Leï leva le regard. Le ciel s’assombrissait.
Une autre goutte. Elle voyait mieux la blessure. Pas bien profond. Elle noua le chiffon autour tant bien que mal et releva la tête.

Elle s’apprêtait à leur proposer de boire un verre, ou quelque chose dans ce goût-là, quand elle additionna l’arme et la fille.
Elle se tourna doucement vers elle. Il restait des zones d’ombres, mais…
Ce n’était pas une assassin. Ni une mercenaire, encore moins une pirate.
Il restait garde et Chevalier. Plutôt apprentie, en fait – quelque chose dans ce genre. Parce que les citoyens de base n’ont pas les moyens de se payer une arme – et ne savent pas s’en servir.
Stop. Un assassin qui… Woooow.
Elle laissa échapper une expression stupéfaite.


[Tu me dis si quelque chose va pas :3]

_________________
Ressuscité par quelque obscur miracle, et perdant sa parure au passage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Talis d'Akeraï
Ange Bouquiniste
avatar

Messages : 314
Date d'inscription : 08/02/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 28
Signes particuliers: Il possède une cicatrice dans le dos assez voyante. Souvenir d

MessageSujet: Re: Tout peut se négocier [Terminé]   Lun 10 Juin 2013 - 1:16

[hj : Non ça me semblait bien, et je pique ton idée d'aller boire un verre du coup, merci à Naly pour les retournement de situation -^^-]



Taelon leva un sourcil. C'était peu visible, mais en même temps on ne voyait que le haut de son visage, comprenant les yeux et un peu le nez. Alors si on y faisait attention, on voyait forcément qu'il trouvait qu'un truc clochait soudainement chez cette elfe. Pourquoi prendre un air si étonné pendant l'espace d'un instant ?!
Il se tourna vers Nalyna. Celle-ci ne faisait rien de particulier, à part se tenir debout les bras croisés d'impatience à les regarder avec une moue contrariée. Est-ce que... est-ce qu'elle avait deviné qui était Naly ? ... Non... Peut-être pas. Il fallait rester prudent...
Même si quelque part, Taelon avait donné une leçon à la jeune femme qu'elle ne risquait pas d'oublier...
Ni de l'emplacement de son arme, ni de sa vitesse... Il la regardait dans les yeux et trouva quelque chose de changer dans ses étincelles. Une sorte de léger respect. Il perçut aussi qu'elle avait bien saisi le message et le remercia pour les informations.


De rien...

Il aurait apprécié qu'on lui rende la pareille après tout. Si jamais il était recherché quelque part, il aurait tout autant aimé être au courant. Nalyna s'y était mal prise et n'aurait jamais dû fixer l'elfe de cette manière. Tous ce remue ménage pour pas grand chose...
A moins que...

- Hé ! Vous deux ! Je vous dérange pas trop... ? -Elle s'avança et décala Taelon- Allez, pousse toi mon Titi !

Elle sourit d'une manière si espiègle que le jeune assassin en fut déconcerté. C'était avec étonnement qu'il la laissa passer, croisant les bras à son tour. Ce surnom était juste horrible et sa manière de le brusqué encore plus...
- Maintenant qu'on a fait la paix, moi c'est Nalyna, sourit-elle sincèrement avec l'air d'une personne qui voulait faire connaissance, comme si les actions précédentes n'avaient jamais existé.
- Na-
- Pssst ! Tout va bien, je ne fais que discuter.

Quoi ?! Mais attends là, saloperie!, tu-
- Et toi comment tu t'appelles ?, finit-elle en se tournant vers l'elfe.

Trop tard...
Mais punaise c'est pas possible d'être aussi... si... si... Daaah !

Taelon siffla, frustré et resta dans son coin. Nalyna jeta coups d'oeil auquel il ne fit pas attention. Il se mit à rire un peu, partageant déjà une espèce de complicité féminine, la matière où l'homme ne pouvait pas comprendre grand chose.

Imbécile heureuse dans ta naïveté si... Puah et pourquoi je me prends la tête à lui sauver la vie en faite... Il manquerait plus qu'elle l'invite...

- On n'a pas très bien commencé toutes les deux, mais finalement tu as l'air sympathique, sourit-elle joyeusement. Si tu veux nous pouvons aller boire un verre, sans arme, sans menace, juste... Deux femmes qui discutent ? Puis, on peut ignorer Tael, il n'est pas bavard de toute façon.

Elle tira la langue vers le concerné qui lança un regard noir à la guerrière.
- Moi aussi je t'aime tu sais !
- Hmmm...
- Tu pourrais te montrer correct pour une fois, non ? Normalement, dans ce monde ici bas, c'est l'homme qui invite les femmes à boire un verre et pas l'inverse...

Elle. M'apprendre des lois de politesses et de bien être.
- Oh pitié..., supplie-t-il dans un murmure.

Nalyna se mit à sourire, amusée. Elle savait qu'il savait qu'elle gagnait tout le temps parce qu'il la laissait faire ce qu'elle voulait. Même lorsque c'était un peu plus dangereux, et qu'elle finissait par se blesser. Il avait toujours été là de toute façon... Pour panser ses blessures, ou guérir ses maux de tête.
Toujours.
Taelon soupira, et baissa un peu son écharpe.

- Si mesdames veulent boire un verre dans un endroit tranquille, je conseille à ces Dames d'éviter des lieux pauvres et miteux de ce village et de se rendre dans une ville plus appropriée aux goûts de "madame".
- Roh ça va hein..., fit-elle fâchée, alors que l'assassin sourit franchement.
- Mais... Il existe un endroit pas trop mal ici.
- Tu vas encore nous faire grimper sur des toits ?
- Tu veux boissons à volonté ?

La jeune fille s'arrêta net alors qu'elle allait rétorquer quelque chose. Boisson à volonté semblait tourner dans sa tête et elle haussa les épaules.
- Si tu y tiens mon chéri, je te suis, tu m'connais bien !
- Évite de m'appeler "chéri", lady.
- Beuurk... Lady c'est pour les donzelles en robe...

Tealon éclata de rire et les invita à passer devant en leur montrant le chemin à suivre. Nalyna connaissait l'endroit où il voulait les emmener. Sur un toit, un des plus haut malgré les maisons de petites tailles ici, montrant une vue des alentours et généralement un couché de soleil merveilleux. Elle se tourna vers l'elfe, attendant de voir si elle accepter ou non. Nalyna n'étant pas adepte de la guerre mais plutôt de la paix avait toujours les bonnes idées du style : entendons nous et nous ne pouvons que nous entre aider ensuite.
Optimiste, idéaliste...

Si radieuse.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïna Liuwën
Voteur du mois
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 28/01/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari/Assassin
Âge: 76 ans (777)
Signes particuliers: Est surnommée Ange noir. Ses yeux sont tels du feu

MessageSujet: Re: Tout peut se négocier [Terminé]   Lun 10 Juin 2013 - 19:33

Leï continuait d’observer, un peu à la dérobée, cette étrange fille. Et pas franchement, come elle avait eu le malheur de le faire, il y a… Quelques minutes ? Quelques heures ? Le temps passait, et on ne pouvait que le regarder filer sans réussir à suivre son cours.
Avec un léger effort, elle finit par se détourner. C’est bon, elle avait compris la leçon ; si elle voulait connaître l’identité de cette fille, elle s’y prendrait autrement. Et puis, à la limite… Etait-ce vraiment ses affaires ? Un assassin s’acoquine avec des gamines ayant l’air de sortir de casernes ou en route pour Utop. Soit ! Elle, elle se moquait comme d’une guigne de la guilde, ne veillant qu’à son honneur, puisque cet honneur rebondissait sur elle.

Elle était juste curieuse, très curieuse. Un atout comme un désavantage ; cela l’avait amené jusqu’ici, avec un assassin et une fille armée, mais cela aidait considérablement pour les contrats. Chercher quelqu’un est plus facile quand on connaît déjà, par exemple, son nom, glané au détour d’une ruelle, ou sa maison, après l’avoir suivit sans vraiment de raison.
Et ça compensait un peu sa piètre mémoire des visages. Encore quelque chose à travailler.

- Hé ! Vous deux ! Je vous dérange pas trop... ? Allez, pousse toi mon Titi !

Leï braqua ses yeux brûlants sur la fille qui venait d’écarter l’assassin, et un éclair amusé passa dans son regard, qui se détourna fugitivement vers ce dernier pour guetter sa réaction.
Titi, hein ?
L’étonnement de Tael fit naître un léger sourire sur ses lèvres. Elle lui jeta un regard compatissant. Cette fille semblait être une vraie tornade et compliquée à gérer.
Et puis, comme surnom… Il y avait mieux !

- Maintenant qu'on a fait la paix, moi c'est Nalyna.

Nalyna, hein ?

- Na-
- Pssst ! Tout va bien, je ne fais que discuter.

Le sourire de l'elfe s’élargit, à son tour un peu étonnée. La situation se détendait enfin – disait celle qui n’y avait que peu contribué.

- Et toi comment tu t'appelles ?
- Leïna. Pas Leï.

Elle tenait à préciser. Peu de personnes s’étaient risquées à l’appeler par son diminutif. Son maître, de temps à autre, même s’il préférait son surnom – l’Ange –, son père… Sa mère, avant, quoique rarement. Elle optait en général pour son prénom entier, comme pour ajouter de la distance entre elles.
Elle jeta un regard curieux à l’assassin agacé. Elle ne connaissait que peu de lui – à peine un surnom, si c’en était un. Et il ne devait probablement guère apprécier que son amie balance le sien sans prévenir.

- On n'a pas très bien commencé toutes les deux, mais finalement tu as l'air sympathique. Si tu veux nous pouvons aller boire un verre, sans arme, sans menace, juste... Deux femmes qui discutent ? Puis, on peut ignorer Tael, il n'est pas bavard de toute façon.

Heu, attends… T’as bien dit « sympathique » ? Mais, mais… J’ai menacé ton copain, je t’ai menacé toi, je suis fringuée comme une assassin ou une mercenaire et toi… toi, tu dis que je suis « sympathique » ? Woooow…
Leï eut un instant l’air déconcerté, puis se reprit. Cela faisait longtemps que personne ne s’était comporté ainsi avec elle, avec cette joie, cette amabilité… Longtemps ? Voire jamais. Lorsqu’elle était petite, et qu’elle vivait encore en Enetari, elle préférait rester seule plutôt que d’aller jouer avec les deux, trois gamins du groupe d’elfes.
Oui, oui, on peut discuter… Par exemple, de qui tu es ? Hein ? Et Tael, il va même partir pour nous laisser seule ! Bon sang, tu es vraiment… naïve.
Et puis, ignorer un autre assassin… Très peu pour elle.
Elle secoua légèrement la tête, décontenancée, et lança un coup d’œil à l’assassin, genre "Elle est tout le temps comme ça ?..."

- Moi aussi je t'aime tu sais !
- Hmmm...
- Tu pourrais te montrer correct pour une fois, non ? Normalement, dans ce monde ici bas, c'est l'homme qui invite les femmes à boire un verre et pas l'inverse...

Un sourire fleurit sur les lèvres de Leï. Elle, quand un homme l’invitait à boire, elle lui donnait un coup de poing dans la mâchoire… Voire plus, si besoin, et si elle s’ennuyait un peu.

- Parfois, il vaut mieux refuser les invitations des hommes, glissa-t-elle, un brin moqueuse.

L’assassin soupira et baissa légèrement l’écharpe qui cachait une partie de son visage.

- Si mesdames veulent boire un verre dans un endroit tranquille, je conseille à ces Dames d'éviter des lieux pauvres et miteux de ce village et de se rendre dans une ville plus appropriée aux goûts de "madame".

Mesdames…
Leï avait eu pire comme surnom. Mais ce qualificatif ne lui correspondait pas vraiment, de son point de vue du moins.

- Roh ça va hein...
- Mais... Il existe un endroit pas trop mal ici.
- Tu vas encore nous faire grimper sur des toits ?
- Tu veux boissons à volonté ?

Boissons à volonté ?
Elle jeta un regard curieux à l’assassin.
Sur les toits ?

- Si tu y tiens mon chéri, je te suis, tu m'connais bien !
- Évite de m'appeler "chéri", lady.
- Beuurk... Lady c'est pour les donzelles en robe...

L’Ange suivait leur conversation, intéressée, mais sans vraiment essayer d’y participer. La conséquence d’avoir vécu trop longtemps dans un monde de silence intérieur.

L’assassin rit et leur fit signe de passer devant. L’elfe se redressa et adressa un signe de tête à Nalyna pour lui confirmer qu’elle les suivait. Toits, boissons à volonté… Et la possibilité d’en savoir plus sur eux.
La curiosité, toujours la curiosité.

_________________
Ressuscité par quelque obscur miracle, et perdant sa parure au passage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Talis d'Akeraï
Ange Bouquiniste
avatar

Messages : 314
Date d'inscription : 08/02/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 28
Signes particuliers: Il possède une cicatrice dans le dos assez voyante. Souvenir d

MessageSujet: Re: Tout peut se négocier [Terminé]   Lun 10 Juin 2013 - 21:17

Cela l'amuse... Tsss. Les elfes se disent plus sage pourtant...

Taelon attendit que les filles se décident, tirant un peu la moue. Nalyna le menait comme elle le chantait et il ne pouvait pas y faire grand chose. Elle était comme une navire en mer, comme le vent, ou encore comme un poisson dans l'eau qui vaquait à ses occupations aussi infantile qu'il soit. Nalyna était loin d'être une enfant, même si sa naïveté est évidente. En faite... C'était un genre, qu'elle se donnait. Elle aimait le sociale, discuter avec les gens... Juste parler. Elle adorait ça. Un peu rustre dans ses manières, elle osait tous, ça passe ou ça casse, et souvent cela passait grâce à son charme.

Elle allait un peu trop loin en donnant son nom à la volé, mais après tout Taelon s'était bien fait comprendre. Si jamais l'assassin lui faisait le moindre mal, il la retrouverait... Et lui ferait une bonne misère.


Leïna... J'ai un léger avantage sur toi, je connais ton prénom.

Il mémorisait tout. Sa mémoire était presque inégalé pour le moment. En tout cas, le jeune n'avait jamais croisé une personne qui avait autant de mémoire que lui...
Il regardait, il retenait. Il entendait, il retenait aussi.
Tout et n'importe quoi.


Leïna...

Elle répondit un peu, sans plus, rien de bien important. Refuser les invitations des hommes, parfois ? Ouais...
Taelon sourit. Tout dépendait de qui il s'agissait. Mais il ne tarda pas sur ce détail qui venait d'une simple conversation de femmes.
Nalyna comprit le message de Leïna et commença à avancer, passant devant Taelon. Ce dernier avait le regard dans le vide, pensif...

Leïna était une assassin. Comme tous ceux d'entre eux, ils étaient entraînés pour remplir des contrats, assassiner des gens, servir la guilde s'ils le voulaient... Parfois ils servaient juste les personnes qui les engageaient.
Tous ces détails, il ne les avait pas dit à Nalyna. Il lui avait sous entendu déjà des choses, lui disant qu'il gagnait son pain en remplissant des contrats. Mais il n'avait pas poussé plus loin dans la conversation lorsqu'elle posait des questions.. gênantes.
Maintenant son regard était porté sur lui, attentif et un peu déçu.
Nalyna n'avait pas oublié ce qui c'était passé, elle savait retenir aussi certaines choses. Et en sélectionner d'autres...
Elle reviendrait lui parler, très sérieusement.
Il le savait... Et craignait cet instant.


- Tael tu viens ?

Il leva les yeux vers les filles. Elles étaient déjà plus loin devant, Nalyna lui faisait signe. Il avança calmement pour les rejoindre, en silence. Il les guida vers les habitations peu fréquenté, là où ils seraient tranquille. Il fit signe à Nalyna de continuer sans lui, et il prit un autre chemin.
- Suis-moi, sourit-elle à Leïna.

Elle marcha vers la plus grande maison, dont avait parlé l'assassin. Elle chercha quelque chose et trouva une échelle, n'étant pas très doué pour monter autrement. Nalyna commença à grimper, sous les yeux attentif de Taelon qui était déjà revenu, bouteilles en main. Nalyna l'aperçut et lui sourit.

- Super ! Tous ce que j'aime, fit-t-elle joyeusement, arrivant sur le toit.

Elle s'assit, déjà prête à passer une bonne fin de soirée, en compagnie de Leïna et de Taelon. Elle appréciait chaque moment... Ce genre de moment qui se raréfiait de plus en plus, depuis qu'elle s'était engageait dans ces entraînements difficiles au sein de l'Ordre. En croisant les regards de son ami, ce sujet ne devait plus tomber sur le tapis tant que Leïna était là.
Elle comprenait qu'elle pouvait être en danger, même si elle n'arrivait pas à savoir pourquoi l'elfe lui ferait, ou lui voulait du mal... Comme si les assassins et les chevaliers étaient obligatoirement des ennemis, cela la dépassait, se n'était pas logique pour elle. Ou en tout cas très discutable.

Taelon était toujours en bas, avec Leïna. Il attendit qu'elle monte, pour pouvoir la suivre. Il préférait la garder à l'oeil. La confiance était une chose qu'il fallait gagner. Il ne la donnait pas aussi facilement qu'une Nalyna toute excitée à l'idée de se faire une nouvelle copine.


Pas si facilement...

Leïna passa devant lui et grimpa avec élégance là-haut, rejoignant très rapidement la guerrière. L'assassin fit de même, avec moins de raffinement mais avec tout autant de classe. Après tant d'année à faire cela, il commençait à être à l'aise. Il posa les bouteilles, kidnappées immédiatement par l'heureuse Nalyna.
- Quatre, c'est un peu beaucoup, mais j'imagine que tu n'as pas versé un sous, je me trompe ?
- Me prends-tu pour un voleur ?
- Non non non, sourit-elle. En tout cas merci ! , remercia-t-elle sincèrement en donnant une bouteille à Leïna. Sers-toi ! -Elle débouchonna sa bouteille avant de reprendre, en la levant- Aux nouvelles rencontres ! -... Et bue une bonne gorgée.

Taelon ne bougea pas, s'étant placé dans un coin à l'écart des filles. Il s'était prit une bouteille, mais n'affectionnant pas tellement l'alcool, il n'avait bu qu'une très légère lampé, sans plus pour le moment. Il préféra rester parfaitement lucide et certain de ses mouvements pour pouvoir surveiller les faits et gestes de l'elfe. Ainsi que ses dires, sait-on jamais.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïna Liuwën
Voteur du mois
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 28/01/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari/Assassin
Âge: 76 ans (777)
Signes particuliers: Est surnommée Ange noir. Ses yeux sont tels du feu

MessageSujet: Re: Tout peut se négocier [Terminé]   Lun 10 Juin 2013 - 22:21

Leï suivit Nalyna. En passant devant l’assassin plongé dans ses pensées, elle le dévisagea un bref instant. A quoi pensait-il ? A l’enthousiasme presque naïf de son amie ? Au fait qu’elle ait donné son nom ? Un nom, souvent, ne menait pas loin. Il affinait par contre considérablement une recherche. L’elfe se demanda si elle avait bien fait de donner le sien, cette fois. Certes, un nom était un nom… Mais lorsqu’on le reliait à « assassin » et à son physique particulier…
Elle avait hésité entre donné son prénom et son surnom. L’Ange noir. Mais on la connaissait mieux sous ce pseudo. Un jour, elle réfléchirait à une fausse identité à donner à ceux qui la demanderait. Ce serait sans doute plus prudent.

L’Ange noir. Surnom qui lui convenait mal, au vu de ses yeux et cheveux de feu. Pourtant, c’était celui-là que les gens avaient finis par lui donner. Noir, à cause de sa tenue, et parce qu’elle cachait ses mèches et ses iris. Ange, tout simplement parce qu’un témoin l’avait vu, après un meurtre, sauter du haut d’un bâtiment vertigineusement haut pour se recevoir quelques mètres plus bas et plus loin.
En donnant l’incroyable impression, un bref instant, de voler.
Le physique naturellement gracile des elfes, lié à un entraînement d’assassin, faisait des merveilles. Si elle manquait de forces, face à un assassin humain – par exemple –, celui-ci aurait bien du mal à la suivre sur les toits.

Quand elle avait découvert, suite à une fuite effrénée sur les toits causée par son maître qui avait décidé que ce serait drôle qu’elle se fasse courser par des gardes, les sauts incroyables qu’elle pouvait faire, elle s’y était entraînée. Sauter, de plus en plus haut, de plus en plus loin. Elle s’était souvent blessé, mais rien ne parvenait à effacer le goût de liberté totale accordée par le saut.
Comme si elle s’envolait vraiment.
Voler…
Rêve.

- Tael tu viens ?

Leï se retourna. L’assassin n’avait pas bougé. Et elle, avait suivit sans même prêter attention à ses pas, par automatisme. Elle le regarda les rejoindre et le suivit, focalisant une grande partie de son attention sur ce qui l’entourait. Si la mémoire des visages n’était pas son point fort, elle avait presque une mini-carte dans la tête. Si besoin, elle retrouverait son chemin sans problème.

- Suis-moi.

Leï lança un dernier regard à l’assassin s’éloignant, puis se tourna vers la fille et la suivit. Celle-ci chercha et trouva une échelle, puis y grimpa. L’elfe ne se retourna pas quand elle sentit la présence de l’assassin à ses côtés, se contentant de suivre des yeux Nalyna. Hm, bien ce qu’elle pensait, pas une assassin. Ni un voleur, ni, à la rigueur, une future mercenaire. Ceux-ci apprennent souvent à grimper aux toits.
Mais bon, elle ne pouvait être sûre de rien.

- Super ! Tous ce que j'aime, fit-t-elle joyeusement en arrivant sur le toit.

L’Ange la lâcha du regard pour jeter un coup d’œil intéressé aux bouteilles qu’avait ramenées Tael. Elle s’élança ensuite à la conquête du mur. Elle adorait grimper. Pour elle, cela rimait souvent avec « sauter » et « envol ».
Peut-être pourrait-elle s’autoriser un envol, après tout cela. Il lui faudrait d’abord repérer un haut bâtiment, pour avoir un peu de challenge, choisir l’arrivée la plus risquée…
Et sauter.
Elle souriait, d’un sourire un peu vague, un peu rêveur, quand elle arriva sur le toit, suivie peut après par Tael.
Tael. Il me faudrait ton nom complet, mais tu ne vas pas le lâcher aussi facilement…
Il posa les bouteilles, aussitôt récupérées par Nalyna. Aparemment, Leï n’était pas la seule à apprécier boire.

- Quatre, c'est un peu beaucoup, mais j'imagine que tu n'as pas versé un sous, je me trompe ?
- Me prends-tu pour un voleur ?

L’Ange s’interrogea aussi sur la provenance de ces bouteilles. Mais ne pipa mot, prudente.

- Non non non. En tout cas merci ! Sers-toi !

La fille passa une bouteille à Leï, qu’elle attrapa rapidement. Elle l’examina discrètement, songea qu’elle n’avait pas eu l’air d’être ouverte auparavant, l’ouvrit et en renifla le contenu, curieuse.
Du rhum ! Génial !

- Aux nouvelles rencontres !

Hin, hin, t’as pas précisé si c’était une bonne ou mauvaise rencontre… Enfin. Pour toi, peut-être que je suis sympa, mais je suis sûre que ton copain est pas d’accord !
Leï avala une petite gorgée de rhum. Elle tenait plutôt bien l’alcool – merci, les pirates – mais préférait faire attention. Elle glissa ensuite un regard vers l’assassin.
Oh, si seulement tu pouvais boire… Les gens sont tellement plus bavards avec de l’alcool dans le sang.
Un sourire lui vint. Elle s’en était assurée, en faisant boire à outrance un proche d’une de ses cibles particulièrement prudentes. L’ami en question lui avait dit tout ce qu’elle désirait savoir, enivré. Elle l’avait ensuite invité à la suivre, et…
Bref. Disons qu’il y avait eu deux morts au lieu d’un, cette fois-là.

Leï prit une autre gorgée, songeuse. Comment les faire parler ?... La diplomatie, ce n’était vraiment pas son truc. Engager des discussions avec des filles, non plus.
Bon, on teste.

- Dis, Naly, fit-elle d’un ton dégagé et apparemment innocent, tu sais te servir d’armes ?

Elle justifia aussitôt sa question.

- On peut faire des mauvaises rencontres, parfois…

Son hypocrisie faillit la faire sourire.

_________________
Ressuscité par quelque obscur miracle, et perdant sa parure au passage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Talis d'Akeraï
Ange Bouquiniste
avatar

Messages : 314
Date d'inscription : 08/02/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 28
Signes particuliers: Il possède une cicatrice dans le dos assez voyante. Souvenir d

MessageSujet: Re: Tout peut se négocier [Terminé]   Lun 10 Juin 2013 - 23:11

Taelon lança des regards à l'elfe. Qu'est-ce qu'elle faisait... ? Pensait-elle vraiment avoir des informations aussi facilement ? Sa prudence était donc justifiée, Leïna ne reculerait devant rien pour savoir ce qu'elle voulait.
Nalyna lui lança un regard interrogateur. Elle était peut-être un peu naïve mais elle était loin d'ête bête. Elle hésita longuement puis lui sourit.

- Oh ben... J'ai des bases, un peu comme n'importe qui en faite. Il le faut pour... se protéger.

Elle but une longue gorgée, commençant déjà à être grisée. Il ne lui fallait pas grand chose, surtout qu'elle avait pris la bouteille la plus forte. Taelon lui aurait bien dit d'y aller doucement mais elle l'aurait envoyé sucrer des fraises...

Je n'aime pas les fraises...

L'assassin remit son écharpe pour le cacher un peu. Il ne se passait rien de bien intéressant. Il s'autorisa une autre petite gorgée du vin qu'il avait sauvé des mains de son amie, avant de se poser contre un mur, observant le soleil couchant. Il aimait bien se retrouver sur les toits pour le retrouver, le regarder... C'était agréable. Tous les soirs... Toujours présent, au levé et au couché. Une chose éternelle...
Ce qui était loin d'être son cas ou le cas de Nalyna. Parfois, ce genre de penser le prenait et il passait une partie de la nuit à se demander pourquoi, comment... Des questions qui n'avaient pas de réponse, seulement en fin de vie, lorsque nous avions rempli la sienne et que nous nous apprêtons à mourir.
Taelon réfléchissait trop.
Il soupira.


- Quand j'étais petite je rêvais de me battre, pas comme les autres filles... Elles rêvaient du prince charmant, des trucs de filles... Moi je rêvais de porter une épée. En faite, c'est Tael qui m'a appris les bases..., fit-elle en lançant un sourire vers son ami avant de se retourner à nouveau vers l'elfe et lui chuchoter, comme une confidence : Entre nous, il est vraiment très doué. -Elle soupira un peu- Enfin... J'aimerais tellement qu'il...

Elle eut un hoquet, ce qui l'empêcha de finir sa phrase. L'alcool lui tournant un peu la tête, elle n'irait pas plus loin dans sa réflexion...
De loin, Taelon devina l'état de son amie et sut que Leïna n'aurait rien de plus. En espérant qu'elle ne pose pas plus de questions que cela, sinon Nalyna risquait d'être bavarde.

- Enfin v'là ! Sont de vieilles histoires tous ça ! Et toi alors, d'où tu viens ? Et d'où t'as appris à te battre comme ça ?

Super discrète... Pauvre petite. Et dire que tu te souviendras de la moitié de cette conversation. Qui sait, avec un peu de chance, elle oubliera même de me poser ses questions le lendemain matin.

Il l'espérait en faite. Cela lui éviterait tellement de... souci. Disons qu'il ne voulait pas lui mentir et dire la vérité la choquerait.

Lui dire que je suis un assassin qui appartient à une Guilde puissante rempli de tueur et de professionnel du meurtre ne lui fera pas plaisir.

Il savait qu'elle risquait d'être conditionnée dans les règles de l'Ordre, ce qui pourrait la pousser à penser comme eux. A faire respecter les lois, l'ordre, et la justice. L'assassinat, surtout celui programmée, n'était pas vraiment dans les lois, ni prometteur d'ordre et de justice...
Quoi que cela se discutait sur ce dernier point, mais certainement pas avec un Chevalier qui vouait sa vie à ces préceptes. Alors que l'assassin vouait sa vie à la Guilde.


Quel bordel... Toutes ces divergences... Tout ça pour quoi ?

Encore des questions, toujours... Trop de réflexion.
Gilroy lui aurait déjà mis une droite dans la figure en lui disant : "Ton boulot est d'agir, et non réfléchir... Mais fais attention à ne pas devenir une machine..."


... Car nous sommes doué d'intelligence...

Un nouveau soupire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïna Liuwën
Voteur du mois
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 28/01/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari/Assassin
Âge: 76 ans (777)
Signes particuliers: Est surnommée Ange noir. Ses yeux sont tels du feu

MessageSujet: Re: Tout peut se négocier [Terminé]   Mar 11 Juin 2013 - 17:36

Leïna ne broncha pas sous le poids des regards de Tael et Nalyna. Elle prendrait des cours de diplomatie, aussi, tant qu’elle y était… Elle avala une nouvelle gorgée, songeuse. Elle devait y aller prudemment. Cet assassin la gênait considérablement, mais elle ne pouvait rien y faire. Il ne lui faisait pas le moindre du monde confiance, ce qu’elle ne pouvait lui reprocher.
Elle-même ne faisait confiance à personne.

- Oh ben... J'ai des bases, un peu comme n'importe qui en faite. Il le faut pour... se protéger.

Hésitation.
Des bases, hein… Sauf que peu de personnes, au final, les possèdent. Encore moins les femmes. Et puis… la réaction de quelqu’un ayant des « bases » seraient de s’enfuir, d’appeler à l’aide, en priorité. Pas de saisir son arme, comme Nalyna avait commencé à le faire, lors du bref affrontement entre les assassins.
Oh, oui, il existait des gens normaux, avec des bases, qui affrontaient le danger. Mais, quand même…
Nouvelle gorgée. Leï comptait sur sa résistance digne des pirates à l’alcool pour endormir la confiance des deux autres. Pari un peu dangereux, mais elle n’était plus à un risque près.
Son regard se porta sur l’horizon, et le soleil couchant. Jetant ses derniers flamboiements, celui-ci semblait la narguer. Elle n’était pas jour, elle était nuit, et si les crépuscules étaient beaux, elle avait l’impression de ne devenir qu’un reflet à côté d’eux et de leurs couleurs de feu.

- Quand j'étais petite je rêvais de me battre, pas comme les autres filles... Elles rêvaient du prince charmant, des trucs de filles... Moi je rêvais de porter une épée. En faite, c'est Tael qui m'a appris les bases...

Leï tourna légèrement la tête vers elle. Nalyna s’enivrait-elle, ou les mots qu’elle venait de prononcer ne lui semblaient pas très importants ?
Trucs de filles… L’elfe n’avait pas vraiment eu le choix. On lui avait donné une arme, et elle avait dû apprendre à s’en servir. Parfois, elle se demandait ce qu’aurait été sa vie, si sa mère était partie seule. Son père serait-il toujours en vie ? Et elle ? Serait-elle restée en Enetari, ou serait-elle partie pour visiter le monde qui l’entourait ?
Et dans ce second cas, que lui serait-il arrivé ? Il y avait tellement de choix. Simple citoyenne perdue dans l’anonymat d’une ville ou d’un village, ou encore, option plus prestigieuse, faisant partie d’une de ces guildes qui parsemaient Aranor. Cartographes, Historiens, Marchands, Chevaliers…
… Assassins. Si on est heureux, on ne choisit que rarement cette guilde. On n’y entre pas sans aimer la couleur du sang, ou sans but. Les elfes, en général, n’aimaient pas la violence. Elle n’aurait donc pas choisi cette voie. Sauf si quelque chose de grave était arrivé, quelque chose qui l’aurait poussé à devenir assassin.
Dans cette vie comme dans une autre, peut-être était-elle condamnée à tuer.

- Entre nous, il est vraiment très doué. Enfin... J'aimerais tellement qu'il...

La voix de la fille, et plus précisément son hoquet, la tira de ses réflexions.
Ainsi, elle s’enivre… Intéressant.

- Enfin v'là ! Sont de vieilles histoires tous ça ! Et toi alors, d'où tu viens ? Et d'où t'as appris à te battre comme ça ?

Leï fit la moue, et hésita son tour. Mentir, pas mentir ? Peut-être occulter la vérité, ou du moins certaines parties ? Après tout, qui connaissait quoi que ce soit sur son passé ? Sa mère, certes. Son maître – mais il avait disparu de la circulation. Peut-être le maître de la guilde – cela l’étonnerait que tout le monde entre dans celle-ci comme dans un moulin.

- Moi, on m’a mis une épée entre les mains, et j’ai dû apprendre à m’en servir pour survivre. Je n’ai pas vraiment eu le choix.

Légère pause. Une idée germait dans son esprit. Pouvait-elle faire croire qu’elle aussi, devenait soûle ? Elle savait mentir, mimer… Et, pour son comportement, elle avait un sujet juste à côté d’elle. Nalyna.
Elle sourit, sourire joyeux, léger. Il était probable que Nalyna se fasse avoir, vu son état. Par contre, Tael…
Elle porta le goulot à ses lèvres pour cacher l’étincelle amusée qui passa dans ses yeux. Voilà un défi intéressant. Elle allait aussi pouvoir être assurée de ses capacités de mensonge, et avec un peu de chance, elle pourrait glaner encore quelques informations. Quitte à parler à son tour.
Cela dépendait aussi de l’image que l’assassin avait d’elle. Elle lui avait montré le côté coléreux de sa personnalité, mais pas encore celui plus discret, manipulateur. S’il la pensait peu réfléchie naturellement, cela pourrait marcher.

- Sinon, je viens d’Enetari, comme beaucoup d’elfes, et j’ai grandi en mer.

Elle hésita un très bref instant, et ajouta :

- Avec des pirates.

Donner tant d’informations ne l’enchantait pas. Surtout à l’assassin. Mais tout jeu comporte ses risques, et plus nombreux ils sont, plus c’est amusant.
La vie elle-même n'était qu'un jeu. Une vaste blague. On est là où il faut pas un jour... et on y sera plus jamais.

- Tu connais bien, Akeraï ? Moi, pas trop. Je me demandais si c’était sympa.

Elle s’efforça d’entrer dans le rôle de son nouveau personnage et fit mine de retenir un hoquet, avant d’avaler une nouvelle gorgée.
Si on avait attentivement déchiffré son regard, on aurait vu une flamme de défi amusé.
Tombez, tombez dans mon piège, dans mon jeu…

_________________
Ressuscité par quelque obscur miracle, et perdant sa parure au passage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Talis d'Akeraï
Ange Bouquiniste
avatar

Messages : 314
Date d'inscription : 08/02/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 28
Signes particuliers: Il possède une cicatrice dans le dos assez voyante. Souvenir d

MessageSujet: Re: Tout peut se négocier [Terminé]   Ven 21 Juin 2013 - 17:08


- Moi, on m’a mis une épée entre les mains, et j’ai dû apprendre à m’en servir pour survivre. Je n’ai pas vraiment eu le choix.
- Han, c'est triste ! ... J'suis désolée. Moi j'ai pas connu mes parents...

Nalyna reprit une gorgée, celle de trop, car elle commença à avoir sévèrement le hoquet. Enfilez plus de trois gorgées comme ça en une traite, sans douceur et vous verrez ce qui arrive. On repart avec une bonne gueule de bois.

Mais Taelon ne faisait pas attention à ça. Son cerveau s'était figé sur la dernière phrase. Ce détail tournoyait dans son crâne et il était comme bloqué.
"Moi j'ai pas connu mes parents"...
Elle avait oublié. Nalyna était si jeune en même temps... Tant mieux d'un autre côté... Mais sa mission semblait si pauvre, si vaine, si... malheureuse...

Tristesse.
Haine.
Vengeance...
Elle finira par se souvenir à nouveau, de ce qui s'est passé ce soir là... 20 ans auparavant... Un peu plus peut-être ? Un détail fugace, sans importance, car l'évènement en lui-même de toute manière était resté à jamais gravé dans sa mémoire, aussi profondément que la grande cicatrice qu'il avait dans le dos...
Triste. Non. Plus maintenant.
Haine, arme de bon choix.
Et la Vengeance, la vrai vengeance. Celle qui n'attend que son dînée.

Taelon serra les poings, et tenta de contrôler ses nerfs et sa rage qui lui rongeaient l'estomac. Il était là quelque part, et il finirait par le retrouver. Pour faire Justice, pour Nalyna.
- Akeraï ? ... Euuuh...

Akeraï... Quoi ?

Tealon sortit de ses sombres pensées, revenant à la réalité du moment. Il avait vaguement entendu la conversation. Il sut que Leïna venait d'Enetari, guère étonnant, et qu'elle avait grandit en mer parmi des pirates. Et...
- Ben j'sais pas... Akeraï c'est grand comme région..., répondit Nalyna, l'air un peu ailleurs. J'connais de nom... Enfin...

Tealon grimaça sous sa capuche. La fille en disait trop déjà... Si jamais elle lui disait qu'elle avait grandit en Akeraï mais qu'elle était partie, Leïna pouvait aisément deviner d'où elle arrivait. Il ne fallait pas grand chose à un assassin pour deviner de future écuyer. Il devait faire quelque chose et vite.
Mais Nalyna prenait déjà les devant, sans s'en rendre compte :
- En faite, j'connais mais... mais...

Elle eut un haut-le-coeur et mit une main sur sa bouche.
- J'crois que je vais... -elle se mit à vomir un peu plus loin avant de revenir se coucher entre les deux assassins, au milieu du toit-... vomir...

Nalyna ne fit pas long feu avant de s'endormir comme une masse. Ahlala, la boisson alcoolisée.
Taelon était satisfait et s'empêcha difficilement de sourire. Heureusement qu'il portait encore sa capuche. Il regarda Leïna, pour savourer sa réaction, s'approchant de son amie. Il s'assit à côté d'elle, cette dernière ronflait déjà. Il soupira et haussa les épaules, d'un air de dire que c'était évident.

- Elle a bu trop vite. Je lui laissais pas une heure de conversation. J'étais trop optimiste, apparemment...

Taelon connaissait bien Nalyna. Elle encaissait bien l'alcool, mais pas de cette manière. Hors, la guerrière devait avoir bien trop soif pour avoir tenté de l’étancher aussi rapidement avec de l'alcool forte.
- Il reste plus que nous deux pour admirer le coucher du soleil...

Triste situation.
Mais du moment qu'elle n'essayait pas de les tuer, Leïna était plutôt sympathique. Enfin, si elle pouvait juste arrêter de le prendre pour un imbécile.

- Tu as l'intention de faire quoi maintenant ?, dit-il posant un regard gris sur elle, ne la lâchant plus. Comme s'il scrutait son âme.

Il n'était qu'un simple humain, et pourtant arrivait à deviner beaucoup de chose, à voir, à entendre tout et à retenir encore davantage. La seule chose qui lui faisait défaut, c'était sa mélancolie passagère... Celle qui l'empêchait parfois de partir alors qu'il avait assassiné quelqu'un, regardant sa pauvre victime. Il n'était pas très croyant, mais il lui était déjà arrivé de prier pour les âmes des défunts qu'il tuait de sa lame...
De la pitié ? Peut-être. Pour son âme...
Même si elle était rongé par sa haine, par sa vengeance... Et qu'elle n'était plus que morceaux.



Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïna Liuwën
Voteur du mois
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 28/01/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari/Assassin
Âge: 76 ans (777)
Signes particuliers: Est surnommée Ange noir. Ses yeux sont tels du feu

MessageSujet: Re: Tout peut se négocier [Terminé]   Lun 24 Juin 2013 - 16:36

- Han, c'est triste ! ... J'suis désolée. Moi j'ai pas connu mes parents...
 
C’était, malheureusement, souvent le cas, dans ce monde. Ou, pire, on ne reconnaissait pas ses parents. Pour être plus clair, on aurait préféré ne pas les connaître. Leï les connaissait, et elle aurait parfois – souvent – préféré le contraire.
L’elfe lança un regard rapide à Nalyna. Si celle-ci s’enivrait trop vite, elle n’aurait plus de réponses correctes. Elle risquait même de ne plus avoir de réponses tout court.
 
- Akeraï ? ... Euuuh... Ben j'sais pas... Akeraï c'est grand comme région... J'connais de nom... Enfin...

Leï se retint de secouer la tête de dépit. Qu’est-ce qu’elle avait dit ! Nalyna était déjà complètement à l’ouest. Plus la peine d’espérer quoi que ce soit. Dommage… Elle était pourtant près de son but.

- En faite, j'connais mais... mais...

Mais tu ne sers plus à rien, n’est-ce pas ?
Elle en eut la confirmation lorsque Nalyna alla vomir plus loin. Bon, eh bien, elle aurait essayé ! Elle savait au moins que la fille connaissait Akeraï. C’était à se demander si cela valait vraiment la peine. Mais elle était tenace… Tael pouvait être à peu près rassuré ; elle n’avait pas appris grand-chose.
Leï regarda la fille s’endormir rapidement. C’est dingue, ces gens qui ne tiennent pas l’alcool, quand même ! Pourquoi boivent-ils ?
L’elfe secoua sa bouteille avec une moue de dépit. Il devait lui rester près de la moitié. Elle prit une autre gorgée, puis se tourna pour dévisager l’autre assassin, et croisa son regard.
Avoue que ça t’amuse !
Abandonnant son jeu, elle lui décerna un sourire éclatant, tandis qu’il se rapprochait. Dommage, dommage…
 
- Elle a bu trop vite. Je lui laissais pas une heure de conversation. J'étais trop optimiste, apparemment...

Leï haussa les épaules.
 
- En une heure comme en dix minutes, on peut apprendre beaucoup de choses…

Pas assez, dans ce cas-là. Mais elle ne pouvait s’empêcher de le titiller.
 
- Il reste plus que nous deux pour admirer le coucher du soleil...

… et l’arrivée de la nuit.
Un air pensif se dessina sur le visage de l’elfe. Autre jour, autre nuit. Elle avait au moins cette chance, de ne pas avoir une vie monotone, comme le commun des mortels. Une vie sans cesse rythmée par les mêmes évènements, sans imprévus. Une vie insipide. Comment les autres gens pouvaient-ils s’en accommoder ? Avoir la certitude d’une vie, certes longue, mais totalement ennuyeuse ?
 
- Tu as l'intention de faire quoi maintenant ?
 
Leï le regarda, à nouveau souriante. Elle aurait aimé voir son visage. Il était tout de même assez agaçant de discuter avec des personnes dont on ne devinait rien de leurs traits.
 
- D’abord, te demander s’il est possible de voir ton visage.
 
Elle rit brièvement.
 
- Ensuite… Hmm, bonne question.
 
Elle n’avait pas forcément envie de jouer. De s’élancer dans les rues à la recherche d’un perturbateur. Il y en avait beaucoup, ici, mais ils restaient souvent prudents. A la longue, ce n’était même plus drôle. Et aucun garde, vrai garde, ne se lancerait à sa poursuite.
Pas la peine d’essayer de tirer des réponses à Nalyna, celle-ci n’était plus apte à en fournir. Et l’assassin semblait en pleine possession de ses moyens, inutile, évidemment, de l’interroger.
Oui, que pouvait-elle faire ? Le taquiner, le pousser à bout… Un peu dangereux. S’en aller ? Pas envie.
Elle voulait ses réponses.
Elle avait dit dangereux ? Avait-elle précisé « amusant » ?
 
Un sourire un peu moqueur sur les lèvres, elle se leva, avança vers Tael et s’inclina légèrement.
 
- On n’a pas fait les présentations, non ? Je suis Leïna.
 
Elle fit ensuite un très léger pas en arrière. Elle se doutait qu’il n’apprécierait pas, et désirait assez d’espace pour se défendre si elle en avait besoin.
Après tout, elle était ainsi. Narquoise, moqueuse, chiante, même. Quand elle apprendrait à maîtriser sa colère, elle sera très dangereuse. Plus qu’avant.
 
- Bon. Tu aimes l’honnêteté ?
 
Nouveau rire, tout aussi bref. Elle embraya aussitôt.
 
- Garde ou Chevalier ? Soldate, peut-être ?
 
Elle ne prit pas la peine de montrer la dormeuse. Il comprendrait.

_________________
Ressuscité par quelque obscur miracle, et perdant sa parure au passage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Talis d'Akeraï
Ange Bouquiniste
avatar

Messages : 314
Date d'inscription : 08/02/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 28
Signes particuliers: Il possède une cicatrice dans le dos assez voyante. Souvenir d

MessageSujet: Re: Tout peut se négocier [Terminé]   Mer 26 Juin 2013 - 14:07

En une heure comme en dix minutes, on pouvait acquérir beaucoup d’informations. Oui, mais les informations s’arrêterait là pour Leïna, car Taelon ne lui procurerait absolument rien. Ni sur sa vie, ni sur celle de Nalyna.
Il la fixait alors qu’elle réfléchissait, avec ce sourire, toujours si moqueur. Il lui avait posé une question simple pourtant, pourquoi ce sourire ? Il avait horreur qu’on se moque de lui, c’était un fait. Mais ce qui l’irritait le plus, c’était ne pas savoir si on se foutait bien de lui ou si ce n’était qu’une façade, un jeu. Auquel il n’avait pas forcément envie de participer…
Tout ceci pour une simple rencontre d’assassins, et au milieu une guerrière, aussi innocente que la rosée du matin. Nalyna n’avait pas encore conscience des forces qui agissaient dans ce monde. Dans celui-ci, ou dans celui des ombres, là où les personnes comme lui, comme Leïna, agissaient au nom d’une Guilde… Ou au nom de leurs propres désirs. Taelon savait cerner les personnes avec qui il discutait un temps. Il lui suffisait de pas grand-chose. Parfois il se trompait, comme tout humain, mais souvent il s’avérait que ses réflexions trouvent leurs résultats justes.

Leïna ne jure pas pour la Guilde… Elle n’aurait eu aucun scrupule à m’abattre si je ne lui avais pas montré ma lame secrète sous sa gorge…

Sous son manteau, il serra sa fidèle Lame, jouant un peu avec la sangle… Et la resserra un petit coup. Leïna avait pris conscience de ce secret, mais l’assassin avait d’autres tours très rigolo si jamais elle osait atteindre sa personne encore une fois. Ou atteindre Nalyna, ce qui signerait définitivement son arrêt de mort.
Quand il regardait davantage Leïna, il la connut colérique, mais il perçut une sorte de d’intelligence manipulatrice. Ce genre de petit truc… Tout petit au fond de l’œil, qu’il avait pu remarquer chez son maître d’arme, son mentor, son maître Gilroy Delmontres.
Mais il n’en était pas certain, cette fois-ci, car elle cachait bien son jeu. Elle jouait, elle était très douée.
Il avait horreur qu’on joue avec lui.
- D’abord, te demander s’il est possible de voir ton visage.

Son rire l’irrita. Et sa réponse, jamais elle ne vint. Tout ça pour… Rien. Bon.
Tant pis.
Il n’était pas là pour l’interroger. Elle faisait ce qu’elle voulait. Du moment qu’elle ne venait pas l’embêter avec des histoires de Chevaliers et d’Assassins, tout ira bien. Pour eux…
Il posa son regard sur Nalyna, qui dormait profondément, et ronflait un peu par moment. On voyait là toute sa pureté de jeune, sa beauté de femme… Mais il dévia le regard vers le soleil couchant, honteux de lui-même de la dévisager de la sorte.

Faut que je me concentre… J’ai un assassin chaud comme la braise juste à côté de moi qui commence à me titiller les nerfs.

La patience ? Si évidemment… Mais jusqu’où ? Très bonne question. En réalité, Taelon perdait un peu ses moyens et son calme avec lorsqu’on s’intéressait trop près à lui.
Son visage… Pourquoi tenait-elle tant à le voir ? Elle ne faisait que jouer, et lui n’avait pas envie de jouer… Enfin…
L’envie ne manquait pas lorsque Nalyna lançait des défis. Il lui arrivait de s’amuser, c’était rare. Mais… Avec une personne, qui n’avait pas sa confiance et qui avait menacé la vie de son amie, comment lui expliquer que c’était un peu pervers.

Faut que j’arrête de réfléchir… Je ne sais même plus ce que je dis.

Il lança un bref regard à Leïna avant de retourner sur le soleil, qui laissa place au début de soirée. Magnifique d’ailleurs…
- On n’a pas fait les présentations, non ? Je suis Leïna.

Il sourit sous son écharpe.

Moi c’est Taelon, et qu’est-ce que ça peut te faire ?

- Bon. Tu aimes l’honnêteté ?

Il haussa les épaules et attendit la suite des évènements, pour voir où elle voulait en venir. Mais il s’en doutait fortement…
- Garde ou Chevalier ? Soldate, peut-être ?

Il ne savait pas si c’était cette question ou les rires à répétitions qui l’avaient mis à bout de nerfs. On sentait la tension de Taelon malgré son visage caché. Il lançait des regards qui parlaient à sa place vers l’elfe et sa respiration signifiait qu’il tentait de reprendre son calme. Son cœur s’était emballé… Pour quelle foutue raison ? Ce n’était qu’une discussion, mais le fait qu’elle veuille en savoir plus sur lui, sur Nalyna, sur eux tout court, l’agacer, le…
L’angoissé ?
Cela l’angoissé ?...
De la savoir en danger, oui.
Il se fichait pas mal de son propre sort. Mais il ne pouvait pas rester sans rien faire et laisser Nalyna en perpétuel danger de mort. Il devait trouver une solution et vite… Mais comme elle était partie pour connaître un peu mieux Taelon, il allait entrer dans son jeu.
Un jeu fourbe… Pourquoi pas ? La vérité pouvait jouer, elle aussi.
- Tu préfères vivre ou mourir ? Selon toi, vivre serait plus pratique pour jouer, non ?

Il avait réussit à reprendre son calme, pour quelques temps. Il ne valait mieux pas le remettre à vif. Il n’était pas à l’aise avec les gens au niveau social… Le brusquer ne menait à rien, à part causer avec un mur. Mais l’appel aux jeux peut parfois amener une personne peu causante à faire quelque chose de hors du commun pour lui, en plus s’il s’agissait de mettre à l’abri l’un de ses proches. Allons bon, l’étude du Taelon étant assez complexe, cela se fera avec beaucoup de temps et de patience. Mais il ne tiendrait pas très longtemps si elle gardait ce comportement moqueur et malicieux…

Il se leva et marcha vers le bord du toit, avant de se retourner vers elle. Il enleva l’écharpe rouge et la fourra dans une poche.
- Alors… Comme ça tu veux savoir mon nom ?

C’était à son tour de lui sourire, moqueur et malicieux. Il avait l’avantage, c’était à son tour de rire. Il rit un peu et se jeta du toit. On aurait pu croire qu’il voulait en finir, mais vue les circonstances, ce n’était pas le cas. Il voulait la titiller à son tour et lui montrer combien c’était agaçant d’avoir en face une autre personne qui riait tout le temps et affichait des visages digne du meilleur fourbe.
Il n’avait pas vraiment sauté… Il s’était habillement accroché au rebord du toit pour lâcher et ne pas se faire mal à l’atterrissage.
Il leva les yeux vers le haut.
- Allons, bouges tes fesses. Montres moi que tu as autant de souplesse que de gueule !

Il courut dans les ruelles, s’éloignant de la ville. Il allait trouver un coin, sans rien, sans personne, sans cachette. Deux assassins perdus en pleine nature, seuls. Cela ferait une belle histoire pour des racontars de passage si jamais ils trouvaient des corps meurtris. Ou un seul…
Il n’avait pas l’intention de la tuer, ni de se battre d’ailleurs. Que le jeu commence…[/color]


Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïna Liuwën
Voteur du mois
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 28/01/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari/Assassin
Âge: 76 ans (777)
Signes particuliers: Est surnommée Ange noir. Ses yeux sont tels du feu

MessageSujet: Re: Tout peut se négocier [Terminé]   Mer 26 Juin 2013 - 18:58

Leï ne prêta pas une grande attention à son absence de réponse. Elle s’en doutait un peu, même si ce n’était pas vraiment amusant. Elle voulait le voir réagir, que ce soit attaquer ou rire. Elle n’aimait pas ces silences ; pas ceux de la solitude, mais lorsque les gens avec vous restent bouche cousue.
Ils lui rappelaient trop ceux de sa mère, qui donnait la glaçante impression de ne pas l’écouter, voire de ne pas l’entendre. L’impression qu’elle n’existait pas.
Leï sentit la tension de Tael, et elle retint un énième sourire. Aurait-elle réussi à le pousser à bout ?
Je veux que ce silence cesse.
Elle aurait pu essayer de parler normalement avec lui. Essayer. Il se serait probablement méfié. Et puis… les discussions posées, ce n’était pas son fort. Elle était mouvement, pas immobilité.
Réagis, par les dieux, réagis !

- Tu préfères vivre ou mourir ? Selon toi, vivre serait plus pratique pour jouer, non ?

Sans vraiment comprendre pourquoi, une sensation glacée envahit la poitrine de l’elfe. Ce fut son tour de se taire. Pas à cause de la menace que pouvait distiller cette phrase. Non.
A cause d'un souvenir.
« Vivre ou mourir ».

- Et que feras-tu, alors ?
Leï ne répond pas, yeux braqués sur la mer. Eau et feu.
- Il faut que tu trouve un autre but. Tous les êtres vivants comme nous, elfes, humains, nains, ont besoin d’un but pour avancer. Même s’ils ne s’en rendent pas forcément compte. La croyance en est un, stable. La famille, un amour, un métier aussi. Mais toi ? Je sais qu’assassin n’est pour toi qu’un moyen. Quand tu l’auras tuée, que feras-tu ?
Silence, toujours.
- Vivre ou mourir ?
Il connaît pertinemment la réponse. Il la devine. Il la connaît bien, cette jeune elfe, rencontrée il y a quelques années. Cela paraît maintenant une éternité. Elle ne peut rien lui cacher, il connaît sa vie sur le bout des doigts. Ses forces, comme ses faiblesses.
Et le lien affectif, presque père et fille, qui l’attache à elle se refuse qu’elle choisisse la seconde solution. Il ignore si elle serait capable de se donner la mort. Mais il sait que du poison sommeille dans son pendentif.
Par contre, son goût pour la provocation… A force de jouer avec les nerfs, elle tombera sur plus fort qu’elle.
Peut-être est-ce qu’elle souhaite.
- Vivre ou mourir ? répète-t-elle, pensive.
La mer danse et l’appelle. Feu et eau, deux éléments contraires qui s’attirent comme des aimants. Si elle trouvait un vrai but, une vraie raison de vivre… Elle est née sur Terre, a grandit sur l’Eau, est constituée de Feu et sait jouer avec l’Air.
Si elle trouvait son but, avec cet équilibre particulier… elle pourrait aller loin. Peut-être plus que beaucoup. Plus que n’importe qui.
- Tu connais la réponse.
Et elle se tait.


Leï avait la gorge soudainement sèche. Elle masqua son trouble du mieux qu’elle put. Ses yeux délaissèrent Tael pour regarder le ciel, le temps que sa respiration s’apaise, que son cœur ralentit. Une fois que cela fut fait, elle se tourna vers l’assassin. Elle était tellement étourdie que sa phrase ne l’avait pas agacée.

Elle regarda l’assassin se lever et s’approcher du bord du toit. Une étincelle glacée substituait dans sa poitrine. Ce n’était qu’un souvenir. Un souvenir. Certes, son maître lui manquait. Certes, il avait complètement raison. Mais ce n’était qu’un simple souvenir. Ses doigts accrochèrent distraitement son pendentif en forme d’ailes d’ange.
Prenant une grande respiration, elle laissa son bras retomber sur son flanc et s’efforça de se concentrer sur l’assassin. Celui-ci retirait son foulard. Une lueur d’intérêt renaquit dans le regard de l’elfe.

- Alors… Comme ça tu veux savoir mon nom ?

Elle ne répondit pas. Il n’y avait rien à répondre. Elle était fascinée par ce que la nuit et la capuche lui laissait voir. Un sourire moqueur. Elle avait réussi à le faire réagir. Le rire de l’assassin l’étonna presque. Immobile, elle le regarda se jeter du toit.

- Allons, bouges tes fesses. Montres moi que tu as autant de souplesse que de gueule !

Un sourire carnassier se dessina sur les lèvres de Leï. L’étincelle glacée perdit de son ampleur. Elle restait là, douloureusement présente, cachée dans un recoin de son esprit et de son cœur, mais plus petite. Presque infime.

- Tu risque d’être surpris ! lui lança-t-elle.

Enfin, du mouvement. Un jeu. Sans se formaliser le moins du monde, elle s’élança vers un toit proche. A l’enchevêtrement pernicieux et étouffant des rues et ruelles, elle préférait la liberté et l’envol permis par les toits.
Sautant de toit en toit, sans un regard en arrière pour Nalyna, elle rit à son tour. Si Tael pensait l’énerver en se conduisant comme elle… Oh, eh bien, il avait des chances de réussir. Tout dépendait. Mais elle pouvait être très susceptible. Comme elle pouvait en rire.
Là, dans l’état dans lequel elle se trouvait… Elle risquait plus d’exploser de colère. Même si sa leçon tout récente marquait son esprit au fer rouge et l'incitait à la méfiance.

Elle était impatiente qu’il fasse complètement nuit. Parfois, elle se disait que les êtres révélaient leur véritable nature lorsque le soleil disparaissait. Lorsque les visages tombaient dans l’obscurité.
Elle était tout le temps elle. La nuit la rendait juste un peu plus mélancolique et agaçante.
Et avide de sang.
Malheur à celui qui croisait son chemin lorsque les ombres régnaient.

Elle pistait soigneusement Tael. Lorsqu’il quitta la ville, elle se résolut à saute de son toit. Elan, saut, courbe, plongeon. Elle se ramassa avec une roulade, se releva presque aussitôt et suivit l’assassin. Leï devina vite qu’il cherchait à s’éloigner, à être loin de la civilisation – si on pouvait la nommer ainsi.
Il n’a pas peur de laisser Nalyna seule ? Elle est complètement bourrée ! Enfin, ce n’est pas mon affaire.
La nuit commençait à battre dans ses veines et un sourire dansait sur ses lèvres. Pourquoi s’éloigner ? La tranquillité ? Discuter ? S’affronter ?
Que de surprises.
Se battre, j’espère.
Souhait un peu malsain. C’était un assassin, pas un ivrogne de base. Mais elle ressentait le besoin presque vital de se défouler, de nettoyer son esprit de l’étincelle glacée.

[Tu me tiltes si quelque chose va pas ^^]

_________________
Ressuscité par quelque obscur miracle, et perdant sa parure au passage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Talis d'Akeraï
Ange Bouquiniste
avatar

Messages : 314
Date d'inscription : 08/02/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 28
Signes particuliers: Il possède une cicatrice dans le dos assez voyante. Souvenir d

MessageSujet: Re: Tout peut se négocier [Terminé]   Ven 28 Juin 2013 - 13:51

Elle me suit. Je me doutais qu’elle le ferait rapidement. Je la sens joueuse, malgré tous ces airs colériques et calculateurs. C’était une femme avec le désir de s’éclater, comme n’importe qui. Un désir si simple, mais ardent, difficile à contrôlé. L’amusement, le rire, le jeu, tout ça fait du bien... Et je crois que je suis un peu prisonnier de cette envie, ce soir. L’envie de l’insouciance, de pouvoir m’épanouir un peu en respirant l’air tiède du soir. Mais…

Il ne pouvait pas se le permettre. Son métier, sa vie elle-même n’était que méfiance. Il n’avait pas été élevé dans l’optique de vivre une vie paisible. De vivre dans l’insouciance, se dire que tout allait bien ou que tout irait bien. Non… Sa propre vie n’était que cicatrice, blessure béante et vengeance. C’était le désir qui avait tous remplacé… Il ne restait plus de place pour le plaisir de jouer ou d’oublier sa mission…
Pouvait-il se le permettre le temps d’un soir ?

Taelon s’arrêta, au beau milieu d’un champ. Il ne savait pas pourquoi il s’arrêtait ici. Ils n’étaient pas très loin de la ville, mais suffisamment pour la laisser dormir, juste au cas où ils viendraient à s’envoyer les armes dessus.
Il eut un regard en arrière, se demandant si Nalyna serait toujours en sécurité là-haut. Vu qu’elle était profondément endormie, elle ne risquait pas de se réveiller avant le levé du jour. Il serait de retour d’ici là… Il l’espérait.

Taelon se tourna vers Leïna lorsqu’elle le retrouva. Et… Il fronça les sourcils, d’incompréhension. Pour la première fois depuis longtemps, il ne comprit pas pourquoi la personne en face de lui avait l’air si… Perplexe, ailleurs, perdue… Suite à sa question ? Vivre ou mourir ?
Il connaissait les conséquences des mots et il était assez intelligent pour les assumer pleinement. Mais il ne pensait pas qu’il rendrait Leïna si muette. Il l’avait réduit sous un silence de glace. Après l’avoir mieux observé, alors qu’elle approchait, il aperçut quelque chose de familier : Elle était enfouie dans ses souvenirs. Lesquels ? Il ne voulait pas vraiment le savoir malgré la curiosité, parce que n’importe quel souvenir, aussi sombre soit-il, ne rivalisait avec…
Non… Il ne voulait pas se rappeler.
Et il ne pouvait pas juger ainsi le souvenir des autres.

Il s’assit calmement dans l’herbe, continuant de regarder l’elfe… Quelque part, il avait un peu de culpabilité pour l’avoir mise dans cet état d’âme. Il la préférait limite comme avant, colérique ou calculatrice. Car il s’y trouvait des étincelles. Alors que maintenant, enfoui dans ses souvenirs l’air sombre, elle semblait absente. C’était… triste ? Oui. Et Taelon ne trouvait pas les choses tristes intéressantes. Elles freinaient l’existence.

- Tu m’as rattrapé, bravo, dit-il, restant assis.

Il était calme. Aucune moquerie apparente, pas de défi. Il était temps d’apprendre à mieux connaître ses adversaires… Pourquoi ne pas faire comme s’ils étaient deux apprentis d’un même maître. Absent visiblement… Le siens étant décédé, il ne savait pas si c’était aussi le cas pour Leïna.
Taelon aimait comprendre ce qui faisait. Et sa question lui avait peut-être un peu échappé.

- Tu sembles différente. T’aurais-je vexé ?, demanda-t-il attentif.

Comme dirait Delmontres : Ecoute un peu ce que tu dis. Tes mots ont plus d'impactes sur le monde que tout ce que tu pourras interpréter dans ta vie…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Tout peut se négocier [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Tout peut basculer, d'une minute à l'autre. [Luffy!]
» Tout peut arriver [Terminé]
» Tout peut porter à confusion... [Daven K. Drack]
» Tout nu à deux heures [Terminé]
» Et tout fut révélé. [terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Guildes d'Aranor :: Sur la Terre :: Royaume d'Akeraï-