C H A T



 

Partagez | 
 

 Petite réunion sous la ville d'Akeraï

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Talis d'Akeraï
Ange Bouquiniste
avatar

Messages : 314
Date d'inscription : 08/02/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 28
Signes particuliers: Il possède une cicatrice dans le dos assez voyante. Souvenir d

MessageSujet: Petite réunion sous la ville d'Akeraï   Sam 16 Mar 2013 - 18:35

    Akeraï...
    Comme un murmure dans le vent, un songe presque inaudible dans le brouhaha de la foule, cette ville s'imposait comme une des plus terribles qui soit. les délits, les vols, les cambriolages et les meurtres. Tous se produisaient à Akeraï, tous ce qui était hors la loi.
    Comme une lueur dans l'obscurité épaisse de ses rues, le soleil perçait difficilement les nuages, se couchant quelque part dans l'horizon... Et une silhouette profita de cette ombre pour accélérer son pas. Il se mit à courir et grimpa en quelques mouvements habiles sur des caisses pour atteindre le toit.


    Je peux aller bien plus vite et éviter toute cette foule, ce peuple innombrable qui supporte encore cette ville et leur roi. Je m'arrête soudain, observant la place centrale. La capuche sur la tête, et l'écharpe rouge sur mon visage, seuls mes yeux regardent, attentifs. C'est une fin de journée banale, à en croire les va et viens des gens. J'ai parfois l'impression de voir toujours la même chose... ça en devient lassant.
    Dans un soupire, je reprit ma course. Je parcours un bout de chemin sur les toits avant de redescendre dans le Quartier mal famé, là où la population diminue à vue d’œil. Je me faufile dans une ruelle, discret et rapide. Je tourne la tête, me méfiant de chaque bruit et mouvement. Personne ne doit me suivre...
    J'arrive devant une cache, dissimulé. J'ouvre et entre à l'intérieur, refermant derrière moi... Et veillant encore une fois que personne ne me suivait.

    Il marcha dans les souterrains... Le lieu où il fait bon de les connaître par coeur. Sinon, il se pourrait que vous vous perdez dans ces couloirs, qui pouvaient mener partout sous la ville. Taelon marcha calmement, prenant le chemin que son maître lui avait montré plusieurs fois.

    Je m'en souviens comme si c'était hier, encore... Alors qu'il me racontait des histoires pour me faire peur... Cela me fait sourire d'ailleurs, il me prenait pour un naïf et je me faisais une joie de lui prouver le contraire...
    J'étais loin d'être un simple gamin.

    Il commençait à connaître cet endroit par coeur, car il retrouva aisément la porte qui menait à une partie de la Guilde. Il entra et salua les quelques assassins qui s'entraînaient. Il n'avait pas le temps de discuter avec eux... Puis ce n'est pas comme s'ils se connaissaient vraiment. Tout le monde connaissait le nom de chacun mais les assassins n'avaient pas forcément le temps de connaître la vie de tous. Les contrats avant tout, hein ?

    Les contrats, les assassinats, les missions, tout ça passait avant le contact humain... Heureusement que la Guilde laisse ses gens faire connaissance plus tard. Même si personnellement je m'en fiche un peu...
    Je suis arrivé depuis peu de temps, j'ai encore mes preuves à faire aux yeux des autres. A ce qui paraît, une personne importante au sein de la Guilde aurait une mission pour qui voudra bien la prendre. J'ai saisi l'opportunité, ayant terminé les quelques contrats qui m'étaient assignés.
    Je m'arrête donc devant une porte ouvragée, là où on m'avait dit d'attendre...

    C'est les bras croisé, dos contre le mur que Taelon attendit. Il observa autour de lui et remarqua que les gens passaient, sans s'arrêter ici. Il fallait peut-être avoir une raison particulière pour rester devant cette porte. Il se demandait ce qu'il y avait derrière... Il sourit derrière son écharpe, imaginant la réaction de Gilroy face à cette curiosité insolente.
    Restes à ta place, lui aurait-il dit. Les choses viennent en temps et en heure. Tout ce que tu as à faire est te concentrer, être rapide, et frapper.
    Philosophie Delmontres.
    Taelon patienta calmement quelqu'un qui l'autoriserait à entrer dans cette pièce, ou simplement la personne qui a fait appel aux assassins, qui se fait désirer.
    Il n'avait encore jamais vue les personnes importantes de la Guilde. Cela lui donnera l'occasion de mettre un visage sur l'une d'entre elle, et lui permettra d'avoir un contact solide. Il n'y avait pas vraiment de chef dans cette Guilde, en tout cas de ce qu'il avait compris des dires... Personne ne savait qui il était. Par contre, on lui avait parlé d'un conseil, ceux qui décidait des faits les plus importants dans les agissements de la Guilde. C'était un peu comme si cette Guilde aimait rester dans le flou complet sur ses fondations. Difficile de s'intégrer lorsque l'endroit lui-même est rempli de secrets, mais cela ne dérangea pas plus que ça notre jeune assassin. Qui était tout aussi secret que toutes les personnes ici...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïna Liuwën
Voteur du mois
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 28/01/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari/Assassin
Âge: 76 ans (777)
Signes particuliers: Est surnommée Ange noir. Ses yeux sont tels du feu

MessageSujet: Re: Petite réunion sous la ville d'Akeraï   Lun 18 Mar 2013 - 22:54

La célèbre Akeraï, oui.
Haï et crainte. Sauf par ses habitants.
Ou du moins par certains d’entre eux. Ceux qui volaient, tuaient. Ceux qui préféraient l’ombre à la lumière.
Leï était déjà venue à Akeraï, avec son maître. Elle n’avait pas vraiment aimé cette ville, mais il était vitale de la connaître, elle et ses pièges, elle et ses méandres, comme il fallait connaître un minimum le chemin pour y aller.
Et puis, Akeraï était tout de même intéressante. C’était le seul endroit où l’on pouvait tuer quelqu’un sans avoir de problème, où l’on pouvait s’approvisionner en poisons et lames sans que personne ne s’étonne et appelle la garde dans la minute.
Quelques instants de tranquillités lorsqu’on est assassin et que l’on baisse la tête devant toutes les personnes que l’on croise, de peur de se faire repérer.
Ce n’était pas vraiment le genre de l’elfe. Mais c’était agréable quand même.

Elle franchit les portes en se fondant dans la foule. Oui, Akeraï est reposante, mais si elle est ici, c’est pour une bonne raison. Un assassin, ancienne connaissance de son maître, croisée au hasard d’une taverne, lui a parlé d’une mission intéressante, donnée par une personnalité importante de la guilde. L’occasion de se faire un nom.
Leïna quitta la masse des foules pour les ruelles plus calmes et plus dangereuses. Elle cherchait presque inconsciemment à s’amuser, à faire une rencontre. Elle rêvait que quelqu’un la provoque, pour le lui faire regretter.
Elle dédaigna les toits, bien que plus rapide, et entame une course légère entre les maisons à l’image de leurs occupants : usées, lasse, sans espoir, et prête à tout pour tenir debout, malgré leurs peu de moyens.

Elle s’arrêta devant une taverne miteuse blottie entre une bâtisse brûlée et abandonnée, et une cour de terre battue où sommeillaient des ivrognes. Le nom de la taverne, maladroitement écrit en lettres capitales sur la porte, s’était à moitié effacé sous le passage du temps.
Vint à l’Ange l’envie de boire un verre ou deux avant de reprendre sa route. Elle poussa la porte, décidée, et entra dans une petite salle poussiéreuse, pleine de tables et de chaises de vieux bois, de serveuses trop jeunes et d’ivrognes à moitié saouls. Quelques individus se détachaient sur cet ensemble, sinistres, surtout vêtus de sombre. Ils n’étaient que trois, et pas forcément des assassins.

Leïna sentit les regards se concentrer sur elle, sur ses cheveux et ses yeux brûlants, sa peau pâle, puis son armure de cuir, sa musculature fine, et pour finir ses armes. La majorité de la salle jugea plus prudent de retourner à son verre et de ne pas s’occuper de l’étrangère.
Qui avança jusqu’au bar, où un vieil homme aux cheveux grisonnants attendaient d’un air morose. Il jeta un œil mauvais aux armes de l’assassin mais se tut aussi, se contentant de lui servir le rhum qu’elle avait demandé.
La jeune femme s’accouda au bar et sirota son verre, rêveuse. Il y avait beaucoup de bruit dans la taverne, et à intervalles réguliers, une bagarre éclatait. Alors, deux hommes extrêmement musclés se levaient pour jeter les perturbateurs dehors. De toute évidence, ils étaient à la botte du tavernier.

Une dizaine de minutes et deux verres après, la jeune elfe, lasse d’attendre qu’on vienne la provoquer, sortit.
Et sourit.
Deux hommes, passablement ivres, attendaient. L’attendaient. Ils avaient sortit de grossiers poignards. L’alcool les faisait vaciller et leur donnait l’illusion d’être plus fort, et surtout séduisants.
L’éclat de rire incontrôlable de l’assassin les surprit. Quand ils comprirent qu’elle se moquait d’eux, ils grognèrent. Et, sans prendre la peine de vraiment réfléchir, ils se jetèrent en avant.
Le poing de Leïna cueillit le plus gros, un blond, sous le menton, un second l’atteignit au plexus. Sans attendre qu’il ait finit de s’effondrer, elle sortit son poignard et le planta jusqu’a la garde dans la gorge du roux, pour le ressortir avec violence.
Il n’y avait plus un bruit, dans la ruelle, à part celui de deux respirations. L’une, rendue hachée par la douleur, l’autre douce et profonde.
L’Ange jeta un œil méprisant au blond et finit le travail en lui enfonçant sa lame dans la nuque. Elle essuya son arme sur les vêtements du mort, et, sans prendre la peine de les fouiller, reprit sa course.

Quelques minutes plus tard, et elle était dans les souterrains d’Akeraï, puis dans la Guilde elle-même. Elle prit un visage impassible. Cet endroit… l’oppressait. Un assassin claustrophobe, franchement… On aura tout vu !
Mais son maître l’avait entraînée, et elle contint la panique qui la guettait toujours dans ces endroits-là.
Tu peux ressortir n’importe quand, tu peux ressortir n’importe quand…
Une litanie que son maître l’avait obligée de répéter, encore et encore, pendant des heures, alors qu’elle était enfermée dans une minuscule cage. Allongeant sans cesse le nombre d’heures qu’elle devait passer dans cet enfer sans issue. Au bout de 48 heures, il s’était déclaré satisfait.
Même s’ils savaient tous deux qu’elle paniquerait toujours moins lorsqu’elle savait qu’elle allait sortir de sa prison.

Serrant les dents, elle pressa le pas, sans prendre la peine de saluer les autres assassins. Elle était connue comme se fichant comme d’une guigne des membres de la guilde, et on lui fichait généralement la paix.
Enfin, l’Ange arriva devant la porte que lui avait indiquée l’ami de son maître. Une belle porte, à laquelle elle prêta peu d’attention. Quelqu’un était déjà là. Contre le mur, attendant.
Haussant un sourcil, elle se planta devant lui, le détaillant sans gêne. Il avait l’air jeune, la bouche recouverte d’une écharpe, la tête d’une capuche. Il était vêtu d’un étonnant mélange de métal, qu'elle reconnut comme elfique, et de tissu. Il portait aussi une cape.
Une cape… Bah. J’ai toujours trouvé ça inutile.

L’elfe cessa de le détailler et commença à attendre elle aussi, sans prendre la peine d’engager la conversation, appuyée, comme lui, au mur. Elle fut pris d'un doute qui l'a rongea de l'intérieur. Ces yeux lui disaient quelque chose, ce bleu terne qui virait souvent au gris... Elle se demanda fugitivement s’il attendait pour la même raison qu’elle.

_________________
Ressuscité par quelque obscur miracle, et perdant sa parure au passage.


Dernière édition par Leïna Liuwën le Mer 2 Oct 2013 - 12:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deryn Basalt
Dieu de l'Origine
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 29/11/2012

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humaine/Inconnue/Assassin
Âge: 33 ans
Signes particuliers: yeux blancs, moitié de l'œil droit rouge

MessageSujet: Re: Petite réunion sous la ville d'Akeraï   Dim 31 Mar 2013 - 14:40

Je revenais d'un voyage un peu plus au nord, qui m'avait conduit jusqu'à Quetaïn.
J'avais passé trois semaines là-bas. À chercher. Je m'étais donné pour consigne que personne, jamais, ne devait savoir ce que je cherchais ni même que je cherchais. Je fermai les yeux, me remémorant la visite que j'avais offert au "lieu de ma naissance" : une grève d'un sable noir, basaltique. Morne. Solitaire.

Je me mordis la lèvre.
Évidemment, que je n'avais rien trouvé là-bas.
Comme je n'avais rien trouvé en enquêtant discrètement dans la ville non loin de là, la première ville que j'avais rencontré. Et où on avait faillit faire de moi une esclave. Un fin sourire se dessina sur mes lèvres. Après tout, ce voyage s'était bien passé. Je ne remarquai même pas que j'évitais soigneusement de me rappeler ce que j'avais fait et vécu, un soir, à l'embouchure de l'embourbé. Je n'étais pas encore très sûre de ce qui s'était passé.

Je fronçai les sourcils, puis me détendis.
Et reposai les altères. Ce n'était pas en m'entraînant comme une dératée que j'allais changer quoi que ce soit à mes souvenirs. Mais il est vrai que cette idée me taraudait. Je me fichais de mourir demain ou non, seulement, je souhaitais faire quelque chose avant : savoir d'où je venais et ce que j'avais fait avant mes dix-sept ans.

Du coin de l’œil, je regardais chaque assassin arriver, passer, et repartir de cette salle.
En veillant à ce que personne n'entre dans mon cercle. Certains étaient là pour s'entraîner, d'autres non. Et je ne voyais pas l'intérêt d'accorder plus d'importance à l'un ou l'autre de ces assassins. Ils étaient plus intéressants que des personnes ordinaires, mais fallait-il pour autant leur accorder de l'attention, aller les voir, leur parler ? Une grimace tordit un instant mes lèvres pleines.

Avais-je envie de parler ?
J'aurais bien aimé revoir un de mes compagnons, pour parler avec eux, ou même pour partager un combat. Pour vérifier que cette nuit-là n'avait rien changé en moi. Que j'étais resté la même. Calme, efficace, impitoyable. Je ne souhaitais pas changer, pour rien au monde je ne l'aurais fait.

Oui mais voilà, mes compagnons n'étaient pas là.
Partis en missions, j'imagine. Ou à je-ne-sais quelle auberge exotique des environs. Un ricanement m'échappa, et je cherchai des yeux la sortie de la salle. Mes yeux se posèrent sur une silhouette, postée près de là où je prévoyais de sortir. Je penchai la tête sur le côté. Qui pouvait bien attendre là ? Mes méninges se crispèrent dans leur sursaut pour se souvenir. Ah, oui, c'est vrai, j'avais quelque chose à faire, dans cette salle, je crois.

Du genre, participer à une réunion du conseil, ou un truc du genre.

Mais... que fait ce gamin devant la porte, alors ?
Ça ne sert à rien qu'il attende, les conseils de discipline n'existent pas ici ; à la limite, les exécutions dans l'ombre, mais bon, c'est dur d'arriver à la fin d'un entraînement d'assassin, alors, on préfère éviter –sauf si l'assassin est un traître bien entendu. Un gloussement manqua de m'échapper. Je rabattis ma capuche sur mes yeux avant de me relever souplement de là où j'étais assise. Oui, oui, les Cinq devaient m'attendre. Ça n'en sera que plus drôle quand j'arriverai enfin, masque posé à la hâte, cheveux blonds dépassant de ma capuche et un léger duvet blond, mal rasé, me couvrant les joues...

J'étais une spécialiste du déguisement.
J'adorais cela, tout simplement.
Tromper mon monde.

Grand sourire.
Je ne me sentais chez moi qu'ici. Ces dédales, je les connaissais mieux que le fond de ma poche, je connaissais chaque passage secret, et aucune pierre ne m'était inconnue. J'avais eut le temps de les parcourir, avant que mon maître ne...

Je me coule dans un des passages secrets.
Je m'inflige claque mentale sur claque mentale tandis que le nom de mon maître résonne dans ma tête. Il va vraiment falloir que j'arrête de m'en vouloir, un jour. Sourire désabusé. Il faudrait, mais pour l'instant, je n'y arrivais pas. Je viens parfaire mon déguisement devant un miroir que je tire de ma sacoche, avant de poser mon masque sur mes traits.

Et de me couler jusqu'au mur du fond.

¤

Tous ont perçu ma présence silencieuse.
Bien peu ont eut le courage de me lancer un regard.
De toutes façons, personne ne peut me reconnaître. De loin en loin, mon cerveau capte et analyse les paroles qui sont dites lors de ce conseil. Missions à assigner, problèmes d'inondation dans certaines galeries –nos assassins savent nager, il me semble. Mais je m'ennuie tout de même. Ma tête est négligemment tournée vers le centre de la pièce. Je sais exactement qui sont chacun des membres du conseil, mais eux ne se connaissent pas entre eux ; et au fond, peu importe.

Tant mieux, même.
Ils pourraient tenter de me destituer, si c'était le cas et si ils pouvaient discuter ailleurs que dans cette salle. Cependant, j'en avais déjà surprit deux ou trois à discuter ensemble, dans les galeries. Qui sait, peut être ne se rendaient-ils même pas compte que... Un coup contre la porte. Très léger. Une mèche blonde tombe sur le front de mon masque lorsque je me tourne vers l'un des cinq, l'un des deux plus proche de la porte, la table étant en demi-cercle, dirigé vers la sortie –et moi contre le mur du fond, derrière eux, bras croisés.

– Deux assassins attendent derrière la porte. Un coup vient d'être porté au battant, peut être accidentellement, ou peut être veulent-ils rentrer. Vous pourriez aller vérifier.

Je vois le maître assassin se tendre.
Normal, quand on sait qui il est... Je penche légèrement la tête en arrière, attendant qu'il se décide. Mais il sait comme moi qu'il est à ma botte et qu'il peut dégager si je le désire –et qu'au moins deux des membres du conseil approuvent ma décision, ce qui ne serait pas difficile. Finalement, il se lève pour aboyer un « Entrez » à l'intention du battant, puis se rassoit. Je hoche lentement la tête, attendant que les deux jeunes fassent leur entrée.

_________________


Spoiler:
 

Présence en pointillés


Dernière édition par Deryn Basalt le Mer 23 Avr 2014 - 12:27, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Talis d'Akeraï
Ange Bouquiniste
avatar

Messages : 314
Date d'inscription : 08/02/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 28
Signes particuliers: Il possède une cicatrice dans le dos assez voyante. Souvenir d

MessageSujet: Re: Petite réunion sous la ville d'Akeraï   Dim 14 Avr 2013 - 21:36

Taelon attendit... Il observait les détails de cet endroit. Les murs et leurs recoins, les gens qui passaient sans faire attention à lui, les rats qui allaient et venaient naturellement...
Puis il soupira un peu...


J'ai horreur d'attendre...

Il se sentait un peu inutile, et vulnérable. Ce sentiment de fragilité le mettait mal à l'aise. Comme si la guilde était assez grande pour cacher dans les ombres des choses susceptibles de le tuer à tout moment. En même temps n'était-il pas dans l'endroit le plus dangereux d'Akeraï au milieu d'assassins, penserait un simple d'esprit ? Non... Au contraire. C'était un des endroit les plus sécurisés qui existent. Le fait justement qu'ils s'y trouvent des centaines voir bien plus d'assassins dans la guilde rendait l'endroit impossible à capturer ou à prendre en assaut sans s'en mordre les doigts. La plupart des bonhommes et bonne femmes ici portaient quatre paires de couteaux, des lames, des dagues, des arbalètes de points et dieu sait quoi d'autre...

Non... C'était ce sentiment d'être engloutis dans la pénombre qui le rendait si peu enclin à croire qu'il était en sécurité. Lui personnellement... Il ne faisait confiance à personne pour le moment et avait horreur de ne pas savoir ce qui l'attendait derrière cette porte.

Tient... Une personne approche... Une femme. On dirait une elfe.

Taelon plissa les yeux pour mieux voir, ne bougeant pas, toujours les bras croisés. Il crut reconnaître cette personne, mais fit mine du contraire. Ici, personne ne connait personne... C'était mieux ainsi.

Vient-elle aussi pour une mission ? Pourquoi je me retrouve avec elle... Par pur hasard ?...

Il ne retira pas son écharpe, ni sa capuche... Elle l'avait pas invité à le faire, ayant juste planté son regard dans ceux gris du jeune. Il ne savait que trop penser des elfes, encore moins de ceux qui étaient des assassins. C'était peu... peu habituel. Peu habituel de voir des elfes et encore plus d'en voir de si flippant.
Mais ?! Mais il se souvenait parfaitement d'elle ! Taelon ne laissa rien paraître, la suivant du regard alors qu'elle se mit contre le mur, à côté de lui. Il regarda à nouveau devant lui pour ne pas attirer son attention, fouillant dans sa mémoire.

Un combat dans une pleine. Leïna... C'est elle. Il en est certain.

Un bruit s'entendit de derrière cette fameuse porte. Il entendit un homme aboyer "entrez" comme s'il était contrarié de le faire. Taelon leva la tête vers l'elfe aux cheveux de feu et passa à côté d'elle pour ouvrir la porte.


J'ai assez attendu... Gilroy m'aurait sans doute reprocher de l'avoir fait. Mais je ne rentre pas comme cela sans y avoir été invité. Nalyna m'a assez assommé avec ses leçons de ...

Comment elle appelait cela déjà ? Politesse ? ... C'était un mot qui sonnait comme une claque sur les fesses.
Taelon entra et avança vers le centre de la pièce. Normal, sombre,... un peu comme tous les recoins de la Guilde. Quatre personnes attendaient, assises, la cinquième debout. Ils cessèrent de discuter lorsqu'il entra. Il devina leurs regards sur lui, fixant chaque mouvement qu'il pouvait faire. Il resta donc tranquille, attendant qu'on l'invite à s'assoir... Il n'arrivait pas à savoir s'il avait des femmes ou des hommes devant lui... Le sixième assassin revint vers eux, passant proche de Taelon. Celui là était un homme, vue la voix qu'il avait prise à l'instant et sa carrure parlait bien également. Même chez Taelon on pourrait croire que c'est une femme lorsque cet espèce de baraqué se planta devant lui. Le jeune assassin leva les yeux... même si on ne pouvait que le deviner.

- T'es quoi exactement, petit ? Tu m'as l'air mince et un peu chétif pour un assassin.

Ah ouais ? Gilroy Delmontres se serait-il fourvoyé en entraînant Taelon ? Avait-il réellement vue seulement son côté physique pour lui donner l'honneur d'être éduquer dans les arts du meurtre ?
- T'es quoi exactement, toi ?, rétorqua calmement l'assassin. Tu es tellement grand que je pourrais arriver dans ton dos et t'en planter une.

Le vieil assassin poussa un rire tonitruant.
- Tu l'ouvres bien dis moi... -Il prit Tael par le col d'un geste vif à lequel le jeune ne s'y attendait pas du tout. Pas aussi vite en tout cas... L'assassin enleva légèrement l'écharpe- Hmmm ton visage me dit quelque chose, petit... En tout cas, ça serait dommage qye j'écorche ça, si tu ne fermes pas ta grande gueule.
- ...
- Tu ne dis plus rien d'un coup... Tu as déjà tout donné ?

Taelon tentait de garder le même calme, malgré la légère irritation qui grimpait en lui. Il abattit son bras sur celui du Maître pour qu'il le lâche et fit un pas de recule. Il ne bougea pas pendant de longues secondes, s'attendant à se recevoir une dague en plein cœur.
- Petite merde ! Tu n'essayes pas de te défendre ?

Le jeune de répondit pas à ces provocations. Gilroy lui avait bien mis en garde sur les "Cinq" ... Les cinq maîtres assassins. Comme il en compte six, il supposa que le dernier était soit le plus important, soit un nouveau grand maître... Alors oui, il préféra se la boucler, étant largement inférieur à eux.
- Très bien. J'aime savoir que les assassins qui arrivent dans notre guilde ont une cervelle et savent réfléchir.

Sur ses mots, il retourna s'assoir, ignorant le jeune pendant tout le reste du temps...
Taelon ne savait pas trop quoi répondre, ni quoi faire. Il posa ses yeux sur l’assassin en retrait, qui lui semblait comme différent. Un pressentiment, une aura qui s'y dégageait ? Aucune idée... Il avait l'air d'un simple garde. Mais le jeune n'allait pas vérifier s'il était un maître ou un second et s'attirer davantage les foudres chez les Cinq. Alors il resta tranquille...

_________________


Dernière édition par Taelon d'Akeraï le Mer 2 Oct 2013 - 12:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïna Liuwën
Voteur du mois
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 28/01/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari/Assassin
Âge: 76 ans (777)
Signes particuliers: Est surnommée Ange noir. Ses yeux sont tels du feu

MessageSujet: Re: Petite réunion sous la ville d'Akeraï   Sam 27 Avr 2013 - 0:23

[Désolée, court et médiocre, j'ai aucune inspiration]

L’attente.
Tellement ennuyeuse, et bien souvent nécessaire.
L’attente peut être longue et stressante comme courte et reposante. Car lorsqu’on attend, il ne se passe rien. Pas de lame, pas de cris, de souffrances. Presque du repos.
La main de Leï se posa distraitement sur le pommeau de son poignard, le faisant glisser de son fourreau, pour la rentrer après. Aucun bruit dans ce mouvement. Elle jeta un coup d’œil à l’autre assassin. Il lui rappelait quelqu’un. Elle haussa les épaules et se désintéressa de lui.

Un « entrez » contrarié ce fit entendre de derrière la porte, tirant l’elfe de ses songeries. Elle se redressa et vit l’assassin pousser la porte. Ses sourcils se froncèrent mais elle le suivit, lâchant son arme.
Une pièce. Sombre. Six personnes, dont une debout.
Ils ont l’air important…
Leï resta derrière l’autre assassin, un peu en retrait. Son regard flamboyant fit rapidement le tour de la salle.
Y a un truc qui ne va pas. L’ami de mon maître se serait-il trompé ?
Un des six – celui qui leur avait dit d’entrer ? – s’approcha de l’assassin qui attendait avec elle. S’ensuivit une joute verbale qu’elle suivit avec intérêt, sans faire mine d’y participer.
Il est fou de lui répondre de cette manière…
L’Ange croisa les bras.

- Très bien. J'aime savoir que les assassins qui arrivent dans notre guilde ont une cervelle et savent réfléchir.

Elle haussa un sourcil moqueur, sans piper mot. Elle était bien trop fière pour risquer son orgueil contre ces Maîtres. Ses yeux se levèrent vers le plafond, semblant l’admirer, pour éviter de croiser le regard de celui qui s’était emporté. Puis ils se posèrent, railleurs, sur le dos de l’autre assassin.
Elle entendit une moquerie, venant du Maître, sur son statut d’elfe, mais n’y prêta pas la moindre attention.

_________________
Ressuscité par quelque obscur miracle, et perdant sa parure au passage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deryn Basalt
Dieu de l'Origine
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 29/11/2012

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humaine/Inconnue/Assassin
Âge: 33 ans
Signes particuliers: yeux blancs, moitié de l'œil droit rouge

MessageSujet: Re: Petite réunion sous la ville d'Akeraï   Dim 28 Avr 2013 - 12:41

Cela a duré une heure.
Oui, pendant une heure, ces cinq imbéciles ont –bien malgré eux– parfaitement joué leur rôle. Ils les ont tout simplement emmerdés, ces deux jeunes assassins. "Ah oui, nous avons un certain type de mission qui aurait pu faire l'affaire, si vous n'aviez l'un comme l'autre été tant manqué d'expérience en le domaine... Ah et, cette mission aussi... sauf qu'il vous aurait fallu être mieux équipés... mieux organisés... mieux expérimentés..." et gnagnagna et gnagnagna. Je n'ai bientôt même plus pu retenir le sourire qui embarrassait les coins de mes lèvres.

Au bout de cette heure-là, je me suis dite que j'allais les perdre si je ne faisais rien.
J'ai lâché un bref
« Sortez. ». Dans la salle, il y a eut un moment de flottement. Je n'avais pas élevé le ton, ma voix n'était pas aussi grave qu'elle aurait pu l'être, non, j'ai simplement dit un mot, et les cinq, après un moment de surprise, déboussolés, se sont levés avec réticence. J'observais les deux jeunes assassins, qui s'apprêtaient eux aussi à sortir. « Vous deux, restez ici. »

L'altercation qui avait opposé l'un des Cinq et l'assassin m'avait paru pour le moins... de trop. Et m'avait quelque peu énervée. Comment dire... il n'aurait pas dû avoir à se lever. Si il n'était pas capable de se faire respecter sans avoir besoin de menaces ou d'avancer sa carrure pour ce faire, cette épreuve de force était tout simplement puérile, indigne d'un membre du cercle. Je me promis d'avoir une discussion avec lui, plus tard.

Puis le dernier des Cinq est repartit d'où il était venu, dans un silence parfait.
Aucun n'était partit par la porte principale, et pas un n'avait prit le même passage qu'un autre. Nous ne fûmes bientôt plus que trois, une femme, un homme et une elfe. Mais aucune importance, j'aurais tout aussi bien pu dire deux femmes et un homme, ou trois assassins, tout simplement. Humain, nain, orc ou elfe, homme ou femme. Tant qu'ils étaient efficaces, silencieux, patients et qu'ils pouvaient tuer sans hésitation, remords ni semblant de conscience, ils étaient tous égaux à mes yeux. Parfaits. Je restai silencieuse quelques instants, testant leur patience tout en les observant minutieusement.

Je connaissais tout de mes assassins, ou presque.
Lorsqu'un apprenti entre dans la Guilde, ou qu'un maître pense qu'il va prendre une certaine personne pour apprenti, la Guilde, souvent le maître en personne –mais pas toujours–, fait une longue enquête, très approfondie, sur son passé. Je savais pourtant que Sen ne l'avait jamais fait pour moi. Et je ne comprenais pas pourquoi. Certes, je lui avais fait le récit tout ce que j'avais vécu depuis mes dix-sept ans, mais de là à me croire sur parole...

C'était là un mystère parmi d'autres que j'aurais beaucoup aimé résoudre.
J'avais d'ailleurs prévu de partir, une fois que... C'est alors que mon regard se reposa sur les deux assassins debout devant les tables désertées. Combien de temps avait-il pu passer ? Pas plus d'un quart d'heure, je dirais, sinon, il y aurait eut des flammes plus dures que cela dans leurs yeux, et peut être un franc malaise entre eux deux ou entre eux et moi. Il n'y avait rien de tout cela.

J'ai finalement esquissé un geste –chose que je n'avais pas fait depuis plusieurs heures.
Mon coude, ainsi que mes rotules, se sont déverrouillées avec un craquement sourd que j'espère avoir été la seule à entendre. Ils sont parfaitement huilés, ne vous en faites pas, c'est simplement qu'ils reviennent d'un entraînement intensif, et de plusieurs heures d'immobilité. Je savais très bien que je ne devrais pas faire subir cela à mon corps, mais c'était en quelque sorte plus fort que moi. Tester mes limites. Les repousser.

Et à chaque fois, en une poignée d'heures, je me retrouvais en parfaite santé.
Chose qui n'arrivait pas, je m'en étais rendue compte, à la majeur partie de l'espèce humaine. Chose qui avait fait froncer les sourcils mon maître, et qui ne manquait pas de m'intriguer. Alors je continuais de chercher mes limites, avec des épreuves toujours plus dangereuses, casse-cou. J'étais en réalité resté une enfant sur ce point-là. Et cela m'allait très bien comme ça.

J'ai commencé par déambuler dans le fond de la salle, comme si je réfléchissais.
Puis je me suis retournée vers eux. Je savais qui ils étaient. Mais je ne savais pas si ils pourraient être exemplaires dans ce que je souhaitais leur demander. Tant pis, j'aimais prendre des risques. J'ai ôté mon masque, puis la perruque blonde que j'avais posé sur mes mèches rousses, qui ont dégringolé autour de mon visage. J'ai reporté mon regard sur mes deux invités, amusée.

– Ils sont énervants, non ? Je n'en pouvais plus ! ai-je largement sourit.

J'ai prit appuis sur une chaise et ai bondit, pour me retrouver sur une des tables, sur laquelle je me suis tranquillement assise.

– Vous avez le droit de prendre des chaises, si vous voulez. (pause) Dites, vous êtes bien venus ici pour une mission ? Contrairement à ces imbéciles, moi, j'en ai une pour vous. Plusieurs même.

J'ai laissé filer un temps, les regardant dans les yeux à tour de rôle.

– Mais avant, j'ai besoin de connaître l'image que vous avez de la Guilde, de cet endroit. Vous sentez-vous très proche de votre Guilde, ou préférez-vous avoir votre propre clientèle à l'extérieur de ces murs, et ne venir ici que pour dormir ou en cas d'extrême nécessité ?

Un dernier sourire charmant, et j'ai penché la tête sur le côté pour entendre leur réponse.

_________________


Spoiler:
 

Présence en pointillés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Talis d'Akeraï
Ange Bouquiniste
avatar

Messages : 314
Date d'inscription : 08/02/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 28
Signes particuliers: Il possède une cicatrice dans le dos assez voyante. Souvenir d

MessageSujet: Re: Petite réunion sous la ville d'Akeraï   Dim 5 Mai 2013 - 14:17


    Le silence revint dans la salle, après l’altercation avec le Maître assassin. Même l’elfe aux cheveux de feu n’avait pipé mot tout du long et semblait observait l’endroit où ils se trouvaient. Taelon prit le temps de regarder à son tour…

    C’est si sombre qu’on croirait que les ombres eux même sont parmi les vivants, j’en ai des frissons dans le dos… Gilroy m’avait prévenu qu’il me faudra du temps pour me familiariser avec elles. Comme si la pénombre était un être vivant, une alliée de fortune, celle qui n’arrive qu’une fois et qui repart aussitôt à l’aurore. Celle qui pouvait nous camoufler et nous rendre quasi invisible à l’œil nu, suffisamment longtemps pour nous laisser le temps de frapper. Toujours avec propreté, disait Gilroy, nous ne sommes pas des bouchés. Un assassin sait se faire craindre par son talent et sa finesse de couper pile poil dans le creux du cou avec le tranchant de la lame. Que l’on nettoie après sur le cadavre, évidemment…
    Tsss… Il me faisait rire peut-être mais je le trouvais trop… Je ne sais pas. Peut-être trop plaisantin et un peu rêveur. Pour devenir un bon assassin, il ne faut pas rêver…

    Mais de là à ne pas connaître la joie ? Ne jamais rire, ne pas avoir d’alliés, de « compagnons » ? Pourquoi notre jeune assassin se posait parfois ces questions qui pouvaient paraître stupides ? Simplement parce qu’il se sentait encore menacé par les ombres de cet endroit, peu familiarisé alors qu’il devait l’être, comme lui avait enseigné son maître. Décédé bien trop tôt, peut-être ? Non. Taelon avait beaucoup appris auprès de lui. Suffisamment. Et il apprenait encore, et très vite. C’était un atout que Delmontres avait repéré chez ce petit. La capacité à mémoriser, de comprendre rapidement, et de reproduire, presque parfaitement. Il n’eut pas le temps de tous enseigner au jeune. Ce dernier avait été accepté dans la Guilde plus par chance et parce qu’il avait commencé à faire ses preuves. Mais il était loin du compte. Très loin…
    Il s’en rendait compte.



    « Sortez »

    Qui a parlé ?

    Taelon leva les yeux, étonné, vers la personne dans le fond. Jusqu’à maintenant debout, il s’était mis à parler. Cette voix, loin d’être violente ou autoritaire comme on aurait pu s’y attendre avec un tel ordre, avait suscité le trouble parmi les cinq. Qui sortirent, sans rien dire… Sous le regard des deux jeunes assassins.
    Taelon posa ses yeux un instant sur la personne qui avait émis l’ordre, et suivit les maîtres.


    « Vous deux, restez ici »

    Le jeune assassin s’arrêta. Il essaya de voir le visage de cette personne, alors que les maîtres disparurent dans leurs dos. Il ne fit pas attention si Leïna était restée, il ne prit pas la peine de regardant se doutant bien qu’elle avait également obéit comme lui. La question resta en suspend dans sa tête : Qui a parlé ?

    Qui est cette personne ?
    Gilroy m’a dit qu’il y avait des personnalités importantes au sein de la Guilde. Je dois être prudent…

    Mais quelque chose lui disait qu’il n’avait pas en face une personne qui allait lui faire directement du mal, sauf s’il faisait une erreur. L’erreur de sa vie…
    La personne ne bougea pas pendant quelques minutes. La patience de Taelon fonctionnait par moment mais pas toujours. Aussi étrange que cela puisse paraître, le jeune homme attendit, calme et silencieux, debout et immobile. Regardant droit devant lui, fixant cette personne que cinq maîtres assassins avaient écoutée, obéissant à son ordre, comme si elle était une entité supérieure de la Guilde. Elle se mit à se déplacer dans la pièce, pensive peut-être. Elle s’arrêta et les regarda. Sous le regard surpris de Taelon, une jeune femme montra son visage.


    Une femme ?! Hmmm… Elle semble bien placée pour avoir renvoyé si facilement les maîtres. Je me demande si Gilroy voulait me mettre en garde contre cette personne ou une personne comme elle… Qui sait.

    Son maître était mort. Il était seul et ne pouvait que compter sur lui-même pour acquérir ces informations. Elle fit remarquer son agacement face à ces « énervants » assassins. C’était vrai qu’ils n’avaient pas l’air marrant, mais ils n’étaient pas là pour faire une partie de poker en déconnant si ?

    Qui était donc cette personne, qui se permettait de rire dans leurs dos sans avoir peur, semble-t-il, des représailles ? Elle était à l’aise, complètement. Sûr d’elle, confiante comme intouchable et qu’elle avait tous les droits. Cette salle paraissait bien fermée, elle se permettait peut-être de parler ainsi car personnes ne pouvaient entendre. Ils étaient entre eux.
    Elle les autorisa à prendre des chaises, s’ils le voulaient. Taelon se demandait si c’était une intention à les inviter de s’assoir, ou un ordre de poser leurs fesses sur ces chaises. C’était une nuance non négligeable.


    Pfff… Je me prends la tête pour rien. Ces ombres dans les murs sont vraiment bizarre et me déconcentre. Si « nous sommes venus pour une mission » ?

    Taelon acquiesça. Il était bien venu pour cela, et il espérait qu’il ne s’était pas trompé de porte. Après tout, la Guilde n’était pas aussi petite. Pas si grande tout de même, mais il s’y trouvait beaucoup de portes, et diverses personnes à l’intérieur. Il aurait pu se tromper aisément, étant nouveau.
    - Contrairement à ces imbéciles, moi, j'en ai une pour vous. Plusieurs même -Taelon leva des yeux intrigués vers elle- Mais avant, j'ai besoin de connaître l'image que vous avez de la Guilde, de cet endroit. Vous sentez-vous très proche de votre Guilde, ou préférez-vous avoir votre propre clientèle à l'extérieur de ces murs, et ne venir ici que pour dormir ou en cas d'extrême nécessité ?

    Son sourire était charmant mais l’âme, qui s’y dissimulait, était intelligente et sa question pleine de sens. Elle voulait mieux les connaître, bien mieux, savoir s’ils étaient dignes de confiance… Paradoxe chez les assassins, est-ce que l’on pouvait se faire réellement confiance l’un à l’autre ?
    Et bien, oui. Bizarrement, le jeune pensait que oui. Ils étaient tous entraînés dans le même but : servir la Guilde, suivre son enseignement, et la protéger quoi qu’il arrive. La servir jusqu’à la mort s’il le fallait. Gilroy avait passé sa vie à la servir, et il était mort en tant qu’assassin. Pas de retraire pour nous mon petit, sauf dans la mort…


    Paix à ton âme, maître. Et pitié pour la mienne misérable, car je suis incapable de répondre à cette question pourtant si simple…

    Taelon prit le temps de bien réfléchir. Chacun de ses mots seront décisifs dans sa réponse. Il se disait que son avenir, sa propre vie était en jeu. Hors il ne devait pas échouer, ni mourir, pas maintenant. Il ne pouvait pas… Pas sans l’avoir tué.
    Taelon abaissa davantage l’écharpe rouge que le maître assassin avait commencé à retirer, pour mieux parler, yeux dans les yeux affrontant la jeune femme.

    - Cet endroit m’a accueillit ici alors que je n’étais qu’un enfant. Mon maître m’a enseigné tout ce qu’il fallait pour être un bon assassin au service de la Guilde. Après sa mort, j’ai décidé de ne servir qu’elle, jusqu’à ma mort, ainsi que la seule cliente qui vaut et me donne bien plus que les autres à mes yeux. Elle garde toute mon attention.

    Son regard se durcit un peu, contre sa volonté. Il se reprit instantanément, essayant de garder une impassibilité. Son calme par contre était brisé, car un feu intérieur brûler en lui, le rongeant tel un poison qui grignotait son âme. La vengeance, l’envie de meurtre sur une unique personne. Il voulait le faire pour elle, Nalyna. Et même si cette cliente n’avait pas vraiment conscience de ce qui se tramait, il allait le faire. Il allait tuer l’homme qu’il cherchait depuis de longues années.
    Taelon posa ses yeux sombres dans ceux blancs, avec un léger rouge à droite, de leur interlocutrice. Pourquoi cette question l’obsédait… : Qui était-elle…
    Mais est-ce que cela était-il si important ? Et pourtant, il aimerait tellement le savoir.

_________________


Dernière édition par Taelon d'Akeraï le Mer 2 Oct 2013 - 12:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïna Liuwën
Voteur du mois
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 28/01/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari/Assassin
Âge: 76 ans (777)
Signes particuliers: Est surnommée Ange noir. Ses yeux sont tels du feu

MessageSujet: Re: Petite réunion sous la ville d'Akeraï   Sam 11 Mai 2013 - 20:38

Ennui.
Profond.
Ces inutiles de maîtres assassins palabrèrent pendant… un temps indéfinissable. Un temps trop long. Leï ne prenait même pas la peine de les écouter, concentrée sur le rythme de plus en plus précipité de son cœur.
Veillant à ce que sa respiration soit toujours lente. Calme. Profonde.
Et son visage, lisse de toute émotion.
Elle envia le masque de l’autre assassin, celle restée à l’écart.
La désagréable et angoissante impression que les murs se refermaient sur elle s’accentuait, lui faisant croire qu’elle ne pourrait jamais partir de cet enfer souterrain.

Et, soudain, l’assassin resté à l’écart lança un laconique « Sortez », d’une voix qui, sans être élevée, ne laissait pas la possibilité d'objecter. Sans doute quelqu’un qui n’avait pas l’habitude de se voir dire « Non ».
Leï leva vivement la tête. Quand les assassins avaient commencés à pérorer, elle s’était appuyée contre un mur, pour plus de confort.
Un instant d’hésitation… Et les cinq maîtres se levèrent. La jeune elfe se redressa aussi, songeant que l’ordre s’appliquait sans nul doute à elle aussi.
Ou pas.
L’assassin au masque regarda l’elfe et l’autre, là – il lui disait quelque chose, mais elle n’avait pas le temps ni l’envie d’y réfléchir. « Vous deux, restez ici. »

Leï haussa un sourcil interrogateur et laissa un sourire cynique effleurer ses lèvres en observant les Maîtres Assassins sortir de la salle sans le moindre bruit et par différents passages. Puis son sourire disparut à la vitesse de l’éclair et elle se tourna vers l’assassin masqué.
Ce dernier resta silencieux un long moment, peut-être pour mettre leurs nerfs à l’épreuve. Leïna s’adossa de nouveau au mur, yeux mi-clos et bras croisés. De légères vagues de paniques l’envahissaient parfois, avant de refluer, sous la phrase qui tournait sans cesse dans sa tête, qu’elle scandait intérieurement.
Je peux sortir quand je veux…

Enfin, l’angoisse reflua. Son cœur s’apaisa et elle rouvrit les yeux pour détailler l’Assassin. Le temps filait, et elle commençait à s’impatienter. Elle était pressée de retourner à la surface. Elle s’empêcha néanmoins de manifester le moindre signe d’énervement. Pour que les maîtres assassins soient sortis sans protester, la dernière devait être très importante.

Enfin, l’assassin bougea. Il erra dans la salle, l’air pensif. Puis il se tourna vers les deux autres, qui attendaient toujours. Il enleva son masque et sa perruque, révélant son visage de femme, sa chevelure de feu, semblable à celle de Leïna, et ses yeux troublants, quoique magnifiques.

– Ils sont énervants, non ? Je n'en pouvais plus ! fit-elle dans un sourire.

La commissure des lèvres de l’Ange se leva un peu.
Oui, sans aucun doute, très, très importante.
La femme s’assit sur une des tables.

– Vous avez le droit de prendre des chaises, si vous voulez.

Le droit ? Est-ce une proposition… ou un ordre ? Je n’aime pas cette nuance.
Leï retourna une chaise et s’y assit, appuyant ses bras sur le dossier, l’air décontracté.

– Dites, vous êtes bien venus ici pour une mission ? Contrairement à ces imbéciles, moi, j'en ai une pour vous. Plusieurs même.

L’Ange se redressa un peu, intéressée. Enfin, on abordait l’essentiel. Elle avait perdu un temps fou avec ces bêtises. Bon, un temps probablement employé à boire dans une taverne, écouter les rumeurs – autrement dit chasser les contrats – ou se balader, mais quand même.
La femme nous regarda.

– Mais avant, j'ai besoin de connaître l'image que vous avez de la Guilde, de cet endroit. Vous sentez-vous très proche de votre Guilde, ou préférez-vous avoir votre propre clientèle à l'extérieur de ces murs, et ne venir ici que pour dormir ou en cas d'extrême nécessité ?

L’Ange étira doucement ses bras.
Allons bon…
Elle soupesa d’abord ses mots. Elle ne voulait pas hésiter, elle ne voulait pas qu’on lui demande des précisions. Et, surtout, elle devait être sincère. Cette femme sentait sûrement lorsqu’on lui mentait.
Le temps qu’elle réfléchisse à sa réponse et l’autre assassin l’avait devancée. Assassin qu’elle avait d’ailleurs presque oublié.
Elle jeta un œil à son visage tandis qu’il baissait son écharpe.
Voilà quelqu’un bien attaché à cette Guilde… Mais... Oh merde.
Elle se mordit la joue en s'efforçant de conserver un visage impassible.
Salut, Tael... Si j'avais su que tu viendrais par ici, j'aurais probablement fait demi-tour. Combien de chances y avait-il pour qu'on se retrouve ici, hein ?
Indécise, elle décida de l'ignorer au mieux.

Leï ne s’était jamais vraiment demandé ce que représentait la guilde pour elle. Elle avait été pirate, puis mercenaire, et celui qui allait devenir son maître était venu la trouver. Si elle avait accepté de le suivre, c’était seulement pour la possibilité de s’améliorer, puis s’enrichir. Et aussi un peu celle de voyager.
Et aussi parce que plus on connait de gens, plus une chasse est facile.

– Je n’apprécie pas cet endroit plus que ça. En fait, je n’aime pas tout ce qui est souterrain. Je ne viens ici que par nécessité. L’image que j’ai de la Guilde… elle n’est pour moi qu’un moyen, pas un but.

_________________
Ressuscité par quelque obscur miracle, et perdant sa parure au passage.


Dernière édition par Leïna Liuwën le Mer 2 Oct 2013 - 12:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deryn Basalt
Dieu de l'Origine
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 29/11/2012

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humaine/Inconnue/Assassin
Âge: 33 ans
Signes particuliers: yeux blancs, moitié de l'œil droit rouge

MessageSujet: Re: Petite réunion sous la ville d'Akeraï   Dim 1 Sep 2013 - 22:14

Je les écoutai attentivement, l'un puis l'autre.
Je notai les micro-émotions qui passaient sur les traits fixes des deux assassins, mais aussi leurs tics, leurs hésitations, analysant leurs nerfs, leurs faiblesses dans leurs paroles, les mots employés inconsciemment, tout ce qui pouvait me renseigner sur leurs dires. Savoir lire entre les lignes était essentiel dans ce métier. Autant que de savoir détecter un mensonge. Et même pour les plus doués, il était impossible de cacher une micro-expression. Après, savoir les détecter était une autre histoire...

Puis ils eurent finis de parler, et ce fut la fin de mon analyse.
Et ni l'un ni l'autre n'avaient menti... c'était une première, chez les assassins ! Ils étaient aussi intéressants l'un que l'autre. L'un très dévoué, selon ses dires, et l'autre très libre mais très honnête. Je souris en réfléchissant aux mots qu'elle avait employés... "Un moyen, pas un but." Je souris doucement : c'était exactement cela. Et quel belle preuve d'esprit.

– Bien, très bien, souris-je largement. Ça n'est pas mal, pour commencer, que vous ne mentiez ni l'un ni l'autre ; c'est déjà en soi une preuve de confiance. (nouveau sourire, légère pause) Sachez en outre que si vous faîtes confiance à la guilde, elle vous le rendra. Quel que soit votre but : devenir riche ou avoir les mains vermeil... ou bien les deux.

Je leur souris, mais je repris bientôt, car je n'avais pas terminé de leur expliquer pourquoi ils étaient ici.

– Je sors de l'ombre aujourd'hui, juste pour vous deux, car j'ai décidé de former un nouveau groupe d'assassins. Un groupe auquel je compte enseigner des techniques basées sur une magie ancienne, dont vous ne trouverez les maîtres nulle part ailleurs... Celle du feu. Elle appartenait aux assassins et guerriers d'Akeraï des temps anciens, mais elle s'est perdue. (Je plantai mon regard dans les leurs.) Mon souhait est de raviver les braises et de faire de ceux d'entre vous qui le voudrons –et le pourrons– l'élite de notre guilde, fis-je sur un ton beaucoup plus sérieux. Vous serez par contre tenus au secret le plus absolu en ce qui concerna les techniques, mais également en ce qui concernera le groupe, son nom, ses membres, jusqu'à son existence. Cela dit, le mythe naîtra tout de même, et votre nom murmuré hantera les couloirs de la Guilde.

Un immense sourire, presque carnassier, comme un éclat de lame dans les ombres.
Un léger temps s'écoule, je les vois pendus à mes lèvres...

– Les Assa'Sinhs.

Un temps un peu plus long s'écoule. Une pause digne d'un conteur...
Si en leur expliquant cela, je prend le risque de passer pour une illuminée, cela ne me fait ni chaud ni froid. Je plante mon regard dissymétrique dans les leurs, appuyant les paroles qui vont suivre.

– Outre les avantages qui en découleront, armes de qualité et techniques... enflammées, je m'assurerai que les missions intéressantes ne manquent jamais ; et je suis prête à passer énormément de temps à vous formez, si c'est pour les résultats que j'attends. Dernier avantage : ici, c'est moi qui commande, comme vous avez pu le constater. Ceux qui serviront parfaitement la Guilde ne pourront donc que s'en féliciter.

Sourire mi-figue, mi-raisin ; phrase en suspend, sous-entendus à peine voilés.
Je me rendais compte que je prenais un risque en leur dévoilant tout cela. Si jamais ils disaient non, j'étais quitte à une chasse aux assassins pour les choper tous les deux avant qu'ils n'aient eut le temps de marchander quelque information que ce soit, puis chasse aux témoins, et avoir recourt au magicien de la cour pour un effacement partiel de mémoire. Il y avait beaucoup de facteurs qui pouvaient aller de travers, avec un tel plan B... C'était finalement beaucoup risquer, quand même, pour seulement deux assassins, mais il fallait bien commencer quelque part, et ces deux-là étaient dans les premiers de ma liste.

Et il n'y avait aucunes raisons pour qu'ils refusent...
J'avais déjà fait de petites enquête sur chacun d'eux. J'en savais plus qu'assez pour prétendre prévoir leurs réactions. Et savoir qu'ils avaient tous deux parfaitement leur place dans la troupe d'élite que je désirais mettre en place. Je leur souris, amicale, pour une fois sans aucune hypocrisie, mais au contraire avec de l'espoir.

_________________


Spoiler:
 

Présence en pointillés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Talis d'Akeraï
Ange Bouquiniste
avatar

Messages : 314
Date d'inscription : 08/02/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 28
Signes particuliers: Il possède une cicatrice dans le dos assez voyante. Souvenir d

MessageSujet: Re: Petite réunion sous la ville d'Akeraï   Mer 2 Oct 2013 - 13:50

Spoiler:
 


Taelon ne put s'empêcher de noter l'intensité dans le regard du Maître de la Guilde. Car comme elle l'avait précisé, et il l'avait bien deviné, c'est elle qui commandait. Cette personne avait énormément d'expérience et lisait dans leurs yeux, leurs gestes. Chaque mots qu'ils disaient signifient des choses, et elle put déterminé et traduire leurs comportements. C'était intéressant, superbe. Même Gilroy n'était pas aussi doué.
Elle semblait satisfaite par leur réponse, et Taelon ne manqua pas de noter dans un coin de sa tête : Que même les personnes comme Leïna savait ne pas paraître "je-m’en-foutiste". Quel exploit. Et malgré les apparences, Taelon n'avait qu'une seule chose en tête qui faisait trembler son monde : la vengeance.
Mais le maître assassin a su déceler l'honnêteté, une certaine foi dans leurs mots. Ce qui impressionne vraiment le jeune.


Si nous faisons confiance en la Guilde, celle ci nous le rendra en bien.

Le maître assassin leur indiqua qu'elle sortait de l'ombre afin de trouver des jeunes à entraîner dans un art secret. La curiosité remplaça toutes les questions dans sa tête, Taelon écoutait attentivement tout ce qu'elle pouvait leur dire. Elle parla d'un ancien groupe d'élite qui usaient d'un élément magique ancestral, le Feu. Taelon en tressaillit presque en se rendant compte des informations qu'elle lâchait aussi facilement à deux têtes brûlés comme lui et Leina, prenant tout de même conscience de la richesse qu'ils venaient de prendre en compte. Ces secrets, oubliés pour la plupart, perdus, étaient précieux et cela il savait le reconnaître.
Elle leur posa les termes : Interdiction d'en parler à qui que se soit, ni le nom, ni les membres, ni même en insinué son existence à aucun moment.
Elle n'avait pas besoin de préciser que c'était la mort la plus horrible qui les attendait s'ils venaient à la trahir.

Cela aussi il le nota dans un coin de sa tête.


Les Assa'Sinhs

Un frisson mystérieux parcourait son corps. Le regard de l'assassin resta cependant fixe, écoutant toujours. Une légère pensée moqueuse passa furtivement, mais en voyant les yeux du maître assassin, Taelon savait que tout ce qu'elle venait de dire sortait de la plus sincère et terrible vérité.
Ils existaient... Apparemment. Et elle voulait qu'ils en deviennent, qu'ils rejoignent leur rang.

Nul regard en arrière, nul prétention de fuir. Taelon était là, droit, et assumait pleinement sa présence ici. Gilroy Delmontres, homme mystérieux mais dingue, l'avait entraîné pour devenir assassin. Désormais, le Maître en personne cherchait à les entraîner dans une nouvelle quête : celle de devenir des Assa'Sinh.
Toutefois, Taelon hésitait. Il n'allait pas dire non, mais allait-il pour autant dire oui ?
Il ne savait pas... Il avait intégré les rangs de la Guilde depuis peu, et il avait effectuer que quelques missions avec succès sans pour autant qu'elles fassent parler de lui. Il était encore inconito et cela lui plaisait, car personne n'était au courant de ses projets, qu'il préférait garder intime.

Mais le Maître devait tout savoir sur eux...
Taelon espérait alors que ses mots ne vexeraient pas mais tomberait dans les oreilles de quelqu'un de compréhensif, en compagnie avec ces yeux qu'il devina comme espérances. Pourvu qu'il ne se trompait pas.

- Maître, commença-t-il s'inclinant légèrement puis reposa son regard dans les siens. Ce que vous venez de nous révéler, je le vois comme précieux. Vous avez dû prendre beaucoup de temps pour choisir les assassins qui auront le privilèges d'entendre vos mots. Vous m'avez choisi parmi tant d'autres, qui auraient fait l'affaire j'en suis sûr, étant moi-même une présence récente parmi les rangs de la Guilde. Je ne peux m'empêcher d'être impressionné par votre choix...

Il prit le temps de réfléchir à ses prochains mots, autant qu'il l'avait fait pour les premiers.
- Maître, je ne refuserais pas votre proposition, mais je ne peux envisager de l'accepter tout de suite. Ne prenez pas ombrage de mes mots... C'est juste qu'afin d'être à la hauteur de vos attentes, j'aimerais prendre le temps de réfléchir sur vos mots.

Il devait d'abord se décharger d'une tâche...
C'était assez troublant de promettre un retour sous la ville d'Akeraï, car dans son esprit, le jeune Taelon n'était pas certain de survivre. S'il ne revenait pas, tant pis. Mais s'il en sortait vivant par contre... Mais ce qui était fait est fait. Il était devenu assassin, il l'avait voulu, et désormais il était promis à une inspiration plus grande.
Peut-être avait-il intérêt à revenir... La mort pouvait être douce comparé aux châtiments qu'on pouvait lui infliger.

Taelon n'avait qu'une parole. Soit il était sincère dans cette parole, soit il mentait. Hors dans le présent dialogue, il n'avait pas menti. On y croirait presque de l'espoir, à son tour, une échappatoire à la mort froide de la vengeance...
Qui sait. Peut-être sera-t-il encore utile à ce monde ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïna Liuwën
Voteur du mois
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 28/01/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari/Assassin
Âge: 76 ans (777)
Signes particuliers: Est surnommée Ange noir. Ses yeux sont tels du feu

MessageSujet: Re: Petite réunion sous la ville d'Akeraï   Mar 22 Oct 2013 - 20:36

Leï observa la femme qui leur faisait face, s’efforçant d’ignorer Taelon. Décidément… son manque de chance lui donnait un nouveau face-à-face avec la troisième personne en sachant le plus sur elle – les autres étant sa mère et son maître ; et, tiens, peut-être cette personne qui avait l'air de détenir tant de pouvoir.
Trois-quatre personnes de trop, mais pour l’instant, elle ne pouvait rien y faire.
Pour l’instant.
Son regard se fit plus scrutateur, et elle sonda la femme en face d’eux. Une humaine… Une simple éphémère. Puissante, certes, mais une éphémère. Tout comme l’humain près d’elle, dont elle sentait la présence. Tout comme son maître, aussi.
Elle faillit sourire. Si peu de gens, tant d’éphémère. Cela lui donnait envie de rire.
Elle recentra son attention sur l’humaine.

– Bien, très bien. Ça n'est pas mal, pour commencer, que vous ne mentiez ni l'un ni l'autre ; c'est déjà en soi une preuve de confiance. Sachez en outre que si vous faîtes confiance à la guilde, elle vous le rendra. Quel que soit votre but : devenir riche ou avoir les mains vermeil... ou bien les deux.

Oh, navrée, vraiment, mais ce n’est pas une question de… confiance. Je ne fais confiance à personne. J’ai juste un instinct de survie plutôt acceptable.

– … magie ancienne… Celle du feu…

Le feu ?
Une lueur d’intérêt naquit dans les yeux de l’assassin. Elle portait cet élément comme un étendard, et l’idée de le manipuler ne lui déplaisait pas vraiment. Même si la magie n’était guère son rayon. Peu avaient pris la peine de lui en expliquer les bases, et elle n’y avait jamais prêté grande attention.

– … et votre nom murmuré hantera les couloirs de la Guilde.

Moins intéressant mais bref. La popularité ? C’est pas mon truc. Mais c’est amusant.
Elle nota le sourire de la femme aux yeux fascinants.

– Les Assa'Sinhs.

Leï haussa un sourcil. Ce nom… ce nom ne lui disait rien. Mais il avait l’air plutôt important. Impressionnant.
Et par conséquent, intéressant.

– Vous serez par contre tenus au secret le plus absolu en ce qui concerna les techniques, mais également en ce qui concernera le groupe, son nom, ses membres, jusqu'à son existence.

Menace perceptible. Mmh, et j’en ai rien à faire. Evitons tout de même de le lui dire.

– Outre les avantages qui en découleront, armes de qualité et techniques... enflammées, je m'assurerai que les missions intéressantes ne manquent jamais ; et je suis prête à passer énormément de temps à vous formez, si c'est pour les résultats que j'attends. Dernier avantage : ici, c'est moi qui commande, comme vous avez pu le constater. Ceux qui serviront parfaitement la Guilde ne pourront donc que s'en féliciter.

Je n’aime pas vraiment les gens qui imaginent pouvoir me donner des ordres… Mais tout cela est intéressant. Après tout... J'ai toujours aimé tout brûler !
Leï croisa les bras. Un sourire carnassier se dessina sur son propre visage.
Taelon prit la parole, lui laissant l’occasion de choisir ses propres mots.

- Maître, je ne refuserais pas votre proposition, mais je ne peux envisager de l'accepter tout de suite. Ne prenez pas ombrage de mes mots... C'est juste qu'afin d'être à la hauteur de vos attentes, j'aimerais prendre le temps de réfléchir sur vos mots.

Petit, petit Tael, j’espère que tu as conscience que cette sorte de personne n’attend en général qu’une seule sorte de réponse… Et que tu n’as pas donné la bonne.
Leï se redressa, impassible. Elle, elle allait donner la bonne réponse. Non que cela l’intéressait au final plus que ça, mais elle avait encore besoin de temps. Un temps considérable, mais les elfes vivent très vieux, n’est-ce pas ? Elle était bien trop loin de son but pour se permettre une tonne d’assassins décidés à la tuer sur son dos.

- Je suis flattée de l’intérêt que vous nous portez, fit-elle, un brin moqueuse. Si je disais non, je deviens un mort en sursis, n’est-ce pas ? Une proie. Si je disais non. Cela tombe bien, mais je n’en ai pas envie.

Elle offrit un sourire étincelant et légèrement sarcastique à l’humaine, évitant de regarder Tael. Elle était prête à le couvrir – sans vraiment savoir pourquoi ; après tout, l’esprit, qu’il soit elfe ou humain, est tortueux et compliqué. Mais qu’il n’aille pas se foutre dans un trop gros pétrin, ou elle risquait de le laisser tomber sans remords.

_________________
Ressuscité par quelque obscur miracle, et perdant sa parure au passage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deryn Basalt
Dieu de l'Origine
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 29/11/2012

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humaine/Inconnue/Assassin
Âge: 33 ans
Signes particuliers: yeux blancs, moitié de l'œil droit rouge

MessageSujet: Re: Petite réunion sous la ville d'Akeraï   Lun 28 Oct 2013 - 23:02

Mes lèvres s'étirèrent en un léger sourire.
En voyant l'assassin aux oreilles pointues tiquer de façon infime sur un de mes mots en particulier. Comme je l'avais déjà dit, aucune de leurs expressions, si petites soient-elles, ne pouvaient m'échapper. La confiance. Un mot si faible, si... creux. Tout ce que la guilde demandait à ses assassins, c'était de participer à l'exécution de ses contrats, d'éventuellement former des apprentis, mais surtout de ne pas la trahir. Trois petites choses qui suffisaient à se voir accorder une partie de la confiance de la Guilde des Assassins.

En amitié, par exemple, ou en amour, la confiance signifiait beaucoup plus de choses.
À cette pensée, la vision furtive d'un ruban noir sur de courts cheveux roux s'imposa à moi, le temps d'un simple clignement de paupières. Je l'écartai aussitôt d'un revers de pensées. Pas de temps à perdre avec ça, et puis... je ne savais moi-même pas très bien ce qu'il s'était passé, ce soir-là. Je souris à la remarque du jeune Taelon, que j'observais du coin de l’œil. Mais je retins furtivement une grimace, car il ne donna pas la réponse que j'attendais. Je lui demandais un choix, et il l'esquivait ! Bon, il était jeune après tout, peut être pas très sûr de lui... ça passera pour cette fois. Mais il allait devoir apprendre à faire des choix arrêtés, ce jeune.

L'elfe, par contre, avait vu plus juste que son camarade.
Ah, l'esprit des elfes... Il m'a toujours fasciné. Ce mélange d'orgueil et de doute. De volonté et de  fragilité. Mariné avec leur soif de savoir, leur immortalité et leurs montagnes de certitudes... Par ailleurs, leur petite escapade à tous deux au-delà des terres connues n'était un secret pour aucun haut gradé de la Guilde, mais peut être l'ignoraient-ils ; et après tout, je n'en avais pas grand chose à faire. Mais puisque le jeune assassin ici présent demandait un délais, et sans trembler, tenez ! Ça n'était déjà pas si mal, non ? Mais répondons d'abord à sa remarque précédente...

– Sachez que je vous ai choisis notamment parce que vous êtes encore jeunes, et doués. Vous ne vous reposez pas sur vos lauriers comme certains ici, ni n'êtes encore impliqués dans les divers complots et intrigues qui se trament ici. (un instant mon regard prit la doucereuse teinte de la mélancolie, avant de revenir à son état normal) Mais passons.

Je sautai souplement de la table sur laquelle je m'étais assise pour leur parler.
Quelques pas déliés m'amenèrent au devant d'eux. Je me tournai d'abord vers le jeune assassin. Posai une main rassurante sur son épaule. Forte et douce à la fois, parfaite transposition de ce proverbe,
une main de fer dans un gant de velours.

– Tu as jusqu'à la fin de la semaine, soit six jours à partir de ce soir, pour me donner ta réponse. Vous aviez le droit de refuser ma proposition, et par conséquent tu l'as toujours, cependant... si tu parles de ce que tu as apprit ici à qui que ce soit, je me verrai dans l'obligation de te réduire au silence, et avec toi tous tes complices... quels qu'ils soient. Crois-moi –ou non–, je serais réellement désolée d'une telle chose. (un sourire soudain raviva le regard triste que j'avais) Enfin, ça ne sera  pas le cas, de toutes façons ! Je serai dans même cette salle dimanche soir, pour attendre ta réponse.

Inutile de lui enjoindre d'être à l'heure...
Puis je revins vers la jeune femme. Plantai mes yeux dans les siens.
Un léger sourire éclipsa quelques secondes mon air impassible. Mes yeux aussi semblaient sourire. Sans le savoir, j'arborais un air qui n'avait définitivement rien d'humain. Entre mes prunelles, mes capacités inhumaines de souplesse, de force, de dissimulation, de manipulation et même de régénération, difficile de me croire entièrement humaine... et pourtant, humaine, je l'étais indéniablement !

– Tu as fait le bon choix, jeune fille. Nous commencerons dimanche, un peu avant d'avoir la réponse de ton ami. Cela te laissera le temps, si tu as une dernière chose à faire, un petit voyage avant de commencer. Viens me trouver dès que tu seras prête, je serais dans mon bureau. Voici ses coordonnées, numéro de couloir, et de salle. Hem... mais évite de les donner à tout le monde, d'accord ? terminai-je d'un clin d’œil moqueur.

Amusée par les réactions que j'obtins, je leur laissai le loisir de répondre avant de leur tourner de nouveau le dos pour passer souplement de nouveau derrière les tables, où je pris une chaise pour m'assoir tranquillement et commencer de feuilleter une liasse de notes abandonnée sur la table par l'un des Cinq.

– Bien ! J'ai terminé de vous accaparer, souris-je, amusée. Sauf si vous avez une dernière question à poser ; sinon, vous pouvez vous retirer.


HRP:
 

_________________


Spoiler:
 

Présence en pointillés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Talis d'Akeraï
Ange Bouquiniste
avatar

Messages : 314
Date d'inscription : 08/02/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Humain/Akeraï/Assassin
Âge: 28
Signes particuliers: Il possède une cicatrice dans le dos assez voyante. Souvenir d

MessageSujet: Re: Petite réunion sous la ville d'Akeraï   Mar 29 Oct 2013 - 15:24

Le temps est une chose susceptible et variable vis à vis de la perception, selon les personnes. Susceptible de tempérament, car il ne se fait jamais rattraper et il ne défile aisément, impossible de l'avoir. Et si c'était possible pensez-vous vraiment pouvoir le garder ? Variable... Prenons Leïna, une elfe qui vit très longtemps, voir toujours si une lame ne vient pas la découper, qui tentait de gagner du temps. Alors qu'au contraire, Taelon d'Akeraï, qui était si proche de son but, avait l'impression soudainement d'en manquer...
Ce qui, pour un humain, est particulièrement oppressant.

Malgré son jeune âge, Taelon avait l'impression que sa vie raccourcissait, de plus en plus. Il se sentait oppressé, étouffé à l'idée que le temps allait lui échapper et qu'il mourrait sans pouvoir abattre la terrible Justice d'une lame d'assassin, prêt à tout.
Il posa son regard sombre sur Leïna, qui répondit à son tour. Il se doutait bien qu'elle répondrait oui, par contre il ne pensait pas qu'elle l'aiderait... Quoi que, en voyant ses yeux de feu fixant les siens, il reconnut là l'Ange noir qui n'avait aucune compassion.
Il détourna le regard, se concentrant sur le Maître de la guilde.

Elle souriait, et pendant un instant, il crut voir de la compréhension. Ses prochains mots se voulaient rassurant, mais le jeune assassin resta méfiant vis à vis d'eux... La suite était un peu plus réjouissant car elle accepta sa demande de délai, en lui laissant une semaine.
Tous ces regards, ces sourires, pourquoi lui donnait-il l'impression qu'elle était sincère avec eux ? Ses menaces étaient froides et elles touchaient la conscience du jeune qui avait très bien compris que cette femme était capable de faire ce qu'elle disait. Mais d'un autre côté, elle semblait avoir une sorte de maternité envers ses petits, précisant souvent qu'ils étaient encore jeunes, mais prometteurs, et qu'ils apprendraient énormément avec elle. Comme une mère avec ses petits...

Elle savait qu'il dirait oui, d'ailleurs il l'avait fortement sous entendu. Quelque part, Taelon savait très bien que sans cette guilde, il ne serait pas devenu grand chose, toujours assoiffé du sang de celui qui avait détruit une partie de sa vie. Il était aveuglé, mais en avait-il seulement conscience ? Peut-être un peu...
Ce dont il était sûr, c'est qu'apprendre une magie ancestrale n'était pas donné à tout le monde. Que si elle l'avait choisi, c'est qu'il en avait les capacités, et cela rejoindrait l'idée de Gilroy, lui-même voulant tenter de lui faire apprendre des mots en Eldar.

Il la laissa discutailler avec Leïna, partager sa joie d'accueillir l'elfe dans ses rangs d'élite. Puis, sous notre étonnement devant tant de familiarité, peut-être, elle s'éloigna et nous autorisa à partir. Taelon inclina le buste et se redressa.

- Je serais à l'heure... , répondit-il enfin, avant de se retourner et sortir, pendant qu'il était en temps. Elle n'avait pas l'air de vouloir changer d'avis pour son délai...
Il soupira de soulagement, à l'intérieur de lui, vraiment... Car malgré les airs sympathique du maître assassin, Taelon avait eut froid pendant tout l'entretien.



Ce n'est qu'une fois sortie des tunnels de la Guilde, retournant dans les rues noirs d'Akeraï, que le jeune assassin soupira pleinement en un souffle qu'il avait quelque peu retenu...

- Nom d'un... , se dit-il, mettant ses mains sur son visage.

Il reprit conscience de toutes les informations qu'il avait obtenu. Les Assa'sinh, le maître qu'il avait vu pour la première fois était une femme... Leïna et lui, nouveaux venus, à peine sortis de l'apprentissage, à qui on proposait de devenir des élites ?

Ce monde n'avait donc qu'à offrir de tel rebondissement ?
Le temps venait de prendre une ascendant certain, car il venait de se raccourcir.
Six jours.
Taelon redressa un peu sa capuche, montrant le bout de son nez, et un air agacé. Il entendait parfaitement ce petit rire taquin de la part du renard qui s'approchait.

- Ne te moque pas... Crois-tu que j'avais le choix ? Il me fallait ce délai...

Il sous entendait beaucoup de chose : qu'il manquait de temps, qu'il se sentait un peu piégé... Mais Leïna en savait un peu sur lui, et par ailleurs elle pourrait en savoir bien plus si elle s'en donnait la peine.
Furtivement un homme s'approchait d'eux, alors qu'ils sortaient, passant à côté de Taelon et lui donnant un bout de papier, avant de s'éclipser. L'assassin lut ce qui était griffonné et fourra le papier dans une poche intérieur.

- Je dois m'en aller...

Il avait six jours ? C'était suffisant, il l'espérait fortement au fond de lui en tout cas.
Il se tourna à nouveau vers Leïna, lui laissant une occasion de lui dire une dernière chose... Si elle avait une chose à lui dire.
Il baissa furtivement les yeux et sa capuche semblait à nouveau reprendre sa place pour le cacher.

- Merci.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïna Liuwën
Voteur du mois
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 28/01/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari/Assassin
Âge: 76 ans (777)
Signes particuliers: Est surnommée Ange noir. Ses yeux sont tels du feu

MessageSujet: Re: Petite réunion sous la ville d'Akeraï   Ven 1 Nov 2013 - 23:07

Faisant mine d’écouter l’humaine, l’esprit de Leï vagabondait en toute impunité.
Certes, refuser clairement aurait été une mauvaise idée. Bien que son temps s’étirait sans difficultés, elle n’était pas assez patiente pour attendre deux cent ans avant de retrouver sa mère – serait-elle encore vivante, d’ailleurs ? –, tout comme le raccourcir était inutile.
Refuser, et elle flirtait de très près avec la mort. Elle ne pouvait se le permettre. Elle était trop loin de son but.
Certes, ce que leur proposait l’humaine était diablement intéressant. Jouer avec le feu, tout ça. Mais ce n’était pas non plus sa préoccupation première.
Même si être une légende, c’est cool.
Certes.
Mais elle avait autre chose à faire.
Enfin, après tout… Cela pouvait être amusant.

Elle se tourna légèrement vers l’humaine quand elle s’adressa à Tael. En fait, elle se demandait pourquoi Tael n’avait acquiescé immédiatement. Non parce que c’était forcément génial, mais il s’était probablement rendu compte qu’il n’était pas possible de refuser.
Je le vois mal s’envoler dans la nature sans jamais donner sa réponse. Bon, je ne le connais pas non plus si bien que ça, mais cela veut dire qu’on va probablement passer du temps ensemble. Bien ou pas bien ?
Tss.
Petite Leï, on ne fait jamais tout ce qu’on veut dans la vie. Tu ne voulais pas de liens ? Ben dommage pour toi, y a Taelon. Eh oui. Même si pour l’instant c’est presque insignifiant, il va falloir que je fasse attention.

L’elfe jeta un regard indifférent à l’humaine quand celle-ci se tourna vers elle. La neutralité, sur son visage, frôlait la méfiance et le mépris. Elle se contenta de hocher la tête à ses paroles.
La femme leur tourna le dos et les congédia. Leï lui répondit par une vague salutation, s’efforçant de décrypter cette humaine.
Elle suivit Taelon vers la sortie et l’air libre. La bouffée d’air frais qu’elle inspira lui sembla délicieuse. Enfin, enfin… Comment pouvaient-ils vivre sous terre ? C’était vraiment trop oppressant.
Toute à sa joie, elle s’autorisa un sourire.

- Nom d'un...

Elle se tourna vers Taelon. Elle ne pensait vraiment pas le recroiser, après s’être à demi-enfuie, dans cette ville tellement insignifiante qu’elle ne se souvenait même plus du nom. Un léger rire s’échappa de ses lèvres.
Un coin de son esprit, redoutablement calculateur et manipulateur, venait de considérer Taelon comme un pion dans son jeu. Un jeu qui la menait à défaire la reine ennemie. A quoi l’assassin pouvait lui servir ? Elle ne le savait même pas.
Mais elle le gardait, là.
Si une autre part d’elle s’offusquait d’un tel raisonnement, elle était trop faible pour vraiment protester.

- Ne te moque pas... Crois-tu que j'avais le choix ? Il me fallait ce délai...

La partie manipulatrice se tut quelque peu, et l’elfe posa un regard curieux sur Taelon. Qu’allait-il donc faire ? Ses yeux brillèrent d’intérêt lorsqu’un homme glissa un papier à l’assassin.

- Je dois m'en aller...

Pour aller où ? Et faire quoi, au juste ? Hein ?
Elle tut les questions.

- Bonne chance, se contenta-t-elle de dire.

Elle le regarda s’éloigner, toujours pensive. Pour faire soudainement volte-face. Se glissant dans les rues d’Akeraï, elle partit à la recherche d’une taverne, où boire un peu. Ensuite ? Elle ne savait pas. Elle dormirait dehors ou en ville.
Puis elle irait rejoindre l’humaine.
Après tout.
Il n’y avait que cela à faire.

_________________
Ressuscité par quelque obscur miracle, et perdant sa parure au passage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Petite réunion sous la ville d'Akeraï

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une petite Réunion chez les Carlton [A toute la famille]
» petite réunion du club extraterrestre d' alcoolique anonyme
» Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith]
» Parce qu'une petite réunion de famille s'impose
» Cette ville est trop petite pour nous deux [Riful]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Guildes d'Aranor :: Sur la Terre :: Royaume d'Akeraï :: Akeraï :: La Guilde des Assassins-