C H A T



 

Partagez | 
 

 Missions entremêlées [PV Mathan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Leïna Liuwën
Voteur du mois
avatar

Messages : 359
Date d'inscription : 28/01/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari/Assassin
Âge: 76 ans (777)
Signes particuliers: Est surnommée Ange noir. Ses yeux sont tels du feu

MessageSujet: Missions entremêlées [PV Mathan]   Sam 2 Mar 2013 - 1:58

Leïna grimaça quand le vent lui envoya quelques flocons en pleine figure. Sa main gauche se resserra instinctivement sur le col de son manteau de fourrure tandis que la droite appuyait un peu plus sur son bâton de marche.
Mais il fallait plus qu’un peu de vent pour la décourager. Plus qu’un peu de neige.
Une avalanche ne l’aurait sans doute pas arrêtée.

Elle souffla, admirant un bref instant le nuage qui se forma devant sa bouche, et reprit sa marche.
Elles se trouvaient dans les montagnes de Rarhanria. C’était la première fois qu’elle s’aventurait dans des lieux aussi froids, et elle ne pouvait s’empêcher d’admirer le spectacle. Les roches grises, aussi austères que la mer métallique à l’approche d’une tempête ; la neige pure et glaciale, reflétant le soleil avec puissance ; le sifflement du vent froid ; la solitude…
Mais elle n’était pas là pour ça.

Juste pour un contrat. Encore.
Quelqu’un voulait la mort d’un ermite. Pourquoi ? Elle ne savait pas et s’en fichait. Mais on lui avait offert une belle somme, et contrairement à d’autres, braver les éléments ne la dérangeait pas.
Elle s’arrêta un instant à l’abri du vent dans un renfoncement creusé dans la montagne. Elle cassa distraitement une stalactite qui la gênait et sortit un morceau de viande séché de son sac. Pour une fois, elle avait bien fait d’écouter les conseils du marchand à qui elle avait acheté sa cape de fourrure avec capuche et ses bottes doublées.

Elle soupira et s’étira longuement. Elle n’avait pas vraiment envie de se replonger dans cette tourmente, mais elle était bien obligée. Son regard se braqua sur la neige, comme dans un désir de la voir fondre sous le feu de ses iris.
Et elle reprit courage, sans trop savoir comment. Elle ajuste sa capuche sur ses cheveux et avance hors de sa cachette, se repérant grâce au faible soleil pour trouver son but.

A son arrivée sur la terre ferme, la première chose qu’elle avait faite – ou presque – avait été d’acheter une carte. Après toutes ces années en mer, elle voulait découvrir cet univers nouveau.
Puis, sa carte avait commencé à prendre la poussière, en même temps qu’elle apprenait à se diriger grâce aux astres.
Dans certains endroits, elle était inutile. Comme ici.

Une poignée d’heures après, elle trouva enfin ce rocher si particulier. Il ressemblait à un aigle se perchant au-dessus du vide. Leïna sourit. La maison de sa proie n’était plus bien loin.
Se blottissant à l’abri du vent glacial – comment cet imbécile faisait pour ne pas être incommodé ? – elle retira un croquis de son sac. Son client l’avait plutôt bien informé – cela changeait agréablement – et lui avait donné un plan de cette région des montagnes. La maison de l’ermite chassé était signalée d’une grande croix rageuse, et le rocher donnait un point de repère.

L’Ange jeta un œil au soleil. Bientôt, il atteindrait l’horizon, pour laisser le monde dans les ténèbres tant redoutées par certains, et tant appréciées par d’autres. Bientôt, d’après son commanditaire, l’homme retournerait chez lui après une journée passée à chasser le gibier de montagne.
Elle reprit la route, ses vêtements couverts de neige la confondant avec son environnement, jusqu’à la cabane de sa future victime. Elle se posta non loin, pendant de longues minutes, l’observant avec attention. Pas de mouvement ; il n’y avait personne. La cahute était creusée dans la pierre, sûrement une grotte naturelle. Une peau de bête la fermait. L’homme ne pensait apparemment pas qu’on enverrait des assassins à ses trousses…

Un fin sourire se dessina sur ses lèvres, sourire de victoire, de joie.
Si elle aimait chasser, elle préférait tuer. Certaines proies arrivent trop bien à lui échapper, pendant trop longtemps.
Mais, surtout, elle haïssait l’attente. L’immobilité forcée. Elle n’y était pas habituée.
Leïna décrocha une gourde de rhum fort de sa ceinture et en avala une gorgée. Une chaleur réconfortante, bien que trompeuse, l’envahit.

Elle décida d’attendre sa proie à l’intérieur, ne sachant d’où il viendrait. Elle écarta la peau d’une main gantée et se faufila à l’intérieur.
C’était une caverne de petite taille, avec un faible feu au centre. L’air était tiède. Contre un mur, quelques peaux empilées servaient sûrement de lit. Des affaires diverses étaient entassées dans un coin : vêtements, ustensiles rouillés, récipients, livres, morceaux de cuir…
Sur une table, le seul mobilier de bois de la pièce, quelques animaux morts, des plantes, un couteau. Poussés contre le lit, du matériel d’écriture.
Au fond, un autre morceau de peau, qui cachait sûrement une autre caverne.

L’assassin marcha jusqu’au feu et se réchauffa les mains. Elle avait encore quelques heures devant elle. Ensuite, elle devrait se débarrasser d’un simple ermite.
Facile.
Trop, peut-être.
L’elfe s’étira longuement et vérifia que ses armes glissaient bien dans leur fourreau. Pourquoi ne pas en profiter pour faire peur à sa proie ?...
Elle s’adossa à un mur et attendit, chipant au passage une pomme ridée.
Juste quelques heures.

Elle devina, au bout d’un moment, que la nuit était tombée. C’était un pressentiment. Au même moment, son ouï discerna des pas. Quelques secondes après, un homme entrait.
Il était grand, les cheveux noirs, sa peau burinée par la vie en plein air. Il était vêtu de simples vêtements de tissus, d’épisse bottes et d’une lourde cape de fourrure. Il tenait dans une main deux lapins, dans l’autre une fronde. A sa ceinture pendait une gourde en peau et une sacoche boursouflée, sûrement emplie de pierres. Il ne la remarqua pas tout de suite, chantonnant un petit air joyeux. Il posa le produit de sa chasse sur la table et ses yeux se fixèrent sur l’emplacement de la pomme piquée par l’assassin.
Qui prit la parole.

— Je te cherchais…

Il se retourna, l’air calme.

— Assassin. Ne me tue pas. Je peux t’offrir plus que celui qui t’as demandé ma mort.

Leïna secoua joyeusement sa crinière enflammée. Ses yeux brûlants se plantèrent dans ceux, verts vifs, de l’homme.
Non, de la proie.

— J’en doute.

Il sourit, et plongea soudain sur le couteau, le brandissant devant lui.

— Viens me chercher…

L’elfe ne se le fit pas dire deux fois ; elle bondit en avant, poignard dans une main, fine lame de rasoir dans une autre.
Et elle fut surprise.
Désagréablement surprise.
Elle ne pensait pas qu’il serait si rapide. Une estafilade apparut sur sa joue, et son flanc échappa au massacre de peu.
Un éclat de colère absolue transperça ses yeux. Elle fit un bond en arrière et lança sa lame de rasoir, qui alla se planter dans l’épaule de l’homme.
Non, du cadavre !
Elle n’aimait pas beaucoup les lames de rasoir, car elles lui déchiraient la peau quand elle s’en servait. Mais qu’importait ! L’homme l’avait blessée. Il fallait laver l’affront. Le sang appelle le sang.
Toujours plus.
L’Ange noir se jeta sur lui, vive, si rapide que l’homme eut un instant l’impression qu’elle avait disparue.
Avant de vaciller. Lame dans la poitrine.
Il tomba. L’émeraude de ses yeux captant le feu de ceux de l’elfe.
Moqueurs.

— Saloperie d'humain !

Leïna se servit de la gourde de l’homme pour laver ses plaies. Elle saignait beaucoup, surtout à la main, qu’elle entoura d’un bandage. Elle s’approcha du tas d’objets et saisit un morceau brisé de miroir. Les dieux soient loués, le couteau était bien acéré, et elle n’aurait pas de marque.
Elle chopa un peu de nourriture, qu’elle laissa dans son sac, puis prit le couteau de l’homme, qu’elle examina.
Elle ne comprenait toujours pas son sourire.
Soupirant, elle le planta avec force entre ses deux yeux.

L’elfe sortit enfin de la maison, un sourire glacial aux lèvres. Aussi glacial que la nuit qui l’engloutit dans son étreinte.
Voilà une bonne chose de faite.



[J'espère que j'ai posté au bon endroit :/ sinon, demande à Phil de le déplacer]

_________________
Ressuscité par quelque obscur miracle, et perdant sa parure au passage.


Dernière édition par Leïna Liuwën le Sam 2 Mar 2013 - 2:24, édité 1 fois (Raison : Vous avez vu l'heure ?... Eh bah voilà)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Missions entremêlées [PV Mathan]   Mar 23 Avr 2013 - 23:10

Une tempête de neige. Il ne manquait plus que cela. Déjà qu’il devait parcourir les royaumes pour un vulgaire caillou. Mais en plus il devait se faire prendre dans une tempête de neige avant même d’arriver au refuge de l’ermite. L’elfe marcha encore un moment, jusqu’à trouver une caverne. Dans le creu de la montagne, il trouva enfin un abris adéquat et s’y réfugia.
Ce n’était pas la première fois que l’assassin s’aventurait dans ces montagnes. C’est pourquoi il connaissait l’emplacement de la caverne et l’ermite. Mathan avait passé quelques mois de sa formation dans les montagnes de Rarhanria, chez l’ermite. Il s’en souvient comme si c’était hier.

La neige partout, même à la belle saison. La cabane de l’ermite est si haute qu’on se demande même où sont passés autres saisons. L’elfe avait passé plusieurs mois à chasser les rares animaux qui peuplent ces reliefs. Il avait aussi aidé l’ermite à répertorier les galeries souterraines. Leur travail à l’époque était d’espionner le peuple de la terre. Mathan était particulièrement doué pour les distance, avec sa visions elfique. Ils avaient répertorié une bonne partie des souterrains lorsque la guilde des assassins rappela l’elfe. La guilde semblait satisfaites des plans.

En repensant à cela, l’elfe se souvient que la caverne avait un débouché pas loin de la maison de l’ermite. Il lui suffisait d’emprunter ce chemin pour avancer hors d’atteinte de la tempête. Il lui faudrait juste éviter les petits êtres répugnants que sont les habitants des sous-sols. Mathan suivit donc les chemins caverneux sous la montagne. Eclairé faiblement par une torche, assez pour bien voir mais pas trop pour ne pas se faire repérer de trop loin.

L’assassin arrive enfin, après plusieurs heures de dédale sous la montagne, à marché le dos courbé, à l’autre extrémité de la caverne. La tempête de neige à l’air de se calmer. Et la cabane de l’ermite n’est plus très loin. L’elfe attend encore un moment à l’abri. Mais aussi pour détendre ses muscles avant d’aller affronter la tempête.

Ce n’est que dans un résidu de tempête que l’elfe gagna la cabane de son ami. Il devait passer récupérer les plans complets des tunnels nains pour remplir à bien sa mission. Il en profiterais pour avoir deux ou … Trois renseignements… .

En ouvrant la porte de la cabane, Mathan eut une drôle de surprise. L’ermite était étendu sur le sol, baignant dans son sang, mort. Mais il n’était pas mort depuis longtemps. Le corps n’avait pas encore pris sa raideur cadavérique. Le meurtrier ne devait pas être loin. A moins qu’il ne se soit enfuit par la caverne. Personne ne pouvait le savoir. Et avec cette tempête de neige qu’il venait d’y avoir, les traces de pas étaient inexistantes.

Mathan fouilla la cabane. Il devait encore y avoir les plans. ‘ils n’y étaient pas c’est qu’il avait été tué par quelqu’un de très bien informé. Par chance. Les plans étaient caché au même endroit qu’à l’époque. Mathan s’en saisit et partit. Il prit également une pomme avant de partir. Il n’était pas loin de minuit et il espérait rattraper le meurtrier.

Il ne s’engouffra pas dans la caverne. Une autre caverne, sans issue cette fois, se trouvait à deux ou trois heures de marche plus haut. Il voulait l’atteindre pour faire escale. Plus haut encore il tomberait vers l’entré d’une galerie qui le conduirait au cœur même des montagnes, dans un cité naine. Il faudra se préparer avant….

Lorsqu’il atteignit la petite caverne, un feu y brillait au centre. Une femme s’y réchauffait.


- Bonsoir, puis-je me joindre a vous pour me réchauffer ?
Revenir en haut Aller en bas
Leïna Liuwën
Voteur du mois
avatar

Messages : 359
Date d'inscription : 28/01/2013

Caractéristiques du mortel
Race/Nation/Guilde: Elfe/Enetari/Assassin
Âge: 76 ans (777)
Signes particuliers: Est surnommée Ange noir. Ses yeux sont tels du feu

MessageSujet: Re: Missions entremêlées [PV Mathan]   Sam 27 Avr 2013 - 1:14

Elle avait deux choix. Parce qu’on ne reste pas sur le lieu d’un crime, même lorsque celui-ci s’est déroulé au fin fon des montagnes en pleine tempête de neige, même lorsqu’un feu accueillant brûle dans la caverne du meurtre.
Premier choix. Descendre et braver la tempête pour chercher un abri. Sachant qu’elle n’en avait pas vu à l’aller.
Second choix. Grimper, et espérer tomber sur une grotte.
Elle ne tergiversa pas très longtemps et se lança à la conquête de la montagne.

Ses doigts se replièrent presque instinctivement pour mieux se protéger du froid. Elle les força à s’agiter pour éviter qu’ils ne deviennent tout à fait engourdis. Plusieurs fois, lui vint l’envie de faire marche arrière, mais elle se força à continuer.
Merci, Maître, pour ton entraînement… Sans cela, je serais restée au chaud !
Elle ne savait pas vraiment si elle était sincère ou simplement ironique.

Elle marcha pendant ce qui lui semblait être une éternité. Evitant de s’arrêter.
J’espère que cette tempête ce sera vite calmée, je n’ai pas assez de vivres pour tenir une semaine par grand froid.
Sa respiration créait des nuages de buée. Quelques fois, elle prenait une gorgée de rhum, veillant à s’en garder suffisamment pour le retour.
Enfin, elle aperçut ce qui ressemblait fichtrement à une caverne. Elle pressa le pas.
Ahah !
Elle se faufila dans l’ouverture et détailla les lieux. Petit, certes, mais assez grand pour elle.

L’Ange posa son sac à terre et en tira quelques bouts de bois. D’autres étaient entassés dans un coin.
Peut-être cette caverne servait d’abri à l’ermite lors de ses haltes forcées.
Elle rassembla le bois et l’alluma sans autre difficultés que ses doigts gelés. Elle observa les flammes prendre peu à peu de l’ampleur et s’étira longuement. Ses blessures la lançaient. Elle s’assit face au feu et dénoua le tissu qui entourait sa main.
Aïe. Si seulement cet humain pouvait ressusciter… juste pour le plaisir de le tuer une seconde fois.
Elle versa un peu de rhum dessus, comptant sur l’alcool pour désinfecter au mieux. Une grimace tordit son visage et elle réitéra l’opération sur sa coupure à la joue, avant de s’essuyer avec un chiffon qui servit ensuite à entourer sa main.
Elle avait déjà eu des blessures de ce genre. Elle affectionnait les lames de rasoir pour leur discrétion et leur légèreté. On peut les cacher dans la masse d’une chevelure, entre la ceinture et les vêtements, le long d’un poignet…

Elle vérifia ensuite l’état de ses lames, puis les rinça.
Un soupir léger lui échappa et elle s’appuya contre le mur, lasse. Peu à peu, ses yeux se fermèrent. Le combat, les blessures, le rhum et surtout le froid était en train de l’assommer.

Flammes.
Sang.
Rouge sur rouge, flammèches orangées, or brûlant.
Neige tachée, acier luisant, hurlements.
Cris.
Cri.
Un enfant.


Les yeux de Leïna s’ouvrirent brusquement et elle se leva dans la foulée.
Ne pas m’endormir ici !
Pour se réveiller, elle s’aspergea le visage d’eau froide et fit d’autres étirements, jusqu’à sentir ses muscles devenir douloureux.
Elle se rassit, tira de son sac un bâton de viande séchée qu’elle grignota distraitement et sortit un objet de sa poche. Une chevalière. En argent, gravé. Elle était assez caractéristique pour que le commanditaire en soit satisfait. Elle sourit. Elle avait déjà rencontré certaines personnes qui étaient persuadées que les assassins ramenaient la tête de leur victime comme preuve de leur meurtre…
Ce ne serait vraiment pas discret ! Et puis encombrant…
Par ennui, elle mit la chevalière à son doigt, la levant pour l’admirer.
Pas terrible. Trop clinquant.
L’Ange le rangea dans une poche intérieure de sa veste. Elle se figea soudain.
Couvrant la tempête, un bruit de pas.

Sa main se posa sur le pommeau de son sabre pirate et elle observa le nouvel arrivant.
Un elfe.
Certes.
Aux cheveux blonds et aux yeux verts.
Assez typique, d’après mes souvenirs.
L’air peut-être un peu trop hautain à son goût.
On fait avec.
Une façon de se mouvoir assez particulière…
Assassin ?
Un plus un est égal à deux. On est d’accord ?
Ben, un assassin plus un assassin plus un contrat réussi plus une caverne perdue dans une montagne…
Cela fait beaucoup. Beaucoup trop. Méfiance…

- Bonsoir, puis-je me joindre a vous pour me réchauffer ?

L’Ange étudia la demande. Puis étudia l’elfe. Elle relâcha son sabre, toujours sur ses gardes, et lui offrit son sourire charmeur, qu’elle réservait habituellement aux gardes qui la détaillait un peu trop, elle et son accoutrement d’assassin
Sa tête me dit un truc… Bon sang, mais quoi ? Oh, fichue mémoire !

- Avec plaisir, je vous en prie, asseyez-vous… Voulez-vous un peu de rhum pour vous aider à vous réchauffer ?

Elle désigna sa gourde, posée près du feu. Leï attisa le feu à l’aide d’un autre bout de bois.
Inspirer confiance.

- On me nomme Ange… et vous ?

Subtil. Elle ne donnait pas son vrai nom, laissant entendre un surnom dans celui qu’elle lui donnait.
Elle rejeta sa chevelure en arrière et posa ses iris incandescent sur l’elfe.

- Dites-moi, si cela n’est pas indiscret… que faites-vous ici ?

Tout cela accompagné d’un autre sourire.

_________________
Ressuscité par quelque obscur miracle, et perdant sa parure au passage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Missions entremêlées [PV Mathan]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Missions entremêlées [PV Mathan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Haïti - Économie : Laurent Lamothe veut 168 missions d'affaires par an
» 2 missions, 2 mages, 2 camps !
» Missions spontanées
» # Missions #
» Missions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Guildes d'Aranor :: Sur la Terre :: Montagnes de Rarhanria-